AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[terminé] [Rulf et Adelia] Vers l'inconnu (suite)
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES


Invité
Invité

Ven 4 Avr - 10:56
Vers l'inconnu

Adelia mangeait alors sa seconde pomme toujours en fixant le lointain paysage. Où était Lysandre, son jeune frère en ce moment ? Elle espérait que son village soit encore debout. À une journée à cheval d'Ad'Lucem, le village de la jeune fée ne comportait pas beaucoup d'habitant et certains villageois aidaient au château, dont sa mère également. Elle-même avait servi dans ce même château avant de partir pour l'aventure qui l'appelait. Elle soupira en regardant sa pomme finie et la jeta, elle aussi, au loin avant de se tourner vers le camp. Certains commençaient déjà à mettre tout en œuvre pour enfin partir, d'autres s'amusaient avec les enfants et d'autres encore préparaient les provisions pour le voyage à effectuer. Elle resta encore un instant à tout observer sans bouger de sa place. Adelia savait qu'elle devait les protéger, c'était une priorité et sa responsabilité, même si elle n'avait jamais fait cela auparavant. Elle aurait pu tout aussi bien, repartir chez elle, mais avait choisi de continuer, de penser un peu aux autres au lieu d'elle-même. Elle commença à aider un peu quelques femmes puis se remettre un peu en retrait du camp à observer les soldats à l'horizon. Ces derniers avaient déjà plié leur campement et s'étaient mit en rang et étaient partie. Adelia n'avait rien à préparer, tout étaient déjà en place dans le sac qu'on lui avait donné. Rulf vint finalement à sa rencontre et semblait observer les paysans qui s'activaient devant eux, l'un d'eux leva une main, signifiant certainement l'heure du départ. Elle entendit alors la voix du nain lui annoncer qu'ils devaient se mettre en route vers la terre des elfes, rajoutant que la chance soit avec eux. Elle hocha la tête sans rien dire et observa encore les villageois qui se rassemblaient devant eux, discutant entre eux et enfin, regardant dans leur direction. Par simple geste, Adelia leur montra la direction à prendre et tous, sans exception, suivaient le mouvement en rang. Elle prit la marche en avant, la main posée sur son épée. Elle avait la carte dans la tête et savait par avance où passait en évitant les endroits plus dangereux les uns que les autres.

Après plusieurs lieues de marche de leur dernier arrêt, ils firent une première halte qui ne dura que quelques minutes, histoire de faire asseoir les plus faibles et faire boire les enfants. En reprenant la route vers la terre des elfes, Adelia se retournait de temps à autre vers le petit peuple, qui la suivait, qui ne la connaissait même pas et que, pourtant, ils la suivaient tous. Reprenant son attention sur le chemin, elle repensa alors à son propre village et avait bien envie de revoir sa famille, cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas vu ses jeunes frères d'adoptions et ses parents. À présent qu'elle savait qui elle était, elle comptait bien leur dire. Mais sa terre était plus loin vers le sud. La frontière elfe était bien plus loin qu'elle ne l'aurait pensée, elle qui avait songé qu'elle n'était pas si loin que cela. Elle soupira en reprenant ses esprits après quelques lieues encore et alors qu'ils avaient passé finalement, la frontière sans encombre. Ils n'y avaient personnes dans les parages. La terre des elfes s'étendait devant eux, le bois était vert et les feuilles des arbres aussi, ils devraient se contenter des bois et de leurs chemins sinueux pour arriver à la bonne destination et de ne pas tomber sur les elfes, et puis, il ne manquait plus que d'atteindre le port qu'ils avaient parlé quand ils étaient encore chez Rulf.
© OswinWho


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Lun 2 Juin - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Avr - 13:50


Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Je ne la dérangeais pas et nous finissions, Gorm et moi, de prendre quelques forces avant le départ. Chacun avait droit à son moment de paix avant un périple aussi long. Les terres elfes n'étaient peut-être pas loin, mais nous n'avions pas encore atteinds les côtes. Je n'avais voyagé qu'une fois dans ces contrées à la végétation luxuriante. Les nains redoutaient ses terres forestières où les inconnus se perdaient facilement. J'avais dans l'optique de faire une percée tout droit, en espérant qu'il n'y ai pas d'elfe pour nous rappeler leur protocole et leurs lois qu'ils ne pourraient pas écrire dans un seul traité ! Je soupirais et décidais de rejoindre le chef pour nous mettre en route. Après qu'il m'ai fait signe Adelia ouvrit la route dans la direction donnée. Elle marcha la main posée sur l'épée. Tout le monde nous suivis, les gamins étaient enchantés et couraient, pour l'instant, un peu autour de nous. Je remontais la colonne et rejoint les pas d'Adelia en tête de ce cortège. Gorm vint aussi mais ne resta pas logtemps, il me lança un "Tour". Je compris qu'il allait faire une patrouille autour de notre position car il devait s'ennuyer du pas que nous adoptions pour que le plus de monde possible nous suive sur le plus de lieux possibles. Nous marchions à un bon pas et finissions par enfin atteindre la frontière avec le pays des elfes. Je me fis une remarque personnelle face à ce changement de paysage de plus en plus boisé: * Mais il ne coupe donc jamais le moindre arbre ? On se demande d'où vient le bois de leurs arcs et flèches... ils vont peut-être couper le bois chez les autres...* Nous fîmes une halte de quelques minutes histoires que ceux qui trainaient, ou peinaient le plus, reprennent quelques forces. Nous passâmes la frontière elfe sans problème. Je n'aimais vraiment pas cet environnement, je savais qu'à présent je serais sur le pied de guerre, incapable de me détendre. *Pourquoi on appelle pas aussi ça les terres hostiles ?...* Je soupirais et reprenais de la constance en espérant que cette jeune fée soit plus diplomate que moi envers les oreilles pointues. Puis nous avions repris la route jusqu'à cette seconde halte. Je ne posais pas mes affaires. Nous étions encore au milieu des arbres, de toute façon il n'y a que ça ici. Je relevais le nez pour voir si des choses verts ne nous tombaient pas dessus. Les elfes étaient des êtres assez particulier, mais pour moi plutôt fermés. Je ne comprenais pas l'intérêt qu'ils avaient à être si sévère, comme si tout le monde avait la maîtrise de l'elfique et leur droit incompréhensible. Il y a des fois où je préférais le manque de règles des seigneurs du nord en terres hostiles, que la législation des elfes aussi denses que leurs arbres. Je n'étais pas tranquille ici, je sentais quelque chose de bizarre, comme un mauvais pressentiment. Adelia n'avait l'air de se soucier que ce qu'il se passait à terre. Je regardais dans tout les sens et ne voyais que des arbres, des feuilles... J'allais devenir fou. Gorm s'assis sur une grosse racine et aiguisa encore ses armes. Adelia remarqua mon malaise et s'approcha. C'est alors que je remarquais des présences autour de nous, dont plusieurs êtres magiques. Je dégainais ma lance qui apparut magiquement. Gorm sauta sur ses jambes et tenait son épée dans sa main droite et une dague dans la gauche. Adelia aussi prit ses armes en me voyant faire. Quelques hommes et femmes du village en firent de même. Je sentais qu'il en arrivait de tout côté. Toutes les personnes en armes se mirent en cercle pour protéger les villageois regroupés au milieu. Je me tournais dans différentes directions et nous vîmes apparaître une vingtaine d'elfes autour de nous, arcs bandés. Ils nous encerclèrent sans rien dire. Il y avait des hommes, majoritaires, et trois ou quatre femmes. J'hésitais à lancer un sort de protection sachant que certains d'entre eux avaient des facultés magiques, se serait perdre un temps et de la force de frappe en cas d'attaque. Adelia me jeta un coup d'œil comme si elle venait de lire dans mes pensées. Un homme se détacha d'un buisson et nous apparu sans arme. Il portait une épée à la ceinture, de leur manufacture évidemment. Ses cheveux étaient longs et blancs, pourtant il ne semblait pas vieux. Il salua Adelia d'un léger signe de la tête. Il resta à deux pas d'homme devant nous. Il leva la main pour dire à ces hommes de ne pas tirer. Il s'adressa à Adelia après avoir fait glissé son regard sur Gorm et moi:

"Vous savez que vous êtes en terres elfes. Je ne pense pas que vous ayez le droit de circuler librement sur nos terres. Montrez moi vos autorisations? Oui... Je sais que vous n'en avez pas. Que faîte vous... A oui, vous avez l'intention de vous rendre sur les côtes... Pourquoi ne pas essayer de passer par les territoires hostiles? Eux n'empêchent pas les héros d'y passer ..."

*Laisse moi lui faire bouffer sa langue à ce bouffon ! * dis-je à Adelia mentalement.

Bien entendu il l'avait écouté. Cet homme lisait dans nos têtes facilement. Je savais qu'il ne servait à rein que je me protège, je n'étais pas un mage puissant. J'avais envie de réaliser mes dires. Je m'avançais pour l'intimider et Adelia me mit une main sur l'épaule. Je soupirais et reculais à sa hauteur. Je rangeais mes armes et ceux d'entre nous en firent autant. Les elfes baissèrent leurs arcs d'un seul tenant après un geste de l'homme en face de nous. Je me dit qu'il n'avait pas appris la politesse et ne s'était pas nommé. Il répondit cette pensée:

"Vous non plus petit être ..."

*Je vais l'étriper !"

Adelia me fusillait du regard et je me tus. Je la laissais tenter la voie diplomatique avec ces ... Je soupirais et regardais mes pieds, qui éteint pus intéressant pour moi que la tête de l'autre ... en face de moi. J'écoutais quand même ce qui se passais, toujours prêt à bondir et en découdre si nécessaire, avec des grands cris de joie...






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 7 Avr - 17:54
Vers l'inconnu

Adelia n'était pas surprise de se retrouver en terre elfe, et quand elle observa les paysans lever la tête vers ces végétations, elle préférait reprendre son attention sur la marche. Tout ce vert allait bien  avec ce paysage. Elle attendait les derniers villageois, reprenant sa marche, levant de temps à autre la tête, puis regardant droit devant elle. Les elfes n'arrivaient des arbres, ils montaient en haut des rochers et se cachaient, attendant d'atteindre l'ennemi avec leurs flèches. Elle soupira, elle savait qu'ils allaient, à un moment ou un autre, rencontrer un des leurs. Adelia ne les aimait pas tellement, ils étaient supérieurs et se pensaient plus intelligent que les autres pendant les batailles. Elle en avait croisé, en taverne ou autre lieu, maintenant qu'elle y pensait. Elle fronça les sourcils, elle avait déjà mis les pieds dans ces terres, sans avoir eu à faire à eux en personne. Adelia restait tout de même sur ses gardes, attendant que l'un d'eux surgisse de quelque part, au-dessus d'eux ou alors devant eux. Ils firent une halte, Adelia hésita un instant de poser son sac et de prendre un peu d'aise, ils étaient encore en pleine forêt et la visibilité de l'ennemi n'était pas facile en ces lieux. Elle grimaça et vit le malaise qu'avait Rulf dans ce lieu. Elle savait pourquoi, les elfes et les nains étaient comme en guerre depuis des années, pour une histoire qu'elle n'avait pas comprise. Elle s'approcha de Rulf et observa les paysans qui buvaient de l'eau sans s’inquiéter de quoi que ce soit. Quelques choses commça à la rendre un peu plus sur ses gardes, en effet, quelques personnes, qui ne faisaient pas partie de la troupe, se rapprochaient d'eux. Elle sortit son épée quand elle vit que Gorm et Rulf l'avaient déjà fait. Certains villageois ramassèrent des gros morceaux de branche pour pouvoir défendre les femmes et les enfants au centre. Adelia releva le nez et remarqua enfin des elfes, hommes et femmes et elle jeta un coup d’œil à Rulf en fronçant les sourcils. Un des leurs se détacha du décor, sans arme et salua Adelia d'un simple signe de tête. Adelia détailla chaque elfe présent assez rapidement, elle n'avait pas beaucoup de temps, si l'un d'eux tirait elle pourrait faire une roulade de côté pour l'éviter ou du moins, essayer. Elle écouta ce que l'elfe voulait leur dire, leur demandant un laisser passer dans leur contrée. Elle soupira et roula des yeux, la manie de vouloir à toute fin un laisser passer, pour éviter une guerre ou des clandestins. Elle n'avait jamais vraiment comprit cette obsession des lois. Il lui suggéra de passer en terre hostile. Elle observa les personnes avec elle, passer en terre hostile avec des paysans qui n'étaient même pas des soldats, en quelques pas ils ne seraient plus que cinq. Elle entendit la voix de Rulf dans sa tête, elle ne s'y ferait donc jamais d'entendre les voix de ses acolytes dans sa tête. Ce dernier voulait faire manger la langue de l'elfe, Adelia était plutôt pour mais s'abstint de ne rien dire. Rulf se découpa du groupe pour s'approcher et faire ce qu'il avait dit, mais machinalement Adelia lui posa une main sur son épaule. Elle ne voulait pas qu'il n'arrive quelque chose aux paysans à cause de lui. L'elfe reprit la parole en disant tout simplement que le nain non plus. Adelia fronça les sourcils sans comprendre et jeta un regard noir au nain. Elle ne voyait pas quoi leur dire, sachant qu'elle avait comprit qu'il lisait dans les esprits. S'il voulait en savoir plus, pourquoi ne pas lire dans leur tête ? Adelia roula des yeux quand l'elfe finit par lui demander ce qu'il faisait vraiment dans ses bois. Elle n'était pas du genre à parlementer quand le temps pressait vraiment. Elle n'était pas non plus du genre à être diplomate, elle laissait toujours les autres le faire ou partait tout simplement. Elle soupira et expliqua que ces hommes et femmes avaient été chassés de leur terre par des chevaliers et des barbares sans scrupule. Leur village ayant disparut, ils n'avaient pas eu la diplomatie de devoir les faire attendre plus longtemps et avaient choisi de traverser la terre des elfes. Bizarrement, elle trouvait parfaitement les mots pour expliquer la situation actuelle. Elle écouta par la suite ce que l'elfe avait à dire, que lui-même essayait de régner l'ordre dans certaines contrées, qu'il lui manquait des hommes, que certains de ses alliés elfes essayaient de faire revivre certains villages, mais jamais il n'avait vu un peuple entier traverser les terres pour se rendre ailleurs. Il jeta un coup d’œil aux hommes et aux femmes et hocha tout simplement la tête. Le silence plana pendant un temps, allait-il oui ou non, les laisser continuer leur périple ? Adelia ne pensait pas qu'ils allaient finir par les aider. Elle attendait un instant alors que l'elfe reprenait la parole, leur indiquant que même sur leur terre, il y avait des orcs qui arrivaient à passer et qu'il leur cédait deux de ses archers pour les aider. Adelia hocha la tête en soupirant et les regarda descendre les rejoindre. Adelia avait fini par ranger son épée et les villageois retournèrent auprès des femmes et enfants, finissant leur halte. Le chef des elfes se pencha et s'éloigna alors.  
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Avr - 15:47


Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Je constatais, en lisant dans l'esprit d'Adelia, qu'elle avait la même idée de diplomatie envers les elfes que Gorm et moi. Pourtant elle changea d'avis. Elle roula des yeux et rangea aussi ses armes. L'homme devant nous sembla surpris par nos gestes pacifiques. Si tout ces gens n'étaient pas là derrière nous et comptaient sur nous je ne suis pas sûr que les événements aient pris la même tournure. Je fronçais des sourcils alors qu'elle roulait des yeux. Si elle n'arrivait pas à faire entendre sa voix nous trouverions une autre façon de nous sortir de cette situation et finirons bien par passer. Je redoutais tout de même l'incroyable capacité elfique à décocher des flèches à tout va. Je me postais les mains sur les hanches prêt à armer magiquement et pris mon mal en patience lorsqu'une conversation s'établit entre l'homme elfe et Adelia. Je la sondais et ne constatais aucune peur, à peine de crainte en elle. Elle se calmait et avait cette capacité naturelle à taire la haine. Tout les elfes autour, comme les gens de village, s'étaient tournés vers eux deux, attendant une issue à cette situation. Ils ne semblèrent pas remarquer cette attention particulière tournée vers eux. Elle poussait un soupire et commençait à expliquer ce qui s'était passé avec beaucoup de lucidité. Elle continua en expliquant comment nous en étions arrivé là et pourquoi nous voulions traverser ces terres. Nous parvenions à percevoir les valeurs qui rassemblaient les hommes, les nains et les elfes. Sans le vouloir elle utilisait les bons mots, l'intonation de sa voix avait apaisé les hommes. Je comprenais alors que Patrick n'avait pas voulu qu'elle soit dans le camp des sorciers noirs. Cette fée avait des dons qu'elle utilisait sans s'en rendre compte, au-delà de ses capacités surnaturelles. Le calme planait dans ce petit coin de forêt. Seules leurs deux voix s'entendaient du milieu à la fin de leur conversation. Je n'en revenais pas moi-même. Un temps de pause se fit alors qu'il hochait la tête avant de prendre une décision. Je savais ce qu'il allait dire avant même qu'il ne le fasse. Je savais, par ma maigre expérience, que lorsque l'un d'eux hochais positivement la tête que s'était pour accepter et proposer un compromis. Elle venait de le convaincre que l'on puisse continuer notre route ! Mes mains tombèrent de mes hanches, ballantes de chaque côté. Il venait de nous regarder et décida de nous venir en aide à condition que deux de ses hommes restent avec nous. Adelia accepta et nous vîmes l'homme se pencher, se retourner et partir avec les autres. Je ne pus m'empêcher, à l'instar des deux hommes qui s'avançaient:

"Bien joué Adelia ! Avec ces mules faut y arriver!"


Elle me lança un regard noir qui me fit taire. Il n'était pas question de mettre nos "amis" mal à l'aise. Je baissais la tête en souriant.

"Ouais, pardon... Rhum !"


Je me retournais vers Gorm qui me lança mon sac. Je tirais une bouteille de ce breuvage de l'intérieur et invitait tout le monde à s'assoir. Je demandais à tous de s'assoir devant moi. Je donnais une choppe à Adelia, Gorm, les deux elfes, le chef, le prêtre et le forgeron. Je servais tout ce beau monde et laissais d'autres récipients et la bouteille aux hommes et femmes qui en voulaient aussi. Je trinquais avec eux, puis me mis debout sur un tronc.

"A tous ceux qui défendent le bien ! A cette nouvelle terre qui vous attends !"

Nous trinquâmes en paix. Les conversations renaquirent. La pause fut plus longue que prévu, mais je me réconciliais avec les elfes grâce à ces deux archers, certes bourrés, mais quand même. Adelia décida de nous remettre en route, même si elle ne fut pas droite pour certains d'entre nous pendant deux heures. Malgré tout les elfes nous guidèrent facilement à travers leur forêt et nous n'étions plus hésitant. J'entamais un chant que nos armées chantées pour aller en guerre. Ce chant était d'origine due à un humain qui se redonnait du courage pour lutter. Ces camardes avaient repris ce chant d'antan et l'entonnèrent avec lui. La légende dit qu'ils n'étaient pas en position favorable mais que leurs ennemis n'eurent pas ce courage avec eux. Aujourd'hui la plupart des gens des contrées du sud le connaissait avec le temps. La plupart des hommes se mirent à chanter volontiers avec moi, quelques femmes et enfants aussi. Je fus surpris d'entendre la voix d'un des deux elfes nous accompagner. Adelia ne semblait pas connaître cet air. Nous eûmes le temps de chanter tout les couplets. Nous eûmes même le droit à l'applaudissements de tout le monde ayant finis. Nous avancions d'un bon pas. Nous croisâmes d'autres elfes à deux reprises. Les deux fois nos deux archers leur expliquèrent qui les avaient autorisé à nous laisser faire la traversée. Nous n'avions pas de problème. A la deuxième rencontre l'un des archers désigna Adelia. J'étais alors avec Gorm derrière et me demandais bien ce que ce nouvel elfe lui voulait. Un homme avec une belle épée ouvragée s'avança vers Adelia. Il lui demanda s'il pouvait se joindre à ce groupe. Il lui expliqua avoir tout perdu lors d'une attaque de son village et voulait changer d'horizon. Je la laissais régler ce problème alors qu'un gamin pleurait à l'arrière. Il était juste tombait. Je soignais ses légères blessures. Sa mère me remercia alors qu'il repartait en courant après m'voir fait un bisous sur la joue. Je me redressais et regardais vers Adelia. Les elfes avaient disparus sauf celui avec l'épée. Nous reprîmes la marche et nous nous arrêtâmes quand le soleil ne parvenait plus à transpercer aussi vivement le dais des arbres. Nous nous établions près d'un cours d'en qui était un peu plus loin. Les elfes nous expliquèrent que seuls eux pouvaient aller prélever l'eau. Nous prîmes place et nous organisâmes comme à notre habitude. Les elfes du groupe nous reprîmes à maintes reprises pour ne pas froisser telle ou telle divinité, telle ou telle mœurs ou mémoires de seigneurs passés... Nous suivions ses instructions le plus calmement possible. Je désamorçais trois petits conflits avant que certains n'en viennent aux mains. Je pris un des elfes à part et lui demandait de respecter les nôtres. Adelia approcha en pensant peut-être que j'allais finir par en venir moi-même aux mains. Je lui dis de ne pas aller à l'encore de ce que pouvait croire ces personnes si nous devions respecter leurs croyances. Il s'excuse en baissant la tête. Je ne voulais pas que leur présence déséquilibre notre cohésion. Il retourna auprès de l'homme et lui présenta ses excuses en lui serrant la main. Je tournais ma tête vers Adelia et lui souris.

"Allons mettre nos tentes en place. J'aimerais que tu me parlers du parcours et surtout de notre avenir avec ce groupe"

Je retournais pus au centre pour voir s'il n'y avait aucune embrouille. Tout semblait rentrer dans l'ordre. Je soupirais et me rendis vers le coin où Gorm et Adelia sortaient, chacun de leur côté, leur affaire pour monter les tentes. J'aidais Adelia à déplier et monter les tentes. Le reste du campement s'installa sans qu'il y ai besoin de notre aide. Je m'assis dehors devant ma tente. Adelia me rejoint.

"Quelle journée, n'est-ce pas ?"






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 13 Avr - 19:05
Vers l'inconnu

Mauvaise manip  Rolling Eyes 
© OswinWho


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Mer 16 Avr - 12:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Avr - 0:19
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Nous nous arrêtions pour passer la nuit ici. Je ne savais pas si je pouvais attribuer ma confiance aux trois elfes qui nous accompagnait. Je commençais à pouvoir réfléchir en dehors des buées de l'alcool. J'avais pensé à des choses pour amuser la galerie, faire oublier les douleurs de cette longue marche et l'avenir pour l'instant incertain de tout ce petit monde. J'aimais particulièrement mener à bien mes quêtes. Je regardais les deux archers alors qu'Adelia se contentait de répondre à ma question. Je hochais positivement de la tête en la laissant partir à d'autres occupations. Je demandais à Gorm, s'étant rapproché de moi, de veiller à ces trois elfes, mais surtout celui qui portait l'épée. Ce gars là ne me revenait pas depuis que j'avais remarqué sa présence dans le groupe. Il nous observait et regardait comment la hiérarchie s'opérait dans notre petit groupe. Et puis, je ne saurais comment me l'expliquer, il me titillait les poils des bras. J'espérais me tromper mais ce sens, plus ou moins magique, ne m'avait fait que rarement défaut dans des jours où ... Bon je m'accorde aussi des temps de pauses. Je soupirais en faisant confiance à mon ami gobelin, il ne les lâcherait pas. Tant qu'il n'en venait pas à des choses trop concrètes, je le laissais faire. Je soupirais et me couchais à moitié. J'étais assis et allais m'appuyer sur le tronc derrière un peu plus loin. Je mis mes bras sous ma tête et contemplais... Qu'est-ce qu'on peut bien contempler dans ce pays ? Qu'est-ce qui peut bien avoir de l'intérêt quand on lève le nez ? Et bien...: un arbre. Je secouais la tête, c'est vrai, il n'y a que ça, partout. N'ont-ils pas de villages ? Je remarquais que depuis que nous étions en terres elfes nous avions croisés des elfes mais aucun groupement d'habitation. Ils étaient vraiment conservateurs à ne pas vouloir nous montrer un seul pan de leur folklore. Je regardais la cime des arbres, plongées dans la lueur de la lune. Et là encore je me demandais bien s'il y avait des animaux. Ils bouffent tout ce qui se balade dans leurs arbres ma parole ! Je restais dix bonnes minutes le nez en l'air à regarder un large horizon, et ne vis pas la moindre bestiole. Et qu'est-ce qu'ils faisaient aux piafs la nuit ? J'en avais marre de ce pays si calme la nuit. Je me levais et fis apparaître ma lance. J'allais dire que je prenais le premier tour de garde. Personne ne m'en empêcha. Je me plantais, vexais, à côté d'un feu de garde. Je veillais tant à un danger extérieur au camp, qu'intérieur. Je vis Gorm revenir vers moi et me dit, avec ces mots, qu'il n'avait aucune confiance dans le "grand sec blond à l'épée". Il me dit avoir observer les deux autres et qu'ils n'avaient rien de potentiellement dangereux. Il partit en me disant qu'il avait faim. Je pensais alors que je n'avais rien mangé. Je vis Adelia approcher à son tour. Je baissais la tête sur le feu et voulu le réactiver. Celui-ci réagit à mon ordre un peu trop vivement et mon sort fut lancé plus puissant que je ne l'avais voulu. Je calmais le feu et elle vint s'assoir. Je devais être honnête avec la deuxième personne en qui j'avais le plus confiance ici. Mon ami mage savait vraiment en qui placer sa confiance... Je fixais alors les flammes et lui dit:

"Voilà ce que ça fait quand un mage laisse ses émotions prendre une place dans sa magie. Ce n'est pas un tord, mais faut faire attention à ne pas blesser quelqu'un... Adelia, les deux archers me font pas peur... Et, non que j'ai peur de lui, j'aime pas l'autre avec son épée bizarre et sa gueule... Bref, il me revient pas. Sais-tu quelque chose sur lui ?"


C'était le genre de belle gueule incapable au combat et poli seulement pour courtiser. Je ne savais pas si elle le trouvait beau, c'était possible. Ce problème reste subjectif. Je tenais à lui confier mes craintes, j'avançais avec elle depuis que nous nous étions rencontrés, autant marcher dans le même sens. Je n'arrivais pas à calmer mes craintes. Je détournais mon regard des flammes pour voir l'homme dont je parlais par-dessus l'épaule de la jeune fée, puis posais mon regard sur elle qui était floue juste avant dans mon champ de vision. Je me demandais bien ce qu'elle pouvait penser. Peut-être ne tarderais-je pas à le savoir.
   




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 16 Avr - 12:59
Vers l'inconnu

Adelia détourna la tête des deux archers. Le nouveau venu la mettait un peu mal à l'aise malgré tout, d'où sortait-il ? Pour quoi vouloir suivre de simples villageois qui n'étaient pas de son peuple ? Vouloir changer d'air, elle pouvait comprendre, mais de là à suivre des paysans, là, elle ne comprenait pas. Elle plissa le nez en une grimace, essayant de comprendre tout de même ce soudain changement de situation. Elle finit par reculer de quelques pas et de s'éloigner de Rulf, histoire de faire un tour du camp, regarder à l'intérieur des tentes. Pas par voyeurisme, mais pour s'assurer qu'il n'y avait pas de problème. Elle soupira et observa de nouveau les archers qui s'étaient finalement regroupés avec les autres. L'elfe, qu'elle avait accepté dans leur rang, regardait chaque tente, chaque personne et semblait vouloir faire quelques choses. Était-il un espion ou alors autre chose ? Après tout, elle ne le connaissait pas, la moindre des choses s'étaient d'aller lui parler ou de surprendre une de ses conversations avec les autres elfes. Mais elle resta à bonne distance de ce dernier, préférant guetter ses moindres gestes. Adelia aida à mettre en place un feu, en écoutant un des elfes lui dire que cela aller abîmer leur belle forêt. Elle leva les yeux au ciel et lui lança en retour, qu'il fallait bien se réchauffer et manger, que, peu importe, elle ferais un feu. Et sur ses mots, en fit un avec l'aide de deux paysans. L'elfe ne dit rien, mais fulminait dans son coin. Adelia l'observa alors qu'il parlait avec les deux autres. Elle fit genre qu'elle allait chercher quelque chose près d'eux et entendit le grand blond, dire qu'il n'avait pas confiance en la personne du nain et le reste. Elle secoua la tête, le nouveau venu leur montait la tête contre tout le monde. Savait-il au moins, que ces derniers étaient envoyés par un de ses chefs ? Ou alors, aucun des deux n'avaient dénié le faire. Elle retourna auprès de Rulf. Elle avait remarqué qu'il tentait de calmer un feu qu'il venait d'activer trop activement par la colère. Il lui expliqua alors, qu'il avait trop d'émotion et finit par lui dire qu'il n'avait pas du tout confiance au troisième archer. Adelia, elle-même, n'avait pas confiance en lui. Elle ne bougea pas, sentant la présence de l'homme derrière elle.

« - Je ne lui fais pas entièrement confiance, je pense l'avoir accepté trop vite dans nos rangs ! Il monte la tête contre nous aux deux autres archers, je ne sais pas ce qu'il cherche à faire, mais je ne comprends pas l'intérêt de suivre des paysans humains, alors qu'il est elfe ! »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Avr - 10:51
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Les elfes étaient des êtres particuliers que je peinais à cerner, mais ils restaient tout aussi humain et pouvaient présenter des fourberies propres à leurs races pour servir leur intérêt. Je me rassurais en demandant à Adelia ce qu'elle pouvait penser à son sujet. Je plissais les yeux en regardant l'homme en question prêt du feu à parler au forgeron. Adelia avait également senti quelque chose de particulier et ne lui faisait pas confiance. La question indirecte qu'elle me posait était la même que la mienne. Je pouvais m'y prendre comme un mage et observer calmement avec mes sens normaux et magiques, ou comme un nain, avec notre franchise habituelle. Certes la deuxième solution était plus directe et pouvait mener au conflit plus facilement, mais au moins je serais fixé et cela crèvera l'abcès. Je ne tenais plus de me poser tant de question à son propos, il était temps d'aller lui poser. Je dis alors à Adelia de se lever. Nous allions vers lui.

Adelia lui demanda gentiment si nous pouvions lui parler. Il sourit et accepta que nous lui parlions à part. Nous nous éloignions de quelques pas derrière les arbres. Il nous demanda alors courtoisement ce que nous lui voulions. Je restais alors calme et décidais de garder ce dialogue. Adelia lui demanda ce qu'il faisait parmi nous et pourquoi il avait voulu se joindre à nous. Je le regardais en le sentant gêné. Il nous fit nous asseoir. Je pris place à côté d'Adelia, en face de lui, sur un tronc couché. Il nous avoua être un déserteur. Etant noble et responsable d'hommes elfes il avait échoué une mission de reconnaissance. Deux hommes sur dix de ces hommes étaient mort. Il nous dit être honteux d'avoir battu en retraite face aux ocs. Je sentais qu'il disait la vérité, et le ton de sa voix nous faisait ressentir sa culpabilité. Il avait laissé ses hommes faire leur rapport et avait fuit pour ne pas risquer de perdre son titre, ou son rang. Je ne savais pas quoi répondre à cela. Je lui dis d'abord que nous devrions parler de cela avec Adelia pour savoir si nous le gardions ou non. Mais j'en vins à ce qui nous intéressait. Je lui demandais pourquoi il semait le trouble parmi nous. Il bégaya au départ et ne su s'expliquer. Je lui laissais du temps mais ne le lâchais pas du regard, exigeant une réponse. Il finit par trouver ses mots et nous expliquer que lui aussi ne savait pas comment nous voir. Il s'excusa, et se justifia un peu en disant que nous ne nous comportions pas vraiment en accord avec les lois elfes. Il nous exprima ses remords et remerciait plus particulièrement la jeune fée de l'avoir accueillit et bien vouloir le garder parmi nous. Il voulait contribué à mener à bien avec nous cette mission. Il nous avoua enfin s'être renseigné sur le peu que les habitats pouvaient savoir de nous et sur notre quête qu'il voyait lui aussi comme un moyen de prendre un nouveau départ.

Je lui dis que nous en avion assez et que c'est tout ce que nous voulions savoir. Il nous salua de la tête avant de prendre congé. Il retourna au camp alors que je restais là avec Adelia à réfléchir sur cette discussion. Je me demandais comment statuer sur son sort. Il était certes un elfe, représentant de créatures que je n'appréciais guère, mais c'était surtout un être humain qui voulait changer de vie. Finalement ses préjugés avaient fini par semer le doute. Je me satisfaisait du bon déroulement de cette discussion et son calme. Je remontais la tête et exprimait mes idées avant ma coéquipière:

"Je le crois effectivement. Je ne sais pas comment réagir, il était sincère. Ce que je me demande c'est s'il ne va pas nous attirer des problèmes si jamais on croise de ses hommes ou des gens au courant ... En même temps je pense que dans sa situation j'aimerais avoir une chance de m'en sortir. Je ne sais pas pour toi, mais j'ai eu l'impression que ce gars ne se trouvait pas à sa place... C'est aussi un menteur et il fuit ses responsabilités ... (je soupirais). Le chois n'est pas facile, je ne sais pas trop quoi en penser. Je pense que je vais te laisser statuer sur son cas..."






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 26 Avr - 18:04
Vers l'inconnu

Adelia regarda au-dessus de son épaule, l'elfe en question et reprit son attention sur Rulf. Ce dernier se leva après lui avoir demandé de se lever à son tour. Qui était donc cet elfe qu'elle avait accepté de rejoindre leur rang ? Apparemment, ils se dirigeaient vers ce dernier. Quand ils furent à la hauteur de l'elfe, Adelia essaya de paraître gentille en sa présence, pour ne pas le brusquer. Lui demandant alors, s'ils pouvaient lui parler. Il leur lança un sourire et accepta la proposition. Même le sourire ne rassurait pas Adelia. Ils le suivaient en s'éloignant du camp pour discuter derrière quelques arbres. Avec courtoisie, qui semblait fausse pour Adelia, il leur demanda le premier ce qu'un nain et une fée pouvaient bien lui vouloir. Adelia savait qu'elle aurait dû lui poser les questions plutôt, mais finit par les lui poser maintenant. Vaut mieux tard que jamais. Elle lui demanda ce qu'il attendait d'eux, le pourquoi il était dans leur rang. Il désigna alors des troncs au sol et les invita à s'asseoir. Adelia hésita à lui tourner le dos et y alla en reculant avant de s'asseoir, espérant que cela n'allait pas durer une éternité. Adelia avait touché juste, l'elfe en face d'eux, était un déserteur, qu'il était un noble et qu'il avait échoué dans une quête. En clair, c'était un lâche qui se cachait de son souverain. Les deux elfes étaient sûrement au courant de son histoire. Adelia plissa les yeux, ne le croyant que de moitié. Il ajouta qu'il avait fui les siens et laissait ses hommes faire leur rapport auprès de leur souverain. Il ne voulait pas perdre son titre de noblesse. S'il fuyait, il allait tout de même le perdre son titre. Adelia fronça les sourcils en pensant, que, si son souverain le pensait mort, l'elfe ici présent, garderait son titre. C'est d'une lâcheté que de ne pas prendre ses responsabilités et faire ne pas faire face à ses erreurs. Rulf finit par lui poser quelques questions sur ce que l'elfe faisait dans le camp. Ce dernier balbutia une réponse, disant qu'il n'avait pas confiance en eux. Adelia n'était pas convaincu non plus pour cette réponse. Il avait posé des questions aux elfes qui se tenaient avec eux, ainsi qu'aux villageois, il avait pu en savoir un peu plus sur la quête sous un autre regard, un autre angle. Rulf mit un terme à la conversation et l'elfe les salua avant de s'éloigner. Adelia ne savait pas quoi penser de tout cela, c'était la première fois qu'elle faisait face à tout cela. Jamais elle n'avait autant parlementé avec des gens, jamais elle n'avait dû prendre autant de décision, et au final, elle acceptait les demandes de n'importe qui. Elle roula des yeux en écoutant le nain parler.

« - Je reste tout de même sceptique ! Je ne sais pas si c'est moi ou eux, mais, les elfes me semblent faux quand ils parlent ! Jamais je n'avais dû prendre autant de décision dans une de mes quêtes, et là, je ne vois pas quoi en penser à vrai dire ! Et en effet, cet elfe est un lâche et fuit ses responsabilités, il pourrait allez dire à leur souverain ce qui s'est réellement passé, pourquoi il a perdu tous ses hommes, et au lieu de cela, il est avec nous ! J'aurais dû lui poser les questions au lieu de l'accepter aussi rapidement ! Je vais faire en sorte qu'il parte vers Fortilia et qu'il s'explique là-bas ! »

Sur ces mots, elle s'éloigna vers l'elfe en question, il était en retrait, assit sur une souche. Elle croisa les bras et lui fit part de son choix. Il secoua la tête et se leva alors, elle resta à bonne distance, insistant. Elle ne voulait pas de quelqu'un comme lui dans ses rangs, que, s'il le désirait après, il pourrait les retrouver en leur disant où ils se rendaient. Il soupira, hésitant et ramassa ses affaires en la saluant. Adelia le regarda s'éloigner en espérant que ce dernier aille bien à Fortilia et qui sait, peut-être qu'il les rejoindra à la nouvelle terre promise.
© OswinWho


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Mar 29 Avr - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Avr - 16:15
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Décidément, ces elfes n'avaient aucune conscience ou je me faisais des histoires ? Comment peut-on abandonner ces hommes alors que l'on a accepté des responsabilités envers eux ? Elfes ou non ils éteint un peuple de Podendril, et noble ou non chacun pouvait refuser les responsabilités que l'on lui assignait si l'on ne se sentait pas capable d'avoir les épaules assez larges pour une telle charge. J'écoutais la réponse d'Adelia et me satisfaisais que nous soyons du même avis. Nous avions accepté de l'écouter et tenter de comprendre, mais il restait que sa place n'était pas parmi nous. J'opinais du chef pour signifier à Adelia que j'étais d'accord avec elle. Elle s'éloigna vers l'elfe en question. Je la vit croiser les bras et lui expliquer sa décision que je validais aussi. Je me rapprochais alors qu'elle lui disait qu'il était possible qu'il nous rejoigne ensuite après avoir réglé ces affaires. Je la trouvais tout à fait honnête. Il soupira et prit ses affaires. Il s'éloigna sans se retourner alors que nous retournions au camp d'un même pas.

Les archers elfes jouaient aux cartes avec des adultes du camp. Tout le petit monde finissait de manger, ou était en plein repas, avant d'aller se coucher. Les enfants n'étaient déjà plus nombreux dans le camp. Je constatais, après deux tours d'horizon, que Gorm était parti patrouiller. Nous le reverrons peut-être plus tard dans la nuit, ou bien demain, je ne me faisais pas trop de soucis. Je retournais prêt de ma tente. Adelia fut arrêté par un gamin qui lui offrait un objet qu'il avait fabriqué. Je m'assis à la place que j'avais quitté peu avant et pris mon sac. Je pris de quoi manger et proposais qu'Adelia se joigne à moi alors qu'elle s'approchait. Je lui dis qu'elle avait prise la bonne décision et que sa proposition était honnête. Je lui dis qu'elle s'en sortait bien avec les responsabilités que nous lui faisions peser sur ses épaules. Je lui désignais les gens devant nous en lui disant de regarder. Aucun incident de grave ne s'était produit et je lui rappelais son action envers les elfes qui aurait pu virer à la catastrophe. Je la remerciais de m'avoir empêché de les étrangler. Je trouvais qu'elle se débrouillait très bien pour une personne qui n'avait jamais commandé. Je la voyais sourire à mes remarques mais insistais en riant sur leur importance. Je lui dis en soupirant que si nous voulions être en forme demain il nous faudrait dormir. Je me levais et me dirigeais vers les joueurs de cartes pour leur demander s'ils pouvaient prendre le premier tour de garde. Ils acceptèrent tous avec joie. Je retournais vers Adelia lui répétant qu'ils prenaient le premier tour. Je lui souhaitais bonne nuit. J'entrais dans ma tente après la regarder s'éloigner et ajoutais un "à tout à l'heure".

N'arrivant pas à dormir tout de suite je pris des traités pour les lires. La fatigue commençait à se faire sentir après une centaines de pages lues. J'éteignis la bougie et me couchais. Je trouvais le sommeil pour un moment. Je me réveillais, quelque chose ne tournais pas rond. J'écartais les couvertures et captais l'énergie d'Adelia venir jusqu'à ma tente. Je sortais, il faisait bien nuit mais les gardes ne semblaient rien voir... Je me tournais alors vers la fée. Etaient-ce nos sens magiques qui nous alertaient ?







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 29 Avr - 18:03
Vers l'inconnu

Adelia se tourna vers le camp et vit quelques enfants jouer encore, se battant avec des bâtons de bois et d'autres qui devaient certainement déjà dormir. Elle soupira, enfin une autre journée s'écoulait encore. Elle se surprit à songer à Patrick, se demandant où il se trouvait en ce moment. Elle leva les yeux vers le ciel puis reprit son attention sur le camp, voyant les elfes jouer aux cartes avec les hommes. Elle marcha à travers le camp et se fit stopper par un des gamins qui lui tendit un bracelet. Elle lui sourit et le regarda s'éloigner en courant. Il lui rappelait Lysandre, son jeune frère, elle songea à lui également. Était-il en sécurité ? Ou bien, leur village a été attaqué... À cette pensée, Adelia eut un frisson et serra les poings sur le cadeau. Elle espérait que les sorciers noirs n'aient pas attaqué son village. Elle mit le bracelet à son poignet et rejoignit le nain près de sa tente. Ce dernier mangeait et l'invita à le rejoindre. Elle croisa les bras en restant non loin de lui, l'écoutant lui faire des remarques sur ses choix, qu'elle s'en sortait plutôt bien. Il lui montra alors les gens, que tout se passait bien et qu'aucun incident ne s'était produit avec les elfes. Rulf continua en lui disant qu'il la remerciait de l'avoir empêché de les étrangler. Elle eut un sourire en coin sans rien dire en retour. Il finit par dire qu'elle se débrouillait bien pour quelqu'un qui n'avait jamais donné d'ordre. Il lui lança que, s'ils voulaient être en forme demain, il fallait dormir. Elle regarda Rulf se lever et se diriger vers ceux qui jouaient aux cartes, il leur parla pendant un temps et revint dire à Adelia qu'ils prenaient le premier tour de garde. Elle aurait préféré être la première, elle n'avait pas confiance aux elfes à vrai dire, mais elle ne dit rien. Elle s'éloigna vers sa propre tente et s'installa sur la couverture qui lui servait de matelas. Elle n'était pas tellement fatiguée et restait tout de même sur ses gardes. La confiance ne régnait pas tellement entre elle et les elfes, déjà un était parti et avait fini par leur dire la vérité sur sa venue dans leur rang. Elle soupira et s'allongea alors en se mettant sur le côté. Elle se sentit doucement glisser vers le sommeil en sentant quelque chose d'étrange. Cette sensation, elle l'avait déjà ressentit en présence du mage. Et si c'était lui qui les avait finalement retrouvés ? Elle se redressa et se leva dans un bon. Sa bougie était toujours allumée, elle se dirigea vers l'ouverture de sa tente. Il faisait à présent nuit noire et plus un bruit dans le camp ou juste des voix basses venant des elfes et des hommes qui avaient pris le tour de garde en premier. Elle fronça les sourcils, d'où venait cette étrange impression magique. Adelia avait déjà ressenti cela, bien avant le mage mais elle ne se doutait pas que c'était dû à sa magie. Elle finit par sortir de sa tente et d'aller voir Rulf. Ce dernier était aussi levé et l'observait. Elle haussa tout simplement les épaules à une question muette de sa part et jeta des coups d’œil alentour après avoir pris une torche non loin d'elle. Elle parcourait le camp d'un pas décidé, cherchant sûrement quelque chose d’invisible, car les gardes ne semblaient rien remarquer.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Avr - 17:20
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Adelia vint vers moi. Je me retournais sans réponse. Elle haussa des épaules pour répondre à ma question silencieuse. Je cherchais alors le fils magique à l'aide de mes facultés magiques. Adelia parcourait le camp. à la recherche de je ne sais quoi de visible ou invisible. Je me joindrais plus tard à ses investigations. Je tenais à savoir si tout les êtres magiques de ce camp ressentaient la même chose. J'irais voir plus tard les elfes pour savoir, avec leurs sens soient disant aigues, s'ils sentaient quelque chose. Je repérais le jeune fou quelques tentes plus loin. Mes pas me menèrent à celle-ci. Je glissais un œil à l'intérieur et vis son père le tenir dans ses bras alors qu'il était en larme. J'entrais à l'invitation du père. Je lui dis alors que nous ressentions quelque chose de particulier à cause de nos pouvoirs. Je rassurais le fou en lui disant que ce n'était rien et ressortais de la tente. * Vivement que nous le laissions à quelqu'un de plus expérimenté...* Je soupirais et repérais Adelia. Je la rejoint dans sa quête vaine. Elle agissait comme une personne sans magie, comme elle l'avait sûrement toujours fait. Si nous n'étions que trois à le sentir je ne pensais pas qu'elle parviendrait à trouver autre chose que de la terre, des feuilles, des branches, et ... des arbres. Je lui fis signe de me rejoindre alors que j'allais parler aux elfes. Je leur demandais s'ils sentaient quelque chose de particulier, ou si des légendes portaient sur ce lieu. Ils répondirent négativement aux deux questions. Ils me demandèrent en retour pourquoi nous étions levés. Notre tour de garde n'était que dans quelques heures. Je leur fis partager ce pressentiment que les magiques partageaient dans ce camp. Nous les laissions en leur disant d'être attentif et ne surtout pas fermer un œil. Je leur préconisais aussi de se lever et faire des tours lentement et en silence pour surveiller une vaste zone.

Je m'éloignais d'eux et pris Adelia à part. Je venais de les mettre en garde, mais je ne ressentais aucun danger réel, juste cette drôle d'impression. Je devais agir avec elle pour savoir de quoi il s'agissait. Je me calmais et pris une grande inspiration. *Aller Rulf, à toi de faire prof*

"Bon, c'est simple. Tu vas te calmer et prendre une bonne bouffée de cet air elfe. Tu mets de côté tes autres pensées. Tu fermes les yeux si tu veux, j'ty obliges pas... Comment dire... J'suis pas doué pour ça moi... Tu ... Cette impression qu'on a est de type magique, alors c'est grâce à notre magie qu'on va pouvoir identifier ce truc, t'es d'accord? Alors tu vas "sentir" l'univers magique autour de toi. Tu devrais me trouver moi, parce que je suis le plus prêt, et sans me vanter, le plus puissant. Tu vas trouver quelques objets magiques de-ci de-là. On ira les vérifier et on verra si y'en a pas un qui réagit à la nuit... Concentres-toi et essais au moins. Et ... Restes toi, n'essais pas de chercher la magie comme ton épée... On est bien... on est bien..."

Je commençais mon investigation après ces derniers mots. Je fermais les yeux. J'étais pas aussi fort que Patrick, j'avais besoin de me concentrer. Je sentais alors vite la magie d'Adelia. * Je crois que je me suis trop vite prononcé en disant que j'étais le plus puissant... *. Je sentais la présence du barge, puis l'arc d'un elfe. Première chose à vérifier, une amulette aussi... Un truc étrange attira mon attention, un peu plus loin du camp. Je rouvrais les yeux.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 1 Mai - 20:01
Vers l'inconnu

Comme pendant sa garde, Adelia vérifiait dans les tentes. Les paysans dormaient paisiblement, elle regarda des enfants blottis contre leurs parents pour dormir plus paisiblement. Elle referma la tente et reprit son inspection du camp. Pas un bruit, à part quelques ronflements, mais elle ne voyait pas cette force qui pouvait lui donner ce sentiment étrange. Elle se fit rejoindre par Rulf alors qu'elle cherchait encore. Comment faisait le mage pour ressentir ou se mettre en transe, quand il voulait faire une recherche un peu plus loin ? C'était sûrement tout bête, peut-être le fou et son père... Elle y songeait soudain. Elle les avait un peu oubliés, en même temps, ils ne faisaient rien pour se faire remarquer. Elle suivait alors le nain qui lui avait demandé de le suivre. Il interrogeait les elfes sur les lieux en question et ces derniers répondirent négativement sur les questions posées. Adelia regarda autour d'elle, mais rien de vraiment inhabituel, des tentes et des arbres. Les elfes leur demandèrent le pourquoi ils étaient déjà là, debout, à patrouiller, alors que leur tour de garde était dans quelques heures. Adelia laissa Rulf répondre à cette simple question. Il les mit en garde contre un fait magique et en s'éloignant, leur lança de garder l’œil bien ouvert et de faire quelques rondes. Adelia soupira alors qu'ils s'éloignaient un peu. Rulf prit enfin la parole et lui donnait des conseils pour définir un peu d'où pouvait venir cette sensation. Elle hésita un temps, cela allait prendre toute la nuit pour savoir d'où provenait ce genre de chose. Elle pinça ses lèvres pour ne rien dire et roula des yeux pour essayer ce qu'il lui conseillait de faire. Elle ferma les yeux et se vida la tête, mettant bien sûr, de côté ses pensées. Elle soupira et croisa les bras, elle y mettait du sien, mais il ne se passa rien. Pas de propulsion du corps pour voir les zones alentours comme en plein jour, rien. Elle décroisa les bras et recommença, cette fois en se concentrant plus, sans vraiment écouter le nain près d'elle. Mais toujours rien. Elle rouvrit les yeux en serrant les poings, c'était une énorme perte de temps, elle n'avait pas trente-six dons, pourquoi vouloir à toute fin lui faire faire ce genre de chose ? Elle regarda Rulf qui en faisait autant, elle soupira et recommença alors, en essayant de ne pas s'énerver contre le nain à ses côtés. Elle finit par ressentir quelque chose et essaya de le garder en fronçant les sourcils. Elle voyait le nain briller, puis autre chose, mais elle ne savait pas quoi. Elle en avait la tête qui tournait, mais continua tout de même. Elle voulait savoir d'où provenait la magie qu'elle ressentait non loin du camp. En insistant, elle finit par tomber à genoux et rouvrit les yeux en tenant son front à deux mains. Elle avait fini par voir quelque chose après tout, mais très flou avec un objet magique qu'elle n'avait pas réussi à voir à cause de la brillance.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Mai - 15:16
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Je sentais le désarroi de la fée qui ne parvenait pas à ressentir la magie. Je me concentrais sur ma propre action en me disant que je pouvais peut-être l'inciter à ressentir la même chose que moi. Je soufflais l'air de mes poumons et prenais une nouvelle inspiration en me concentrant davantage sur l'entité magique hors du camp que je venais de ressentir. Un mal de tête commençait à me prendre alors j'arrêtais cette opération. En ouvrant les yeux je fut très surpris de la voir plus petite que moi, et très inquiet. Elle avait posé ses deux mains sur son front et grimaçait sans rien dire. Je coupais toute autre activité magique pour lui envoyer une vague d'apaisement. Je plaçais mes mains sur ses tempes et lui lançais ce maigre sort. Je soulageais sa douleur comme je le pouvais, par mes propres moyens. Je n'étais pas doué non plus en sort mental, mais je pouvais soulager la douleur physique. Elle semblait allé mieux et je l'aidais à se remettre debout. Je voulais lui parler pour la rassurer mais ne trouvais pas de mots pour lui dire d'une manière moins franche.

"Je... Je sais pas quoi te dire. Je voudrais te rassurer, mais je trouve pas les mots. Je pense que nous devrions aller voir directement ce qu'il peut y avoir là-bas..."

Elle hocha la tête. Je fis apparaître ma lance et m'avançais. Je fis apparaître une flamme au bout de celle-ci pour nous éclairer. Un archer faisant une ronde vint tendre une torche à Adelia et repartit aussitôt. Elle tirait son épée derrière moi. Je partais en direction de l'entité magique que je ne parvenais pas à identifier. Je guettais le moindre signe d'une embuscade, ou danger. Je m'approchais avec Adelia assurant mes arrières. Nous nous éloignions du camp pour nous approcher de cette chose dont l'aura était de plus en plus forte. Nous continuions un peu plus. Nous évitions les racines au sol et écartions les branches de devant nos yeux. Leur forêt si verte le jour étaient bien sombre la nuit. Seuls le halo de la torche et la flamme au bout de ma lance nous permettaient d'y voir un peu plus clair. Notre horizon se limitait à quelques mètres. Tout ceci faisait que j'étais à cran et qu'en cas de danger j'étais prêt à en découdre. Je pensais alors à dresser un bouclier. Pourquoi je n'y avais pas pensé avant ? Je créais un bouclier de feu qui me protégeait, mais nous permettait aussi d'élargir l'horizon. Je souriais alors qu'Adelia fut surprise. Elle avança la main mais n'osa pas me taper sur l'épaule. Je continuais sur quelques mètres seuls. Elle s'était arrêté. Je me rendais alors compte que je venais de dépasser l'aura au plus fort. Je fis demi-tour et rejoint Adelia. Elle se tenait là où la force se ressentait le plus. Je regardais autour de nous, rien. Je passais mon regard au sol, rien non plus. Pourtant c'est bien là que nous sentions l'énergie au pus fort.

"Comment tu as fait pour savoir que c'était là ? Et ... y'a rien ici !..."

Je soupirais et fis un tour sur moi-même pour voir si rien ne venait à nous. Je levais les yeux au ciel m'attendant à ce que quelque chose nous tombe dessus. Ce ne fut pas une surprise de voir les feuilles des branches les plus basses. Et oui, même la nuit y'a que des arbres. Je soupirais une deuxième fois et reposais mes yeux sur le visage pensif d'Adelia. J'attendais une suggestion de sa part.  





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 9 Mai - 22:27
Vers l'inconnu

Adelia avait vu finalement, elle avait ressenti quelque chose. Sa tête lui faisait affreusement mal, elle se massa les tempes et essaya de rouvrir les yeux. Elle avait finalement acquit le fait de voir au-delà. Ce don là au moins lui servirait à quelque chose. Elle retira ses mains de ses temps et sentit un peu d’apaisement venant du nain. Au départ, ce la ne l'apaisait pas du tout, mais finalement son mal de tête cessa enfin. Elle se redressa avec l'aide de Rulf. Ce dernier lui confia alors qu'il ne trouvait pas les mots exacte pour la rassurer. Pourtant, elle savait que ce n'était certainement pas normal de ressentir autant de douleur comme cela. Il lui demanda d'aller jeter un œil directement là-bas. En grimaçant, Adelia hocha la tête. Elle porta une de ses mains à son front et fronça les sourcils. Ce sentiment étrange qu'elle avait eu et les choses qu'elle avait vu, elle avait peur de ce nouveau don. Elle devait si faire assez rapidement pourtant. Un des archer lui tendit une torche puis s'éloigna, elle sortit son épée et suivait Rulf de près. Ils avançaient ensemble vers l'inconnu, vers une magie qu'elle avait ressenti, un lieu sûrement dangereux. En se retournant, elle remarqua qu'ils étaient éloigné du camp. C'était peut-être un piège, quelque chose les forçait à quitter le camp pour mieux s'occuper des paysans pendant leur absence. En revenant, ces derniers seraient certainement tous morts. Elle eut un frisson et reprit son attention sur leur avancement. Elle sursauta en voyant le nain prendre feu, ils voyait mieux au moins. Ils progressaient toujours dans la forêt dense avant qu'Adelia ne s'arrête net en fronçant les sourcils. Ce qu'elle ressentait été plus fort là où elle se situait, elle ne savait pas du tout comment cela était possible. Elle regarda autour d'elle, elle ne reconnaissait rien puisqu'elle avait vu des simple objet briller et rien d'autre. Rulf lui demanda alors comment avait-elle su que c'était là, qu'il n'y avait rien. Elle haussa les épaules sans comprendre encore le pourquoi elle ressentait ce genre de sensation. Qu'elle était cette force invisible qui les avait attiré jusqu'ici ?

« - Je ne vois rien et je ne sais pas ce pourquoi je ressens ce genre de pressentiment, peut-être un piège ou alors quelque chose va arriver sur les villageois ! Je ne sais pas comment j'ai su, tout ce que j'ai vue, c'est des objets qui brillent, le reste était flou ! Mais cet endroit me semble plus fort en magie qu'ailleurs.... »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Mai - 23:23
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Rien n'était visible et pourtant nous étions deux à être persuadé qu'il y ait quelque chose ici. Je ne trouvais rien aux premiers abords en regardant autour de nous. Je ne resterais pas sur une défaite à ce sujet et y reviendrais plus précisément. Pour l'heure j'écoutais la supposition d'Adelia. Je fronçais les sourcils en me disant que cela pouvait être tout à fait possible. Mais je me demandais pourquoi ? Ces gens n'avaient rien, les seuls pouvant attirer de mauvaises âmes pouvaient être l'aubergiste et son fils magique. Pour le reste je dois aussi avouer être surpris qu'un être puisse trompe la vigilance des elfes, à moins que ce ne soit l'œuvre d'un sorcier noir. J'avais le don pour voir le pire, mais devais en avoir le cœur net, elle me faisait douter d'un coup. Elle ne savait pas comment elle s'était rendue à cet endroit aussi facilement, là où l'aura magique était le plus fort. Je décidais donc de laisser cette enquête pour plus tard et nous assurer du bienêtre des hôtes de notre camp de fortune.

"Tu as peut-être raison, alors au camp pour nous assurer que tout va bien !"


Je pris les devant et courais en direction du camp. Les elfes se levèrent et bandèrent leurs arcs alors que nous n'étions qu'à une centaine de mètres. Qu'est-ce que je pensais ! Ils nous reconnurent et interrogèrent Adelia sur notre course. Je répondis à sa place en leur disant que nous pensions à un piège magique pour nous écarter. Je leur dis que nous allions un peu discuter et leur faire part de notre plan. Je me retournais vers Adelia en souriant:

"Tout va bien tu vois ! Ne réveillons personne. Ce que je te propose c'est qu'on retourne là-bas et qu'on détermine la source de cette magie. Mais pour ne pas revenir ici trop vite et nous en faire pour eux je propose qu'on fasse une sorte de chaine d'éclaireurs, comme ça si y'a un problème on sera vite alerté. Attends moi là et calmes toi. Hé... tout va bien"

La petite fée ne semblait pas vraiment dans son assiette et tournait vite dans ses méninges. Elle venait de courir à toute allure et s'en faire pour ses gens. Elle tenait sa tâche très à cœur et je remarquais de belles valeurs en elle. Elle ne semblait pas habitué aux situations ambigüe et encore moins à faire des choix. Je reprenais son rôle pour cette nuit, mais lui rendrait les rênes dès demain matin. Je la regardais et tentais de la rassurer un peu. J'allais vers les elfes et lui fis signe de m'accompagner. Elle était devenue assez blanche mais je ne lui dis rien pour qu'elle ne s'inquiète pas plus. Je demandais au elfes et aux hommes de garde de trouver d'autres volontaires, au moins deux ou trois, pour former une chaine d'éclaireurs, de préférence par deux avec une torche minimum chacun, de la position du camp à celle où nous nous rendions. Ils acceptèrent tous en hochant la tête curieux de savoir ce qui a pu nous lever en pleine nuit et que seuls les êtres magiques ressentaient. Ils acceptèrent aussi en raison de la mine d'Adelia à côté de moi. Je pris le bras d'Adelia et lui dis:

"Allez, on y retourne. Souffles ! Détends toi, il nous arrivera rien cette nuit. !"

Je passais devant, toujours éclairé par mon bouclier. La chaine humaine se constitua peut après. Nous pouvions voir le chemin des torches jusqu'au camp. Si l'une d'entre elle s'éteignait c'est qu'il y aurait un problème. De retour à l'endroit où nous étions tout à l'heure je lui montrais la chaine de lumière pour qu'elle se rassure. Je recommençais alors notre investigation en ressentent exactement la même énergie magique. Elle avait trouvé l'endroit, maintenant il fallait trouver la source de cette magie.

"Bon, maintenant au boulot, cherches partout, mais faut savoir d'où ça vient et si possible qu'est-ce que c'est !"

Je commençais par ce que je pensais: en l'air. Je levais la tête en direction de la cime des arbres. Le manque de lumière ne me permettait que d'entrevoir les branches les plus basses. Je fis signe à un elfe de donner sa torche à Adelia. Magiquement je lévitais difficilement de quelques mètres pour atteindre ces branches. Une fois la première empoignée je montais de manière traditionnelle.

"Je vais fouiller dans ces arbres pour voir si ça vient pas d'là"

Je montais alors dans l'arbre et regardais à la fois avec mes yeux et mes sens magiques les différents embranchement, sous les feuilles, entre les branches, vers le tronc. Une idée me vint à l'esprit: et si l'objet ou la source de la magie était dans l'arbre ? Je collais mon oreille au tronc et écoutais attentivement le moindre son inhabituel. Je n'écoutais qu'une vague qui devait être le sang de ma cervelle en train de cogiter. Je me décollais et soupirais. Je montais encore pus haut et passais ainsi de vaines minutes à fouiller et déranger la chouette en haut. Je redescendais en haussant les épaules. Elle me dit avoir fouiller dans les buissons tout aussi infructueusement que moi. Je fis un tour après elle tout de même, mais ne trouvais rien de plus. Nous venions de balayer une large zone où nous ressentions cette magie. Je lui dis alors de regarder attentivement au sol. Je balayais quelques feuilles avec mon pied. Je ne trouvais rien posé par terre. Je commençais à perdre patience. Je tentais alors de savoir s'il ne s'agissait pas d'un feu follets. Je me sortais l'idée de la tête sachant que ces créatures étaient visibles à l'œil nu et n'irriguaient pas cette force. Je me retournais vers Adelia et campais mes deux pieds dans la terre. Je posais mes mains sur mes hanches et fronçais les sourcils. Je croisais ensuite les bras sur mon torse et portait ma main droite à ma barbe. Comment cela était-il possible ? J'allais vraiment finir par croire que nous étions un peu déboussolés, ou peut-être en manque de sommeil. Je n'étais pas en train de rêver quand même ? Un vent nocturne me confirmait que non. Je tournais alors mes espoirs vers Adelia d'in air interrogatif et en manque d'inspiration:

"Tu aurais une idée toi ? ..."







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 14 Mai - 17:12
Vers l'inconnu

Adelia avait fait sa supposition. Après tout, c'était certainement un piège pour les éloigner du camp et en finir avec les villageois. Elle n'était pas du genre à sans faire pour un rien, mais ces gens avaient déjà tout perdu. Elle écouta Rulf lui proposant de retourner au camp. Adelia y alla au pas de course et rattrapa Rulf une fois dans le camp. Quelques villageois posèrent des questions, pensant certainement à une attaque soudaine. Mais le nain les rassurant en les informant sur un effet magique qui s'était propagé un peu plus loin du camp pour les éloigner. Ils écoutaient un peu surpris sur le coup. Adelia regarda autour d'elle et reprit son attention sur Rulf qui avait repris la parole en s'adressant à elle. Il lui disait que tout semblait aller bien dans cette partie de la forêt et qu'ils feraient mieux de retourner vers la source de la magie et tout trouver ce qui n'allait pas. Elle hocha tout simplement la tête. Il proposa par la suite de faire une chaîne humaine avec les villageois, munie de torche, jusqu'à l'endroit où se situer l'énergie. Elle suivait le nain du regard, alors que ce dernier parlait aux elfes et aux villageois, les tenant au courant de ce qu'il voulait faire. Elle écouta ensuite Rulf la rassurer encore. Elle n'avait pas peur, mais elle ne s'en remettait pas encore de ce don qu'elle avait acquis, en si peu de temps. Elle souffla sans rien dire et observa les villageois faire la chaîne jusqu'à l'endroit où elle s'était alors arrêter. Ils reprirent leur investigation à cet emplacement, elle remarqua Rulf montant à un arbre. On lui tendit une toche et elle la saisit. Adelia regarda un peu partout, cherchant dans l'herbe, dans les buissons, elle en fit par à Rulf, qui alla tout de même vérifier à son tour. Mais rien. D'où pouvait donc venir cette magie. Adelia était épuisée et avait hâte d'en avoir fini ici. Demain serait une longue journée et une nuit sans sommeil allait se faire sentir. Elle regarda le sol et essaya de se concentrer un peu plus sur l'endroit. Avec la torche qu'on venait de lui passer, elle arrivait à voir dans l'obscurité. Le vert des arbres lui donnaient à présent le tournis, mais cela devait remonter à ses vertiges quand elle avait voulu forcer sur son pouvoir. Elle hésita un instant de retenter l'expérience. Est-ce qu'elle allait encore tomber dans les pommes ? Ou arriverait-elle à y faire face, le contrôler au mieux ? Il allait lui falloir de l’entraînement, tout comme les deux autres dons qu'elle avait. Elle soupira et roula des yeux en exécutant encore le pouvoir de voir. Elle ferma les yeux et se concentra sur son objectif. Elle ne décelait rien pour le moment et ne voulait pas encore forcer sur ce don. Finalement, en rouvrant les yeux elle vit un objet briller au sol que personne ne semblait apercevoir à part elle. Adelia allait avancer vers ce dernier quand elle entendit Rulf lui parler, lui demandant si elle en avait une certaine idée d'où émanait la magie. Elle le savait maintenant. Elle avança de quelques pas vers l'objet en question. Adelia fronça les sourcils en se baissant, toujours la torche à la main. L'objet avait cessé de rayonner à présent, elle hésita de tendre sa main pour le saisir. Il était là, dans l'herbe à quelques pas plus loin que le chemin de villageois. Elle le ramassa enfin et le regarda de plus près.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Mai - 18:28
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Cette chose commençait sérieusement à me gonfler. Je n'étais pas le genre de nain à patienter des heures. J'étais en train d'attendre les bras croisés et réfléchir à ce que je pouvais bien faire d'autre. J'interrogeais Adelia qui semblait pensive. Elle avait fermée les yeux et tentait une nouvelle fois de déterminer magiquement où se trouvait l'objet. Je la laissais faire et m'introduisais dans une partie de ses pensées. Sa magie la guida jusqu'à un endroit son les buissons, au milieu de l'herbe. Elle s'arrêta et n'alla pas plus loin. Je fronçais les sourcils, elle semblait captivée par le sol. Je levais les yeux au ciel. Elle ne maîtrise aucun de ses sorts, j'ai plus d'années d'expérience, et elle se dirigerait comme ça vers l'endroit où est la source de cette magie... Elle ne répondit pas à ma question par des mots. Elle s'avança et plia ses genoux pour se baisser ramasser quelque chose à l'intérieur d'une motte de terre planquée par une broussaille. Il était à quelques pas en direction du "village". Je soupirais et regardais de nouveau le ciel en me disant qu'il y avait peut-être quelque chose là-haut finalement, comme l'affirmait Patrick lors de nos combats.

Je m'approchais d'elle pour voir qu'est-ce qui avait bien pu perturber notre sommeil. Elle se releva et me le montrait dans la paume de sa main. Il s'agissait d'un objet sculptée dans une pierre que je ne pouvais identifier à la lumière des torches. Ma curiosité de nain m'y ferait travailler demain. Pour l'heure je ne voulais pas lui prendre. C'est elle qui l'avait trouvé, c'est à elle qu'il était. De toutes manières je ne pensais pas à le garder. Je relevais les yeux vers elle et lui dis justement:

"Retournons au camp dormir à présent. Gardes-le, on verra à s'y intéresser demain..."

La nuit n'allait pas être très longue. Je l'entrainais à prendre le chemin à côté duquel nous étions. J'entrainais avec nous d'un simple geste de la main les hommes de mon côté, elle faisait du même de l'autre côté. Nous retournions au camp ensemble en silence. Les hommes de garde retournèrent à leur postes et une ronde plus serrée autour du camp. Les autres allèrent se coucher. Le tavernier était sorti de sa tante et dit à Adelia d'aller se coucher et qu'il allait s'organiser avec le chef du village pour prendre nos tours de garde. La nuit allait être courte et nous avions besoin de nos forces. Je demandais alors à Adelia d'accepter. Une fois qu'elle eut pliée à cette demande je lui souhaitais bonne nuit et me glissais sous ma tente pour une nuit de sommeil méritée.

////////////////////////

Je passais une nuit sans rêve. Je sortais de sous mes couvertures et m'étirais en baillant. Je m'assis et entendais le bruit d'une personne manger derrière ma tente. Je fis craquer mes articulations et me levais pour aller voir. Je fis le tour et constatais que Gorm était de retour en train de manger un lapin à peine cuit. Je me dirigeais ensuite vers le centre du village de fortune. Le tavernier était là, les deux elfes, et une femme. Je leur demandais alors s'ils avaient bien dormis. Ils me répondirent que oui. Ils avaient à me parler. Je leur dis alors de ne plus attendre, mais me servir de quoi manger pour ce matin. Ils sourirent et me tendirent de quoi prendre un premier repas. La femme repartit. L'un des elfe pris alors la parole et me dit qu'ils avaient eu un contact avec des elfes de la côtes. Ceux-ci leur avaient dit que nous ne pourrions peut-être pas avoir accès au comptoir vers lequel nous dirigions nos pas. Il me dit qu'il y avait des attaques venues du nord du pays. Il fronça les sourcils en ajoutant que les elfes de la côte ne savaient pas s'il s'agissait d'homme des territoires hostiles ou d'hommes à la solde d'un seigneur...

Je mangeais en l'écoutant et réfléchissant à une solution viable avec autant de monde. Je sursautais en remarquant Adelia s'assoir à côté de moi. Je lui souris ensuite et lui dis alors:

"Tout d'bord bonjour ! As-tu passé une bonne nuit ? Et ... J'ai besoin de te tenir tout de suite au courant. Tiens, prends ça... c'est très bon. Et ça. Là où nous nous rendions il se pourrait qu'il y ai des attaques, dont personne ne connait le commanditaire, ou les commanditaires. Est-ce qu'on prend le risque de se dire que ce n'est peut-être rien, que c'est plus tard et qu'on sera passé, ou on pique sur Suef ?"


Je lui donnais divers éléments pour qu'elle mange quelque chose de bon ce matin. Je voulais absolument la tenir au courant et discuter d'une solution. Plutôt que réfléchir chacun de notre côté, nous avions aussi tôt fait de partager nos idées et projets.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 21 Mai - 13:53
Vers l'inconnu

L'objet était dès plus étrange, que faisait-il caché dans les fourrés ? Adelia fronça les sourcils. Petit, il dégageait tout de même assez de magie pour les faire sortir du camp et partir à sa recherche. Elle continua de l'observer dans tous les sens. Il avait cessé de briller et n'émanait plus de magie. Elle soupira, en sentant qu'elle avait encore la tête qui tournait. Elle n'avait pas l'habitude de se servir d'un tel savoir en magie. Le don de projection de l'esprit n'était pas donné à tout le monde, pourtant, il semblerait qu'elle l'ait. Elle retint finalement un soupire et se tourna vers Rulf. Elle se releva doucement et plaça l'objet dans le creux de sa main pour lui montrer. Il lui fit savoir qu'il s'y intéresserait demain à l'aube et qu'il fallait allé se coucher. Adelia garda l'objet dans sa main, méfiante à l'idée de le glisser dans sa poche. Quelqu'un, certainement un sorcier noir, l'avait perdu. Elle fit un geste de son côté pour prévenir les villageois qu'ils retournaient tous au camp. De retour au camp, la sécurité de ce dernier fut renforcer, d'autres allèrent se coucher. Le tavernier s'approcha d'Adelia, lui faisant comprendre qu'il allait prendre le tour de garde. Elle hocha la tête en reprenant son attention sur l'objet. Elle n'entendit pas qu'on lui souhaitait bonne nuit. Une fois sous sa tente, elle posa l'objet non loin d'elle et s'allongea sur la paillasse de fortune. Sans le quitter des yeux, elle s'endormit.

Elle s'éveilla pourtant en sursaut le lendemain. Le soleil était levé depuis peu et le temps était frais. Elle attrapa l'objet découvert la vieille et quitta sa tente après avoir préparé ses affaires, elle glissa sa besace sur une épaule. Elle repéra assez rapidement le nain et les elfes qui mangeaient. Adelia les rejoignit sans attendre, et remarqua la présence de Gorm. Elle roula des yeux en écoutant Rulf lui demander si elle avait bien dormit. Elle n'eut pas le temps de répondre que déjà il la mettait au courant de quelque chose en lui fourrant dans les mains du lapin. Elle grimaça et reposa le tout sur un chiffon en face d'elle. Elle fouilla dans sa besace à la recherche de fruits tout en l'écoutant. Il lui fit part d'une crainte, à propos une attaque là où ils doivent se rendre. Elle croqua dans sa pomme en fronçant les sourcils. Rulf lui indiqua que personne ne semblait savoir qui étaient ces individus et lui proposa de passer ailleurs.

« - Je ne veux pas prendre de risque en emmenant avec nous des villageois qui n'ont pas d'armes, ou juste des fourches..., alors qu'on pourrait passer par Suef... »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Mai - 19:43
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Madame faisait sa difficile ce matin, comme si ce bon lapin bien cuit que je mastiquait n'était pas à la hauteur d'un premier repas ! Je soupirais en la regardant faire et prendre une pomme, ça c'était pour finir le repas... Même qi elle faisait sa fine bouche cela ne l'empêcha pas de m'écouter et me répondre de la façon que j'attendais. Si elle manquait de discernement sur certaines choses, elle se rattrapait sur d'autres. Je souris en prenant une choppe de lait que me tendait l'elfe à côté de moi. On allait finir par être potes... Je souris malgré la situation qui n'y prêtait pas vraiment. J'étais heureux à l'idée d'avancer vers les espaces de cultures de elfes et voir autre chose que cette multitude d'arbres et de racines. Je finis ma bouchée et bus pour finir le lait dans ma choppe. La cuisse du lapin, assaisonné avec de bonnes herbes, n'était plus qu'un os, que je jetais dans le buisson à quelques mètres.

"Très bien"

Je me curais les dents avec ma langue. Je pris une pomme et me levais. Il fallait bien que quelqu'un qu'est assez de voix mette tout le monde au courant, et pour ça je savais faire. Je pris la direction de la tente du chef. Je constatais qu'il sortait au moment où je me tenais devant sa tente. Je lui expliquais ce qui se passait et notre décision. Celui-ci acceptait de changer de direction.

Pendant ce temps là Gorm finit le lapin qu'il dévorait derrière la tente de Rulf. Il se lécha les doigts mais n'avait rien pour les essuyer. Il venait de manger à la façon d'un gobelin mais avait promit à Rulf de faire des efforts pour se civiliser. Rulf lui avait dit que ce n'était pas parce qu'il n'était pas né dans une famille de chef qu'il n'avait pas le droit de bien se comporter et être noble par d'autre moyen. Depuis Gorm y avait bien réfléchit, et à côtoyer les hommes, les nains et ces êtres aux oreilles pointues, le message quasi universel des peuples de Podendril, lui faisait croire que cet avenir était aussi valable pour lui. Il se distinguerais par ses actes, et ses mots lorsqu'il en estimerait la valeur. Pour l'instant il ne jugeait pas utile de parler pour peu de choses. Il regardait ses mains et cherchait des yeux de quoi s'essuyer. Il ne trouva rien. Il regarda vers le camp et voyait la femme toute maigre parler avec d'autres autour du feu. Enfin, parler, pour Gorm elle échangeait quelques mots. Il vit qu'elle avait ce que Rulf lui avait dit d'utiliser pour s'essuyer les mains. Il se leva en laissant son sac derrière la tente, son coutelas était à sa ceinture. Il se dirigea alors vers Adelia les mains devant lui pour lui signifier qu'elles étaient sales. Il se posta devant elle. Elle le regardait les mains tendues mais ne dit rien. Il grogna et lui montra du doigt la serviette. Il montrait ensuite ses doigts graisseux à la lumière du soleil.

Je remarquais un drôle d'échange entre Adelia et Gorm. Il était rare, et même très rare, que Gorm aille si facilement vers quelqu'un sans le soulager de sa bourse ou sa vie. Qu'est-ce qui le prenait à avoir des rapports si pacifiques et ... "normaux", avec un autre être vivant ? être vivant qui n'était pas un sanglier ... Je me remémorais la fois où je dus aller le chercher dans un terrier alors que je venais d'user de la magie pour la première fois en sa présence. Le chef me désigna un tonneau. Je lui avais demandé de me trouver un point pus haut pour que tout le monde me voit et m'entende. Je commençais à être habitué de monter sur les tonneaux. Je montais sur celui-ci et remercias monsieur pour son aide. Je me mis droit et gueulais alors pour rassembler les villageois du camp. Tous vinrent devant moi. Une fois que je remarquais le nombre normal de personne je leur intimais de s'asseoir. Adelia, le chef, Gorm, les elfes, les marmots... tous étaient assis en demi-cercle. Je demandais le silence et l'obtins en peu de temps. Il faut dire que je ne leur laissais pas vraiment le choix avec ma voix qui portait. Je me raclais la gorge puis leur expliquais calmement que nous allions changer de direction. Je les rassurais en leur disant que cela allait nous permettre de voir de belles terres. Je pris le temps de décrire les côtes elfes, les cultures et enfin les plages de sable. Cette petite envolée permettait de ne pas leur faire penser aux dangers qu'il nous resterait à éviter et la longueur du voyage. En décrivant les paysages que je connaissais en partie par les livres et mon précédent voyage ils sauraient à quoi s'attendre et trouveraient peut-être le temps moins long. Je leur expliquais ensuite comment nous allions procéder pour partir et organisais ainsi une partie du départ. Je finis en ajoutant de prendre leur temps et croire en ce voyage. Je fus applaudis en finissant ce petit discours. Les gens se relevaient sachant quoi faire. La première chose que je leur avais demandé c'était de prendre un premier repas, rassembler leur affaire, puis rassembler les sacs sur les mules restantes et au pied d'un arbre, charger deux personnes de surveiller le tout, aider les uns et les autres à proximité pour replier les tentes. Je fus aidé par le chef pour descendre. Je me dirigeais vers Adelia et Gorm.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 31 Mai - 20:38
Vers l'inconnu

Adelia croqua de nouveau dans sa pomme, les fruits étaient meilleurs que de manger du lapin dès le matin. Elle avait répondu tout simplement à sa demande. Le fait de se rendre à Suef était certainement une perte de temps, mais au moins ils éviteraient le danger. Elle savait qu'on devait lui faire part de chaque changement de situation, mais pour quoi ne pas agir eux-mêmes et la prévenir ensuite et partir sur le champ par la suite ? Après un moment de réflexion, elle savait que c'était important pour eux, qu'elle était importante aux yeux des villageois. C'était elle qui les avait conduits jusqu'à Rulf après tout et ils devaient certainement vouloir un avis avant chaque action. Elle soupira et continua de manger sa pomme avant de se rendre compte que Rulf se levait. Elle le suivait un instant du regard avant de reprendre son attention sur sa pomme et de la chope qu'on lui tendait. Adelia tendit la main pour se saisir de cette dernière en penchant simplement la tête pour remercier. Elle but une longue gorgée d'eau et jeta le trognon de pomme dans les fourrées en regardant du coin de l’œil si un des elfes ne l'avait pas vu faire. Elle fouillait dans son sac à la recherche d'une seconde pomme quand le gobelin se plaça face à elle, d'un grognement il essayait de communiquer avec elle. Adelia le détailla longuement sans rien comprendre alors qu'il lui montrait ses mains. Il semblait qu'il avait certainement tué quelqu'un ou peut-être voulait-il lui dire autre chose. Elle soupira et reprit son inspection de son sac, mais le gobelin en face d'elle semblait insister. Elle finit par lui lancer le chiffon qu'elle détenait dans le visage et se leva ensuite pour s'éloigner un peu. Il n'était même pas capable de demander quelque chose convenablement, obligé de grogner bêtement. En se tournant vers le camp, Adelia remarqua que tout le monde semblait s’intéresser à ce qui se passait au centre. Adelia resta en retrait, les bras croisés sur la poitrine, observant Rulf debout sur un tonneau. Elle roula des yeux en écoutant ce qu'il disait. Elle n'avait jamais été dans cette partie-là du monde, c'était une première. S'éloigner autant d'Ad'Lucem allait la changer avec toutes les rencontres qu'ils faisaient. Puis enfin, Rulf descendit du tonneau après un discours des plus cours, il avait décri leur voyage pour rassurer les villageois de leur périple. Finalement, tous les villageois s'empressèrent pour plier les tentes et rassembler les peu de vêtements qu'ils avaient. Rulf se dirigeait alors vers Adelia et Gorm qui s'était rapproché d'elle. Adelia fouilla dans sa poche et tendit l'objet étrange au nain, histoire que lui aussi le voit de plus près. Il lui avait signalé la veille qu'il l'examinerait à la lumière du jour aujourd'hui, Adelia s'en était alors rappelé. Sans rien dire pour le moment, elle attendait une réaction de sa part sur cet objet en question.

« - Il provient d'où à ton avis ? »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 639
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Juin - 13:57
Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Adelia n'ajouta rien à mes indications. Je m'approchais d'elle et de Gorm à côté d'elle. Il s'essuyait les mains en souriant fièrement. Je fronçais les sourcils en le regardant. J'étais sûr qu'il ne lui avait rien dit, ni remercié. Je reviendrais là-dessus dans un instant. Adelia fouilla dans sa poche et en tirait l'objet qu'elle avait trouvé cette nuit. Il avait troublé une partie de notre sommeil, puis plus rien. Je souris, elle avait de la mémoire... Je relevais la tête en lui faisant la remarque suivante:

"Tu sais que c'est la première fois que tu me tutoie ?"

Je souris et levais la main pour lui dire de laisser tomber, elle n'avait rien à répondre à cela. Je tenais ma promesse et m'y intéressais. Je lui demandais de me suivre pour ne pas que nous restions au milieu du camp. Nous nous assîmes tout les trois sur une racine pour ma part et une énorme pierre pour Adelia et Gorm. J'étais en face d'eux. Gorm se tenait à une distance respectable d'Adelia. Sans rapport avec la pierre ou ce que nous allions faire Gorm se tourna vers Adelia et lui dit:

"Torchon pour mains... Merci !"

Je soupirais et secouais négativement la tête, dépité. Adelia me regardait, puis sourit. Je changeais l'atmosphère et revenais à nos moutons. Je tendais la main pour qu'elle y dépose l'objet. Je l'observais attentivement et commentais en même temps en le tournant dans ma main.

"C'est un objet pas plus gros qu'une paume de main... Quel utilité peut-on en avoir ? C'est taillé dans la pierre, finement taillé. Les couleurs ont été peintes patiemment. Le travail de la pierre et les dessins en couleur sont très précis. Ce petit détail dans le travail de la pierre me gêne. Tu vois, cet objet est d'une manufacture très aboutie. Je t'aurais bien dis que c'était d'origine elfe, pourtant il n'y a rien qui permette d'en donner une utilité directe. Je t'explique. Lorsque les elfes taillent la pierre si finement c'est pour en faire un objet d'apparat, à mettre à la ceinture, sur un mur, sur un casque... En fouillant cette nuit nous n'avons trouvé aucun autre objet. On pourrais aussi penser à un marchand qui ai perdu cet objet... Mais de même, pas qu'un seul ! Hum...Pour ce qui est de la magie maintenant... Hum, hum... je sens de la magie blanche, assez balèze... c'est une puissance complexe... C'est-à-dire qu'il y a différents éléments magiques en un seul objet... les elfes ne font pas ça sur des objets si petits, mais plus sur des épées, boucliers... C'est sûr maintenant c'est pas elfe. Un homme, même mage ne ferait pas ça... Il y a une forte magie de protection, c'est le plus évident. Il y a autre chose de fort aussi... On dirait de la magie du spiritisme... Oui. Fronces pas des sourcils comme ça. Le spiritisme c'est à la fois la magie liée à l'esprit et celle de la combinaison d'éléments. Par exemple la télékinésie te permet d'amener à toi des objet. Par là tu utilises la magie de l'esprit, la magie de l'air, voire celle de l'eau si ton objet est dans la flotte. Et bien cet objet permettrait à un mage d'emplifier ses pouvoirs... je pense... Sinon... pfff. Je dois bien avouer mes limites. Je ressens un autre type de sorts, plus faible, mais présent. Je pense à une sorte de sortilège capable de concilier toute cette magie et ... Hé ... Gorm... "

Gorm penchait la tête et ses oreilles s'orientaient de différentes manières au fur et à mesure de mes paroles. Je le savais curieux et intéressé, mais il n'intervenait quasiment jamais. Là il finit par se lever, bondit de l'endroit où il était assis et me prit l'objet des mains. Je fus surpris mais le laissais regarder s'il voulait. J'étais étonné de le voir tourner l'objet dans ses doigts, comme s'il recherchait quelque chose de bien précis. Je croisais les bras sur ma poitrine et le regardais. Il venait de trouver ce qu'il cherchait. Il piquait ma curiosité et trop patient je lui demandais:

"Tu pourrais partager..."

Il releva la tête vers moi, puis se tourna vers Adelia pour qu'elle voit bien ce qu'il montrait.

"Rrhgh... Hurgh... Ah... ça pas oreilles pointues... Vois ! là pierre de maigres ailés... fées... Là... peinture, gobelin... Oui... vois ! marque nous ! magie forte... euh.. claque pouf ..."

Il nous montra une étrange marque sous l'objet. Je ne l'avais pas remarqué, trop concentré sur le travail de la pierre. Je hochais la tête. Il était tout à fait possible que cette pierre provienne du pays des fées. La peinture pouvait très bien être des gobelins. Il nous montrait des détails bien précis. Puis à ses derniers mots il essayait de nous mimer quelque chose, un sort. Il tenait sa main ouverte et la fermait à droite, "claque", puis il dirigeait son poing sur la gauche et rouvrait la main, "pouf". Il le répéta une fois. Il rendit l'objet à Adelia qui fronçait autant que moi les sourcils pour comprendre ce qu'il disait. Elle semblait comprendre avant moi. J'haussais les sourcils en sachant qu'il parlait de téléportation. Elle le dit avant moi et j'hochais positivement de la tête. Je lisais ses pensées pour Patrick sans rien dire. C'est à ce moment là que quelque chose d'étrange se produisit. L'objet se mit à briller dans ses mains. Cette lueur blanche n'était pas aveuglante. Une sorte de rayon se dirigea vers le ciel. Il passa du blanc au bleu, puis au violet et fonça. Elle me regardait comme si j'en étais responsable. Je haussais les épaules.

"Je ne sais pas ce qui se passe, ne bouges pas. Cette magie n'est pas néfaste."

Le ciel s'obscurcit un instant. Une énergie se dégagea de l'objet et je me sentais bien. Gorm ne semblait pas être affecté. Il venait de dégainer, comme s'il pouvait lutter. Il était sur ses gardes mais ne tentait rein d'inconscient. Il regardait, comme nous deux, cette magie étrange se dégager. Puis l'objet perdit toute lueur et redevint pierre peinte. Sa magie était la même que tout à l'heure. Le soleil perçait à présent de nouveau le dais des arbres. Un elfe arriva à la course, un autre sur ses talons. Ces êtres, même non magique, étaient très sensibles à ce genre de changement dans l'air. Ils avaient vus le ciel changer aussi... Je leur dis la vérité, à savoir que je ne savais pas ce qui venait de se passer. Les elfes regardèrent l'objet en haussant des épaules. Ils dirent que cela n'était pas de manufacture elfe. Nous restâmes un moment perplexe et interrogatif. Le chef vint nous chercher et nous dit que la plupart serait prêt à se mettre en route. Je dis à Adelia que nous retournions au camp pour aider les gens et nous diriger vers Suef.

"Gardes précieusement cet objet. Il n'a rien de maléfique, mais je ne voudrais pas que sa puissance ou ses capacités soient utilisées à mauvais escient".

Nous retournions au camp où la plupart des gens s'activaient pour finir de plier les tentes.






Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2339
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:46

ARCHIVAGE DES RPS


Votre RP est terminé, il est donc ARCHIVÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
[terminé] [Rulf et Adelia] Vers l'inconnu (suite)
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Expédition vers le Harad.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-