AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pas de repos pour les braves - Jack et Patrick
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : Précédent  1, 2


J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Oct - 23:06



Pas de repos pour les braves



Le mage noir semblait former je ne sais quelle magie. Il allait nous détruire avec son oeuvre. Je pris mon épée et rageais face à la perversité de ces êtres. Plutôt que nous détruisions sa magie et rendions la paix à ses morts, le mage noir préférait nous détruire, et se détruire pour que rien ne ce sache. Je pris fermement mon épée et serrais mon pommeau à deux mains. Je me gonflais de haine et n'avait qu'une envie: le tuer. Ces êtres ne méritaient ni pardon ni possible rédemption. Ils ne laissaient même pas les morts en paix. J'avais tant de haine envers lui à ce moment que je ne pus me résoudre à le tuer sans le faire souffrir un tant soit peu. Jack n'intercéda pas en la faveur du nécromancien. Au lieu de le liquider d'un seul trait de lame à la base de sa tête je commençais par lui asséner un coup de pommeau dans le menton. Ce coup stoppa net le peu de magie dans sa main. Je l'écrasais ensuite violemment au sol d'un coup de pied bien appuyé. Je lui plantais ma lame dans la jambe, il hurla de douleur. Je le retournais et lui fis face. Il savait qu'il allait mourir. Je le regardais alors en pensant: "Dommage que je te laisse en paix après ta mort b****d". J'enfonçais ma lame dans son cœur, si tant est qu'il en ai un. Je soufflais et évacuais cette haine en moi. J'étais soulagé malgré l'horreur de mon acte. J'étais aussi un guerrier, et je venais de me faire mon premier nécromancien. Jack et moi n'étions pas là pour cueillir des roses, mais rendre justice et penser pour le meilleur. Je me relevais, le regardais. Il ne dit rien, mais il y eut entre nous un regard entendu.

Jack semblait réticent à appliquer le rituel. Je ne pouvais pourtant pas le faire ici, il me fallait son aide. Il finit par s'exécuter avec moi pour rassembler les hommes. Après de longues minutes nous y parvenions. Jack prit une inspiration et lança l'incantation. Nous vîmes alors que les morts rejoignaient leur royaume. Une lumière dense et intense survint alors d'un seul coup. Je fermais les yeux derrière mon bras en protection. Je ne devais pas perdre de temps. Je me mis à genoux et dessinais les runes dont je me souvenais pour partir de cet endroit. J'hésitais un instant pour la fin, achever le dessin. Je savais qu'il fallait terminer par une note, un détail, qui nous faisait penser à notre monde pour y revenir. Je ne sais pourquoi à ce moment là je pensais à la porte de l'auberge d'Ad'Lucem. Lorsque je pus rouvrir les yeux et y voir clair, ce que je constatais, et non sans déception, c'est que nous étions loin de l'environnement de Podendril. Je soupirais en me relevant et regardais l'horizon pour savoir s'il n'y avait aucun danger. Jack en faisait autant. Nous étions dans un endroit désertique, avec peu de plantes. Je n'avais jamais vu endroit pareil. J'avais beaucoup voyagé, mais rien ne correspondait aux paysages que je connaissais par pratique ou de mes lectures... Jack se demandait comment ce totem pouvait être relié à ce monde-ci. Je devais lui avouer mon sort:

"J'ai... C'est à cause de moi que nous sommes là. J'ai dessinais des runes au sol pour revenir dans notre monde... Enfin non, j'ai plutôt ouvert un passage pour notre monde. Nous devrions ... Hé ! Tiens regardes ! C'est fou ! J'ai réussi"

En faisant mon tour d'horizon je remarquais quelque chose d'anormal, un petit point noir, ou plutôt une petite ligne noire à l'horizon. C'était une porte. Je la montrais à Jack. Je connaissais bien cette porte, très bien, puisque l'encoche en haut de la porte m'était dû. J'avais lancé un sort de glace dans une bagarre. Je pris mon épée et mon sac et me mis en marche vers la porte. Jack pensait que j'était fou, mais il me suivit. Je ne pensais pas qu'elle fut si loin. La porte était au milieu de ce terrain désertique, posée là, sans appui, sans cadre, sans rien. Elle se tenait là, comme l'espoir inespéré du retour parmi les nôtres. Je regardais Jack en souriant.

"Qu'avons-nous à perdre ?"

J'ouvrais la porte et en franchis le seuil. La même lumière vive accompagnée mon passage. Jack était derrière moi. Une odeur de bois emplie mes poumons, des bruits m'assourdir, des verres frappaient les tables, des rires se faisaient entendre... Nous étions à l'auberge d'Ad'Lucem, pleins de poussière, du sang sur nos vêtements. L'assemblée joyeuse cessa progressivement ces activités pour nous faire face. Je me demandais tout de même si nous étions bien chez nous, à la bonne époque. Je pris alors la parole:

"Quelle jour sommes nous, et qui est notre roi ?"

Des rires se firent entendre immédiatement en réponse. Pour savoir si j'étais dans mon monde une idée me vins très vite en tête. J'allumais mes mains d'une lumière blanche avec succès. J'étais redevenu mage. Les rires cessèrent en voyant ma magie. L'homme qui semblait être l'aubergiste, au fort charisme devant l'assemblée, déglutis et répondit à mes questions avec appréhension. Jack me posait la main sur l'épaule. Je me retournais et le pris dans mes bras. Je le serrais, lui me rendait mon étreinte. Les gens étaient incrédules devant cette scène et nous prenaient surement pour des fous. Je m'écartais et souriais. J'étais heureux d'être de retour. Je me retournais vers l'aubergiste:

"Merci l'ami. Nous venons de loin crois moi ! Nous reviendrons pour fêter cela ici même. Mais pour l'heure nous sommes attendu par une jeune personne"

Il nous salua et nous nous mettions en route pour la ferme de la jeune noble. Notre quête n'allait avoir que pour seul terrain d'action ce monde bien réel, avec des hommes avides de pouvoirs temporels, à présent.  




Revenir en haut Aller en bas
Je n'ai pas de pouvoirs, mais je vis sans
Messages : 317
Âge : 23

Feuille de personnage
Profession : Soldat\Explorateur
Amis & Connaissances:
Âge : 24ans
avatar
Je n'ai pas de pouvoirs, mais je vis sans
Leroy Jack

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Oct - 16:19
Jack et Patrick étaient à présent dans le désert. Soupirant, un peu déçu, mais il aurait dû s'en douter que ce ne serait pas aussi facile. Essayant de réconforter son ami, après tout ce n'était pas sa faute. Puis observant, fronçant les sourcils "Il est sérieux ? Où il hallucine ?" Franchement si c'était une petite plaisanterie pour qu'il se relaxe, mais non le mage semblait sérieux, du coup Leroy s'efforça d'observer l'horizon, il ne voyait rien qui lui sauter aux yeux, enfin si, à présent il distinguait au loin quelque chose. Décident de faire confiance à son compagnon, ils se mirent à marchés. Essayant de garder leur moral. Après plusieurs heures sous un soleil de plomb et une chaleur étouffante, Jack souriait, c'était leur seule chance de sortie. Sans aucune hésitation ils franchirent la porte et là quelle surprise ! Laissant Patrick intervenir et lorsqu'ils eurent leur réponse, Jack souffla et décompressa. Ils étaient chez eux ! Serrant Patrick dans ses bras, riant, les yeux pétillants. Mais ce n'était pas encore l'heure des réjouissances ! Réalisant que cette quête aller les pousser au-delà de leurs limites. Leroy avait de quoi en avoir des sueurs froides, là ils avaient eu de la chance, mais il avait bien peur de devoir traquer le mage noir qui était derrière tout ça. Leur terrain de chasse ne se limiterais pas à Scientia. Mais pour le moment il devait se préoccuper de Kaya, la formée, la protégée, ensuite ils pourraient s'occuper de leurs ennemis tranquillement.

Ils se mirent en route, retournant à la ferme. La jeune femme semblait si contente de les revoir, à croire qu'elle s'était inquiétée pour eux. C'était assez touchant, mais lorsqu'ils apprirent que trois jours s'étaient écoulés. Jack échangea un regard avec Patrick, devenant un peu blanc. Ils n'avaient passé que quelques heures dans se monde mental et trois jours s'étaient écoulés dans leur monde. Décidément ils avaient été fou de foncer tête baissée, sans penser aux conséquences. Leroy ne pu s'empêcher de prendre Kaya dans ses bras, souriant à Patrick, elle avait pris une excellente idée en faisant appel à un herboriste pendant leur absence. Le mage allait pouvoir faire sa potion de mémoire, ils allaient pouvoirs avancé à grands pas ! Pendant que son ami fit sa potion et s'occupa des brigands de seconde zone, Jack lui appris les bases à la jeune femme. Il lui appris les règles de bienséance, quelques bases d'auto-défense. Surpris de voir qu'elle ne l'avait pas attendu pour apprendre sans lui. Les jours passèrent et ne firent pas de tout repos. Tous les jours le petit domaine se faisait attaquer par des brigands, Leroy et Migth comprirent rapidement que le mage noir avait eu vent dû fait qu'ils s'étaient mêlés de ces affaires. Oui ce dernier essayait clairement de les intimidés. Finalement c'était l'heure des révélations, la potion faisait enfin effet et surtout leurs otages étaient réceptifs, ils allaient enfin savoir pour mettre un terme à tout ça une bonne fois pour tout !


Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Oct - 15:48

Pas de repos pour les braves
Feat Jack

Heureux d'être rentrés, mais conscients que notre quête était loin de s'achever, nous nous réjouissions de notre retour tout en menant nos pas en direction de la ferme où nous avions laissé la jeune Kaya. Je ne pouvais m'empêcher de penser que le nécromancien que j'avais tué était certes un ennemi de taille, mais qu'il ne devait être qu'un puissant exécutant d'un projet encore plus perfide. Je soupirais, pour l'heure nous devions protéger et former une jeune femme au rudiment de la politique et à sa propre défense.

Une fois de retour vers la ferme, des kilomètres pleins les jambes, la jeune femme accourut vers nous, heureuse de nous revoir. Avant que j'eus le temps de me demander pourquoi elle nous dit que nous étions partis trois jours. Je regardais Jack, intrigués. Ceci dit, cela nous prouvait que nous étions bien dans des mondes parallèles, où le temps s'écoule différemment du notre. Jack la prit dans ses bras, heureux de la revoir. Nous devrions être un peu plus réfléchis, et prévenant, à l'avenir. Mon ami se tourna pour me lancer un regard, je dois avouer que le fait d'avoir passé trois jours en à peine quelques heures me faisait monter la rage, et en même temps, je me sentais un peu coupable. Nus aurions dû la prévenir avant de sauter dans ce trou. Nous n'allions pas revenir dans le temps.

Kaya avait fait appel à un herboriste pour me fabriquer la potion dont j'avais besoin pour les faire parler. Cela me plaisait beaucoup, je souris, un peu sadique à l'idée d'en découdre avec ces vauriens une bonne fois pour toutes. Nous rentrions et je fis accueillis par l'homme en question. Il était talentueux et précis. Je l'aidais à préparer la potion en tentant de combler mes lacunes en matière d'alchimie. Je me dirigeais ensuite vers l'endroit où avaient été gardés les brigands. Aucun n'avait pu s'échapper. Je leur dis que l'heure de vérité avait sonné et qu'ils allaient tout me dire malgré eux. Je demandais, en chuchotant, à l'herboriste de me préparer une potion contre les grosses migraines. En effet cette potion allait amplifier mes pouvoirs mentaux, mais j'allais finir avec un sacré mal de tête. Je me frottais le visage, j'étais quand même un peu fatigué, ou au moins affecté par le voyage. Je débouché l'élixir et le bus d'une traite. Je sentais une vague de chaleur de ma tête jusqu'à mes pieds. Je dégageais une légère lumière. Je fermais alors les yeux en demandant aux "soldats" de garder en joug les malotrus pour ne pas qu'ils s'enfuient. Je restais planté au milieu de la pièce, face à eux. Je me concentrais et commençais par me transposer mentalement dans l'esprit d'un exécutant, pour me faire la main si l'on puis dire. Il ne savait pas grand chose: la personne qui l'avait embauché, la solde en nature et en argent tombant et trébuchant qu'il allait percevoir pour ses bras au combat. Un deuxième me confirmait ses idées et avait entendu un autre parler de ce qu'il avait entendu d'un autre encore. Je repérais le visage de cet individu pour aller dans son esprit. Je calmais ma respiration et entrais dans sa tête. Je découvrais chez lui un peu plus d'informations. C'est lui qui était charger par un petit mage noir, celui que nous avions prit, de monter une petite troupe, avec l'argent qu'il lui avait donné, pour marcher sur le comté. Je me demandais pourquoi...  Je revins à la réalité pour faire une petite pause. Je rouvrais les yeux. Je regardais les hommes en face de moi, assis au sol, soucieux de ne pas avoir pu se défendre de ma lecture dans leurs esprits. Je bus de l'eau et souris face au petit mage noir. Je savais qu'il tenterait de lutter. Eveillé, il pourrait me tenir tête. Je rendis la gourde et m'approchais de lui sans que personne ne sache ce que j'avais derrière la tête. Je le pris par le col et lui emmanchais un bon coup de poing. Je tendais la main vers les gardes et leur expliqua brièvement mon geste en leur disant qu'inconscient j'accéderais à son esprit sans opposition. J'allais donc avancer plus vite, en cherchant un peu, car un homme inconscient rêve. Traversant ses lubies de pouvoir, sa soif de terre et d'argent, ses désirs féminins pervers, et ses souvenirs horribles, je réussis à trouver la source de sa mission. Il s'agissait d'un souverain des territoires hostiles, dans un château de pierre. Il était sur son trône, bien gardé par deux soldats à sa droite, et deux à sa gauche, à lui donner des ordres. Je l'écoutais alors cracher ses rancœurs sur les hommes, et vouloir gagner la gloire de son père. Après de longues minutes à écouter le discours haineux de ce souverain à ce mage noir, je compris qu'il s'agissait de venger une vielle histoire, entre le père de Kaya, qui lui avait décimé ces troupes et pris son trésor, et lui soucieux de récupérer, ce qui pour lui, lui revenait de droit. En résumé, un homme rancunier en voulait à un petit comte de sa gloire militaire. Aujourd'hui la jeune femme héritait des casseroles de son père et sa famille.

Je revenais à moi et tombais à genou. L'herboriste vint juste à temps pour que la faiblesse de mes ressources magiques ne tombent pas immédiatement à zéro. Je bus sa potion et mon mal de tête s'évanoui d'un seul coup. Je le remerciais. En revenant dans la salle je ne trouvais pas Jack. Kaya me dit qu'il était parti se battre à l'extérieur face à de nouveaux mercenaires. Je sortais lui donner mon soutien. Les quelques mercenaires sous entrainés ne firent pas long feu. Une fois le combat terminé, et que nous soyons rentrés, je m'entretins avec Jack de ce que j'avais découvert. Nous étions tout les deux un peu rassurer d'avoir quasiment rencontré tout les éléments de cette affaire. Nous tenions la première troupe, le petit mage noir. Il ne nous manquais plus qu'à porter un coup de grâce en nous rendant dans ce royaume du nord. Il était tard, et fatigués, nous ne rêvions que de dormir. Nous rejoignions nos couches pour un sommeil de  courte durée. Très tôt le matin une petite troupe tentait de traverser le territoire et mettre feu à la ferme. Heureusement que Jack et moi étions là. En peu de temps, comme mécanique, nous percions facilement dans leur rangs, qui se dissipèrent rapidement. Incapable de les poursuivre jusqu'à plus d'heure, nous les lâchions là et ils s'enfuirent. Crevés nous tombions de nouveau dans nos lits. Kaya nous laissa dormir. Nous prenions alors notre premier repas quand une nouvelle alerte eut lieu. En soupirant, et avec la vigueur de deux enragés, nous sortions leur botter le cul (en restant polis). Nous finissions de manger. Je revenais sur l'idée d'une expédition dans le nord. Mais Jack me mit en garde. Il me manquait effectivement un élément clef: pourquoi venaient-ils ici s'acharner chaque jour ?  

Je décidais de reprendre une manière plus traditionnelle d'interrogation. jack me suivait, nous en avions tout les deux marre. Nous prenions le mage à part. Je le trainais par les cheveux jusqu'à la grange, pas besoin de le faire hurler à côté d'oreilles innocentes. Une fois dans la grange, Jack le bâillonna pendant que je lui mettais des chaines pour le suspendre par les bras. Passons les détails, mais nos imaginations conjuguées eut raison de sa résistance. Une heure après nous savions que le seigneur voulait récupérer un objet magique permettant de convoquer les morts, un bâton noir, et mettre la main sur une mine d'or qui était dans le territoire du comté. Je sortais avec Jack. Je m'essuyais et me massais les mains.

"Je ne pense pas que Kaya soit au courant qu'elle détient de telles richesses, ni un objet aussi dangereux. Je comprend maintenant l'intérêt du nécromancien que j'ai tué dans le plan de ce seigneur nordique. Je te laisse lui annoncer tout ça..."

Alors que Jack partait annoncer ces nouvelles à Kaya, je m'occupais de ramener l'homme sur mes épaules dans sa prison de fortune.






Dernière édition par Patrick Might le Mar 28 Oct - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Je n'ai pas de pouvoirs, mais je vis sans
Messages : 317
Âge : 23

Feuille de personnage
Profession : Soldat\Explorateur
Amis & Connaissances:
Âge : 24ans
avatar
Je n'ai pas de pouvoirs, mais je vis sans
Leroy Jack

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Oct - 20:48
Leroy avait le dur travail de former Kaya aux usses et coutumes de la bourgeoisie. Ce n'était pas une mince à faire, surtout pour elle qui a toujours été une femme des champs et de la ferme ! Il allait bien sûr avoir énormément de théorie, mais le jeune homme avait beaucoup d'imagination. Jour par jour il apprenait une nouvelle règle à sa protégée, tout en appliquant celle de la veille. Un exercice qui pouvait paraître bien compliqué, mais auquel la jeune femme prenait un véritable plaisir. Tous les peuples, partagent un certain nombre de codes et de conventions qui règlent les comportements de chacun dans la vie en société. Ces codes forment ce qu'on appelle la politesse, le savoir-vivre, les bonnes manières, ou encore l'étiquette. Ces codes de comportement facilitent les relations entre individus, ils contribuent à créer une harmonie sociale. Ils définissent également ce qui est attendu, permis ou interdit dans certaines situations, dictent les obligations de chacun envers la hiérarchie sociale, entre hommes et femmes. Souvent, ils permettent aussi de situer un individu par rapport à la norme : l'ignorance ou la connaissance de certains protocoles révèlent en effet un manque dans l'éducation, ou au contraire, des qualités. Les bases furent très rapidement acquise, c'était ce qui normalement relever à du logique comme se tenir bien droit sur sa chaise : les reins ne touchant pas le dossier. Les mains sont posées sur la table, de chaque côté de l'assiette en attendant que la maîtresse de maison ait commencé à dîner pour la suivre. On déplie délicatement sa serviette et on la met sur ses genoux, puis à la fin du dîner, on la pose sur la table, sans la replier. On lève son coude pour boire et on ne pointe pas son petit doigt en l'air. La fourchette monte vers la bouche, ce n'est pas la bouche qui descend vers l'assiette. On ne sauce pas, même avec sa fourchette et même si c'est tentant ! On ne coupe jamais sa salade avec son couteau. Entre deux bouchées, on place ses couverts sur l'assiette perpendiculairement, et on ne les fait surtout pas tenir en équilibre de chaque côté de l'assiette. On ne fait pas de grands gestes en tenant ses couverts et on ne se sert pas de son couteau pour désigner quelque chose. On pense à essuyer sa bouche avant de boire. On coupe un morceau de pain avec ses doigts et surtout pas avec un couteau. On s'intéresse à son voisin de gauche comme à celui de droite. Enfin, mais qui ne le sait pas, on ne parle pas la bouche pleine... Où bien le faite qu'il faut toujours sourire ! Ce serait impoli qu'une noble dame se montre avec un visage fermé. On doit se souvenir qu'on n'aura pas deux fois la chance de faire une première bonne impression : c'est le moment de prouver combien on est sympathique. Et toutes les portes nous serons ouvertes... On présente le plus jeune au plus âgé, l'homme à la femme, celui que l'on connaît le moins bien à celui que l'on connaît mieux. En un mot, la personne que l'on veut honorer aura l'information en priorité. Et on n'oublie pas : quand on a un baise main, on regarde la personne dans les yeux. Droit dans les yeux.

Bref, en même temps il essayait d'initier Kaya à l'épée, au corps à corps histoire qu'elle puisse se défendre seul. Fatigué par le voyage dans le monde parallèle, jack devait encore et chaque jour repousser des mercenaires qui en voulaient à la vie de sa petite protégée. Tout ça commençait à bien faire et sa patience était mise à rude épreuve. Il espérait vraiment que Patrick trouve quelques choses grâce à la potion de vérité. Tombant de fatigue, les deux hommes allaient au-delà de leurs limites. Mais au moins ils avaient avancés, ils connaissaient à présent leur véritable ennemis. "Quand je pense que tu ça, c'est une histoire de vengeance..." Kaya n'avait vraiment pas de chance, pourquoi diable l'être humains répercutaient les fautes des parents sur celle des enfants ? La jeune femme n'avait rien à voir dans cette histoire. Depuis qu'il avait eu cette information, Patrick semblait impatient d'en finir, Jack le comprenait, mais quelques choses ne clochait pas ! Réfléchissant, il finit par en parler au mage.

-Hum, je n'aime pas ça... On dirait qu'il veux nous éloigner... Nous tendre un piège... Avant de partir, j'aimerais bien savoir pourquoi diable s'acharnent-ils à venir nous défier ?

Voyant qu'il venait d'allumer le regard de son ami, il eut un léger sourire. Il venait d'avoir une idée très sadique et à part rament son compagnon eut exactement la même. Cette fois-ci ils n'avaient pas de temps à perdre. "Au grand moyen, les grands remèdes..." Ils se dirigèrent vers leurs prisonniers, Leroy s'occupa des gardes, mieux valait que personne ne découvre ce qui allait ce passé. Laissant le plaisir à Patrick de traînait ce moins que rien jusqu'à la grange où ils étaient sûr de ne pas être dérangés. Jack prit de quoi le bâillonnait de manière très stick et absolument pas conventionnellement. Ce mage noir allait comprendre à quel point il n'avait pas choisi le bon camp ! Le suspendant à la grande poutre en bois de la charpente, leur prisonnier ne touchait plus le sol et sa position lui faisait déjà souffrir le martyr. "Si seulement il savait que ce n'est que le début de son cauchemars, on va prendre en réel plaisir à le torturé !" Il aura suffit que d'une heure pour faire avouer le malotru, mais ces révélations, ne plaisait absolument pas à Jack. "Dans quoi est-ce qu'on s'embarque ? Qu'est-ce que ces histoires d'armée de morts-vivants ?" Surtout jamais il n'aurait pensé que cette affaire été aussi importante car cela allait au-delà de prendre la place de Kaya, ce seigneur avait l'intention de conquérir tout Scientia ! Passant une de ses mains derrière sa nuque, soupirant aux paroles de son ami. Annoncé ça à sa protégée n'avait pas être chose facile à digérer ! Mais elle devait savoir et puis Jack et Patrick devait partir à la recherche de ce bâton et de cet or.



Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2399
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:17

ARCHIVAGE DES RPS


Votre RP est terminé, il est donc ARCHIVÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Pas de repos pour les braves - Jack et Patrick
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Pas de repos pour les braves [Membres de Lamia Scale]
» Pas de repos pour les braves | Gwendoline Mirena [Terminé]
» Repos pour Zero (pv Zero, Yuki)
» Pas de repos pour les morts...
» Une journée de repos pour deux futurs parents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-