AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[TERMINE] [Rulf et Adelia] Vers Suef
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES


Invité
Invité

Lun 2 Juin - 13:57
Vers l'inconnu

Adelia avait tendu l'objet vers Rulf attendant que ce dernier le saisisse. Cet objet, elle le ressentait encore un peu. Elle avait alors demandé d'où il pouvait provenir, mais la réponse elle l'avait déjà, il venait certainement des lieux hostiles, vu comment il était puissant. Elle ne releva pas sa remarque sur le fait de l'avoir tutoyer, elle n'y avait pas tellement fait attention et Adelia n'était pas du genre à vouvoyer quand elle connaissait ou pas. Sauf si elle ne faisait pas entièrement confiance à la personne. Et elle commençait un peu à faire confiance à Rulf, mais pas du tout à son ami gobelin. Il semblerait qu'elle mettrait un peu plus de temps, elle ne les supportait pas et les trouvait incommodants. Adelia finit par suivre Rulf non loin du camp, et sentait que Gorm en faisait autant. Elle s'installa sur une énorme pierre plate à bonne distance d'elle, se tenait Gorm et non loin Rulf assit sur une racine qui sortait du sol. Le gobelin finit par s'adresser à Adelia qui souleva un sourcil, il la remerciait. Elle eut une grimace qui donnait certainement l'impression d'un sourire, première fois qu'elle entendait un gobelin remercier de lui avoir lancé un chiffon dans le visage. Elle roula des yeux et reprit son attention sur le vif du sujet : L'objet magique. Elle tendit de nouveau la main pour mettre l'objet dans la main de Rulf. Ce dernier l'examina pendant un temps avant de se prononcer. Adelia perdit un peu le fils, en haussant les sourcils, les fronçant, essayant de suive ce qu'il disait et où il voulait en venir. Ce n'était pas plu simple de dire d'où il venait tout simplement ? Ce n'est pas qu'elle ne s'intéressait pas, mais elle ne comprenait pas. Parlant de pierre et de peinture, d'une personne qu'il l'aurait perdue. Il allait continuer quand il remarqua le changement chez Gorm. Adelia se tourna vers la créature qui avait coupé court au discours de Rulf. Ce dernier se leva d'un bon et prit l'objet des mains de Rulf. Adelia allait intervenir pour l’assommer, pensant qu'il allait le voler, comme tout bon gobelin, mais ce ne fut pas le cas. Le nain semblait être impatient et demanda à Gorm de partager sa trouvaille. Le gobelin se tourna vers Adelia et commença à parler, elle soupira et commençait à perdre patience. Ils avaient d'autre chose à faire que d'écouter des paroles inutiles d'un gobelin. Elle comprenait rien à son dialogue et roula des yeux avant qu'il ne finisse par mimer ce qu'il essayait de communiquer. Il tendit l'objet à Adelia qui hésita de reprendre l'objet sachant qu'il l'avait tenu. Elle le reprit en grimaçant et n'ayant toujours pas comprit fronça toujours les sourcils avant de proposer la téléportation. Elle n'en avait pas besoin, elle se téléportait toute seule elle-même. Elle observa l'objet en haussant un soupire avant que ce dernier ne se mette de nouveau à briller. Adelia ressentit quelque chose d'étrange qu'il la traversa mais ne trouvait pas les mots pour les décrire, c'était une sensation qu'elle avait ressentie avant de le trouver. Elle releva les yeux vers Rulf alors que le ciel s'obscurcissait, il lui dit de ne pas bouger et la magie disparut sans qu'elle ne fasse rien. Deux elfes arrivèrent un peu inquiet du changement de temps et pensant certainement à une attaque prochaine. Rulf leur fit par de la vérité, les informant qu'il n'en savait rien de ce qui venait de se produire. Le chef de village les rejoint et leur dit qu'il était temps de partir. Ils retournèrent au camp et aidèrent les villageois à plier le reste des tentes avant de prendre la route.

Après plusieurs lieues de marches, ils firent une première pauses de quelques heures avant de reprendre le chemin vers Suef. Ils firent le moins de pause possible pendant tout leur trajet, ou juste pour les personnes qui n'arrivaient plus à suivre et les enfants. Une journée étant passé, ils arrivèrent aux abords du village de Suef en milieu d'après-midi du lendemain. Adelia regarda autour d'elle, espérant ne pas tomber sur une embuscade ou des créatures quelconques. Ils n'avaient pas croisé de chevaliers noirs, tout avait semblé calme pendant tout le restant du voyage. Les villageois étaient fatigués et cela se comprenait vu qu'ils n'avaient fait que marcher en essayant de faire le moins de pause possible. Adelia avait tant espéré qu'ils allaient tous à bon port avant la tombée de la nuit. Le village était commercial, les maisons étaient couvertes d'un toit de chaume, beaucoup de monde était dans les rues, en préparation d'une nouvelle saison certainement. Les navires semblaient arriver de tout port. Celui de Suef était immense et très côtier.
© OswinWho


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Dim 13 Juil - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 640
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Juin - 11:31


Vers l'inconnu - Suef

Adelia et Rulf


L'idée de déléguer la responsabilité, ou plutôt qu'Adelia la garde, envers toutes ces femmes, hommes et enfants m'arrangeait bien. Seconder et conseiller était plus aisé pour moi. Contrairement à d'autres quêtes, je n'avais pas envie de m'éclipser. Pourtant ce n'était pas les raisons me manquer. J'étais dans l'obligation d'aider cette jeune fée dotée de dons incontrôlables. J'avais progressivement compris pourquoi Patrick l'avait fait venir à moi plutôt que de la laisser mener cette quête seule. Je ne pensais pas lui être d'une grande aide et semblais tout à fait substituable. Je ne restais pas seulement par respect ou loyauté à un ancien compagnon d'arme, mais aussi et surtout parce qu'elle avait su obtenir ma sympathie. Adelia menait à bien ce groupe avec diplomatie, compassion et habileté. Je me plaisais à constater qu'elle ne laissait personne à la traîne, ou de côté. Le même traitement qu'elle accordait au tavernier et son fils avait permis de les fondre dans la masse. Je constatais encore que cette politique plus ou moins volontariste de sa part nous avait évité des ennuis.

Je suivais la marche en ne cessant pas de surveiller les elfes qui s'étaient joint au groupe. Une petite fille blonde me détachait de cette méfiance en me demandant pourquoi je n'avais pas bu ma soupe quand ma maman me le demandait. Sa remarque me fit sourire et j'excusais sa mère qui voulait la récupérer. Elles restèrent à côté de moi à m'écouter leur raconter la diversité des peuples de nos terres. J'aimais parler de la beauté de nos paysages et celle du cœur des hommes, même si tous les jours ne sont pas tous plus heureux à mesure que les saisons faîtes par le ciel ou la vanité des plus puissants ne se succèdent.

Je rejoignais Adelia et Gorm en tête en écoutant que nous touchions au but. Je regardais en soupirant ce qui se présentait sous mes yeux: une concentration d'oreilles pointues qui n'étaient pas dans leurs pus belles vertus aristocratiques. Si les plus riches se rattachaient à leurs règles, codes et lois par nécessité pour leur reproduction, les gens les plus honnêtes du peuple ne trouvaient rien de mieux que de les ravier et se confondre avec des principes sans valeur car ils n'étaient pas les leurs. Ceci faisant cela je trouvais ces personnes renfermées, racistes et acerbes. Je ruminais seul sans aucun commentaire. Comme je l'avais pressenti nous arrivions dans les campagnes proches du site portuaire et les gens nous regardaient de travers. J'arrêtais mon avancement et tirais la manche d'Adelia. Je l'emmenais à part, la lâchais et lui proposais:

"Nous attirons trop l'attention si nombreux. Allons-y nous deux et laissons ces gens attendre ici sous bonne garde... Gorm. Qu'en penses-tu ?"


Codage by TAC



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 26 Juin - 22:23
Vers l'inconnu

Ces derniers jours, Adelia ne se serait jamais cru venir en terre elfes un jour. Il y a encore quelque temps, elle était assise sur un rocher à éteindre les flammes sur sa tunique puis à filer vers une auberge sans avoir prévenu personne. Sa famille avait l'habitude de ne plus la revoir pendant un certain temps, même si, sa mère la préférée en servante au château. Pourtant, la voilà entourée de paysans, les emmenant sur une terre où ils referont leur vie et des récoltes. Elle devait faire des choix difficiles et parfois elle se retenait de ne pas envoyer valser le tout. Elle soupira, Suef était comme Ad'Lucem et son village d'enfance, les rues pleines de monde, hurlant pour des produits frais. C'était certainement ça, une saison se fêtait dans ce village. Elle songea un instant à ses frères et ses parents avant de secouer la tête. Ils avancèrent dans Suef en sentant les regards des gens alentours, ils attiraient trop l'intention avec autant de monde dans leur groupe.

Adelia jeta des regards en hauteur puis sur les marchands et sentit qu'on lui tirait sur la manche. Pensant que c'était Gorm, elle allait le chasser mais ce n'était que Rulf. Ce dernier lui fit part, qu'ils étaient trop nombreux, et d'y aller que tous les deux, laissant les villageois en compagnie du gobelin. Adelia grimaça un instant à cette perspective, à l'idée de laisser les villageois avec un gobelin, mais Rulf n'avait pas tort, ils étaient de trop. Il fallait trouver vite une solution avant que quelqu'un ne leur fasse remarquer quoi que ce soit. Ils avaient croisé des elfes, et ils en avaient dans leur troupe. Ce n'était peut-être pas suffisant, mais il valait mieux éloigner les villageois avant d'aller vers le port.

« - Dit lui de les raccompagner en dehors de la ville et d'attendre, qu'ils gardent tous les yeux ouverts, on ne sait jamais ce qui peut arriver par ici ! »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 640
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Juin - 15:06


Vers l'inconnu - Suef

Adelia et Rulf


Tout le monde s'arrêtait et nous laissait nous entrevoir. Adelia acceptait mon avis. J'acquiesçais et me retournais en direction de Gorm. Je fis signe au chef de venir aussi. Je leur donnais alors le résultat de notre consentement avec Adelia. Le chef grimaça mais accepta avec compréhension. Le chef alla vers les personnes les plus influentes du groupe pour leur dire à leur tour ce qu'ils allaient faire. Je retournais près de la fée. Le chef obtint rapidement l'unanimité sans problème. Certaines personnes dans le groupe avait peur en ce territoire elfe. Le chef nous fit signe et prit la tête du groupe dans la direction opposée. Gorm ferma la marche en nous donnant approximativement l'emplacement que nous avions croisé où ils allaient attendre. Je lui promis d'être de retour le lendemain matin. La journée ne faisait que commencer, mais il nous fallait du temps pour trouver un capitaine voulant bien nous embarquer, voire plusieurs. Je prévoyais d'houleuses et dures négociations.

Nous les regardions partir. Je me retrouvais seul avec Adelia. Nous tournions les talons et nous dirigions vers la ville. Les elfes n'étaient pas accueillant et c'est le moins qu'on puisse dire. Je savais le racisme envers les nains, mais je ne le soupçonnait pas envers les fées... A mesure que nous avancions les gens, les marchands aussi, changeaient de langue et parlait elfique. C'était flagrant, nous pouvions capter quelques mots, puis plus rien en passant à côté. Je soupirais et ne dis rien. Je regardais Adelia, puis observait l'architecture simple du bâti. Je commençais à ignorer les elfes, pour me rattacher à quelque chose de plus important. Je pensais à toutes ces personnes, ce petit groupe qui attendait que nous réussissions. Je dis à Adelia, sans hausser le ton, que nous devrions trouver un établissement portuaire pour nous renseigner et obtenir un moyen de transport. Je tentais alors de mettre de côté mes préjugés et voulus demander notre chemin ou un renseignement à une elfe que nous croisions. Très poli je lui donnais notre situation et ce qui nous intéressait. Elle haussa les épaules et dût nous dire en elfique qu'elle ne me comprenait pas. Elle tourna les talons et partit d'un pas rapide. Je soupirais et laissais Adelia tenter à son tour, pour le même résultat. Je sentais son agacement autant que le mien. J'eus alors une pensée digne d'un mage noir. * Si j'étais assez puissant et pourrit je leur lancerais bien un Armageddon * Une fois dégommé il serait moins bavard dans leur langue. Je prenais sur moi et ralentit le pas. Adelia gardait aussi son sang froid et proposait d'aller à un établissement universel et normalement cosmopolite: la taverne. Je souris et luis dis que c'était une assez bonne idée. Nous trouvions facilement l'établissement en question grâce à son enseigne. Un soldat, ou une mercenaire, bref, un homme en arme, sortit de là et nous détailla tout les deux de la tête au pied. Il baissa ensuite la tête et partait d'un pas décidé. Ces elfes m'exaspérais. il y avait des rires et du bruit à l'intérieur, ce qui faisait un peu de vie ici. J'entrais le premier, Adelia était vraiment sur mes talons. Elle me marcha sur le talon droit. Je lui dis que ce n'était pas grave. Notre entrée jeta un froid. Nous nous dirigeâmes vers le comptoir, il y avait un peu de monde. Les conversations s'amenuisaient et un silence relatif plomba l'ambiance. Adelia allait s'adresser au tavernier. Un bruit de chaise ou de tabouret vivement repoussé se fit entendre. Un couteau vint se planter dans le comptoir après avoir sifflé prêt des mes oreilles. Un second passait entre nous deux une seconde plus tard. Nous nous retournions très vite. L'auteur de ses deux tirs étaient un elfe, assez grand et musclé, blond avec une cape verte. Il gueulait alors:

"Sales races !!!"

Je tournais mon regard vers le tavernier qui souriait. Je m'adressais alors à Adelia:

"On les étale et on discute après ?"

Codage by TAC




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 3 Juil - 22:34
Vers l'inconnu

Adelia attendit en retrait, les bras croisés. Elle observait du coin de l’œil les villageois puis les paysans qu'elle aidait avec Rulf. Ce dernier les prévenait qu'ils devaient sortir de la ville et attendre. Elle remarqua une grimace sur le visage du chef. Elle reporta son attention sur autre chose, avant de remarquer enfin que les paysans reprenaient la route inverse et sortaient du village. Elle n'avait pas confiance en Gorm, mais quand il fallait choisir. Elle savait que Rulf lui faisait confiance, autant aller dans son sens et voir. Cela allait prendre la journée pour trouver quelqu'un pour les faire traverser et à deux sans elfes, cela aller prendre vraiment du temps. Rulf l'a rejoins finalement et ils finirent par avancer dans la ville, croisant des regards méprisants qui s'appuyaient surtout sur le nain. Adelia garda sa main sur sa garde et regarda droit devant elle. Elle espérait juste qu'on ne les attaque pas. Les elfes n'étaient pas très rassurants, Adelia n'avait jamais vraiment croiser un de près, sauf ceux de leur groupe. Elle les entendit parler en elfique et les détailler. Il allait falloir improviser s'ils n'arrivaient pas à convaincre quelqu'un. Rulf finit par interroger une passante qui lui répondit en elfique en haussant les épaules et de s'éloigner. Adelia savait quand sans l'aide d'un elfe, ils arriveraient à rien. Elle était tenté de repartir en arrière et d'aller demander à un des soldats qu'ils avaient dans leur rang, mais finit par demander à un villageois elfe. Le même résultat pour elle, langage elfique. Elle soupira et annonça d'essayer dans une taverne, même si c'était une peine perdue. Ils en trouvèrent une et hésitèrent un instant de rentrer avant de voir un soldat sortir, il les détailla longuement avant de s'éloigner. Adelia regarda l'elfe et suivait de près Rulf. En terre elfe, Rulf était en danger, Adelia avait déjà entendu parlé des légendes d'autres territoires. Les elfes en voulaient aux nains pour une histoire qui datait de plusieurs siècles. Adelia s'approcha du comptoir et allait poser une question quand un couteau se ficha dans le bois du comptoir, puis un second. Très rapidement Adelia et Rulf se retournèrent et virent un elfe, Adelia ne les différenciait qu'avec leur grade, sinon ils se ressemblaient tous. Il leur lança une insulte, étrange pour un elfe. Adelia tendit l'oreille et écouta Rulf lui demander de les étaler ou de discuter après. Adelia sortit son épée et la fit tourner, prête à se battre. Elle s'était déjà battue dans une auberge, elle pouvait recommencer. Alors qu'elle levait son épée, un elfe surgit dans la taverne et lança une flèche entre le lanceur de couteau et Adelia. Cette dernière le regarda et le reconnut comme étant un des soldats de leur troupe. Elle baissa son épée. Il finit par expliquer le pourquoi Rulf et elle était en ville à Suef, expliquant qu'il était de la garde d'un souverain et qu'il les aidait. Adelia avait déjà parlementer avec des elfes, c'est vrai, mais là, elle ne trouvait rien à dire, écoutant le soldat les aider. Le tavernier finit par annoncer qu'il connaissait quelqu'un qui pourrait les aider à traverser, mais qu'il sera difficile de convaincre s'il y a un nain avec eux. Qu'il lui faudrait de l'argent, Adelia roula des yeux et rangea son épée. Le tavernier leur indiqua qu'il se trouvait sur les quais, son bateau était plus grand que les autres et reconnaissable.

« - Qu'est-ce qu'on attend pour y aller ? »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 640
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Juil - 11:30


Vers l'inconnu - Suef

Adelia et Rulf


Allais -je enfin me faire un elfe ? Je pourrais peut-être ainsi me détendre. C'est avec le sourire que je fis apparaître ma lance dans mes mains. Mon amie fée était prête à en découdre elle aussi. Son poignet s'échauffait en faisant tourner son épée. L'elfe en face de nous campait alors sa position. Je sentais la rage monter en moi, et quelque part un soulagement. Mais il fallu qu'un trouble fête entre dans l'auberge ... D'abord sa flèche, puis le bonhomme. C'était l'un des elfe de notre groupe qui nous avait suivie. Je ne cachais pas ma surprise et soupirais. Je l'écoutais désamorcer le conflit. Il nous dit avoir une solution, peut-être, pour traverser. L'homme qui nous avait agressé et ses comparses quittèrent l'auberge. Adelia était aussi impatiente que moi de partir de cet endroit. Avant de suivre notre guide improvisé l'aubergiste nous lança:

"Je ne vous servirez rien, et il n'y a pas de chambre pour vous ici !"

Cette fois ce fut la goutte qui fit déborder le vase. Je pris une pinte pleine sur le comptoir et lui envoyais le contenu au visage. Je le défiais de riposter. Adelia me posa sa main sur l'épaule. Je la suivais avant que la situation ne dégénère. Nous sortions à la suite de l'elfe sous une pluie d'injures lâchées entre leurs dents. Je déteste les elfes ! Je leur ferais bien bouffer leur fierté. Les autres peuples n'étaient pas si coincé, même les fées ! (bien que je ne pensais pas prendre celle qui m'accompagnait comme modèle)

Nous suivions notre guide dans une petite rue en pente. Les elfes n'étaient pas plus accueillant en nous voyant en cette compagnie. Nous finîmes par quitter le ville en elle-même pour nous diriger vers les quais. Nous marchions cinq bonnes minutes avant de voir les premiers mats des bateaux. Je ne sais pas si ce moyen de transport est le plus sûr que nous ayons créé... Je suivais sans rien dire. Adelia ne semblait pas très rassurée. Je fus agréablement surpris de voir d'autres hommes et femmes d'origines différentes ici. les elfes étaient même quasiment en sous effectif. Des soldats lourdement armés surveillaient l'activité autour des quais. J'aperçu rapidement des équipages d'hommes, de gobelins, d'elfes, de fées, et ainsi la plupart étaient, semblaient, mixtes. L'elfe nous dit alors de nous débrouiller pour faire nos affaires. Il nous montra du doigt le bateau dont il parlait dans l'auberge. Il nous dit qu'il était préférable qu'il reste en retrait et nous souhaita bonne chance. Je regardais Adelia et haussais les épaules. Nous continuions alors seuls notre marche au milieu de ces personnes très affairés. Chacun semblait avoir son rôle. Je me sentais mieux ici, même s'il n'y avait aucun nain, en retrouvant des sourires. *Les affaires vont être dures... * pensais-je tout de même.

Codage by TAC




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 9 Juil - 22:53
Vers l'inconnu

Il était hors de question de donner de l'argent à un passeur. Adelia avait écouter le tavernier leur annoncé à quoi ressemblait le bateau de l'homme qui pouvait les aider. La condition ne lui convenait pas, sachant qu'ils avaient un nain dans leur troupe, ce n'était pas une raison pour payer. Elle soupira et attendit une réaction de la part de l'elfe qui était venu à temps les aider. Elle espérait qu'il les aiderait jusqu'au bout. Avant de suivre l'elfe de leur groupe, l'aubergiste leur lança qu'il ne leur laisserait pas une chambre. Adelia soupira, il n'était pas question de rester un instant de plus dans ce lieux. Rulf se saisit alors d'une pinte posé sur le comptoir et lança le contenu au visage de l'aubergiste qui grogna en serrant les dents. Adelia déposa une main sur l'épaule de Rulf pour le calmer, puis ils finirent par sortir de l'établissement. Elle détestait les elfes elle-même, alors les chercher n'était pas une solution, c'était pourtant la première fois qu'elle en croisait d'aussi près. Sa première aventure dans leur terre, elle en avait croisé que de loin et de dos. Elle grogna intérieurement et continuait de suivre l'elfe qui marchait devant-eux. Il fallait toujours trouver une parade pour ne pas qu'ils se montrent trop sévère. Adelia était assez diplomate mais elle pouvait très vite changer d'avis. Depuis le début de leur aventure, elle avait fait l'effort de trouver les mots pour avancé et ne pas reculer face à l'adversité, mais elle commençait à perdre patience. D'abord le tavernier et sûrement leur passeur allait finir par l'énerver. Ils passèrent par différentes petites ruelles avant d'atteindre les quais, les cris des pêcheurs se faisaient entendre au lointain. Les regards s'attardaient sur eux et certaines personnes parlaient en elfique. Adelia serra les poings mais continua d'avancer. Adelia repéra déjà le bateau en question même quand l'elfe leur montra, c'était exactement le bateau que l'aubergiste leur avait d'écrit. Elle soupira quand l'elfe leur annonça qu'il restera en retrait le temps qu'ils parlent avec l'homme du bateau. Après un regard vers Rulf, ils continuèrent leur chemin vers le bateau. Le capitaine du navire était reconnaissable, et comme entendu, il était un elfe. Il repéra assez rapidement Adelia et Rulf qui se dirigeaient droit sur lui et lança un regard méprisant vers le nain. Adelia croisa les bras en le détaillant avant de commencer à lui parler de leur situation. Ce dernier croisa les bras d'un air hautain et secoua la tête, il ne voulait pas embarquer avec un nain. Elle insista en décroisant les bras et serrant les poings. Il demanda de l'argent pour chaque passager si elle voulait vraiment qu'il prenne un nain sur son navire. À bout d'argument, Adelia sortit sa dague et lui colla la pointe sous la gorge en serrant les dents, il leva simplement les mains en grimaçant. Tout le monde les observait. Il secoua la tête et Adelia enfonça la pointe ce qui fit couler un peu de sang. L'elfe recula et croisa les bras en regardant Adelia, qui lui demander encore d'aider les villageois. Il finit par accepter en portant une main à son coup et vit sur ses doigts un peu de sang. Il s'éloigna après leur avoir annoncé qu'ils pouvaient repasser dans une heure, le temps de préparer le navire. Elle rangea sa dague et se tourna vers Rulf.

« - Eh bien voilà ! Même pas versé une pièce d'or à ce gueux ! Il suffit d'aller prévenir les villageois à présent ! »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 640
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Juil - 21:25


Vers Suef

Adelia et Rulf


Nous descendions en direction du navire en évitant les personnes qui s'affairaient sur les quais, parfois très chargées.  Je laissais volontiers Adelia prendre les devant. Je marchais sur ses talons. Une fois près du navire elle s'arrêta. Le capitaine nous avait repéré de loin. Il ne fit preuve d'aucune patience et voulut négocier mon non trajet. J'allais prendre Adelia à part pour lui dire que ce n'était pas grave si je ne montais pas tant que la quête se mène à bien. Elle en avait autant marre que moi du racisme des elfes. Elle perdait patience intérieurement, je le sentais. Mais j'étais loin de me douter de la suite des événements. Elle le prit par le col et lui colla une dague sous la gorge. Elle souriait sa rage en lui faisant comprendre que nous n'étions pas des nobles en voyage de plaisance ! j'adorais cette fée ! Je souris en la voyant faire. Sa façon de persuader ce foutu elfe était impeccable, mais attirait les regards. Je fis apparaître un bouclier magique avec pas mal de lumière blanche pour faire plus d'effet. Cette simple démonstration fit reprendre le travail au moins téméraire. L'elfe capitaine levé les bras en signe de sécession.  Je fis disparaître mon bouclier. Il recula  et croisa les bras,  peu fier, alors qu'Adelia réitérait sa demande. Il préféra tout de même accepter plutôt que de pisser dans son pantalon. Il porta une main à son cou pour essuyer la goutte de sang qui coulait. Nos regards noirs finirent de le persuader et le dissuader de revenir sur sa parole. Je savais au moins cela des elfes, leur parole était sacrée. Nous n'avions pas beaucoup de temps avant qu'il prépare le navire. Je sentais que cela fut trop facile. Je n'aimais pas ce genre d'appréhension. Adelia m'exprima sa joie et annonçait ce que nous allions faire. Nous remontions le chemin en direction du village en croisant des gardes en armes. Je répondis à mon amie en haut:

"Ouah ! Je t'adore ! J'aime négocier avec les elfes comme ça ! Ah ah ha, j'ai bien cru qu'il allait devoir changer de bas !"

Nous entendions alors des cris, quelques heurts. Je poussais Adelia pour éviter qu'un âne ne nous fonce dedans. Les quais étaient beaucoup moins bien organisés qu'il y a une seconde. Je décidais de remonter plus vite pour ne pas que nous ayons d'histoire. Les gardes que nous avions croisés semblaient être dans le navire que nous voulions prendre. Plusieurs personnes rejoignaient comme nous le village. Je n'aimais pas les signes qui étaient fait envers nous. J'entrainais alors Adelia par le bras. Nous étions nous aussi la cible de ce je ne sais quoi... Toujours est-il que je ne réfléchis pas plus et pris les jambes à mon cou en voyant les soldats se diriger vers nous. Je n'avais pas la conscience tranquille. Je perdis Adelia de vue. Je ne savais pas trop quoi faire. Je m'emmanchais alors dans les rues sans savoir où aller. Les gardes semblaient bien en avoir après moi pour je ne sais quelle raison. Ils couraient bien plus vite que moi. J'écoutais leur voix juste derrière, et je me pensais finis condamné à me battre. C'est alors qu'une personne ouvrit sa porte et me tira à l'intérieur de sa maison. J'étais à bout de souffle et ne savais pas de quoi il en retournait. Je fis face alors à un elfe qui me faisait signe de me taire en regardant dehors. Sa femme vint prêt de moi et dit qu'ils allaient m'aider. Elle me fit signe de monter. Je suivais ses instructions la peur au ventre. Je m'en remettais à eux, de toutes façons dans le pire des cas j'aurais à me battre: si j'étais resté dans la rue, ou s'ils voulaient en fait me dénoncer. Je n'étais pas aussi puissant que Patrick ou d'autres mages qui avaient du mana à profusion et qui savaient puiser leur force d'eux-mêmes. Je me cachais à l'étage sans faire de bruit. J'écoutais les soldats passer en bas dans la rue sans s'arrêter. Je soupirais alors de soulagement. Je priais pour que rien n'arrive à Adelia, et qu'elle s'en sorte sans encombre. Une fois le danger écarté l'homme se présenta. C'était une famille de pêcheurs dont le fils fut convié de quitter la maison tel leur conviction était différente. Il m'expliqua au cours d'une première conversation, passé les présentations, que la ville avait un nouveau chef. Il n'acceptait pas l'utilisation de la magie, et tolérait à peine les étrangers. Je comprenais alors pourquoi les gardes m'en voulaient, à cause du bouclier que j'avais formé sur les quais. On me reprochait assez de ne pas être assez prudent et discret avec mes sorts, mais de là à m'en vouloir ! Il continua en disant ne pas être de l'avis général, comme d'autres ici, notamment les marchands. La politique commençait à faire souffrir le commerce, les marchands préférant traiter avec les gobelins en terres hostiles d'un port plus au nord, que de venir dans cette ville semi-portuaire d'intolérance envers ce qui selon lui (et moi aussi) faisait la richesse de ce monde. Il m'avoua être à l'auberge quand nous y étions avant de rentrer chez lui. Il espérait qu'Adelia et moi allions être un espoir pour le retour à une situation plus démocratique et moins tendu. Nous parlions encore de nombreuses choses. Je m'inquiétais pour Adelia et décidais de vouloir partir à sa recherche, mais lui refusa catégoriquement. Je restais donc une partie de l'après-midi à aider sa femme pendant qu'il allait à la recherche d'Adelia.

Le soir venu la maison était en ordre, et la cuisine faite. J'avais participais à toutes es tâches de la maison, et même un peu au métier de pêcheur en vidant quelques poissons de différents paniers. Je soupirais une fois de plus de mon incapacité à prendre la décision de sortir en voyant à présent le soleil décliner. C'est à ce moment que quelqu'un ouvrait la porte. Comme entendu je me glissais à toute vitesse sous la table entre deux tonneaux. Le mari rentrait de sa mission. J'écoutais alors une voix familière que j'affectais à présent se présenter à la femme du pêcheurs. Je sortais de mon trou et me dirigeais vers Adelia avec le sourire. Je continuais ma course en la prenant dans mes bras. Je m'écartais et la regardais avec le sourire:

"J'm'en suis fait pour toi ! Vain Dieu , que c'est elfes sont bizarres ! J'aimerais t'expliquer quelque chose"

Je m'assis et invitais le pêcheur à lui répéter la situation de la ville. Je proposais alors à Adelia que nous restions là et que nous aidions cette communauté. Elle me dit d'abord qu'elle y réfléchirait en effet et qu'elle avait prévenue le chef et Gorm de rester en retrait le temps que ça se tasse. Nous mangions gaiement ensemble, tout les quatre quand je sentais l'énergie particulière d'un invité surprise. Adelia se leva, j'étais sur mes gardes. Je sautais de ma chaise en voyant Patrick. Mais il était accompagné d'une belle jeune femme, une elfe...


Codage by TAC


Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2340
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:48

ARCHIVAGE DES RPS


Votre RP est terminé, il est donc ARCHIVÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
[TERMINE] [Rulf et Adelia] Vers Suef
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Vidéotron offre les appels interurbains gratuits vers Haïti
» Retour vers son coeur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-