AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Villages en terres des hommes - Eléa et Rulf
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : 1, 2  Suivant


J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Oct - 17:49

"Villages en terre des hommes"
Feat: Eléa
Adelia et Patrick partirent de leur côté. Je n'aimais pas la mer. mes deux seules expériences m'avais bine forgé. Je n'avais pas eu de difficulté digestive, mais ma tête avait tournée les deux fois tout le voyage. Tout le long durant il n'était pas facile pour moi de me concentrer. J'avais même certaines de mes capacités magiques qui ne fonctionnaient plus. Fort heureusement les marins avaient dit les deux fois que le voyage fut serein, après deux tempêtes en tout ... oui. Bref, j'étais assez content de pouvoir suivre Eléa, bien qu'elle soit elfe. Je la suivais pour une bonne raison: nous allions pour l'instant dans la même direction. Quelque soit la compagnie, j'aimais faire mes voyage avec un équipier, ou équipière. Cela me permettait de partager des expériences enrichissantes et faire des trajets qui semblaient moins longs.

Ce qui me poussait à suivre cette elfe en terres des hommes était bien évidemment dû à l'aventure qui venait de se terminer. Eléa avait résolu une belle affaire avec ma contribution au château. Nous venions juste de laisser nos amis avec Gorm que quelque chose clochait. Mon ami gobelin le sentait aussi. Eléa voulut monter Leaf, mais je lui confiais mes craintes.

"Attends, quelqu'un nous suit"

Je scrutais l'horizon sans nous arrêter. Derrière je ne vis rien, devant il y avait un bois après que nous ayons descendu. C'est ce terrain que je choisis pour surprendre notre espion. S'il ne voulait pas se faire voir il devrait passer par le côté et courir très très vite. S'il n'avait pas de magie cela relevait de l'exploit. Je ne pensais pas qu'il nous suive à cheval, sinon il serait déjà en vue. S'il ne voulait pas nous perdre il lui faudrait donc suivre nos pas et prier pour que nous ne nous retournions pas. Je lus dans l'esprit d'Eléa, elle avait comprit les grandes lignes. Je me demandais bien ce qu'il pouvait lui vouloir, peut-être l'assassiner, m'assassiner. Je repensais alors au fait que l'on vienne de me nommer chevalier... J'étais persuader alors que c'était bien pour moi. Un chevalier nain nommé par un souverain elfe, on marchait sur la tête pour les plus radicaux. Nous descendions comme prévu la colline et nous retournions tout les trois en armes. Eléa encocha une flèche à son arc, Gorm sortit ses lames courbées, et je fis apparaître ma lance. Un homme était en train de descendre à notre suite, lui aussi en arme. Il portait une cuirasse et un coteau à la ceinture, dans sa main une épée elfe. C'était lui-même un elfe svelte, très grand et maigre. Il fut surprit et manqua de tomber. Il fit vite demi-tour, mais je le bloquais avec un sort. De petites racines sortirent de terre ce qui eut pour effet que lui venait l'embrasser. Il s'écrasa dans un bruit de gros sac que l'on aurait jeté avec vigueur au sol. Il fit volte face et déjà Gorm était sur lui et tenait sa lame sous son cou. Il releva fièrement la tête et cracha ses mots à Eléa:

"Vous êtes un hérésie pour votre race, vous êtes une guenon, une démocrate, une fouteuse de troubles! Erg..."

Gorm venait de planter son épée à côté de sa tête et l'avais attraper des deux mains par le col. Il ne l'étranglerait pas, mais le faisait taire. Eléa se dirigea vers eux. Je me mis de l'autre côté.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 5 Oct - 23:18
Villages en terres des hommes

   Elea avait quitté les villageois mais ne se doutait pas que Rulf l'accompagnerait. Ou du moins, que ce dernier fasse un bout de chemin avec elle. Elle n'était pas du genre à faire la route avec des compagnons, toujours toute seule à aider son prochain. En même temps, elle n'avait pas le choix, repensant à ce qu'elle avait fait avant que tout ne commence. Les sorciers noirs reprenaient vivement leur droit sur certains territoires. Cette histoire n'allait pas la quitter de si tôt. Elle avait salué ses deux compagnons chaleureusement avant de partir pour sa prochaine quête. Si elle allait les revoirs, c'était une question à se poser et le destin allait en décider par la suite. Elea était comme ça, elle passait très vite à autre chose quand il s’agissait de quête. Mais elle n'oublierait jamais ses compagnons de route ni l'aventure qu'elle avait vécue. En effet, celle-ci avait été très périlleuse et elle ne s'y était pas attendu. Parcourant autant de village pour rejoindre les villageois. Elle devrait envoyer une missive à ses souverains pour les prévenir que ces derniers étaient bien en vie et allaient traverser les océans pour un nouveau départ. Elle suivait sans rien dire, Rulf et le compagnon de ce dernier, un gobelin. Elea en avait déjà vu, des voleurs ou des simples créatures perdues. Elle aimait toutes les créatures en ce monde et Gorm ne la gênait nullement. Après plusieurs lieux, auquel ils s'étaient éloigné à grand pas du village qu'il venait de quitter, il semblerait que quelqu'un les suivait. Elea fronça les sourcils, elle n'avait aucun don magique et elle ne pouvait que faire confiance à Rulf. Ce dernier pouvait certainement voir arriver quelque chose qui allait leur arriver dans pas longtemps. Elle resta sur ses gardes tout de même en descendant la colline. Elle finit par prendre une flèche et l'encocha sur l'arc magique. Elle remarqua que Gorm sortait lui-même ses armes et Rulf en faisant tout autant. Un elfe apparut, descendant lui aussi la colline dans une sorte de rage, épée en main. Des racines apparurent au sol et il commença sa descente en roulant en boule jusqu'à leurs pieds. Elea fut surprise et voulait lui venir en aide mais ce dernier commença de lui lancer des mots avec haine dans sa direction. Elle fronça les sourcils sans comprendre ce qui lui prenait. Gorm avait placé une de ses lames sous le cou de ce nouveau venu avant de le saisir par le col. Elea s'approcha alors et brandit son arc prête à tirer.

« - Et... Qui êtes-vous pour ainsi proférer autant de mots infâme ? Qui vous envoie ? »

Elle baissa son arc et retira la flèche. Elle n'était pas du genre à tuer le premier venu qui l'insultait. Elle faisait ce qu'on lui demandait après tout. Il semblait qu'il lui en voulait d'être aussi proche des nains et des gobelins. Elea était comme ça, elle s'entendait avec tout le monde. Le jeune elfe ne savait certainement pas de quoi il parlait et ne savait pas non plus pour quelle raison leur peuple détestait autant les nains. Elle garda son arc en main et détailla l'inconnu qui venait de les déranger.
©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Oct - 17:04

"Villages en terre des hommes"
Feat: Eléa
Eléa s'approcha, laissant Gorm taire l'homme qui venait de nous attaquer. Elle bandait son arc et engageant une flèche, prête à tirer. Je savais malgré le peu que je la connaisse qu'elle ne décocherait pas. Elle lui demanda alors qui il était et qui l'envoyait. Elle baissa son arc. L'homme se débattit et réussit à pousser Gorm sur le côté. Eléa réencocha son arc. Je tendis la main pour qu'elle n'intervienne pas. Quelle erreur venait-il de faire. Je savais très bien que mon ami n'allait pas le laisser filer. Je n'intervenais pas et Eléa non plus du coup. Gorm se releva d'un bond. Il prit une dague à sa ceinture et allait s'attaquer à l'homme aux deux épée ainsi. L'autre se moqua de lui et cracha à ses pieds. Si en plus il le cherchait il me faudrait empêcher Gorm de le tuer, mais pas de lui donner une bonne leçon auparavant. Gorm commença à tourner avec lui en le regardant en chien de faïence. Il s'arrêta net après deux tours. En deux appuis il s'élançait dans les airs et le frappait avec ses pieds avec une grande vitesse. Cette ruée eut raison de l'équilibre de l'homme qui s'écrasait sur le dos lourdement. Ses mains frappèrent le sol et laissèrent choir ses épées. Gorm se replaçait à cheval sur l'homme et plaçait son couteau sous sa gorge. Il grimaçait de haine. Je savait qu'il faisait impressionnant, mais n'allait pas le tuer avant qu'il ne réponde aux questions qui lui furent posées. Le gobelin approcha sa tête prêt de la sienne et lâcha entre ses dents en grognant :

"Répondre à la dammme maint'nant !"

L'homme était surprit, avait peur du gobelin sur lui. Il avait perdu toute son arrogance et laissait son courage au placard. Je retirais ma main de devant Eléa.

"Il va te répondre"

Et une seconde après :

"Eldric d'Elenwuë... Je... suis un ... tueur à gage... de Suef. Les étrangers ont ... Vous, des rats... grpl"

Gorm appuyais sa lame sous sa pomme d'Adam, un filet de sang coula. Je lui lançais un regard de travers. Il grogna et limita sa pression. L'homme reprit:

"J'avais pour mission du comte d'Aleenfeld de vous tuer. Il... voulait envahir Suef et en faire ... une partie de son comté, et espérer devenir duc... pour un jour... Je vous en ai trop dit."

L'homme appuya la lame de Gorm de ses deux mains dans son cou. Je détournais mon regard. Gorm soupira. Il nettoya son couteau avec le bout de son pantalon. Je fronçais les sourcils et fis directement part de ma réflexion à Eléa:

"Cet homme était un tueur à gage parti de Suef, pour nous tuer, au compte d'un homme qui a de la terre je ne sais trop où...Si, je me souviens être passé par les terres d'Aleenfeld lors de l'un de mes retours. C'est de l'autre côté des montagnes... C'est étrange. C'est à plusieurs jours de Suef. Un comte homme voudrait... Au remarque cela est logique. Je m'explique: si cet homme est de l'autre côté de la montagne, et qu'il veut une terre ici à Suef, c'est qu''il veut un débouché sur la mer ! Imagine... Il nous faut vérifier, et annihiler les postes de gardes qui ont dû être mis en place tout le long, en terre elfe, puis naines, puis humaines, pour permettre telle invasion. Je te propose de faire le chemin vers les terres des hommes. Ou plutôt... oh excuses moi. Je pense que nous avons deux solutions: la première serait de détruire les postes un par un, mais se serait trop long pour nous deux et peu efficace sur tant de kilomètres, ce qui m'amène donc à la deuxième solution: aller vérifier l'information non loin du comté et réduire cette menace à néant. Je pense que c'est une bonne solution. Ensuite pour prévenir les autorités s'il le faut nous n'aurons qu'à présenter à quelques soldats l'existence réelle de tels postes... M'as-tu suivi ?"

Je relevais la tête de mes réflexion. Eléa m'avait bien écouté. Gorm quand à lui n'avait pas chômé. Le corps n'était plus ensanglanté. Les épées étaient sans doute déjà fourrées dans son sac magique et ses lames rangées. Il commençait à tirer le corps pour l'enterrer à l'orée de la forêt devant nous. Par tradition gobeline il sortit l'une des deux épée. Celle-ci serait plantée à la tête de la tombe de l'homme pour signifier, selon leurs coutumes, qu'il état mort au combat. et por signifier à d'autres gobelins que ce combat l'avait opposé à un gobelin, et qu'un gobelin n'était pas enterrer ici, il allait uriner à côté de la tombe. Je soupirais en le laissant faire cette besogne.











Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 13 Oct - 12:51
Villages en terres des hommes

   Qui pouvait bien lui en vouloir ? Elle était connu en terre elfe pour être une envoyée des souverains, qui ne voulait qu'elle aide les villageois dans la terreur ? Elle ne savait pas sur le moment, les elfes étaient fait pour le nature, aider leur prochain... Où du moins elle le pensait quand elle était plus jeune. En grandissant elle a vite comprit que les elfes étaient fiers d'eux-même, impulsifs et s'occuper de leur vie plutôt que celle des autres. Laissant ainsi mourir des gens sans défenses un peu partout. Jusqu'au jour où les sorciers noirs ont commencés à vouloir des territoires et tuer sans pitié. Depuis ses souverains avaient comme tâche de les repousser, mais pour Elea elle savait que c'était surtout pour qu'ils ne viennent pas en terre elfique. Elle soupira, toujours l'arc en main. Elea suivait la scène entre Gorm et le jeune elfe sans rien dire, elle avait réenclenchée sa flèche avant que Rulf ne s'interpose. Finalement, l'elfe finit par répondre à Elea qu'il était un envoyé de Suef pour tuer les importuns qu'ils étaient. Elle fronça les sourcils. Elle n'avait jamais entendu parler de cet elfe ni de son maître, elle était tombée sur un traître. Les elfes n'étaient pas nés pour être des tueurs à gages c'était les humains par conséquent qui le devaient et non l'inverse. Elle écouta la suite, ce dernier lui parlait d'un comte qui voulait les terres de Suef, tout s'expliquait à présent. Quelqu'un qui se croyait haut placé pensait tout se permettre. Elle serra son arc en serrant les dents. Il n'y avait pas que les sorciers noirs qu'il fallait se méfier, aussi les hommes normaux et sans magie. Elle soupira en voyant l'elfe se suicider et grimaça sans détourner les yeux. Rulf prit alors la parole, relatant exactement ce que le jeune elfe avait dit : cet homme est de l'autre côté de la montagne, et il veut une terre ici à Suef, c'est qu'il veut un débouché sur la mer... Elea hocha la tête, c'était bien les idées des humains d'avoir ce genre de chose en tête, détruire les bonnes choses pour leur propre luxe.

« - J'ai un objectif précis, celui de rejoindre la terre des hommes, comme tu as dit, mais moi c'est donné par mes souverains, il ne faut pas que je perdes du temps ! La dernière fois que j'ai fait un détour les sorciers noirs avaient déjà conquis la moitié des territoires ! Pour reprendre ce que vous venez de dire : la première serait de détruire les postes un par un, mais se serait trop long, en effet je n'ai pas le temps de faire autant de chose, je me dois d'aider les villageois, je sais, je peux contourner les lois des miens, ce qui me tente beaucoup, mais il risquerait d'avoir une arrivée de soldat... Je n'ai eu qu'une seule chance, j'en aurais pas une seconde ! Je ne crois pas qu'ils puissent comprendre ce qu'on s'apprête à faire, il faudrait argumenter le pourquoi et mes souverains ne seraient pas d'accord que je m'en mêle ! Je serais partante de détruire la menace si cela ne prend pas plus de quelques lunes... »

Elle rangea son arc et remit sa flèche dans son carquois.
©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Oct - 20:08

Voyage en terres des hommes
Feat Eléa

Eléa hocha la tête, pensive. Elle était du même avis que moi. Les êtres humains étaient des bêtes bien particulières... Elle me rappelais qu'elle avait des ordres et devait les respecter à la lettre. C'est vrai que j'avais oublié qu'elle n'était pas aussi libre que moi. Je me demandais bien comment elle pouvait faire pour obéir toujours aux ordres, et toujours à la même tête couronnée, et différents petits seigneurs. Elle ne voulait pas déroger aux "lois des siens", de peur de se faire taper sur les doigts une nouvelle fois. Heureusement que les souverains nains n'étaient pas aussi lourds, sinon ils n'auraient pas l'eau chez eux... Je soupirais. Bon, c'était son choix, j'allais donc le respecter. Elle me dit cependant vouloir y accorder un intérêt, sans devoir y passer trop de temps. Elle rangea son arc et sa flèche. Je regardais alors Gorm revenir. Je me mordis la joue pensif. J'étais en train d'imaginer concilier nos deux points de vue.

J'entendais du bruit, nous nous écartions et entrions dans la forêt. Il s'agissait de marchand de passage avec quelques bêtes qu'ils ramenaient à la ville. Je haussais les épaules. Nous faisions quelques pas avant que je reprenne la parole:

"Très bien, dirigeons nous vers la terre des hommes et jugeons de la situation ensuite."

Je ne regardais pas sa réaction et dirigeais mes pas en direction du territoire des hommes. Nous marchions à couvert dans la forêt. Leaf marchait à côté de nous. Gorm était partie plus loin en éclaireur. Nous évoluions sur une sorte de petit chemin au milieu d'une végétation verdoyante, bref un paysage elfique par excellence. Je me dis de ne pas recommencer à râler, surtout en connaissant la direction de mes pas: mon pays. Les hommes avaient tout de même du culot de vouloir traverser le territoire des nains, y installer des tours de guet et venir sur le territoire elfe. Je levais les yeux et eut une idée en voyant une fleur violette typique.

"Hé ! Tiens donc... Regardes, cette belle dame pourrait nous aider dans notre voyage. C'est la base d'une potion de téléportation. Enfin un substitue. Je le sais parce que j'ai déjà vu telle fleur en vraie ! Attends que je retrouve mon grimoire ! Ah ha !"

Je pris mon sac et en sortais mon grimoire. J'expliquais à Eléa qu'il ne fallait pas la cueillir n'importe comment, ni n'importe quand. J'ouvrais mon grimoire d'alchimie et m'assis en face de la plante. Je laissais Eléa lire par-dessus mon épaule. La confection de ce type de potion n'était pas difficile, mais il fallait ajouter les éléments dans l'ordre, les uns à la suite des autres, ou dans le même temps, tout en respectant à la lettre les temps de préparation, chauffe, refroidissement... En tout, je lui annonçais que nous en avions pour quelques minutes, une dizaine environ. Je lui dis de m'aider à rassembler les différents éléments. Elle m'aida volontiers. Nous nous mettions à l'ouvrage. Je ne lui garantis pas l'endroit exact, au mètre prêt, de là où nous allions atterrir, mais au moins nous raccourcir le trajet d'un ou deux jours minimum. Une fois prêts nous suivions les instructions pour la préparation. Eléa avait les éléments manquant. Nous préparions cela, et cuisinions (je me ferais tuer par certains puristes de l'alchimie en disant cela), notre petite potion. Une fois prête, je vidais précieusement notre préparation dans une fiole. Je faisais bien attention de ne pas en renverser une goutte. Gorm revint à ce moment là. Il soupira et croisa les bras en voyant la potion. Je savais qu'il n'aimait pas ça. Je repris mon grimoire et nous lisions, Eléa et moi, comment l'utiliser. Il fallait d'abord mettre une goutte sur le front des personnes à emporter, puis exploser la potion à no pieds. Il était noté que nous allions atterrir comme par le ciel, d'une hauteur d'un peu moins d'un mètre, sur n'importe quelle surface. Il était donc conseillé que je lance un sort de poids plume avant, pour que nous n'ayons pas de mal à la chute.

Je me redressais et fis une croix sur la tête d'Eléa, j'en fis une sur celle de Leaf, Eléa m'en fis une sur la mienne. Je regardais Gorm et comprit que lui partait à pied. Je lui dis alors de me rejoindre dans une semaine à l'auberge d'Ad'Lucem, ou que je lui laisserais là-bas des instructions. Il hocha la tête et s'enfonça dans les bois. Je me tournais alors vers Eléa, qui avait toujours la potion en main. Je lançais un sort de poids plume pour nous trois. Une sorte de petit nuage entourais à présent nos pieds. J'y étais aller assez fort, mais bon mieux vaut être prudent.

"Hé bien, après toi"

Elle hésita une seconde, puis la lança au sol. Nous étions transporté par une sorte de vent et voyions tout blanc autour de nous. Puis nous atterrissions... dans un lac. Leaf était sur le rivage cette chanceuse. Mon plongeon me fis couler d'abord. Mes habits étaient lourds. J'attrapais mon sac et avec l'aide d'une force magique l'envoyais sur le rivage non loin. Je lançais ensuite un sort de maintient et de respiration aquatique. Je pouvais nager ainsi avec mes habits qui n'avaient plus aucun poids, et respirer sous l'eau. Dans la seconde je cherchais Eléa, plus loin dans l'eau. Je la repérais vite et nageais le plus vite possible vers elle pour l'aider. Elle n'avait pas la chance de s'aider de magie. Elle maintenait sa tête hors de l'eau avec vigueur. Je la rejoignais et l'aidais ensuite à nager. Le lui dis de se calmer et ne plus bouger. Elle s'exécuta et je la pris sous le bras pour que nous rejoignions le rivage. Elle reprit sa respiration et moi aussi. Je soupirais et maudissais l'inexactitude de l'alchimie. Enfin, ce que j'en faisais, qui était mieux que Patrick. Je soupirais encore et me relevais. Je séchais magiquement les habits de mon amie, et ses cheveux, j'en fis de même des miens et de ma barbe. Je tournais sur moi même pour faire un tour d'horizon et essayais de me repérer. C'est Eléa qui repérait la première une tour au loin. Nous devions être en terre humaine. Les champs étaient assez étendus, la forêt un peu moins dense, et nous distinguions des animaux au loin à proximité de la tour. Je lui dis alors de nous mettre en route. Je devais commencer à l'user... Nous nous approchions, et pour moi quelque chose clochais. Eléa avait ressenti cela. Elle descendit de Leaf et la laissait brouter alors que nous approchions de la tour. Il y avait une étrange activité militaire autour de ce bâtiment de garde. Au lieu de deux ou trois guets, il y en avaient facilement une centaine.

Je fronçais les sourcils. Eléa repéra un point haut pour nous coucher et observer en contrebas.

"Très bonne idée !"

Nous allions à cette position et vîmes des bêtes étranges. Des hommes qui préparaient une expédition. Nous écoutions même une conversation entre deux soldats qui parlaient de terres elfes. Je chuchotais alors pour Eléa:

"Le bon Dieu serait-il avec nous ?"





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 23 Oct - 21:43
Villages en terres des hommes

  Elea était une jeune elfe avec des principes, trop obéissante et parfois la liberté de son enfance lui manquait. Partir en pleine quête n'était pas dans ses habitudes, du moins, plus maintenant. Avant elle avait été mainte fois tenté de quitter tous, mais les villageois avaient besoin d'elle, de ses flèches, de son don à ne pas louper sa cible et surtout sa protection. Elle était devenue quelqu'un d'important au pays des elfes, elle était certainement celle qui devait les sauver. Mais sauver des villageois seule, n'était pas chose aisé. Heureusement qu'il y avait quelques soldats elfes qui lui venaient en aide de temps à autre. Pour le moment, elle n'avait besoin de rien, ni de personne pour mener à bien cette nouvelle quête ; du moins, elle avait juste à se rendre sur place et envoyer une missive à ses souverains. Elle regarda Gorm qui était un peu plus loin qui revenait vers eux. Ils finirent par reprendre leur chemin et rentrèrent dans la forêt où se trouvait des marchants de bétails. Elea les suivait du regard sans rien dire et reprit son attention sur le chemin de terre avant que Rulf ne reprenne la parole. Ce dernier lui proposait alors de se rendre en terre des hommes, Elea hocha la tête et le suivait tout bonnement.

Elea était plongée dans ses pensées à observer les plantes au sol et à lever de temps en temps la tête pour voir les feuillages des arbres. Elle se retourna pour regarder au dessus de son épaule, personne ne semblait les suivre pour le moment. Elea porta une main à son sac et fouilla dedans à la recherche d'un fruit, elle trouva une pomme qu'elle croqua avant d'être interrompu par Rulf. Ce dernier lui montrait une fleur violette qui avait la capacité de faire une téléportation grâce à une potion. Elea fronça les sourcils et essaya de se creuser la tête. Elle avait déjà utilisé cette plante pour faire une potion contre des poussés de boutons mais ne pensait pas que cela servirait à faire autre chose. Elle regardait Rulf fouiller dans son sac à la recherche de son grimoire. Elea en savait pas mal sur cette plante mais le fait qu'elle serve à des fins de téléportation, là elle n'en savait pas grand chose. Elle finit par écouter les conseilles de Rulf et de lire au dessus de son épaule. Elle finit par l'aider dans sa quête de plante pour faire la potion. Une fois la potion faite, Gorm réapparut et n'était pas partant pour la tester. Elea n'aimait pas vraiment les sorts de téléportation, mais aimait tester de nouvelle chose comme cette potion. Rulf lui fit une croix sur le front et enfin sur Leaf qui n'était pas d'accord. Elle se secoua de mauvaise humeur. Gorm commençait déjà à partir seul, laissant ses compagnons en arrière.

Après avoir un peu hésité, Elea avait lancé la potion au sol. Quelque chose c'était alors produit avant qu'elle ne se retrouve dans l'eau. Heureusement qu'Elea savait nager et était pour la nature, elle serait en train de se noyer. Elle maintenait tout de même sa tête hors de l'eau avant que Rulf ne l'aide à atteindre le rivage. Une fois sec, elle monta enfin sur Leaf et ensemble commencèrent à avancer. Elea repéra une tour, puis un endroit pour espionner sans être vu. Il se passait quelque chose d'étrange, en effet, certains hommes parlaient de la terre des elfes. Qu'allaient-ils faire en terre elfes ? La guerre était plus vers celle des hommes et ses souverains faisaient tout pour ne pas qu'elle arrive en terre elfes. Elea fronça les sourcils et ne lâchait pas un seul instant les hommes en armures.
©️OswinWho


HRP
HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Oct - 17:37

En terres des hommes
Feat Eléa

Je regardais Eléa, impassible à mon enthousiasme. Je n'eus même pas le droit à une réponse, ou un sourire... Bref, la jeune elfe regardait en contrebas, en train de réfléchir à je ne sais quoi. Elle était dans les nuages. Cela me changeait radicalement de la fée qui préférait se battre avant de parler. Le point de vue et le caractère de l'une ou l'autre se défendait. Je ne cherchais même pas à lire dans ses pensées, il se pourrait qu'elle soit très loin. Je ne m'étalais pas plus dans l'herbe, ni m'attardais ici.  Je l'attirais avec moi, j'avais un plan: attirer un garde un peu à l'écart et l'interroger. Je nous éloignais suffisamment pour ne pas qu'on nous entende. Je la regardais de la tête au pied. Les soldats devaient bien faire le plein d'eau quelque part et envoyer un bleu. Je relevais mon regard jusqu'au sien:

"J'ai un plan: les soldats doivent faire le plein d'eau pas très loin. Et habituellement ils envoient un ou deux gamins. C'est dégelasse, mais dans l'armée, soit on perd deux éléments peu formés, soit ça leur fait de l'expérience, à surveiller leur environnement. Alors voilà ta part de mission: tu vas à ce point d'eau. Tu caches une arme pas loin, tu allumes le gars par tes beaux atouts, et clac ! Tu le surprends et on l'interroge !"

Elle sourit, mais ensuite fut surprise par ma proposition. Elle pensait que c'était déraisonné. Mais j'insistais en lui disant qu'elle n'avait pas non plus à aller très loin. J'ajoutais qu'elle n'avait pas besoin de beaucoup pour qu'un homme ne tombe sa garde. Je finis en lui disant que je me tiendrais pas loin et qu'elle n'avait qu'à m'appeler pour que je vienne. Je sortais une carte pour repérer la région. Nous pouvions être à deux endroits. Je regardais la topographie et cette bosse dont nous venions de descendre. J'en déduis, pas très sûr que nous étions à un endroit plus que l'autre. Le point d'eau le plus proche était un petit cour d'eau vers le Nord. Il suffisait de faire un kilomètre dans cette direction pour en avoir le cœur net. Je lui dis de faire suivre Leaf, sans pour autant monter dessus pour ne pas se faire repérer. Nous faisions un large tour pour que les sentinelles ne nous voient pas. Heureusement pour nous je savais lire une carte d'après mes observations et le cours d'eau se fit entendre avant que nous le voyions. Nous descendions le terrain en pente douce. Le ruisseau traversait un champ et était abritait par les arbres qui le bordaient et avaient profitaient de l'eau pour pousser là. C'était un joli cadre. Avant d'y arriver, sans rien de ma part, comme ça, elle me dit qu'elle acceptait, pour cette fois. Leaf alla boire, puis elle et moi nous éloignions. Eléa avait choisit l'endroit, selon elle où il ferait le plein. Il était possible de la voir du haut du terrain. Elle me dit de m'en aller.

Je me postais dans le bosquet en face. Elle posait ses armes et son arc qu'elle vint me confier. Elle n'en garda qu'une qu'elle posa entre deux branches, à hauteur de sa main, bien dissimulée. L'attente ne fut pas longue. Je la vis ajuster son haut, son pantalon,, ses cheveux et tout le truc féminin pour détruire un homme du premier regard. J'étais plus basée sur les naines, mais cette elfe était jolie il faut l'avouer. Un homme armé descendait le terrain. Leaf était calme un peu plus loin à brouter.  Je me retournais et fus surpris qu'un capitaine d'armée arrive. Je m'étais trompé. Il devait être d'astreinte ou de corvée à la place d'un de ses hommes... ce n'était pas normal en tout cas. J'hésitais à intervenir, mais elle me fit signe que ça allait. Elle fit je ne sais quoi à son haut, puis je me retirait un peu plus derrière les branches. L'homme arrivait. Eléa se pencha, mit ses cheveux de côté et fit semblant de faire le plein d'eau. L'homme arriva et fit l'erreur de sa vie: il posa son épée avant de descendre. Sa dague était à la ceinture. Il a saluait et lui demandait ce qu'elle faisait ici toute seule. Son regard de pervers plongeait dans son décolleté plongeant. Je souriais, ce crétin venait de bien se faire avoir. Elle se leva, tendit le bras. Ensuite je ne vis pas trop ce qui se passa.

Toujours est-il qu'une dizaine de secondes après il était à genoux devant elle, les bras au ciel.  Elle lui ôta sa dague. Je sortis de ma cachette alors qu'elle lui demandais où est-ce qu'il allait. L'arme de la jeune elfe menaçait alors les bijoux de famille du capitaine de l'armée. Celui-ci ne tenta rien d'imprudent et lui dit qu'ils avaient pour mission de se rendre vers l'ouest et rejoindre une troupe plus importante. Il était mercenaire à la solde d'un seigneur homme. Ils devraient l'attendre avant de signer un contrat leur permettant de traverser sans encombre le territoire des nains pour rejoindre le territoire elfe. L'homme avait peur et n'avait plus rien à nous dire. Je serrais mon poing et lui mit un bon coup dans sa gueule. Une fois à terre je le ligotais et le bâilonnais. Je levais les yeux vers Eléa:

"Bien joué ! ... et désolé pour ma mauvaise prévision."

Je tirais l'homme à un arbre les pieds dans l'eau. Je l'assis dans l'eau et le ligotais encore grâce à ma magie à des racines de l'arbre qui le tenait prisonnier. Nous pouvions partir tranquillement. il ne pouvait se défaire seul sans magie de ce piège. Je récupérais les armes d'Eléa qui se réarranger. Je lui rendis et lui proposais mon point de vue sur la suite des opérations:

"Comme ils sont trop nombreux je te propose de rejoindre au plus vite le château du premier seigneur pour qu'il envoie ici le nombre de troupes suffisante pour stopper leur avancement... Puis contacter celui qui est au-dessus pour ce projet d'invasion... Je pense ... Caches toi !"


Une troupe de soldats arrivaient vers nous. Je venais de les voir juste à temps. Je me cachais derrière un buisson et un arbre. Elle avait grimpé. Je sentais de la magie dans le groupe de soldat qui approchait. Je ne savais quoi faire, nous étions prit de court pour fuir. Les soldats furent vite là, ce n'était pas de ceux du camp. Je fronçais les sourcils pour mieux distinguer de qui il pouvait s'agir. C'était des elfes ! Mais que faisaient-ils ici ? Le mage était un cavalier, bien paré et décoré de couleurs dorées.  Il leva la tête en direction d'Eléa, je craignait pour elle. Elle descendit et se mit à genoux. Je sortais de ma cachette, un bouclier magique autour de moi, lance en main. Elle leva un regard vers moi, surprise de ma réaction. Elle leva la main et m'engueulait... Je venais de ne pas reconnaître le roi des elfes. Le roi des elfes en personne. Je fis disparaître mon bouclier te ma lance en même temps pour me mettre à mon tour à genoux. Le roi prit la parole:

"Relevez-vous. Je sais qui vous êtes. Vous avez sauvez de mes concitoyens à Suef, et j'ai besoin de votre bravoure pour nous aider à repousser nos ennemis. Debout ! (et plus fort pour tout le monde:) Aux armes ! Marchons sur ses imposteurs !"

Je relevais le regard vers Eléa ne sachant pas quoi faire.  




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 28 Oct - 19:31
Villages en terres des hommes

 Il fallait se faire une raison quelque chose allait se produire dans quelques instants. Elea en prenait conscience, ils devaient se préparer au pire. Elle n'avait jamais vu autant d'attroupement en terre des hommes. Elle fronça les sourcils, essayant de comprendre ce que se disait les soldats entre eux. Mais entre rire et leur grosse voix, elle n'entendait pratiquement rien. Ça se serait si elle avait le don d'entendre les gens d'aussi loin, le seul qui lui convenait, était celui de tir à l'arc. Elle soupira et se redressa doucement, elle ne voyait pas quoi faire à part rester ici et attendre ou alors de partir. Alors qu'elle allait émettre une suggestion, Rulf fut le plus rapide et déclara qu'il avait un plan. En effet, ce dernier expliqua à Elea que les soldats allaient bien finir par vouloir, tôt ou tard, aller chercher de l'eau et que, par l’occurrence, il envoyait un simple soldat sans compétence. Elea voyait où il voulait en venir et elle ne voulait pas en arriver là. Ils avaient cas attendre que l'un d'eux s'éloigne et l’assommer, l'attacher et l'interroger. Pour quoi chercher aussi compliqué ? Elle soupira en croisant les bras. On allait se servir d'elle pour « allumer » un soldat. Elle connaissait la faiblesse des hommes, les atouts et la beauté, c'est tout ce qui leur importaient au lieu de regarder au delà des apparences. Elea n'était pas d'accord sur le coup, le nombre d'homme qui était tombé amoureux d'elle pour sa beauté et l'avait vite oublié en voyant une nouvelle femme, elle les trouvait ridicule. Elle roula des yeux, et suivait le nain jusqu'à une source, de là elle accepta le marcher mais vraiment à contre cœur. Cela la mettait mal à l'aise de servir d’appât dans une situation pareil. Elle se prépara tant bien que mal et s'approcha un peu avant d'attendre, elle vit finalement quelqu'un approcher mais ce n'était pas un jeune soldat, mais un capitaine. Rulf était caché et attendait dans son coin, elle lui fit signe de ne pas intervenir. Elea répondit à sa question avec un sourire aguicheur , qu'elle s'était perdu et qu'elle voulait prendre de l'eau. Elle sentait que son regard descendait sur ses formes. Il se pencha pour l'aider, elle tendit le bras et d'un revers, elle sortit son épée et lui colla sous la gorge en l’incitant à se mettre à genoux. Elle finit par lui demander ce que faisait un groupe de soldat dans cette partie du pays. Elle se fit rejoindre par Rulf alors que l'homme répondait à sa question. Le nain l'assomma et le ligota. Elea remit au mieux ses vêtements ainsi que sa cape de laine. Elle rangea son épée dans son fourreau et se tourna vers Rulf. Qui s'excusait de sa prévision. Elle haussa les épaules en grimaçant. Première fois qu'on lui faisait faire cela. Elle l'écouta alors lui dire qu'ils étaient trop nombreux, Elea l'avait bien remarqué toute seule et il lui ordonna de se cacher. En effet, un groupe de soldat s'approchait, une fois à leur hauteur elle reconnut des elfes. Que faisait des elfes en terre des hommes sachant qu'ils l'avaient envoyé elle ? Jamais les souverains ne viendraient se battre à la place des soldats elfes. Elle fronça les sourcils et se sortit de sa cachette pour se mettre à genou devant son souverain avec pleins de questions en tête. Il parla alors, leur disant qu'il savait qui ils étaient et leur demanda de se mettre debout. Une fois de nouveau debout Elea rattrapa le souverain. Elle se pencha devant lui.

« - Excusez mon impertinence votre seigneurie, mais que venez-vous faire en terre des hommes ? Je suis une messagère de Fortilia venant en aide aux villageois depuis 3 ans, et les souverains de Fortilia ne m'ont pas indiqués qu'un quelconque souverain tel que vous, arriverez par ici ! Je veux dire par-là, que je n'ai jamais vu un roi elfe en dehors des terres elfiques ! Dois-je les prévenir de ce que nous faisons ou dois-je leur dire que je vous ai rejoint pour repousser l'ennemi ? »

Elle resta penchée en avant, autant être direct et savoir ce qui se passait réellement. Elle n'avait pas été prévenue d'un quelconque changement. Pourquoi on avait envoyé un souverain aussi rapidement ? Avait-elle manqué sa chouette, un message important n'était pas arrivé jusqu'à elle ? Elle attendait une réponse de la part de son souverain, quelque chose qui la mette sur la voie.
©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Oct - 17:48

Voyages en terres des hommes
Feat Eléa

Je me relevais en même temps qu'Eléa sur ordre du roi des elfes. Les hommes se mettaient en rang de marche prêt à combattre de manière conventionnelle face à ces mercenaires. Eléa rattrapait son souverain pour obtenir plus d'informations sur la présence d'elfes dans le territoire des hommes, et la présence de sa majesté. Je soupirais et la suivais sur les talons en pressentant qu'elle allait en faire une. Et cela ne manqua pas. Je n'y connaissais pas grand chose en elfe, et en diplomatie, mais je pense que si je m'adressais ainsi à mon souverain aussi directement celui-ci n'apprécierait sans doute pas bien. De plus, à situation comparable, je ne dépendais pas directement de lui pour mon avenir et mes ressources...  Je crois que ce qui passait le moins n'était pas sa demande, mais sa formulation, notamment la maladresse: "quelconque souverain tel que vous". Je soupirais et lui tapais dans le bras. Elle était si déboussolée que j'étais sûr qu'elle n'avait pas calculé ses mots. Je me raclais la gorge et allais rattraper le coup, au moins pour elle. Je m'adressais alors au roi en ces mots:

"Mon altesse, nous venons de faire beaucoup de voyage depuis Suef. Nous n'avons pas vu beaucoup de monde depuis une journée, et nos efforts pour déjouer le plan d'invasion de Suef furent intenses depuis que nous savons pour cette entourloupe. Je pense que ma jeune amie est surprise qu'un homme tel que vous se trouve en ces terres des hommes pour mener une telle opération, et qu'elle s'en trouve d'autant plus déçue qu'elle n'eut vent d'aucun renseignement concernant cette opération..."

Le souverain leva la main pour me signaler que j'en avais assez dit et sourit. Il s'adressa à Eléa tout me faisant un clin d'œil.

"Drôle d'équipe qu'un nain qui vient en aide à une jeune messagère pleine de fougue. Nous avons besoin de jeunes éléments tels que vous Eléa, mais cette mission fut tenue secrète longtemps, tout comme notre suspection fut longue. Je vous remercie de votre travail. Tenez..."


Il fit signe à un homme de s'approcher. C'était un grand blond tout maigre.

"Cet homme vous suit depuis deux jours et vous a perdu malgré ses capacités magiques, à Suef. Eléa, pour l'heure les seigneurs sont prévenus d'une part de ma présence, et d'autre part de l'intervention d'une troupe détachée de mon armée dans leurs territoires. Les seigneurs elfes, dont Eluen qui vous envoie, sont ici. Ces mercenaires ont voulus s'en prendre à un membre de ma famille... Après cette attaque, venez me voir, j'ai une mission pour vous... En avant !"

Les deux deniers mots étaient destinés à la troupe derrière nous. Eléa était bluffée et secouait légèrement la tête. Je lâchais simplement :

"La joie du travail à la botte de quelqu'un, mais je dois avouer qu'il est sympa !"


Je me fis assassiné du regard par des elfes qui nous doublaient. Le roi était parti au devant sur son cheval blanc. Eléa alla chercher Leaf et montait. Elle prit son arc et suivait la troupe. Je me lançais avec eux pour botter le derrière à ses trous du cul à la solde du mauvais camp. Le détachement elfique me semait et arrivait rapidement sur les lieux.  Je soupirais et arrivais en plein combat. Je fis apparaître ma lance et balançais ci et là mes boules de feux. Je me battais pour un roi qui n'était pas le mien, mais faisait parti de la fédération des alliés. Les peuples alliés se devaient le soutien, même si beaucoup l'oubliaient. Le combat fut très bref, je n'étais pas le seul magicien. Les flèches étaient démultipliées, le feu gagnait les machines de combat, les chevaux partaient dans toutes les directions courir dans les champs environnants... La tour s'écroula et le général de la troupe ennemie fit sédition. Ce qui restait des mercenaires fut capturé. Ils n'étaient pas fous et se rendirent facilement face à l'apocalypse qui s'abattait sur eux. Les elfes faisaient le ménage. Je reprenais mon souffle et rejoins Eléa avant qu'elle aille voir le roi. Je me tenais devant elle. Je la regardais en souriant. Ce combat fut énormément inégal en notre faveur. Je la détaillais de la tête au pied. Elle allait bien, juste un peu essoufflée comme moi.  

Une fois notre souffle revenu nous nous dirigions vers le roi. Il se tenait assis sur son cheval. Quand il nous vit arriver il descendit de son cheval. Il nous invita à nous éloigner un peu et fit appel à son général qui s'approcha. Il demanda aussi à un script de s'approcher. Ce dernier planta son pupitre à côté du roi. Il commençait à se préparer à écrire. Le général lui dictait je ne sais quelle instructions. Nous prenions intérêt à ce que disait le roi:

"L'officier du général ci-présent, chargé de la mission que je vais vous confier, est mort la semaine dernière au cour de son voyage. Je vous charge de mener ce courrier à Dendrelia. Il concerne la position d'un seigneur elfe, qui a obtenu du roi des hommes des terres en Ad'Lucem. Si vous pouviez l'aider à parvenir à ses fins, je vous en serez personnellement reconnaissant. Vous aurez plus d'informations une fois sur place. Voilà le courrier. C'est un exemplaire unique. Maintenant autre chose: vous n'êtes plus messagère itinérante, mais au service de votre roi ! A genoux que je vous fasse chevalier mademoiselle Edgerton !"

J'étais spectateur de cette scène importante pour Eléa. Je refusais le titre de chevalier du roi des elfes, voulant garder mon indépendance. J'étais également fidèle au peuple nain. Eléa se mit à genoux. Le général tendit une magnifique épée, elfique bien sûr, au roi. Celui-ci la prit et dit quelques mots solennels envers Eléa qui fut promue chevalier de la couronne. Un soldat amena Leaf. Le roi lui mit je ne sais quoi sur le front. Je levais les yeux au ciel en pensant que ces fous d'elfes sacraient même les chevaux... L'épée lui fut offerte, et le parchemin remit. Je reculais de quelques pas avant d'être récompensé pour le peu que je venais de faire. Je vis qu'ils lui remirent de l'or, des vêtements et de la nourriture pour elle et Leaf.


Je m'éclipsais et descendais un peu plus bas la colline. Je m'assis dans l'herbe plus bas à regarder le ciel bleu avec peu de nuages, l'herbe verdoyante et les arbres plus bas où coulait le ruisseau. J'étendais mes jambes devant moi, un peu écartées, posant les mains derrière moi dans l'herbe. Je restais sans rien penser, à faire le vide et profiter seulement de l'air et du calme relatif. Ce calme était coupé par les bruits de ferraille que faisaient les soldats en train de faire le ménage. Je restais serein, ici, posé dans l'herbe pendant qu'Eléa finissait son entretien.    






Dernière édition par Rulf Golbak le Dim 2 Nov - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 31 Oct - 18:14
Villages en terres des hommes

Elea resta penché en avant. Avant de commencer à lui parler elle avait bien pris en compte de s'excuser. Elle en avait conscience, elle lui avait mal parlé. Elea se pinça les lèvres, espérant qu'il ne retienne pas de son impertinence déplacée. Elea pensait surtout à son peuple, certainement en péril et le danger que pouvait courir son souverain et à rien d'autre. Que faisait-il ici, devait-elle le suivre, le protéger ? Il avait sûrement les réponses à ses questions. Devait-elle continuer sa quête ? On l'attendait dans un petit village non loin de là, sûrement attaqué par des sorciers noirs. Elle retint un soupir, et entendit Rulf reprendre ce qu'elle avait dit. Elle tourna légèrement la tête vers lui en se pinçant encore les lèvres. Un nain ne devait pas s'adresser à un souverain, elle avait peur pour sa propre vie ; d'ailleurs, elle aurait dû se présenter devant son roi sans Rulf. Mais son roi leva une main. Il n'y avait rien de grave, il était surpris de voir un nain faire équipe avec une jeune elfe et fit par du fait qu'ils avaient besoin d'un elfe tel qu'elle. Elle venait déjà en aide, c'est même eux qu'ils l'envoyaient, elle ne savait pas du tout où il voulait en venir. Il fit approcher un elfe, Elea leva la tête pour lui faire face et reconnut le jeune elfe en question. Le souverain lui confia que ce dernier les suivait depuis Suef. Elea fronça les sourcils, ils n'avaient toujours pas confiance en elle malgré tous les efforts qu'elle consacrait avec toutes ses missions qu'on lui filait. Elle serra les dents, une chouette ne suffisait pas, il fallait qu'il la fasse suivre. Elle avait des croyances, avait longtemps pensée que c'était à cause d'elle que tout cela avait commencée, les sorciers noirs avaient commencé leur ascension dans plusieurs villages. Elea avait conscience qu'elle devait tout nettoyer. Elle continua de l'écouter. Les importuns qu'il voulait attaquer s'en étaient pris à lui et à sa famille. Ils finirent par reprendre leur marche vers les individus. Elea eut un sourire en coin en entendant une pique de Rulf et les regards noirs des autres elfes alentour. Elle allait lui répondre mais préféra s'abstenir et s'approcha de Leaf. Elle lui murmura dans l'oreille, lui caressa le nez et monta sur elle avant de lui donner un petit coup de talon. Elle préférait rester auprès de son roi, espérant qu'il ne se fasse pas tuer. C'était son devoir en tant que messagère et en tant qu'elfe.

Elle se battait à présent à ses côtés, donnant tout ce qu'elle avait, se mettant en hauteur pour tirer quelques flèches, descendant en hâte épée en main. Tournant sur elle-même, se baissant pour éviter ci et là des haches, des poignards et des dagues tranchantes. Essoufflait, mais fière d'elle, Elea rejoint Rulf en rangeant son épée dans son fourreau. Ils allèrent rejoindre le souverain et se firent rejoindre par son général, ce dernier écrivait ce que le roi lui dictait. Elea resta silencieuse, main derrière le dos, se balançant d'avant en arrière. Le roi finit par lui faire un topo de sa mission, lui remettant en main propre une missive. Elea avait le cœur qui battait la chamade et fronça les sourcils, où en seraient les villageois à son retour ? Fallait-il prévenir une quelconque personne pour si rendre à sa place ? Elle avait pour mission d'aider les villageois et la voilà contraint de faire une tout autre mission. Elle allait parler et hésita un instant. Gardant la missive à la main plongée dans ses pensées, Elea entendit les derniers mots et retient son souffle. Elle n'était plus messagère mais travaillerait pour un seul souverain. Elle fronça les sourcils, hésitante à nouveau, un poids dans l'estomac. Si elle n'était plus messagère à aider les villageois, qui le fera à sa place ? Elle montait donc un grade, ce qui voulait dire... Mais Elea ne voulait pas y penser, pourtant il allait bien falloir. Elle qui pensait qu'il lui fallait encore attendre trois ans pour s'y préparer. Elea allait devoir s'y faire. Il y a trois ans, elle se tenait dans la salle du trône de Fortilia recevant une quête de la plus haute importance, puis fut nommée messagère pour réparer ses fautes. Elle était à présent bien vu des souverains, ils avaient confiance en elle. À présent, elle devenait chevalière des elfes, alors qu'on lui avait donné un choix qui serait sien dans encore trois ans ; continuer à se battre auprès des siens ou être libre et indépendante, de faire ce qu'elle désirait... Le choix ne lui fut pas proposé et elle se mit alors à genoux, songeant à ce qu'elle ne doit pas faire : ne pas trahir son roi et les siens, ne plus vagabonder et ne pas faire de faux pas, respecter les lois elfes, rester fidèle au roi et à jamais... Allait là où on lui dit d'aller et... Elle ne voulait pas songer à ce que son père lui avait alors dit, trois ans plus tôt, quand tout cela aller enfin rentrer dans l'ordre ; mais se marier non par amour, mais par le choix de son père avec un homme qu'elle connaissait à peine, ne l'enchantait pas. Elle grimaça en entendant les mots de son souverain, tout le monde devrait être fière de monter en grade. On tendit une épée d'émeraude à Elea, qui remit alors la sienne. La nouvelle était plus lourde et plus grande que la précédente et avait été forgé en pays des hommes par un forgeron très renommé. Elle sourit et se releva avec peine, elle mit sa nouvelle épée à sa taille. Un frisson la parcouru de la tête au pied, un pincement au cœur se fit. On lui remit de l'or et d'autre cadeau qu'elle aurait voulu refuser. Le souverain lui confia alors que sa quête des villageois était terminée, qu'après celle-ci elle en aurait encore d'autre plus importante. Elle se penchant en avant et reprit les rênes de Leaf, s'éloignant d'un pas incertains. Elle rejoignit Rulf et lui lança qu'ils pouvaient repartir en s'essuyant discrètement une larme et en soupirant. Elle se tourna vers lui en souriant et lui montra le parchemin.

« - Si tu veux te joindre à moi pour cette quête, je ne t'oblige à rien, je dois remettre ceci en terre des hommes, nous y serons dans plusieurs lunes, mais nous ne sommes pas très loin de Skeylir ! »

Elle se détourna et monta sur Leaf en lui caressa la crinière.
©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Nov - 15:13


Voyages en terres des hommes
Feat Eléa

Je soupirais de soulagement et étais en paix ces quelques minutes assis dans l'herbe. Leaf était détendue aussi. Elle releva les oreilles, ce qui me signifiait qu'Eléa s'approchait. Je me retournais un peu et la vis apparaître dans mon champ de vision. Ce devait être l'elfe la plus triste de son pays après une promotion. Je dois avouer que mon cœur se serrait à ce moment là pour cette nouvelle amie. Oui, je m'y étais attaché. En même temps, je ne suis pas sûr qu'il existe deux elfes comme elle... Malgré sa discrétion, je la vis s'essuyer une larme. Je ne savais pas ce qu'elle pensait, mais en tout cas elle en avait gros sur la patate. Je la suivais du regard rejoindre Leaf, tout en me parlant de cette nouvelle mission. Elle se contrôlait énormément. Elle se retournait vers moi en souriant. Je savais bien qu'elle n'avait rien contre moi, mais j'allais lui venir en aide, à la fois pour cette quête, et pour ses problèmes personnels. Elle me montrait le parchemin et me demandait si j'allais l'accompagner dans sa quête. Je n'avais pas le cœur au sarcasme:

"Je t'accompagne, bien sûr ! Ce ne sont pas mes légumes qui ont besoin de moi en ce moment. Skeylir me semble en effet une bonne option."

Je lui tendais la main, pour qu'elle me relève bien sûr, mais aussi au figuré pour qu'elle accepte mon aide. Elle m'aida à me relever. Skeylir n'était en effet pas très loin. Nous pouvions y aller à pied. Le soleil ne déclinait pas encore. Nous étions en plein milieu d'après-midi, malgré cette journée bien rempli. Je lui proposais de marcher tranquillement et nous arriverions le soir. Elle était pensive et morose. Je ne dis rien, mais ce silence toute une plaine me pesa. Elle caressait Leaf en regardant l'horizon. Elle se perdait dans ses pensées, surement sans espoir à sa tête. Je m'arrêtais d'un coup. Elle s'arrêta aussi et fronçait les sourcils.

"Il n'y a pas de danger... Ou peut-être en toi jeune elfe !" lui lançais-je en la pointant du doigt. "Je ne continuerais pas à marcher dans ce silence pieux ! Aller, dis moi pourquoi cette promotion fait défaut à tes idées ..."

Je me remis à marcher tranquillement. Mais j'attendais d'elle quelques petites explications. Elle savait à présent pouvoir me faire confiance. L'aventure et notre collaboration avait largement contribuée à forger entre nous cette amitié contre-nature pour beaucoup, normale pour nous.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 5 Nov - 22:43
Villages en terres des hommes

Cette promotion allait tout changé en effet. Elea regarda un instant le vide ne sachant pas quoi dire. Elle était partagé, restait dans le droit chemin ou aller voir son souverain et lui demander une faveur ? Elea aimait aider et vagabonder, le fait d'être confronté à suivre d'autre loi pour mener à bien d'autre quête plus importante qu'un village de villageois, elle était pas d'accord. Elle souffla, déçu qu'on ne lui ait pas laisser le temps d'en parler. Son père serait très fière et quand bien même elle arriverait à faire changer d'avis son souverain, son père insisterait tout de même pour qu'elle épouse un soldat elfe. Elle eut un frisson à cette idée, elle ne pourrait pas trahir son père en lui disant non. Elle entendit d'une oreille que Rulf était d'accord pour l'accompagner, elle l'aida à se lever et ensemble commencèrent l’ascension vers un nouveau périple. Skeylir serait rapide à atteindre et d'ici se reposer un temps histoire de reprendre des vivres et de continuer vers la prochaine ville. Elle regardait sans voir, l'horizon qui s'offrait à elle, rêvant de son indépendance à venir ou de trahissons. Rulf la sortit alors de ses pensées obscurs, lui demandant ce qu'elle avait. Elle hésita un instant de le lui dire, après ce n'était pas ces histoires et elle ne voulait pas l'importuner avec sa vie d'elfe, il y avait beaucoup plus pire que ça en ce moment. Mais comme on dit : les gens posent des questions car ça les intéresse de savoir. Elle garda un œil sur l'horizon puis le descendit sur Leaf en grimaçant.

« - Je la mérite, je le sais mais... normalement elle devait mettre remise dans 3 ans ! Je ne pensais pas qu'on me la donnerait maintenant et dans ce genre de condition... Je devais avoir un choix ; celui d'avoir mon indépendance que j'avais au départ ! Et maintenant, je suis au service de mon souverain, même si j'arrive à changer les choses... Mon père me fera marier à un prince ou un soldat elfe... Je ne veux pas le trahir... »

Elle soupira tout en suivant Rulf qui marchait près d'elle. Cela l'avait soulagée un peu de livrer sa vie à quelqu'un. Cette vie n'était pas si simple quand on était pas un elfe. D'abord les croyance elfes, puis leurs envies de meurtre face aux nains. Les elfes devaient restés pure, un elfe avec un autre elfe, c'était comme ça et pas autrement. Elea n'avait pas vraiment le choix, mais devait faire face à son père pour cela, lui faire comprendre.
©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Nov - 23:07

Voyages en terres des hommes
Feat Eléa

Eléa descendit de Leaf et acceptait de me parler. Elle était préoccupée et regardait à l'horizon. Elle grimaçait légèrement. Je regardais aussi devant moi, pensif et à l'écoute. A l'instant je la traitais comme une amie, comme si c'était un nain que je connaissais. Mais je me rappelais qu'elle était elfe, et que ce genre de confession pouvait leur arracher la langue. J'étais rude en pensant ça, surtout que l'aristocratie naine peut se trouver aussi fermée qu'un elfe de base. Il ne faudra tout de même pas exagéré, rien n'est plus coincé qu'un aristocrate elfe, même les huîtres s'ouvrent avec un couteau ! (même si c'est dégueulasse).

Bref, revenons à nos moutons. Eléa avait la gorge serrée, et c'était une amie pour moi. Elle me confiait alors ce qu'elle avait sur le cœur. Elle disait mériter sa promotion, mais pas au prix de sa liberté. Je la comprenais en un sens, mais ce que je ne comprenais pas c'est pourquoi elle se faisait tant de cas de servir un seul roi. C'était paradoxal en effet, de sentir à la fois la joie de l'honneur, et la morosité de la privation. Cependant elle alla plus loin en me confiant ses craintes de mariage forcé, de perte d'indépendance... Elle soupira, comme pour me signifier à la fois un "merci" et "c'est fini, mais j'en ai encore sur la patate"...

Nous marchions un instant côte à côte en silence. Pour lui signifier que je l'avais écouté et blaguais pour la réconforter:

"Hum, en effet c'est une situation bien délicate... Je te comprends quelque part. Même si je ne suis pas une femme, et grand Dieu encore moins un elfe ! "

Je lui arraché un sourire. Je réfléchissais à présent à différentes solutions pour la sortir de ça. Je réfléchis tout haut pour ne surtout pas que le silence s'impose, et ainsi lui occuper l'esprit. Je savais l'exercice relativement efficace et réconfortant.

"Permet moi de réfléchir tout haut... Tu pourrais déposer ton titre à la fin de ta quête... Mais cela t'exposerais à une dépréciation, et une certaine perte d'honneur qui affecterait les tiens. Tu peux aussi accomplir cette quête avec brio, rentrer avec les honneurs, ton père te marie à un prince riche et vieux. Mais ça, ça voudra dire que tu t'es pas battu, et que je suis mort..." Elle me fit un rictus. "Tu peux aussi demander à battre le champion de la cour, en gros du royaume, et ainsi obtenir l'honneur que tu veux, tout en refusant le titre de champion, à moins qu'on t'envoie en prison... Il t'est aussi possible de faire cette quête et prendre le temps d'expliquer ton choix à ta famille. Maîtresse de ta vie tu pourras continuer de voyager et rencontrer peut-être l'amour. L'important c'est de savoir dire les choses, de plus ce n'est pas ton père seul qui doit décider, mais toi, et toi seule. Si tu pense que cette vie de matrone te conviendrait en fin de compte... Tu te trompe surement, même par respect. Car dis-moi, ne serais-ce pas aussi montrer du respect à ton père que de lui montrer que sa fille est une femme qui sait faire ces propres choix ?! Quitte à ce qu'il y ai conflit entre vous, avec ta famille... S'ils t'aiment vraiment, ne respecteront-ils pas ton choix ? Et quand bien même... Pour moi il est important de vivre heureux en soi et pour soi, pas pour les autres Eléa... Qu'en penses-tu ? "

Je relevais la tête vers son visage. Elle était pensive et regardait dans le vague. Je crus même qu'elle allait pleurer... Je lui proposais des pistes de réflexion et en venait simplement à lui dire ce que j'avais aussi sur le cœur, ce qui pouvait m'insurger à ce que de telles personne tiennent des propos aussi archaïques, et voir des personnes comme mon amie elfe les accepter si facilement. Nous marchions d'un pas lent, non pressés en direction de Skeylir dont nous apercevions les premières chaumières au loin.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 29 Nov - 23:34
Villages en terres des hommes

Elea ne voulait pas ennuyer Rulf avec ses histoires d'elfes, il était un nain et ne comprendrait pas les coutumes des elfes. Ces êtres insignifiants que méprisaient les nains, non en effet Rulf ne pouvait certainement pas comprendre. Elea devait se montrer digne de son père, faire le bon choix, mais c'était tout de même à elle de faire le sien, non ? Elle regardait le sol, levait de temps en temps la main pour caresser Leaf tout en souriant en coin sans rien dire. Le silence était présent dans cette scène et juste leurs pas le brisaient. Elle devait vite réfléchir, continuer dans le sens de ses souverains, trouver des mots pour les faire changer d'avis. Mais qu'est-ce qu'on pouvait dire à son souverain ? Elle n'avait jamais tenu tête à un souverain, et même cette idée la fit frissonner et avoir un peu peur de la suite. Elle n'était pas du genre à se rebeller, même si elle trouvait une solution à son problème, il restait encore celui de son père. Il allait être au courant dans deux lunes et allait lui faire parvenir une chouette au plus vite. Elea frissonna, son père allait lui ordonner de rentrer sur-le-champ après sa quête. Elle écouta la pique de Rulf et eut un sourire en fronçant les sourcils, étonnait qu'il lui réponde de la sorte. Il y eut un autre silence avant qu'il ne reprenne, affirmant certains points, ce qu'elle avait déjà songé et lui demanda son avis. Elle resta silencieuse pourtant, ne sachant pas du tout par où commencer. Bien sûr qu'elle voulait trouver l'amour, le vrai, mais existait-il vraiment ? Et si son destin était d'épouser un prince elfe ou un soldat sans avoir d'effusion, juste physique ? Elle grimaça à cette idée, elle ne serait pas à l'aise avec tout cela. Comme le disait si bien Rulf, c'était son choix pas celui de son père. C'était une coutume d'elfe, Elea ne méprisait pas ces coutumes, elle était elfe, était née pour ça, protéger et respecter des lois. Elle soupira doucement.

« - Je te remercie de me remonter le moral cher maître nain, mais mon père suit toujours les coutumes elfiques, que je sois ou non-chevalier de nos souverains ne changera rien ! Si je ne reste pas chevalier de mon souverain, il sera tout de même au courant que je l'ai été... Je ne suis pas du genre à trahir ma famille ! Il m'aime, mais parfois, il se doit de choisir pour moi ! Je... »

Elle s'arrêta de parler, se demande pourquoi elle lui en parlait. Elea voulait être seule un instant, pour se vider la tête et réfléchir. Elle soupira encore doucement et se tourna vers Rulf.

« - Je ne dois pas être une elfe normale ! Je refuse toutes cultures ou parfois, je ne crois pas à nos légendes ! Je suis ami avec des nains et j'adore tout ce que détestent les elfes ! Être mariée de force à un elfe ne me conviendrait pas ! Je pense qu'après cette quête, je ferais le métier de ma mère, herboriste et parlerais à mes souverains de mon choix ! »

Elle regarda enfin devant-elle et voyait déjà les lumières de leur destination. Le village s'étalait devant eux et ils y étaient presque arrivé.
©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Déc - 16:49

Voyages en terres des hommes
Feat Eléa

Ma jeune équipière n'avait pas encore assez roulé sa bosse, même si elle était débrouillarde. Mes mots l'avaient fait réagir, réfléchir... Je la savais cogiter. Je la laissais penser un instant en silence. Elle soupira en me remerciant pour mon effort de la réconforter. Je ne compris pas si mon nouveau titre de "maître nain" était honorable, ou avec une pointe d'ironie et d'humour. J'en souris, même si elle pouvait l'entendre respectueusement. Elle me disait ne pouvoir déroger au pouvoir de son père et aux coutumes de son peuple. Elle était enfermée dans ces traditions qui n'avaient pas d'intérêts pour elle.

Elle soupira doucement, prit un temps de pause, avant de reprendre pour me dire qu'elle n'avait pas envie de cette vie là. Je souris, et ris même un peu. Elle me dit vouloir devenir herboriste, comme sa mère et vivre comme elle le voudrait. Comme quoi, je devais bien être "maître nain", "cher maître nain". Je souris et regardais devant nous.

Skeylir est une ville à flanc de colline, qui s'étale suivant une sorte de langue. Les maisons sont construites dans de la pierre blanche, le fond de l'air y est doux, le vent parfois fort. J'étais venu ici un hiver je me souviens, pour deux jours, pour régler une affaire de passe de marchandise. Ce fut une mission assez simple qui me donna le temps de visiter. Je repensais alors à l'auberge dans laquelle j'avais dormi et cette bière dégueulasse. C'était bien la première fois que j'allais retourné dans une auberge et ne pas avoir le réflexe de m'asseoir commander une pinte...

Je répondais à Eléa après ce petit moment de rêverie :

"Je suis déjà venu ici. La ville est assez jolie, mais la bière de l'auberge est immonde. Le lit était cependant confortable... On ne peut pas tout avoir des fois. Et... Pour en finir avec tes projets d'avenir, je pense pouvoir te filer des ficelles pour ce qui est de l'herboristerie et l'alchimie. Par contre, si je puis me permettre, tu portes très bien les armes pour faire triompher ce qu'il y a de bon en ce monde..."

Nous fûmes vite au village. Nous prenions la rue principale en marchant un peu plus vite. Je savais où aller. Il fut agréable de se promener et parler ainsi, et, bien qu'elle ait des oreilles pointues, je devais m'avouer que la communication avec ce type était possible. Je ne démordais pas qu'ils étaient sacrément coincés et très près de leur sacro-saintes coutumes... Pour les nains ? Et bien tant que personne ne nous privait de bière, de chansons et d'aventures... Nous sommes heureux.

Il y avait de la vie dans les rues. A plusieurs reprises nous fûmes accosté pour l'achat d'un poisson, une choppe pour moi, et  un collier de perle et une cape en peau de sanglier pour Eléa. Nous déclinions ses offres et avancions avec le sourire. Je passais plus lentement devant chez le forgeron en activité. Nous marquions même un temps d'arrêt pour admirer le savoir faire de cet homme. Nous n'étions pas les seuls curieux.  Il forgeait une épée de qualité. Nous reprenions notre route et regardions une boutique d'alchimie, des fruits et légumes, et enfin nous étions postés devant l'enseigne de l'auberge. Je levais le nez et signalais à Eléa que nous étions arrivés:

"C'est ici ! "

Elle leva le nez à son tour et j'entrais. Je me dirigeais vers le comptoir, le patron avait changé. Je ne demandais rien d'autre qu'une chambre avec deux lits. Il me tendit les clefs, je lui versais la somme et une femme sortait d'une salle arrière en nous invitant à la suivre. La chambre était au rez-de-chaussée. Le femme nous ouvrit la porte en nous laissant la clef. La pièce était lumineuse, les lits faits et très propres, la table en bois bien luisante. Bref, tout était parfaitement bien propre.

"Et bien tu vois, je ne me souvenais pas d'un si bel endroit. Nous en avons de la chance. Bon, aller, posons pied à terre et nous verrons que faire ensuite"

Je posais mon sac et prit de quoi grignoter. Il nous restait encore quelques heures avant que le soleil ne se couche. Je proposais donc à Eléa:

"Comme nous avons encore du temps avant de dormir, nous pourrions aller nous promener, ou bien boire quelques verres en jouant, ou étudier une carte, faire une lecture ?... Bref, tant de possibilités s'offrent à nous ! ... Si tu as une question ou envie de parler de quelque chose aussi... Comme tu veux..."
 
Je m'assis sur le lit en croquant dans la pomme que je venais d'extirper de mon sac. Mes pieds étaient ballants, mon dos contre le mur. Je regardais Eléa et me gardais bien de deviner ce à quoi elle pensait.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 16 Déc - 22:55
Villages en terres des hommes

Elea avait décrété ce qu'elle désirait le plus au monde, être indépendante, chercher des plantes rares, les étudier, les mettre en poudre avec le mortier. Elle ne voulait rien de plus, s'il fallait trahir son peuple ou même son père, serait-elle capable de le faire ? Certainement pas ou peut-être que si, Elea ne savait pas ses limites. Elle n'avait jamais osé prendre le ton avec père, depuis la mort de sa mère, Elea était très proche de lui et il l'avait initiée au tir à l'arc. Pouvait-elle vraiment passer outre tout cela et partir de sa ville natale ? Aurait-elle au moins le courage de partir ? Elle n'aurait plus de foyers où revenir... Elle soupira et caressa encore Leaf d'un regard un peu triste. S'il fallait en arriver là, elle obéirait pour devenir la femme d'un autre elfe. Rulf lui confia qu'il avait déjà mis les pieds à Skeylir et exposa les louanges de la ville. Elea y avait déjà été plus d'une fois aussi, mais elle avait préféré dormir en dehors, à la belle étoile. Elle voulait rester seule pour ce soir, pour réfléchir un peu à ce qu'elle fera une fois face à son père, mais déjà, ils franchissaient les portes de du village. Elea regardait tout autour d'elle et réussie à oublier un peu ce qui lui arrivait. Ils remontèrent le village, certains marchands les arrêtèrent pour leurs produits, Elea regardait un peu les capes et fronça un peu le nez en souriant. Ils se retrouvaient ensuite devant l'auberge et y pénétrèrent en même temps. Un nain et une elfe qui faisaient équipe, cela semblait tellement étrange. Elea avait déjà aidé des nains, mais ne pensait pas que certains étaient aussi du côté des elfes. Enfin, quand elle les avait aidés, certains étaient heureux et d'autre pas vraiment et elle avait été chassée du pays par des nains mécontent. Une fois dans la chambre, Elea déposa les armes et son sac au sol, puis se dirigea vers la fenêtre. Elle écouta Rulf et se tourna vers lui en souriant, ce dernier proposait de sortir avant le coucher. Elle n'était pas d'humeur mais ne voulait pas non plus passer pour une dépressive.

« - Je suis un peu fatigué pour parcourir les rues du village, je descendrais bien en salle boire une hydromel, demain sera une longue journée vers Dendrelia ! »

Sur ces mots, elle retourna vers son sac et le prit puis fouilla dedans à la recherche de pièces d'or. Elle finit par se tourner vers Rulf.
©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Déc - 19:09

Voyages en terres des hommes
Feat Eléa

Nous avions posés notre équipement et étions au repos. Eléa s dirigea par la fenêtre pour jeter un œil à l'extérieur.  Elle se retourna pour me répondre et m'invitait à aller boire un hydromel. J'acceptais avec joie.

Nous laissions nos affaires sous protection magique, fermions la porte à clef en supplément, et nous dirigions vers la grande salle pour commander notre hydromel. Nous nous installions à une table proche de l'âtre. Une serveuse vint nous demander ce que nous désirions consommer. Je commandais alors deux hydromels. Il n'y avait pas grand monde à cette heure de la journée, mais quelques hommes jouaient déjà aux cartes. Ils semblaient être des soldats. Je me décidais de parler de notre route à Eléa et sortais une carte de sous la table par magie. Je lui montrais les chemins les plus rapides, où le relief ne serait pas un obstacle insurmontable, en évitant les endroits qui nous ralentiraient. Au bout du compte, notre route était quasiment droite. L'hydromel arrivait sur la table alors que je calculais les distances et les temps  de trajet, avec les pauses. Eléa m'aidait dans les calculs après que j'eus dis deux énormité. La fatigue me prenait aussi lui faisais-je remarquer. Il nous faudrait deux mois à pied, un seul à cheval... Je soupirais, c'était trop.

"Nous devons trouver un moyen de nous rendre à Dendrelia dans des délais plus court. Un recourt à la magie pourrait nous emmener dans cette zone.... Je pense pouvoir le faire avec une potion, et une bonne lecture. Mais il nous resterais un peu de trajet... A moins que tu ais une meilleure idée ?"


Je relevais le nez de mes papiers pour poser mes yeux sur l'elfe pensive en face de moi.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 1 Jan - 22:26
Villages en terres des hommes

Elea attendit calmement que Rulf se joigne à elle. Elle aurait tout aussi bien pu lui dire, qu'elle voulait être seule pour ce soir. Mais il fallait encore aboutir un chemin direct, du moins trouver un raccourci pour finir la mission. Il était vrai qu'aujourd’hui avait été très mouvementé et avait fini par faire d'Elea quelqu'un d'important aux yeux d'un seul souverain. Elle ne voulait plus y penser pur ce soir et pensait bien sûr boire un peu d'hydromel ou autre alcool pour elfe. Elle savait que l'alcool avait des conséquences affreuses pour elfes, mais avait prit l'habitude d'en boire. Même si, dès le premier verre, les elfes perdaient un peu l'esprit. Elea était bien différente des autres elfes, elle n'était pas vraiment végétarienne et préférait parfois manger de la viande que des fruits, surtout au moment de grand froid, elle aimait les fruits aussi quand le temps était plus chaud et qu'on en trouvait un peu partout, alors l'alcool n'était pas un problème ou ça dépendait où elle s'arrêtait. Rulf accepta de se joindre à elle après un petit silence. Elea et un sourire et sortit la première de la pièce, laissant Rulf protéger leur bien. Au rez-de-chaussée, des hommes jouaient aux cartes tout en discutant. Elea avait gardé sa cape de voyage en laine et s'installa à une table près du feu et une carte apparut sur la table. Elea fronça les sourcils et observa les routes, les montagnes, les sentiers et les villages ou villes à traverser. Elle suivait le doigt de Rulf sur la carte en réfléchissant aux endroits qu'elle pourrait emprunter pour arriver à Dendrelia. Elea lança un sourire à la femme qui déposait les hydromel et attendit qu'elle s'éloigne pour aider Rulf à calculer pour la carte ensuite, elle l'écoutait, essayant de trouver des idées.

« - cela dépendra ce qu'il faut pour créer cette potion, à moins qu'elle soit déjà créée ! Je pense que cela serait plus rapide en effet, de prendre la magie, j'ai pour habitude de partir au galop... »

Elle parla de moins en moins fort, surveillant du coin de l'œil les soldats qui jouaient aux cartes. Il ne fallait pas dévoiler leur quête comme ça dans cette auberge, qui conque savait ce qu'elle transportait pouvait attirer n'importe qui. Elle se pencha un peu plus pour parler à Rulf.

« - Nous pouvons aller de l'avant avec Leaf et partir au triple galop, avant la fin de la journée de demain, nous aurons fait la moitié du voyage ou du moins, nous serons loin d'ici ! »

Elle se réinstalla confortablement sur sa chaise et bu une longue gorgée de l'hydromel en grimaçant. Elle était trop forte pour elle. Reposant le verre, elle lança des regards autour d'elle pour voir si quelqu'un avait remarqué son dégoût. Elle reprit finalement son attention sur Rulf qui semblait réfléchir, il ne voulait apparemment pas, voyager sur un cheval et préférait certainement la magie. Elea n'était pas contre, mais si les sorciers noirs avaient à présent la possibilité de détecter les personnes qui utilisaient leur magie, ils seraient vite suivis. Elle oublia le goût de l'hydromel et en but une autre gorgée en grimaçant.
©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Jan - 8:23

Voyages en terres des hommes
Feat Eléa

Eléa paraissait d'abord favorable à la magie. Mais je me demandais moi-même si cela était bien prudent et risquer de nous faire remarquer. Elle baissa le ton en jetant un regard suspicieux aux soldats qui jouaient aux cartes derrière nous. Je ne faisais pas attention à eux et ne les avais vu qu'en m'asseyant. Je ne sentais pas de magie ou bien d'objet magique susceptible de m'importuner. Je fronçais les sourcils en sentant une sorte de brise magique passer au travers d'Eléa... Je n'avais jamais ressenti ça, mais peut-être avait-elle de la magie, ou l'hydromel était trop fort...

Elle se pencha vers moi pour ne pas être entendue. Elle me proposait alors de partir au tripe galop avec sa jument pour attendre notre objectif en peu de temps. Je n'avais pas envisagé qu'elle puisse pousser la cadence du bourrin... Nous écoutions un hennissement, comme si elle avait pu lire dans mes pensées à cet instant... Elle se réinstalla et buvait son hydromel. Je m'attendais à ce qu'elle grimace et ce fut le cas. Elle m'arrachait ainsi un sourire alors que je réfléchissais à sa proposition. Je n'aimais pas vraiment les canassons, mais celui là avait quelque chose de différent. Je ne connaissais pas ce prince, ni même de quoi pouvait ressortir cette quête, mais je savais que les elfes sur lesquels on peut compter ne sont pas nombreux et ne tiennent que sur une main. Avec ma magie je pourrais aider le cheval à tenir plus longtemps avant de nous reposer. Je reposais mes yeux sur la carte et calculais où cette chevauchée nous conduirait. Nous serions en plein milieu des plaines avant que le relief ne monte jusqu'à Dendrelia. Il n'y avait pas de villes là-bas, ni même de village, mais surtout des campements, soit de marchands, soit de bandits. Une fois tout mes calculs fait, j'en conclus:

"Ce n'est pas une si mauvaise idée ma foi. Ma magie pourrait soutenir son effort."


Je m'avançais et parlais moins fort:

"Il y a deux choses que je n'aime pas: s'arrêter dans les hautes plaines, et les gars derrière nous"

L'un d'entre eux venait de se pencher pour mieux entendre sans doute, très indiscret. Je fis signe à Eléa de se lever avec moi. Je me retournais soudainement et basculais la chaise du soldat en question. Elle dégainait pour tenir les autres à distance. J'allais demandé à cet homme ce qu'il nous voulait quand le tavernier nous gueulait de régler nos affaires à l'extérieur. Je soupirais et lâchais l'homme. Eléa et moi sortions les premiers et nous éloignions de quelques pas dans la rue. Nous nous retournions face aux quatre soldats. Ils étaient tous plus grands qu'elle. L'homme que j'avais prit à part dégaina son glaive, les trois autres en firent de même. Je tendais les mains devant moi et leur demandais alors:

"Qu'est-ce que vous nous voulez ?" ce à quoi le chef de la petite bande me répondit de suite: "J'ai pour mission de vous tuer"

Trois autres hommes arrivèrent dans notre dos. Nous étions encerclés, mais si sûrs de nous. Je levais les yeux vers Eléa qui comprit que j'allais user de ma magie. Le combat semblait inéluctable malgré le fait qu'à tour de rôle nous essayions de les résonner et nous dire pour qui ils travaillaient. Je soupirais, quelle magie allas-je utiliser ?

Il nous fallait savoir qui nous en voulait, donc ne tuer personne. Je le précisais à Eléa. Les hommes se rapprochaient avec des airs belliqueux. J'eus une idée. Je dis à Eléa de les laisser s'approcher. C'est le plus simplement du monde, et avec humour, que je précipitais la fin de ce ridicule affrontement. Grâce à ma magie je levais un peu de terre au pied de chacun d'entre eux, ce qui les fit tous basculer en avant. Je dis à Eléa de reculer et tous se heurtèrent les uns contre les autres sans que nous ne fassions quoi que ce soit. Nous riions de leur stupidité et nous moquions ouvertement d'eux. Certains y étaient aller de si bon cœur qu'ils étaient assommés nets.

Trêve de  plaisanterie, je fis signe à Eléa d'attraper le premier, et moi le second. Ces deux costauds, un couteau sous la gorge, et l'autre étranglé, finirent par nous lâcher qu'ils travaillaient pour le compte d'un général du prince. Celui-ci servait le prince qui avait donné la quête à Eléa. Ce général voulait les honneurs et ne voulait en aucun cas qu'Eléa puisse avoir une seule chance de réussir. Nous les assommions une fois cette information en notre possession. Tous étaient cabossaient à terre.

Je me demandais à présent que faire d'eux et émis quelques idées à l'elfe:

"Je te propose ligoter et soit de les mettre dans une écurie, soit une remise, ou bien prévenir les gardes de la ville ... Je te laisse choisir. Mais ce que je peux te dire c'est qu'on aura la paix après ça... Par contre je me trouve bien gentil ce soir !"

Je lui fis un grand sourire et attendais sa réponse. Ensuite nous irions nous reposer et pouvoir bien attaquer cette longue journée de chevauchée épique le lendemain.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 25 Jan - 17:47
Villages en terres des hommes

Elea reposa sa boisson et jeta un rapide coup d'œil vers les soldats. Elle n'était toujours pas rassurée de les savoirs dans ce coin-là du monde. Que pouvait bien faire des soldats dans une auberge à jouer aux cartes et à parler fort ? Elle regardait Rulf qui réfléchissait à tout ce qu'elle venait de lui dire et un silence à leur table s'installa. Elle pouvait entendre chaque conversation aux tables juste près d'eux et remarqua que Rulf avait de nouveau les yeux sur la carte. Elea but une gorgée d'hydromel en grimaçant de nouveau et écouta ce que Rulf lui disait à voix basse après quelque temps. Elle fronça les sourcils et observait encore les soldats derrière eux, assez discrètement. C'était un bon point que de chuchoter dans ce lieu pendant qu'ils étaient là. L'un d'eux semblait écouter ce qu'ils se disaient, elle plissa les yeux sachant qu'il y aurait quelque chose qui allait se passer. Elle recula de surprise quand Rulf se leva et fit tomber un des soldats. Elea sortit alors son épée bien qu'elle aurait préféré son arc avec ses flèches, mais pas le temps de réfléchir dans cette situation. Elle faisait en sorte que ces derniers soient à bonne distance, avant d'entendre le tavernier, ce dernier les chassait de sa taverne. Sans un mot, ils sortirent tous de la taverne et Elea voulait savoir le fin mot de l'histoire. Que voulait ces soldats ? Pourquoi s'en prendre à des innocents alors que des sorciers noirs prenaient des villages entiers ? Et pour le savoir, il suffisait de leur demander, elle se tourna vers ces soldats et ils furent déjà en armes. Rulf leur posa une question et Elea fronça les sourcils en regardant Rulf puis les soldats. Elle ouvrit de grands yeux par leur réponse si froide. Elle recula d'un pas sans comprendre ce qu'ils leur voulaient. Elle réfléchissait assez rapidement, évaluant la situation, gardant son épée à la main. Elle frissonna en sentant que quelque chose se tramait derrière eux. Elle se retourna pour voir, et s'aperçut qu'il y avait 3 autres hommes, elle reprit son attention sur Rulf et comprit aussitôt qu'il allait utiliser de sa magie. Elea hocha la tête en les laissant s'approcher en se pinçant les lèvres et leva légèrement son épée. Ils mangèrent rapidement la poussière et ils finirent par se cogner les uns aux autres. Elea baissa son arme en rigolant et en reculant d'un pas. Elle rangea finalement son épée et mit ses mains sur ses hanches le sourire aux lèvres. Ils n'avaient rien fait, juste avec un peu de magie et tout était déjà terminé. Elea aida Rulf à interroger les hommes et au bout de quelques temps l'un d'eux craqua et dénonça un prince. Elea fronça les sourcils sans comprendre ce qu'un prince pouvait bien lui en vouloir. Elle comprit qu'à moitié ce que ce général voulait, c'était la quête qu'elle avait en sa possession. La tuer ? Mais pourquoi ne pas simplement lui prendre, elle lui aurait donné et serait retourné à Fortilia par la suite. Elle soupira et assomma celui qu'elle tenait tout en les regardant à tour de rôle. Elle soupira et se tourna vers Rulf qui lui donna plusieurs solutions.

« - Peu importe, le moment que nous les voyons plus, les laisser à la garde me convient ! »

Ils allèrent prévenir la garde du village avant de retourner à la taverne et ensuite, d'aller se reposer. Elea se leva au levé du jour et était déjà prête pour cette journée qui les attendait. Elle sortit son épée pour regarder la lame, hier, elle avait évité une bagarre et espérait que cela dure le temps de son voyage. Elle rangea finalement l'épée et se préoccupa de son arc pendant un certain temps avant de regarder dans son carquois les flèches. Elle se leva et jeta un rapide coup d'œil par la fenêtre. Il n'y avait personne dans les rues et un brouillard épais était descendu dans les rues, on n'y voyait plus rien que le sommet des toits. Elle s'éloigna de la fenêtre et ramassa ses affaires, hier lui avait fait oublier ce qui l'attendait une fois en terre Elfes. Elle remarqua que Rulf bougeait légèrement et elle se dirigea vers la porte pour le laisser se préparer, il serait où elle se trouve.

©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Jan - 0:02

Voyages en terres des hommes
Feat Eléa

Je cessais de rire et reprenais mon sérieux en demandant à Eléa de faire un choix à leur sujet. Et bien... Le moins qu'on puisse dire, c'est que si elle sait décocher des flèches à merveille et se battre comme un bonhomme, il lui manquait un peu de réactivité, de punch. Heureusement que je lui avais donné quelques pistes pour s'occuper d'eux, parce que la laisser faire un choix n'était pas facile, même lorsque je lui laissais le champ libre...

Elle choisit parmi mes propositions, comme si celles-ci étaient exclusives. Je lui faisais la remarque:

"Soit... Mais tu sais, mes propositions n'étaient pas fermées ... Et si j'avais proposé de les mettre au buché ?"

Je lui arrachais un sourire désobligé et nous nous affairions à prévenir les gardes. Une fois qu'Eléa eut fait ses courtoisies, nous entrions dans la taverne, ce qui jeta un froid. Je me dirigeais vers ma place, même si je savais que je n'allais pas y rester. Les regards étaient tournés vers nous. Je m'assis en face d'Eléa:

"J'ai payé ce verre, je le bois !"

Les regards se désintéressèrent de nous. Mais une fois mon verre vide, et n'ayant échangé aucune parole avec ma coéquipière, je me levais et lui fis signe que nous retournions à notre chambre. Rien d'exceptionnel pour moi, mais cela travaillait mon amie. Je déverrouillais la porte et entrais, je refermais après elle et lançais un sort de protection sur notre porte. Je me retournais :

"Nous allons rester pour la nuit et partir au petit matin. Et ne t'en fais pas, le jour où ils auront besoin d'aide et que tu seras là pour leur en fournir, il ne demanderons pas à leur âne de les aider !"


Je me dirigeais vers mon lit et m'y assis. Je posais mes bottes et mes habits de cuir. Je me laissais ensuite tomber sur l'oreiller, plaçais mes mains sous ma tête, et regardais le plafond.

"Je te trouve bien silencieuse ... A quoi penses-tu ?"

Elle se rapprochait et s'assis sur son lit. Je tournais la tête pour la regarder. Peut-être était-ce moi qui parlait trop et ne la laissé pas en placer une ...  





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 1 Fév - 16:59
Villages en terres des hommes

Elea repensa à hier et de son choix pour les importuns. Les laisser à la garde était une solution et ne pas se rabaisser à leur niveau. Elle soupira et quitta l'établissement pour préparer Leaf tout en songea encore à ce que Rulf et elle avaient parlé la veille dans la chambre. Cette quête était presque terminée et les péripéties allaient bon train. Après leur « bataille » ils étaient alors retournés dans la taverne et Rulf avait fini son verre, après tout, il l'avait payé et il voulait le terminer. Celui d'Elea était vide et elle n'avait pas eu envie d'en boire un second, la fatigue se faisait sentir et elle avait hâte que la journée soit terminée. Une fois de nouveau dans leur chambre louée, Elea retira sa cape de voyage et ses poignets de cuir tout en restant dans ses pensées. Elle écoutait Rulf lui dire qu'ils resteraient ici le temps d'une nuit et repartiraient demain matin. Elle s'était installée sur le lit par la suite et fixait un instant le planché de bois. Les voix au rez-de-chaussée leur parvenaient. Elle avait froncé les sourcils et s'était tournée vers Rulf. Elle lui avait alors dit qu'elle s’inquiétait pour cette mission, si son peuple la tuait pour un papier important et qu'elle aurait pu tout simplement le donner s'il l'avait demandé. Elle soupira et finit par se coucher après lui avoir souhaité une bonne nuit. Et là voilà à présent, en train de préparer Leaf. Elle caressa le nez et la crinière en lui remettant la couverture et la selle. Rulf la rejoint quelque temps plus tard et ensemble ils finirent par partir et de s'éloigner du village sans se retourner.

Le voyage fut long et sans encombre, malgré quelques rencontres, ils ne s'étaient pas arrêtés pour autant. Ils avaient croisé quelques sorciers noirs sur les abords des routes, mais avaient fait en sorte de les éviter. Leur mésaventure de la veille était déjà bien lointaine et déjà, ils arrivaient aux alentours de Dendrilia. Ils s'arrêtèrent pour observer la ville au loin et dans un soupir de soulagement, ils s'y dirigèrent. Elea descendit de Leaf, c'était étrange comme sensation, il n'y avait pas de musique, ni de cris pour le marché et une épaisse fumée noir montait vers le ciel gris perle. Elea fronça les sourcils et avec Rulf, elle franchit enfin le périmètre de la ville, il n'y avait personne en dehors. Non loin d'eux, une femme ramassait des poteries cassées. Elea s'en approcha et la femme se releva avec un regard de peur. Elea leva une main pour la mettre en confiance et lui demanda ce qui se passait. La vieille femme les informa que le peuple s'était divisé, une guerre civile venait d'éclater.

©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Fév - 18:56

Voyages en terres des hommes
Feat Eléa

Mon amie était préoccupée par cette mission et cette attaque qui eut lieu. Je lui répondait qu'il n'y avait pas lieu de s'en faire pour cette nuit et lui souhaitais une bonne nuit. Je m'endormis peu de temps après qu'elle me l'ait souhaité.

Le lendemain matin nous nous préparions sans échanger beaucoup de mots. Pendant qu'elle préparait notre fidèle Leaf, je préparais les vivres sous l'œil vigilent du tavernier. Nous n'eûmes aucun ennuie. Je rejoignis Eléa à l'écurie. Nous sortions de là, et je peinais à atteindre ces hauteurs... Elle parvint tout de même à me hisser sur Leaf et elle monta avec légèreté. On a un de ses panorama là-haut, je raconte même pas... le sol était bien bas. Je me tenais à la scelle comme à ma vie, alors que le voyage n'avait pas commencé. Nous partions doucement... Mais je n'ai que rarement tenue aussi fermement une femme dans mes bras ! Qu'est-ce que ça pouvait secouer... et mes bijoux de famille... Enfin bref...

Nous avions fait deux pause: l'une pour déjeuner, l'autre pour que je retouche terre. Nous avancions assez vite et évitions le plus de danger ou difficulté possible. Les voyageurs disaient que la région de Dendrelia était sûre et stable. Il est vrai que lorsque nous nous engagions sur ces terres nous ne vîmes plus de sorciers noirs ou de créatures maléfiques.

Nous nous arrêtions pour regarder la ville. Je lançais un sort de poids plume et tombais de cheval, puis nous marchions dans cette direction. Mais quelque chose n'allait pas, alors que c'était jour de marché il n'y avait aucun bruit. Cette crainte fut confirmée par une épaisse fumée qui se dirigeait vers le ciel, aucun garde aux portes, personne dans les rues... Ce n'est pas l'environnement auquel je pouvais m'attendre en venant ici.

Eléa aida une vieille femme méfiante à ramasser un pot cassé. Elle nous apprenait qu'ici, c'était la guerre civile. Je soupirais et lançais ma remarque:

"Il ne nous manquait plus que ça !"

La vieille femme rentra dans une maison. Il n'y avait personne d'autre à qui parler. Nous entendions des hommes armés en approche. Je décidais de vouloir en apprendre un peu plus avant de nous faire remarquer. Je me calais donc derrière la maison et attirais Eléa à côté de moi. Une fois le groupe passé au bout de la rue je parlais doucement à Eléa:

"Je n'ai pas envie de fuir. Je te propose d'aller mettre Leaf en sûreté en dehors des murs de la ville, puis nous essaierons d'en savoir plus..."

Ce n'était pas vraiment un ordre. Je voulais lui signifier le plus rapidement possible les solutions qui s'offraient à nous: fuir, comprendre ce qui se passait pour rendre la missive, voire régler la situation.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 6 Fév - 12:19
Villages en terres des hommes

Elea observa autour d'elle, les maisons de pailles et de pierres étaient noirs comme du charbon, il n'y avait personne en vu, à croire que tout le monde avait peur de sortir de chez soi. Il fallait les comprendre, si une guerre civile avait explosé, il valait mieux s'en éloigner. Elle fronça les sourcils, qui avait bien pu pousser ces gens à se diviser ? Elle retint un soupir en reprenant son attention sur la petite femme replète qui recula avant de filer assez rapidement dans sa maison. Elea l'avait suivi du regard avant d'entendre non loin de là, un groupe d'homme s'aventurer vers eux. Rulf tira sur le bras d'Elea pour qu'ils se cachent derrière une maison. Elea fronça les sourcils, ils devaient en apprendre d'avantage avant de partir d'ici. Un souverain l'avait envoyé ici, elle ne pouvait pas reculer maintenant qu'elle avait vu tout cela. Une fois le groupe enfin éloigné, elle se tourna vers Rulf qui lui proposa de rester et de faire en sorte de mettre Leaf en sûreté. Elle hocha tout simplement la tête. Leaf était intelligente, dès qu'elle sentait le danger elle partait se réfugier dans le prochain village. Elea se pencha sur Leaf et lui murmura quelque chose à l'oreille avant de lui taper sur le train arrière. La jument ne se fit pas prier, elle partit au galop en dehors de la ville sous le regard de sa jeune maîtresse. Comment un village comme celui-là à pu faire une guerre civile aussi rapidement ? Les habitants s’entre tuaient pour une raison qu'elle ignorait encore et la seule chose qu'elle pouvait faire pour le moment, c'est dans savoir plus sur la situation. Dans une telle situation, avec les sorciers noirs qui attaquaient un peu partout, les villageois sont censé s'aider pas s'entre tuer, mais dans un moment pareil, plus personne ne se faisait confiance, c'était chacun pour soi, on laissait son voisin mourir. Elle frissonna, ne sachant pas par où commencer vraiment, c'était une révolte tout simplement, mais Elea n'en verrait certainement pas la fin. Qui dirigeait ce village ? Pourquoi ne faisait-il rien ? Elle était là pour le découvrir et aider, Le silence reprit place quand des cris se firent entendre au centre du village. Elea se tourna vers Rulf, et sans attendre quoi que ce soit, elle partit en direction des cris. En arrivant sur les lieux, une femme était sur la place du marché entouré d'hommes armé. Elea sortit son arme et allait s'avancer avant que Rulf ne l'arrête dans son élan. Elle réalisa par la suite, que c'était dangereux sans avoir recours à de la magie.

©OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Fév - 15:01


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Villages en terres des hommes - Eléa et Rulf
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Bg de gudrimhid
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-