AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Tout reconstruire - Cheryl et Rulf
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES


J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Oct - 16:47

Tout reconstruire
Feat  Cheryl

Il y a bien des fois où nous nous demandons dans quel monde nous vivons, entre les destructions et les œuvres charitables...

J'étais chez moi, dans mes terres en Ad'Lucem,  à faire fructifier mes légumes et fleurs, lorsqu'un étrange cavalier se précipitait à vive allure sur mes petites récoltes. Je ne réfléchis pas une seconde et courus au devant du cheval en faisant des grands signes. L'animal eut un peu peur et dévia sa trajectoire. Quelques mètres plus loin il s'arrêta laissant choir son cavalier. L'homme était un elfe, blessé au-dessous du bras gauche. Son haut était taché de sang. Il était très grand (oui, on ne peine pas en référence nain, mais il était vraiment grand !), et semblait être un paysan, ou artisan. Il était inconscient. Je le soignais, ou du moins je fis ce que je pouvais pour le maintenir en vie. Dans un dernier soupir je l'entendait me dire d'aller porter secours à une femme qui défendait son village au Nord-est. Il mourrait dans mes bras sans que je puisse rien y faire. Je fronçais les sourcils et ne pouvais pas rester là en faisant comme si de rien n'était. Je jetais mes outils dans ma remise, fermais à toute allure ma maison et partais dans le direction indiquée par l'homme. Je lançais un bouclier magique pour me protéger, et un sort de marche rapide, me permettant de courir à la vitesse d'un cheval. Je ne risquais pas de monter sur le cheval à ma disposition...

Je courais à travers la plaine et montais les collines aussi vite que je les descendais. J'écoutais de plus en plus clairement le fracas des armes, les combattants qui criaient de rage et les villageois de désarroi. J'accélérais le pas avant de tomber sur un spectacle d'horreur: un village en flamme attaqué par une horde d'orque lourdement armés. Pour défendre le village il y avait là des paysans avec des armes improvisées, et une femme qui se battait avec bravoure. J'étais très intrigué que cette attaque est lieu en plein jour dans cette campagne si proche de chez moi.
Je descendais en direction du village pour me mettre en action. J'observais cette femme, vêtue de blanc, qui se battait comme une vraie guerrière. Je sentais, et je savais grâce à ma magie, qu'il s'agissait d'une mage. Elle retenait facilement une dizaine d'orques à elle seule. A en juger au tas de cadavres à ses pieds elle devait être la seule à bien se défendre ici. Je me rendais sur le côté et criais aux villageois de fuir en direction de la forêt juste derrière la colline. Je marchais dans de la boue et compris en jurant envers ces enfoirés, qu'ils avaient déviés le cour de la rivière. Je fis apparaître ma lance et commençais à tuer tout les orques qui s'opposaient à moi. Je ne sais pas pour quelle raison ils étaient là si nombreux, mais ce devait être une troupe de mercenaires. J'en tuais une dizaine, puis progressivement je vis qu'ils se retiraient et battaient en retraite bien plus loin que le village. Ils devaient avoir compris que deux mages étaient trop pour eux. Une fois qu'il furent plus loin j'inspectais les environs avec ma magie pour savoir s'il ne s'agissait pas d'un repli pour une contre-attaque. Il n'en était rien. Je regardais tout autour de moi ce village détruit, les maisons en flamme et les corps qui jonchaient le sol. Heureusement que mon estomac était bien accroché car il y avait là un véritable spectacle d'horreurs. Je me dirigeais vers la mage pour savoir si elle n'était pas touchée. Elle soignait un homme et l'aidait à se relever. Je grimaçais un peu en m'apercevant qu'elle était elfe. Je soupirais et levais les yeux au ciel pour demander mentalement au bon Dieu pourquoi il fallait qu'il me mette des elfes sur mon chemin, et potentiel allié. Je rangeais mes préjugés en me disant que j'avais bien croisé une jeune elfe qui en avait dans la tête. Je m'avançais et me présentais:

"Bonjour, je m'appelle Rulf. Qui êtes vous et que faîtes vous ici ? Et que s'est-il donc passé ? "

Après qu'elle ait répondu à ces quelques questions j'allais me mettre au travail pour stopper le feu et soigner le maximum de personne.




Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2207

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Oct - 17:47


Tout reconstruire


Feat Rulf


Cheryl était venue dans un petit village afin d'aider de pauvres gens qui avaient été attaqués par des orques. Un jeune garçon était venu frapper à sa porte un matin d'été, il était affolé car ses parents risquaient de mourir s'ils n'avaient pas rapidement des soins. Il m'expliqua que son village se trouvait par delà les collines après les plaines verdoyantes. Le temps était agréable, il faisait un beau soleil et je me précipitais sur ma sacoche en mettant tout mon attirail de soins. Je filais avec le jeune garçon à l'écurie et empruntais un cheval.
Nous nous mîmes immédiatement en route, une heure après nous étions sur place, c'était l'horreur, de pauvres gens avaient les bras, le torse et les jambes lacérés. Je commençais par demander un endroit pour rassembler tous ses pauvres gens. On me logea dans une grange et les braves femmes m'emmenèrent des draps afin d'installer tous les blessés. Je sortis mon nécessaire et commença mes soins. Pour les plus graves, j'ai dû avoir recours à la magie mais il y en avait beaucoup et j'ai demandé aux femmes de me faire bouillir de l'eau et de m'apporter un peu d'aide en nettoyant les plaies. Ce qui me permettait d'avancer plus rapidement.
Soudain j'écoutais comme un troupeau qui entrait dans le village, le temps que je réagisse et une horde d'orques attaquait le village. Je ne pouvais les figer car j'aurais figé tous les villageois avec.
Je décidais de me battre avec mes propres armes et avec l'aide des animaux. Je fis appel aux loups, aux rats, aux chiens et aux chevaux. ces derniers mordaient, ruaient et partaient vite se mettre hors de portée avant de revenir à la charge.
Les villageois se battaient comme ils pouvaient mais ces orques étaient trop nombreux et blessèrent voire tuèrent beaucoup d'entre eux. En plein combat je donnais l'ordre à l'un des villageois de partir à Ad'Lucem chercher un Nain qui soi-disant était un combattant hors pair et qui s'y connaissait aussi en soin. Nous avions grandement besoin de son aide. Mes dagues sifflaient et plusieurs orques sont tombés à mes pieds, je les chevauchais afin de poursuivre le combat, j'étais déchaînée.
J'arrivais à les contenir mais les villageois combattants s'épuisaient, seuls les archers étaient encore entiers mais les flèches commençaient à manquer. C'est alors que je vis apparaître le Nain que j'avais envoyé chercher, je ne savais pas son nom et je ne le connaissais que de réputation et le voir combattre avec sa lance et avec une telle rapidité qu'on avait l'impression qu'il en tenait cent me soulagea. Côte à côte, et grâce aux animaux nous avons fini par mettre en déroute tous ces monstres assassins.
Il se présenta et j'en fis de même :

- Je m'appelle Cheryl et je suis bien contente que vous ayez répondu à mon appel. Ça va, je vous remercie.

Je repris ma première entreprise pour laquelle j'avais été appelée dans ce village mais les blessés et les morts étaient très nombreux. Heureusement j'avais de l'aide et qui plus est très efficace. Mais je lui avais menti pour qu'il ne me prenne pas en pitié et qu'il soigne les villageois avant tout. Un orque m'a méchamment ouvert les chairs en me donnant une coup de griffe dans le dos. Cela me faisait terriblement mal et je ne pouvais me soigner seule (je ne voyais pas mes plaies). Je continuais malgré tout d'apporter des soins à tous ses pauvres gens.




Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Oct - 18:48

Tout reconstruire
Feat Cheryl

A me battre derrière les bâtiments je n'avais pas vu le nombre anormal d'animaux qu'il y avait ici. J'en déduis facilement que c'était cette elfe qui avait fait appel à eux. Elle était une mage de la nature. Elle répondit que partiellement à mes questions, mais je ne lui en tenais pas rigueur au vu u travail qu'elle avait accompli avant mon arrivée. J'appris qu'elle s'appelait Cheryl et que c'était elle qui avait fait appel à moi. Je hochais positivement de la tête avec une légère grimace. Je n'arrivais pas à lire dans son esprit du fait d'une protection magique contre ce type d'intrusion. Cela me rappelait le bouclier magique que ne cessait d'utiliser Patrick pour se défendre. Elle me dit qu'elle allait bien, mais n'était pas très convaincante dans le ton. Elle ne répondit pas non plus à ma question sur ce qui c'était passé. Elle était préoccupée par le sort de ces villageois et se remettait progressivement de l'énergie dépensée pendant le combat. J'allais m'en remettre à une source d'information sûre: l'observation. Il y avait beaucoup de blessés, et de nombreux morts. Il fallait se diviser le travail. Je lui dis alors:

"Je vais m'occuper d'éteindre les incendies et débarrasser les rues des morts. Je vous laisse continuer votre œuvre ici pour soigner les blesser."

Je me retirais et allais en direction de la maison la plus en flamme pour que le feu ne se propage pas aux voisines. La mage entra dans la bâtiment qui servait d'infirmerie improvisée. Je me tenais devant la maison faisant appel à mes pouvoirs et amenais la force de l'eau à mes bras. J'estimais en avoir suffisamment accumulé. Je tendais les bras d'où semblaient jaillir l'eau. En réalité l'eau provenait de boules concentrées qui évacuaient l'eau dans la direction que j'indiquais par la magie du vent. J'éteignais ce premier incendie et continuais vers les maisons voisines. Je passais une dizaines de minutes à éteindre les feux. Une fois que j'eus terminé le village fumé et les cendres froides dégageaient une forte odeur. Je baissais mon regard sur les cadavres d'hommes et d'animaux au sol. Je commençais à faire le tour pour voir si tous étaient morts... Je trouvais un homme qui respirait faiblement. Je le dégageais d'une roue de charrette qui l'incombait. Je vis une plaie ouverte à son ventre. J'y posais mes mains et le soignais grâce à ma magie. Il reprenait des couleurs. Un sourire illumina son visage, il était refait. Je lui dis de m'aider dans mon œuvre plutôt que me gêner par ses mercis. Nous fûmes rejoint par quelques hommes qui venaient de se faire refouler par l'infirmière en chef (surnom que je lui donnais). Ils m'aidèrent à sauver trois vies d'une mort proche. Je demandais aux hommes de commencer la dure tâche de rassembler les corps. Je n'avais nullement envie que s'ajoute à leur malheur des maladies développées par ce biais.

Une femme vint me trouver et me chuchota discrètement à l'oreille de venir à l'infirmerie. Je la suivais sans rien dire. Elle me dit que j'aillais bien le voir. J'entrais au milieu de deux blessés surélevé. Malgré les blessés et les torchons pleins de sang, l'endroit ne sentait pas mauvais, au contraire. La couleur blanche dominait, l'endroit était assez calme. Les hommes ravalaient leurs douleurs pour montrer l'exemple, les enfants étaient courageux et ne se plaignaient pas. Je reprenait de l'énergie grâce à cette pause. Je suivais la femme jusqu'au dos de Cheryl. Je fronçais les sourcils en voyant du sang dans son dos. Trop altruiste elle préférait soigner tout les autre au lieu d'elle. Peut-être ne pouvait-elle pas le faire elle-même... Mais que diable ! Qu'est-ce qui l'empêchait de me demander de l'aide ? Elle se retourna et fut surprise de me voir là. Elle posa le torchon ensanglanté. Je n'attendis pas qu'elle prenne la parole et l'incendier :

"Pourquoi ne pas m'avoir dit que vous étiez touché ? Pourquoi ne pas vous soigner ? Pensez-vous vraiment qu'un mage diminué et luttant contre la douleur ait toute ces facultés pour soigner tout ces gens qui attendent beaucoup de vous ? PFF ..."

Je ne la connaissais pas, mais l'engueulais au minimum pour ce que nous représentions aux yeux de ces personnes. Je la retournais sans crier gare et la fis se pencher en avant. Je la tenais fermement et n'avais pas lésiner sur ma douceur... Je posais mes mains au-dessus de ces méchantes plaies ouvertes. Je mis une minute avant de tout refermer proprement. Je soupirais fortement avant de la laisser bouger de nouveau.




Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2207

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Oct - 18:55
Tout reconstruire


Feat Rulf


Cheryl s'engouffra dans la grange transformée en infirmerie. Il y avait des blessés légers et d'autres beaucoup plus graves mais il fallait s'occuper de tout le monde. Elle commença par demander aux villageois valides et légèrement blessés de faire le tri des plaies les plus graves et celles plus superficielles. Ensuite elle choisit parmi les femmes, que le sang ne faisait pas tourner de l'oeil, et les monta au rang d'infirmières.

Certaines allaient s'occuper des plaies superficielles et d'autres allaient l'aider à soigner les plus graves. Pour les mourants elle ferait appel à la magie,s après tout les villageois la connaissait et savait qu'elle portait secours de multiples façon y compris par la magie.

Elle appréciait leur calme et le silence qui régnait dans cet endroit. Les gens étaient très courageux même face à leur souffrances. Il y avait des torchons ensanglantés sur le coin des tables mais ils ne restaient pas car des enfants d'une dizaine d'années passaient les ramasser pour les emmener dans un grand chaudron où des femmes entreprirent de les laver. Ainsi cela permettait de garder une atmosphère de propreté et il n'y avait pas d'odeur nauséabonde. Cheryl travaillait d'arrache-pied, il fallait remettre un maximum de personnes debout en cas de nouvelle attaque. Des volontaires surveillaient les abords du village afin de prévenir au plus vite les deux mages.

Elle avait soigné quasiment tout le monde et elle demanda à une femme d'aller voir dehors si personne n'avait besoin d'elle ou si Rulf n'avait besoin de rien. Elle était fatiguée et la douleur de sa plaie devenait de plus en plus violente comme un feu qui la consumait de l'intérieur. C'est là qu'en se retournant, elle découvrit Rulf et en fut surprise. Peut-être était-il blessé ? Elle n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche qu'elle se faisait incendier. Rulf retourna Cheryl sans ménagement et l'obligea à se pencher en avant. Il ne lui laissa pas le temps de dire un mot. Il apposa ses mains sur sa plaie et elle ressentie une forte chaleur et un apaisement indéfinissable. Il lui avait refermée sa plaie par la magie si bien qu'elle ne garderait aucune trace. Il soupira et elle prit la parole.

- Je suis désolée de ne pas vous avoir parlé de cette blessure plus tôt mais je voulais donner la priorité à tous ces pauvres gens. Vous êtes un grand mage, eh oui je vous connais de réputation, et vos pouvoirs étaient plus utiles à les aider à éteindre les incendies et sauver les mourrants. Je vous remercie de m'avoir sauvée, cette plaie me faisait terriblement souffrir et je sentais qu'elle me brûlait tout l'intérieur. Je ne puis hélas me soigner si je ne vois pas mes plaies, c'est mon point faible. Mais je ne vais pas m'apitoyer sur moi-même. Je vous propose à présent que nous fassions un bilan.

Cheryl savait pertinemment qu'une autre attaque allait avoir lieu durant la nuit. Les orques malgré qu'ils aient battus en retraite, se sont rendu compte qu'ils avaient affaibli le village et il fallait faire vite. Elle sortit hors de l'infirmerie pour évaluer le village avec son compagnon. Il fallait faire une barricade autour du village, organiser des tours de garde et compter le nombre de combattants valides. Rulf allait-il rester ? Elle ne le connaissait pas bien mais en voyant le travail qu'il avait accompli, elle ne doutait pas de sa bravoure, ni de ses compétences.


© Codage By FreeSpirit


Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Nov - 19:03

Tout reconstruire
Feat Cheryl

Cheryl était une femme douce, mais devait penser un peu plus à elle avant de tomber littéralement pour les autres. Elle ne me fit aucune pique en retour, mais m'expliquait simplement vouloir le meilleur pour ces gens. Le principal était en effet de résister. Je prit ma barbe en main, pensif. Comment allait-on pouvoir faire si une nouvelle attaque se présentait avec des gens si affaiblis ?

Nous sortions pour évaluer les dégâts et ce qu'il restait à faire pour tenir une attaque cette nuit. Je lisais dans ses pensées et y voyais qu'elle aussi le savait. Les orques sont des êtres fourbes, patients et barbares sachant profiter de la faiblesse pour accaparer. Je posais mon regard à l'horizon où rien ne passait à part le vent. Je revenais ensuite aux maisons calcinés, aux hommes débrayant les morts et déchets de charrette... L'eau continuait à inonder le village. Je me penchais alors sur les travaux à réaliser par ordres de priorité, et comment se défendre avant la nuit. Il nous restait quelques heures à bien exploiter. Je lus de nouveau dans ses pensées. Elle voyait des barricades et des tours de gardes. Je ne savais trop quoi penser précisément, pleins de choses venaient en même temps dans ma tête. J'organisais cela par ordre de priorité. Une fois à peu près ça en place je me tournais vers elle:

"Bon, ben comme dirait l'autre, y'a du boulot, et c'est pas aux morts-vivants de le faire entièrement. Hum... Le première chose je pense, serait d'arrêter cette flotte d'envahir le village. Je vais m'en charger. Je nous préparerais ensuite des potions de régénération de mana avec ce qui me reste. Je vais vous charger de réunir les hommes et prendre ceux qui sont valides. En plus de dresser des barricades, je pense qu'il sera facile de creuser cette terre et faire des pièges. Il sera d'autant plus facile à mettre en place cela avec tout les débris dont nous disposons. Nous pouvons dresser des barricades en jetant si et là des débris entre les principales maisons. Les orques seront entravés dans leur progression. Au pire nous pourrons enflammer des tas fait en plus. Nous verrons la disposition et la stratégie pour faire poster le moins d'hommes possible... Cela me semble un bon début non ?"

Je voyais déjà où empiler les principaux débris et en faire de grandes barrières, où à peu près faire des tas inflammables, et creuser le pourtour et faire des pièges. Nous disposions d'une forêt non loin pour un supplément de bois. Nous allions pouvoir réutiliser beaucoup, mais pas des hommes. Je réfléchissais donc au moindre effort à fournir. Je rajoutais alors en lui coupant son début de parole:

"Il nous faudra aussi compter sur les bêtes disponibles... Pardon, vous disiez?"





Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2207

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Nov - 15:06


Tout reconstruire


Feat Rulf



Cheryl se rangea aux idées de Rulf, elle était extrêmement fatiguée et il lui faudrait dormir rapidement si elle voulait tenir la nuit. Elle le laissa décider de l’organisation des défenses, elle n’arrivait pas à se concentrer suffisamment.

Elle appela ses amis les bêtes et leur expliqua où creusait des trous afin de planter des barricades mais aussi faire des pare-feu pièges autour des tas à enflammer. Il faudrait aussi que les oiseaux fassent le guet et alertent en cas de problème.

Elle se tourna vers Rulf qui commençait d’expliquer aux villageois comment ils allaient procéder mais aussi leur dire de ne pas s’inquiéter de ce qu’ils allaient voir.

- Je pense qu’il faudrait utiliser les chevaux de trait afin de ramener les troncs de la forêt, les castors vont se charger de les ébrancher, les petits animaux ramèneront les branches afin de préparer les tas pour les feux. Il faudrait dresser des barricades avec des piques autour de l’infirmerie car nous n’aurons pas le temps de nous occuper des blessés pendant la bataille.  J’ai demandé aux oiseaux de nous prévenir en cas de visite imprévue. J’ai demandé à mon faucon d’aller chercher de l’aide auprès de mon ami à Ad’Lucem, je sais qu’il viendrait avec quelques mercenaires et qu’il arrivera avant la nuit.

Je sais que je vous laisse la plus grande partie du travail mais je vais m’en remettre entièrement à vous dans les heures qui vont suivre. Les animaux savent ce qu’ils ont à faire mais si le moindre problème se présente, venez m’appeler. Je suis terriblement épuisée et si je ne dors pas, je risque de m’évanouir en pleine bataille. Les villageois vont vous aider.

Je ne pourrais jamais vous remercier pour tout ce que vous faites pour moi. Vous êtes un mage d’une extrême puissance et je pense que j’accepterais volontiers l’une de vos potions en cours de bataille. Pour l’instant je ne puis vous être utile, mes yeux se ferment.

Cheryl s’excusa encore et entra dans l’infirmerie. Les blessés se portaient bien, si l’on peut dire ainsi, elle alla dans un coin et s’allongea sur le sol, totalement épuisée. Elle s’endormit en position fœtale, rassurée de pouvoir faire confiance à ce personnage bourru, mais comme elle, au service de la population contre des êtres malfaisants.








Dernière édition par Cheryl Daynight le Dim 23 Nov - 15:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Nov - 10:47


Tout reconstruire
Feat Cheryl

Alors que mes idées se faisaient à profusion dans ma tête, je ne remarquais la fatigue de Cheryl qu'après un moment. Je portais attention à ce qu'elle me disait et l'aide de tout ces animaux qui allait m'être très précieuse. Elle m'expliqua comment elle avait organisé le travail de ceux-ci, et le rôle futur qu'ils allaient pouvoir tenir. Mon attention se portait sur elle, me permettant de faire une pause. Je la sentais faible magiquement, et de condition fragile en lien avec cela. Elle continua quand même en s'excusant de me laisser la plus grande partie du travail. Je haussais les épaules et souris à l'ironie de la situation. En effet, les animaux se mettant à l'œuvre étaient plus efficace que les hommes pour l'instant. Elle contribuait ainsi à faire la moitié du travail. Il était peut-être plus facile d'imposer sa volonté à ce type d'animaux qu'à l'être humain... Elle me dit ensuite, signe de fatigue, que les villageois allaient m'aider, alors que je commençais à leur expliquer comment procéder, et que certains n'étaient pas loin attendant mes instructions. Elle se retira en disant qu'elle ne tenait plus, et cela se faisait sentir. Je lui fis un signe de la tête compréhensif et la regardais entrer de nouveau dans l'infirmerie.

Je secouais la tête, et étais tout de même surpris par ce qu'elle avait dit à propos de son faucon et un ami mercenaire qui viendrait nous aider. Je ne savais pas si cela serait nécessaire. Les orques sont malins, mais pas vainement bornés. Soit ils avaient une bonne raison de contrôler ces terres, soit il s'agissait de razzias faciles, et dans ce second cas, frottés à une résistance, ils cesseront cette activité. Cependant, dans les deux cas, j'étais curieux de savoir la raison de leur présence ici. Rares étaient les occasions de se confronter à des attaques au même endroit. Je me demanderais cependant pourquoi plus tard.

Je me dirigeais vers les villageois encore valides et prêt à retrousser leur manche. Je leur expliquais alors le travail des animaux, et les stratégies que nous allions mettre en place pour combattre l'ennemi. Ils comprirent vite la nécessité des pièges, barricades, et petits bûchés et ne mirent pas longtemps avant de dresser les premiers éléments. Je pris avec moi cinq volontaire pour me rendre au cour d'eau que les orques avaient dévié, en ayant préalablement noter le bon avancement des travaux au village même. Je dis à mes compagnons d'être prudents et regarder où ils mettaient les pieds. Je craignais des pièges, mais il n'en était rien.

Nous eûmes vite les pieds dans l'eau, et plus nous avancions plus le sol était boueux. Je voyais qu'un énorme trou avait était fait pour dévier le lit de la rivière et était dirigé sur le village. Je soupirais en voyant le travail à réaliser. Je dis à mes compagnons que je pouvais réparer ça. Je séparais le groupe, deux par deux ils allaient partir chacun d'un côté pour voir si d'autres trous n'avaient pas été fait, et un restait avec moi. Je précisais de ne pas s'éloigner de vue, notion qu'ils comprenaient plus que des mètres. Je me concentrais et refermais magiquement le trou le plus gros. Je tendais mes mains pour davantage de force et remis progressivement l'eau dans son cour d'origine. Les deux couples revenaient pour me dire qu'aucune anomalie se présentait d'un coté ou l'autre.

Nous rentrions alors au village qui avait quelque peu changé de forme avec toutes ces petites infrastructures de défense. Je laissais les cinq compères pour m'intéresser à la solidité et la bonne réalisation de tout ça. J'en reprenais certains, et motivais tout le monde à l'œuvre. Je participais évidemment moi-même à mettre tout cela en place. Tout ce travail prit moins de temps que je n'aurais pu d'abord le penser. Nous ne mîmes pas une heure. Je souriais et remerciais les paysans pour leur travail. Nous vîmes des cavaliers à l'horizon. Je n'aimais vraiment pas ça. Ils devaient être une vingtaine tout au plus. Puisqu'ils n'étaient pas trop loin, j'utilisais ma magie pour les identifier: des orques. Je gueulais à tous ceux qui pouvaient m'entendre de se mettre à l'abris. J'avais déjà été confronté à ce type de cavalier orque, des sortes de nettoyeur, barbares, fer de lance de leur armée, sans pitié, avant que leurs mercenaires d'infanterie n'arrivent. Je fis apparaître mon arbalète...

Je courais à l'infirmerie et entrais à toute allure. Je faisais de grands gestes pour que ceux que je vois se mette à couvert, à l'abris pour les plus faibles. Les oiseaux sifflaient à en exploser. Je m'arrêtais en croisant Cheryl alertée. Elle n'était pas totalement reposée.

"Ce sont des cavaliers orques. Je vous demanderais seulement de retirer les animaux, j'ai une surprise pour eux"

J'avais souris sadiquement. Vingt cavaliers ne me faisait pas peur, en tirant un carreau je pouvais l'enflammer, et la démultiplier. Une fois en charge ils ne pourraient pas faire demi-tour. Cheryl rappela les animaux qui se cachèrent vite. Les cavaliers dévalèrent la pente, je me postais seul au milieu du village, m'accroupis et mis un carreau en ligne. Je pris mon temps pour viser les cavaliers enragés. Ils criaient pour nous intimider, mais pas moi. J'étais étrangement calme et visais ces êtres comme les pommes pourries sur lesquelles je m'entrainais. Une fois en face de ma visée je tirais. Un seul carreau partit. Je jetais l'arbalète à mes pieds et me concentrais. Le carreau s'enflamma, puis deux autres apparurent, puis quatre et bientôt une nuée avant de croiser les cavaliers dans la mort. Sur vingt, quatorze churent en même temps, morts. Les autres furent blessés directement, ou par la chute de leur cheval blessé. Je fis apparaître ma lance, Cheryl ses dagues. Il nous fallait finir les six restant au corps à corps. Nous nous avancions. Le combat fut rapide et sanglant, sans grande résistance. Je vis un guetteur en haut de la colline que je pointais à Cheryl.

"Nous sommes tranquille pour un petit moment. Nettoyer des nettoyeurs n'est pas chose commune. Nous devons trouver ce que ces orques veulent ici ..."





Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2207

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Nov - 15:35


Tout reconstruire


Feat Rulf



J’étais épuisais. Je pensais me reposer mais à peine les barricades et les pièges mis en place, une nouvelle attaque d’orques déboulait. Rulf poussa une gueulante qui me fit sursauter et me réveilla brusquement.
Il me demanda de rappeler les animaux et les oiseaux afin de leur régler leur problème.
Lorsque je l’ai vu tendre un carreau, je me suis dit que de l’aide ne lui serait pas de trop, au pire il en toucherait un ou deux. Mais lorsque j’ai vu la démultiplication de son tir, je restais scotchée. Je l’ai quand même aidé à finir les six derniers orques sur notre chemin.
Il me regarda avec un grand sourire mais tout comme moi, il se demandait ce que ces orques voulaient.
C’était la troisième attaque et ils n’étaient pas décidés à abandonner.
Ben arriva avec une troupe de mercenaires. Nous allions à sa rencontre.

- Bonjour Ben, as-tu remarqué quelque chose en arrivant ? N’as-tu pas eu de problème ?

- Bonjour mon amour, j’ai de mauvaises nouvelles pour vous. Les attaques vont être à répétition sur ce village. Je les ai entendu dire que leur reine allait accoucher et sans le savoir, le village a été construit sur le berceau.

- Quel berceau ? dit Cheryl en coupant la parole à Rulf

- Il y a plusieurs années, les orques ont construit des galeries sous nos villages et toutes les naissances d’une même famille ont lieu au même endroit lorsqu’il s’agit d’un héritier royal. Il faut savoir que chez les orques il y a plusieurs familles qui se battent le trône et que si l’une d’elles peut supprimer un héritier à la naissance cela lui procure plus de chances de monter sur le trône. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y avait aucun problème car les orques ne voyaient pas de raison de s’en prendre aux humains. Les naissances avaient lieu et ils repartaient dans leurs territoires dès que l’enfant était capable de survivre seul ou presque. Seulement l’an passé, les villageois ont construit un puits afin de puiser l’eau moins péniblement qu’à la rivière et cela a détourné le cours de l’eau et inondé le berceau. C’est pour cela qu’ils avaient à leur tour dévié le cours de l’eau.


Ce que venait de nous apprendre Ben justifiait les attaques des orques et nous n’allions pas capituler pour autant. J’étais très fatiguée et je m’en remis une fois de plus à Rulf. Pourtant je me disais qu’une naissance était quelque chose de magnifique même si c’était des orques. Après tout ils avaient montré qu’ils pouvaient être pacifiques pendant des décennies, vu que personne ne s’était rendu compte qu’ils vivaient juste en dessous. Je ne savais que faire. Les sens hyper développés de Ben allaient nous être utiles. Il faisait partie des sentinelles et c’est ainsi qu’il connaissait beaucoup de choses.

- Rulf, existe t-il un moyen de solutionner ce problème ? Les orques font ainsi depuis des lustres, peut-être pouvons-nous trouver un compromis ? Je suis fatiguée et si je ne dors pas un minimum je vais flancher. Laissez-moi deux heures, je ne pense pas qu’ils reviennent aussi rapidement. Ben peut vous donner de plus amples explications et ses mercenaires défendront le village pendant que vous étudiez une stratégie. N’oubliez pas que vous m’aviez promis une potion.









Dernière édition par Cheryl Daynight le Mar 2 Déc - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Nov - 15:18

Tout reconstruire
Feat  Cheryl

Une fois les orques transformés en tapis, un homme pointait à l'horizon, suivit d'autres hommes en armes. Je me demandais bien qu'est-ce que ce pouvait être encore. Je me retournais, prêt à faire front. Je me détendais quand Cheryl lui adressa la parole. Ils se connaissaient donc. Je réfléchis une seconde et me remémorais le fait que son compagnon devait revenir avec des mercenaires. Ce devait être lui, et effectivement les premières paroles qu'ils échangèrent me le confirmèrent. J'écoutais. Du soutien n'allait pas être de refus. L'homme était le compagnon de Cheryl, je l'appris vite de sa bouche. Je ne dis rien, j'apprenais vite c'est tout. Ce Ben nous renseigna sur ce pourquoi les orques nous attaquaient.

J'allais lui demander ce qu'il entendait par "berceau"  avant que Cheryl me coupe l'herbe sous le pied. J'écoutais alors avec attention l'explication. Cela me paraissait un peu sorti de nulle part, mais pas impossible en sachant qu'il s'agissait d'orques.

Je me résumais la situation: les orques avaient creusés des galeries là-dessous, et engendraient leurs héritiers pour la famille royale. Les hommes viennent et creusent un puits  pour alimenter le village. L'action se passait alors sous terre. Les travaux pour ce puits avaient inondé les galeries. Les orques n'en eurent rien à faire jusqu'à ce que la reine, d'une famille, ne soit enceinte et n'arrive à accoucher.

Je soupirais. Dans un sens, je ne comprenais pas la voie si brutale qu'ils avaient prise, preuve du peu d'intelligence de ces êtres par rapport aux gobelins. Je leur rejetais ainsi la faute, car les hommes et femmes ici ne savaient pas ce qu'il se passait. Ce n'était pas une guerre ça ! De même, quelle raison avait poussé ces hommes à faire un puits alors que le cour d'eau n'est pas si loin ? Pourquoi ne pas simplement faire un petit canal ?

Cheryl me laissa de nouveau, mais cette fois je n'étais pas seul. Je lui répondais avant qu'elle ne parte:

"J'ai des solutions, allez vous reposer... "

Je continuais alors ma réflexion. Je cherchais à mettre tout le monde d'accord et éviter le plus de mort possible, même si j'avais une aversion envers les orques. Je pensais pouvoir jeter un œil à l'installation de ce puits en premier lieu. Ben m'y accompagna. Je lui donnais mes idées de l'instant:

"Nous pourrions voir à faire cesser les combats en laissant les orques accéder à leur souterrain. Pour cela il ne faudra pas qu'ils soient inonder. Nous pourrions peut-être faire un canal à la place... ou avec. Je pense à l'installation d'un mécanisme. Lors des courtes périodes d'accouchement les hommes utiliseront le canal, et le reste du temps le puits. Du point de vue des orques, qui ne sont là que pour les grandes occasion, l'eau du puits ne serait pas un gros problème... Allons voir ça."

Nous arrivions vers le puits. Avant que Ben puisse m'aider je posais une pierre au pied du mur du puits et montais dessus pour voir le fond. Il y avait peu d'eau. Les galeries ne devaient as avoir beaucoup de dégâts. Je luis demandais s'il savait comment y accéder. Il me dit que oui, mais que la voie n'était pas sûr. Je m'en remettais donc à attendre Cheryl.

Nous retournions au centre du village où l'expression "faire feu de tout bois" avait prit tout son sens. J'envisageais une migration de toutes ces personnes, mais tous ne pourraient pas voyager vers le prochains village à plusieurs lieux. Donc impossible. J'avais aussi dans l'idée de tenter une discussion avec un orque. Pourquoi pas !  En attendant Cheryl je pris cette option. Je dis à Ben que je revenais. Je ne pouvais pas rester ici sans rien faire en attendant une prochaine attaque.




Je repérais magiquement un petit détachement d'orque à deux collines du village. Je pris ma lance et me dirigeais dans leur direction. Une fois tout prêt le comité d'accueil était là. Deux lanciers, cinq arbalétriers, et des orques avec diverses armes. En tout, peut-être une autre vingtaine. Je restais là planté en les targuant du regard, qu'ils bougent, ils tomberont.

Un orque plus grand fendit ses rangs et vint à ma rencontre. Il leur ordonna dans leur langue de baisser leur lance car j'étais mage. Ils obtempérèrent sans rechigner.  Je lui dis être au courant de la raison pour laquelle ils attaquaient et que j'avais des solutions. Il s'approcha de moi et me fis humer son haleine affreuse sans me cacher son mécontentement. J'eus un mouvement de dégout et de recul, mais il ne m'avait nullement intimidé.

Il  se releva, et gueulait, et s'excitait, en prenant le refrain que les sous-sols étaient aux orques et non aux humains, et le bla bla de l'ancestralité guidant son peuple... Il se tut face à mon impartialité. J'étais là en homme de paix, ce qu'il ne connaissait guère. Il connaissait davantage le pouvoir de la magie. Je sentais sa crainte de se battre contre moi. Il fit envoyer un de ses hommes chercher un orque important. Il me dit d'attendre, ce que je fis.

Un orque encore plus grand arriva à cheval. Je me dis que celui-là devait être très important. Il descendit de cheval en me disant que son capitaine l'avait entretenu de mes propos. Il me demanda d'être plus clair. C'était le souverain en personne.

Je lui dis pourvoir dégager les sous terrains et proposais un accès libre et sans heurt le temps du "rituel". Il regarda ces hommes, puis me demanda un temps pour réfléchir. Je soupirais et acceptais. Il entra dans une sorte de tente avec son capitaine et deux autres. Je les écoutais parler et gueuler à leur habitude. Le roi et e capitaine sortirent après un bon quart d'heure de délibération...

Le roi me dit que j'avais deux jours pour laisser libre accès aux galeries de son peuple. Il voulait des engagements écrits de la part du seigneurs des hommes, et que je tienne mes promesses. Je lui dis qu'il en serait ainsi. Il me donna l'impérative que je sois présent en personne ici dans deux semaines à la lune haute, sans quoi il enverrait ses troupes. Je conclus le marché par une poignée de main et repartis.




Je soupirais de soulagement de n'avoir pas eu à me battre. J'étais assez fier de mes négociations et savais la crainte des orques des mages. Je pensais qu'ils tiendraient leur engagement, mais je n'avais pas intérêt à y déroger.

Je rentrais au village et rencontrais Cheryl et Ben inquiets. Je leur dis que tout aller bien. Je les conviais à entrer dans une maison. Nous nous asseyions et je leur contais mon aventure et le délais à tenir.

Je finis par leur dire ce que nous avions à faire:

"A présent il va nous falloir recreuser le puits, aménager des niveaux de cheminement de l'eau intermédiaires dans la terre, et creuser un canal. Je pense pouvoir dessiner un système pour basculer du puits au canal pour qu'à l'avenir il n'y ai plus ce soucis. Par contre, pour le traité que demande l'orque du roi humain, je ne suis pas très patient pour bousculer les princes ... Pouvez-vous aller demander au seigneur local un tel document ?"

Je repensais à la potion que j'avais promise à Cheryl pour lui redonner de la vigueur magique. Je pensais à une chez moi et la fis apparaître dans ma main. Je lui tendais dans le même temps.





Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2207

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Déc - 14:52


Tout reconstruire


Feat Rulf



J‘écoutais patiemment les explications de Rulf et j’étais presque d’accord. Par contre j’allais montrer à ce roi orque de quel bois je me chauffe. Exiger un traité avec les notables humains mais pour qui se prenait-il, j’allais lui faire voir. J’étais bien reposée mais j’acceptais volontiers la potion de magie de Rulf. Je préssentais qu’elle pourrait me servir mais que si cela s’avérer nécessaire.

- Il veut un traité, ....il veut un traité....mais pour qui se prend t-il ? je vais lui causer du pays, à vous de savoir si vous venez avec moi car s’il ne capitule pas, il y a de l’extermination dans l’air. Ben, je vais cependant te demander de surveiller le village et si une attaque orque se présente, massacres-les, c’est que je n’aurai pas obtenu ce que je désire.

Cheryl partit d’un bon pas en direction de la colline que lui avait indiqué Rulf et ce dernier la suivit. Mais qu’avait-elle encore imaginé ? Il avait beau sonder son crâne, il  ne ressentait que de la colère. Les troupes orques étaient là et à leur arrivée tout ce beau monde se mit à gueuler et à s’exciter dans tous les sens, je n’avais pas envie de les écouter et j’étais trop remontée pour les prendre en compte, je les balayais d’un geste en les figeant sur place.
Rulf me conduit jusqu’au roi car lui seul le connaissait. Nous entrâmes dans une tente ou tout le monde était figé et je vis une femme orque très enceinte et à mon avis proche de l’accouchement. Tout au plus cinq heures. Rulf m’observait et je fus obligée de rendre le roi orque libre de ses mouvements avant de laisser exploser ma colère. Il nous regardait l’un après l’autre puis se rendit compte que tout son peuple ressemblait à des statues.

- Vous allez m’écouter sans m’interrompre et j’exige que vous nous donniez une réponse simple et claire lorsque j’aurai fini. Cela fait quatre jours que je vous combat sans relâche, que j’ai décimé pas mal de vos troupes, aujourd’hui j’ai l’aide d’un autre mage et vous osez me dicter ce que je dois faire. Vous n’avez pas tout compris alors je vais vous expliquer. D’ici cinq heures maximum votre épouse va donner naissance à votre héritier, il vous faut un endroit tranquille afin que tout se passe bien. Mon ami Rulf vous a expliqué que nous allions vous rendre votre berceau et vous ne vous y êtes pas opposé. Cependant vous exigez un traité afin que les hommes vous laissent faire. C’est hors de question ! Voilà ce que je vous propose, Rulf et moi retournons au village, nous refaisons l’aménagement afin que vos souterrains redeviennent comme avant, nous ferons un petit lavage de cerveau aux humains restants afin qu’ils pensent que leur village a toujours été comme nous allons le remodeler et vous ne touchez plus un seul cheveu de ceux qui restent. Si vous n’obtempérez pas, Rulf et moi reviendrons massacrer tout votre peuple et inonder définitivement votre berceau. D’ailleurs avant de libérer tout le monde j’exige un accord écrit de votre part !

Face à autant de charisme et surtout face à deux mages très puissants, le roi signa et ne discuta aucun point sur les dires de Cheryl. Nous repartîmes en direction du village mais je pris soin de rendre la liberté à tout ce beau monde qu’une fois assez loin. J’expliquais mon point de vue à Rulf.

- Je ne pouvais les laisser obtenir un traité signé par le roi des humains, ce sont des monstres tout de même ! Et je ne les laisserai jamais me dicter leur loi. Je ne les aime pas mais cependant je ne veux pas m’opposer à cette naissance. Ils font ce qu’ils ont à faire et je ne m’en occupe pas. Mais de là à me dicter ma conduite, jamais ! En ce qui concerne le lavage de cerveau des humains, il va de soi que c’est de votre ressort, après tout vous lisez dans la tête des gens. Et ne me dites pas le contraire, vous me l’avez fait, c’est pour cela qu’en allant chez les orques je me suis fait une petite protection afin que vous ne me stoppiez pas. J’ai l’habitude de régler mes problèmes seule mais après trois jours de combat, je vous ai appelée car je devenais trop faible. Je ne regrette absolument pas, vous êtes quelqu’un d’extraordinaire, un peu bougon, un peu râleur mais un mage d’une puissance extraordinaire. Je vais encore vous demander une faveur car je vais vous demander d’associer vos pouvoirs aux miens, nous allons tout reconstruire...

Arrivés au village, je demandais à ce que tous les villageois entrent dans l’infirmerie et surtout n’en ressortent pas. Rulf et moi allions reconstruire le village et cela pouvait être dangereux de rester au dehors. Je demandais à Ben de veiller à ce que personne ne sorte quitte à employer la force. Je demandais à Rulf de venir au centre du village et je lui expliquais :

- Je vais poser mes mains sur les vôtres afin de puiser l’énergie nécessaire à la reconstruction du village, vous allez vous occuper de tout ce qui est immeubles, palissades et le puits que je vous propose de changer en une immense fontaine au centre du village. Je me charge de tout ce qui est nature, jardins, terrassement et arrivée de l’eau.

Nous nous mîmes face à face et ce contact déclencha une pluie torride ramollissant la terre ce qui permis de changer le cours de la rivière, deux petites rivières se créèrent avec une multitude de ruisselets qui se répartissaient dans les champs. Une des rivières entrait dans le village ce qui permit à Rulf de créer une immense fontaine avec une sorte de puits autour où chacun puiserait l’eau, l’autre rivière partait chez les orques. Il fit voler les pierres dans des tourbillons et construisit cette magnifique fontaine, il combla les trous causés par le feu dans les habitations et il fabriqua une palissade capable de retenir des hordes de monstres en tout genre. Je créais des jardins auprès de chaque maison, décorais la ville avec des parterres remplis d’épices où chacun pourrait se servir et enfin je déclenchais une chaleur torride afin que la terre redevienne normale. Lorsque tout fut à notre goût nous nous sommes assis dos à dos et je laissais tomber ma tête sur l’épaule de Rulf. Je riais car je me disais que je n’avais pas mentis et que si les orques enfreignaient notre traité, Rulf et moi pourrions réellement les détruire.

- Allez courage, il faut nous relever et vous devez aller nettoyer le cerveau de tout ce beau monde. J’espère vous avoir laissé assez de forces. Ensuite, je vous propose que nous nous retrouvions à l’auberge pour boire une pinte, nous l’avons bien méritée. Je resterais jusqu’à l’accouchement afin de voir si tout se passe comme prévu. Et je n’ai pas utilisé ma fiole... Mais je suis sûre que dans un proche avenir elle me sera d’une grande utilité et qui sait, elle me permettra de tenir plus de trois jours de combat !







Dernière édition par Cheryl Daynight le Ven 26 Déc - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Déc - 16:39

Tout reconstruire
Feat Cheryl

Je ne comprendrais jamais les elfes ! Moi qui pensais avoir trouvé le bon compromis... mais non. Cheryl n'avait pas l'air satisfaite des accords que je venais de passer. Je la suivais pour voir comment elle allait renégocier cela et l'empêcher de faire un massacre. L'idée m'en avait traversé l'esprit, mais je n'en avais pas envie aujourd'hui.

Je la suivais tant bien que mal mais ne la rattrapais pas. Je tentais également de lire dans son esprit, mais en vain. Elle venait de dresser un bouclier magique ne me faisant ressentir que sa colère, sans haine particulière. Je pense que, contrairement à moi, si ce n'avait pas été des orques, ses ressentiment auraient été les mêmes. Je devais l'empêcher de faire des bêtises, mais ne disais rien, ni n'intervenais.

Face à l'air peu amical de l'elfe se rassemblèrent les troupes orques prêtent à combattre. Je n'eus pas le temps d'intervenir là puisque Cheryl me devançait encore en figeant tout le monde. Je soupirais pour lui signifier ma désapprobation à de telles méthodes. Elle n'en eut que faire et poursuivait son chemin jusqu'à la tente du chef en me suivant. Je la laissais entrer la première. Là, je ne dis rien et la laissais faire, après tout je n'étais là qu'en renfort. Son affaire, ses méthodes.... seulement je surveillais qu'elle en reste aux postillons et ne passe pas à l'épée. Je souriais en pensant que ce pauvre orque faisait bien de rabattre les oreilles et la fermer, il en valait mieux pour sa vie et celle de ses sujets. Je pensais à mes méthodes, et que parfois je me trouvais radical et sans pitié... Et bien que l'on me reparle de la douceur des elfes ! J'en rirais bien en repensant à elle !

Les négociations terminées, si l'on peut appeler cela ainsi, nous retournions au village où Cheryl demanda à ce que tout les villageois soient rassemblées dans l'infirmerie. Je pensais que cela était pour les mettre à l'abris de notre magie et tout ce qui pouvait changer lorsque nous allions opérer. Son mari eut la charge de les surveiller. Placés au milieu du village, elle me demanda d'unir nos forces pour aller vite et remodeler cet environnement. Je lui apportais ma puissance, et elle faisait cela à son idée, selon la nécessité des villageois. Je suivais ce qu'elle faisait en grognant à l'idée de tant modifier la nature. Je n'aimais pas user de ma magie à ses fins là. J'aimais améliorer l'existant, pas faire une autre réalité. Je soupirais fort. Je voyais cela bien fait et voulais cesser le contact. Je me détachais et prenais moi aussi de notre alliance pour construire une fontaine, pour réduire le débit de l'eau et permettre un point d'alimentation en eau. Puis je bâtissais une grande palissade en prévention d'attaques futures, et finissais de reconstruire les maisons comme avant, sans les améliorer.

Cheryl créa des jardins, des parterres... Elle leur donnait ainsi un poids régional fort, des valeurs marchandes, un poids économique... Je soupirais sans rien dire encore une fois...

Tout cela m'avait pompé pas mal d'énergie, sans me mettre à plat. Nous avions bien partagé notre magie, c'est pour cette raison que je m'assis et qu'elle en fit de même en s'appuyant sur mon dos. C'est aussi à ce moment que ses propos firent comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Elle voulait que je lobotomise les villageois !

Je me relevais d'un bond et fis le tour de l'elfe assise. Me tenant devant elle, il était temps que je lui dise ma façon de penser :

"Pensez-vous à ce que vous faîte ? et d'autant plus à ce que vous dites avant de vouloir le faire ? Je ne suis pas un exécutant madame ! ... Je n'ai rien dit quant à votre manière de négocier. Je n'ai rien dit lorsque vous avez décidez de refaire ce village. Je n'ai fait aucun commentaire concernant l'alliance de ma magie à la votre, mais maintenant écoutez: c'est non, je ne lobotomiserais pas ces gens !"


Je désignais l'infirmerie de fortune avec mon doigt. J'étais en colère, mais voyais bien qu'elle ne pensait pas à mal. Je taisais ma colère et me laissais tombé en face d'elle. Je me calmais, puis précisais ce que je voulais lui faire comprendre:

"Nous avons fait trop de chose pour ce village. Si nous, mages, voulons rester respectable, c'est de ne pas faire la plus et le beau temps. Rendez-vous compte qu'en bâtissant ce village, l'améliorant d'une fontaine, une palissade et de jardins, les gens d'ici vont s'enrichir, la ville sûrement grossir, et peut-être un jour faire de l'ombre au seigneur local. si en plus de cela vous leur enlevez la conscience du danger orque, il se pourrait que dans deux ans, ou dix ans, nous nous retrouvions non plus avec une banale altercation, sans renier les morts... mais bel et bien une guerre au vue des forces qui pourraient être alors en présence. Car, si vous me suivez toujours, les orques viendront ici à chaque naissance d'un héritier, et ne cesseront qu'à la fin de la lignée. Si les hommes s'étendent et sont pus nombreux, les orques le seront aussi. Si les hommes vivant ici savent la peur orque, alors ils ne viendront pas ici en nombre... De toute façon, le problème n'est pas ce village, mais les orques qui reviendront ici. Vous aurez beau rester, nous serons peut-être pas là demain. Je pense pur cela qu'il faut former ces gens au contact des orques et les surveillance dans leurs murs. Ainsi, quand auront lieux ces accouchements, la population pourra surveiller leur mouvements, sans qu'il y ai de combats... Hum... N'est-ce pas mieux de réfléchir ? Avant de me dire des stupidités ! Le lavage de cerveau est quelque chose de grave Cheryl, cela ne s'évoque pas à la légère... Et pour ce qui est de la pinte... Oui, avec plaisir, mais dans un ou deux jours !"


Je souris, puis riais un peu. Parler était toujours de meilleure facture que l'affrontement. Mais celui-ci était pour moi nécessaire pour se faire comprendre...






Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2207

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Déc - 18:21


Tout reconstruire


Feat Rulf



J‘écoutais patiemment les explications de Rulf comme d’habitude mais cette fois, il me gonflait.

- Sacré tête de mule, je n’ai jamais dit de les lobotomiser, cesser d’interpréter mes propos et restez réaliste. Je ne suis pas un barbare et je ne ferais pas de mal à des êtres humains. Vu que vous avez votre façon de faire et moi la mienne, un peu moins douce que vous mais dans le même but, je vais vous expliquer.


Cette tête de mule de Rulf fulminait et était prêt à me couper la parole lorsque je repris de plus belle.

- Ne me sous-estimez jamais, ces satanés orques peuvent aller mourir en enfer que je ne les pleurerais pas mais je ne les ferais mourir que si cela est nécessaire. Je ne veux pas détruire ce village mais je veux le rendre plus fort. Ce que je vous demande c’est de leur laver le cerveau en ce qui concerne la fontaine !


J’insistais une fois de plus en regardant mon interlocuteur avoir l’envie de me moudre.

- Juste la fontaine ! Vous me comprenez ? Et surtout qu’ils gardent bien à l’esprit que des bêtes sauvages vivent aux abords de leur village, que c’est une position dangereuse et que seuls leurs remparts les protègent ainsi que leur bravoure que je n’oublie pas ! Si vous leur faites oublier tout cela, c’est vous qui êtes fou ! Pour qui me prenez vous !? Pensez-vous que je serais venue combattre pour faire oublier à ses braves gens tous les dangers qui les guettent en permanence ? Si j’avais voulu les envoyer au casse-pipe, pensez-vous que j’aurai fait appel à vous en priorité ? Surtout que je connaissais votre réputation de bâtisseur, de soigneur et votre sale caractère ! Croyez-vous que je me serais confiée à vous en vous avouant mes faiblesses ? Que décidez-vous ? Vous leur nettoyez leur cerveau en ce qui concerne cette fontaine,  oui ou non ? Et cette fois s’il y a une chose que vous ne comprenez pas vous me le demandez et cessez de pensez que je peux condamner des innocents, je suis peut-être une elfe et pour vous je sais ce que cela signifie, je ne tombe pas de la dernière pluie, mais je suis un mage et je pense aussi puissante que vous. Je ne sais pas changer les idées des gens et je me passerais de faire intervenir mon père si vous acceptez ce que je vous demande. Comprenez la confiance que je vous porte, je vous octroie un don de substitution d’une pensée précise. Il faut qu’ils se souviennent de tout le reste au contraire!

Je le fixais, l’avais-je blessé ? Loin de moi cette idée, mais j’étais vive et n’avais pas de temps à perdre.
Pourtant j’aimerai tellement que l’on devienne amis. Je le regardais et je me demandais si je n’avais pas trop poussé le bouchon. Après tout, nous devions avoir à peu près le même âge. Et j’avais besoin de lui. J’attendais sa réponse. Moi qui espérais qu’on prenne une pinte...…

Mais une surprise nous interrompit….une attaque orque. Plus le temps de discuter, le temps d'en égorger quatre ou cinq, je demandais à Rulf de prévenir mentalement Ben afin qu'il fasse mettre en sécurité les femmes et les enfants et organise le combat pour les autres. Cette fois Rulf ne rechigna pas. Nous étions prêts à tous les massacrer. Je me mis à tourbillonner avec mes dagues et égorger tous les orques qui passaient, Rulf s'en donnait aussi à coeur joie. Ces sales monstres avaient rompu notre traité, ils savaient maintenant l'erreur qu'ils avaient commise. Je me retournais vers Rulf lui faisant un beau sourire, que l'on distingué au milieu du sang orque qui m'avait giclé au visage, et je lui promis que quand nous aurions tout nettoyé nous irions boire une pinte.






Dernière édition par Cheryl Daynight le Dim 28 Déc - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Déc - 19:22

Tout reconstruire
Feat Cheryl

Cette elfe commençait sacrément à me gonfler. Nous ne disions pas tout à fait la même chose, et cela m'agaçait, surtout que tout cela était pour de foutus orques ! Si ce n'était que de moi, le problème se serait déjà réglé au corps à corps.

Je rageais intérieurement en l'écoutant dire ce qu'elle avait à dire, mais je n'étais pas d'accord. Je ne voulais pas faire payer le moindre prix à ces gens alors que le problème ne venait pas d'eux, et qu'ils ne comprenaient même pas ces premiers massacres sans raison. Et cette elfe bornée n'arrangeait rien. Je me levais et m'apprêtais à brailler pour la faire taire et lui faire comprendre ses quatre vérités ! Mais pour qui se prenait-elle à me donner des ordres ?

Tout se bouscula ensuite très vite, car je n'eus pas le temps de dire un mot. Les orques nous attaquaient. Des flèches de feu passaient les palissades, et petit à petit détruisaient ce que nous venions de bâtir. Je tentais d'abord d'endiguer le feu, puis je rageais. Cheryl trancha dans le lard de ceux qui passaient à présent à pied dans le village. Ma colère montait et allait exploser. Je fis apparaître ma lance et en tuais déjà plusieurs, sans aucune pitié. Je communiquais le danger à Ben qui s'organisait. Nous avions à faire...

La nuit tomba d'un coup. Je me tus. Je n'aimais carrément pas ça. Les orques continuaient d'affluer, désordonnés. Je faisais la trogne et me concentrais sentant un grand danger encore plus grand arriver. Cette nuit était tombée magiquement, par une puissante magie noire. Nous écoutions des bruits de métal, des pas en cadence. Une armée était en approche.

"Saletés d'orques !"

Je lâchais cela alors que les éclaireurs étaient morts à nos pieds. Ce n'étaient rien comparé au gros des troupes qui arrivaient. Je m'adressais à Cheryl pour l'informer, même si je pensais qu'elle avait compris et pour lui communiquer mon plan:

"C'est de la foutue magie noire ! Ils ont un mage noir avec eux, c'est pour ça qu'ils ont trouvé du courage ces loches ! Il me faut dégueniller cet enfoiré de mage avant qu'il ramène son...Rrrhum, et que nous tenions cette armée en dehors des murs du village. Il est temps de leur montrer de quel bois on s'chauffe !! "

Je mettais un coup de pied dans les cadavres pour me remuer. Je téléportais une potion de régénération de magie de chez moi et la bus en même temps que Cheryl prenait la sienne. Nous sortions tout deux de l'enceinte du village et marchions seuls face à l'armée d'orque lourdement armés. il devaient bien être une centaine. Je fis disparaître ma lance pour former dans mes mains deux grosses boules de feux. Je les envoyais en vain sur les premières lignes. Ils étaient protégés par un bouclier magique. Je regardais Cheryl. Nous n'étions pas surpris pas cela, juste un contre temps. Si la magie ne passait pas les boucliers, le corps à corps resté efficace, et nous étions aussi protégés. Je dressais autour de moi un puissant bouclier magique. Cheryl fit appel aux animaux et sa magie. Tous nos ennemis n'étaient pas protégés, ce qui signifiait que plus nous nous rapprochions du mage, plus ils étaient protégés. C'est avec cette méthode que nous occupions cette centaine d'orque à nous harceler en vain dans le champ loin du village, et que Cheryl me montrait le mage noir qu'elle avait bien identifié. Les orques tombaient en nombre et malgré leur force brute, ne parvenaient pas à nous atteindre.

Le combat n'était pas aisé et se frayer un chemin jusqu'au mage n'allait pas être facile. Nous nous battions plus resserré ce qui me permis de jeter un oeil au village en feu. Je remarquais alors que les orques nous prêtaient beaucoup d'attention et voulaient notre mort plus que toutes autres... Nous étions leurs cibles.

"Nous sommes leurs cibles. Si nous réussissons à tuer ce mage noir, nous pourrons utiliser nos sorts de destruction. Le problème est de l'approcher. Pourriez-vous me téléporter ? ou me faire voler jusqu'à là-bas ? Après j'me l'fais ! "

Je n'avais qu'une envie: en finir vite. L'obstacle était ce mage noir qui nous empêchait d'utiliser boules de feu, éclairs et autres ondes de puissances qui nous permettraient de les éliminer comme des rats.





Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2207

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Déc - 18:32


Tout reconstruire


Feat Rulf



Saletés d’orques, ma colère était hors norme, ils avaient osé refuser mon traité, ils allaient tous y passer, pas de pitié et cette fois Rulf et moi étions d’accord ! Une fois le village nettoyé des orques les plus costauds, nous laissions à Ben et ses mercenaires le soin de s’occuper de la quarantaine restante. Nous avions mieux à faire et c’est d’un pas décidé que nous sortions.

Rulf se déchainait autant que moi mais une nuit brusque s’abattit sur nous..... au beau milieu de la matinée !!! Il y avait de la magie là-dessous et nous l’avions compris. Nous échangeons un regard et sans prononcer une parole, nous nous sommes protégés de cette magie.

Cependant des orques par centaines affluaient et malgré le tas que nous avions sous nos pieds nous avions l’impression que c’était à flux continue. J’avais identifié la position exacte du sorcier noir et Rulf me dit que si nous ne l’exterminions pas rapidement c’est lui qui nous tuerait, nous étions sa cible. Il me demanda de le téléporter mais je ne savais pas faire par contre l’expédier dessus je pouvais le faire sans problème.

- Je vais vous envoyer là-bas d’une façon particulière et il se pourrait que vous lui retombiez sur les épaules, apprêtez-vous à combattre à peine arrivé et malgré votre tournis.


Je me mis à faire tournoyer mes mains en tournant sur moi-même et en peu de temps je déclenchais une véritable petite tornade et j’installais mon ami au centre. Il décolla en peu de temps et je le vis atterrir pile sur les épaules du sorcier noir. Mais pas de temps à perdre, le combat continuait. J’appellais les aigles, les loups et les ours sur des kilomètres et je figeais des centaines d’orques qui n’avaient plus l’influence du sorcier. Ce dernier était très....pris.

Les aigles arrachèrent les yeux des orques, les loups égorgèrent une autre partie et les ours achevaient ceux qui avaient résistés à grands coups de pattes. J’avançais ainsi en me rapprochant du sorcier noir. Voyant que Rulf l’empêchait d’utiliser ses pouvoirs, je balayais les nuages noirs et fis revenir le soleil, une aubaine pour Rulf.

Je continuais de déchainer ma colère sur tout orque vivant qui osait se mettre sur ma route. Rulf et moi allions une fois de plus être contraints de reconstruire le village. Ce dernier était en feu mais des panaches blancs apparaissaient, Ben et les hommes du villages maîtrisaient la situation de leur côté, Rulf et moi allions pouvoir continuer à faire comprendre à ses monstres de quel bois on se chauffait.

JE DEVENAIS INCONTROLABLE. J’égorgeais, j’éventrais, et plus je tuais plus j’avais envie de tuer.  J’avais envie de les exterminés jusqu’au dernier lorsque Rulf me rejoignit. Il vit sur mon visage de la colère et des pleurs, la rage avait prit le dessus car je n’admettais pas qu’ils aient osé agir contre moi.






Dernière édition par Cheryl Daynight le Lun 5 Jan - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Déc - 19:32

Tout reconstruire
Feat  Cheryl

Alors qu'une armée nous entourait et que notre combat acharné ne suffisait pas à contenir le flux d'ennemis, Cheryl repéra le mage noir. Elle me répondait ne pourvoir me téléporter, mais m'amener là-bas. Je souriais quand elle me dit que j'allais avoir le tournis une fois sur place.

Je ne m'attendais pas à ce que cette **** me mette au cœur d'une tornade ! Je grognais d'abord puis riais, d'un rire sadique et diabolique. Le monde était floue, tournait sans cesse. Je finis sur les épaules du mage noir. Je fis disparaître ma lance et attrapais sa tête en plaçant mes deux mains sous sa tête. A ça pour tourner, ça tournait !

"WAAAHhhhaaaa !"

Je devenais dingue, j'était content d'être sur les épaules d'un mage noir !  Je posais mes pieds sur le derrière du cheval et tirais sur la tête de ce salaud pour l'étouffer. Cela fonctionnait puisqu'il ne contrôlait déjà plus sa magie de protection permettant à Cheryl, et les animaux l'ayant rejoint, de décimer une partie de cette armée. J'étais dans un rodéo d'enfer, si je puis me permettre. Concentré sur mon oeuvre assassine et ne bougeant pas de son dos, lui impuissant, je passais mon bras gauche autour de son cou pour maintenir la pression sur sa gorge. J'avais ma main droite de libre et la portais à ma ceinture pour prendre ma dague. Je la dégainais et l'enfonçais dans sa tête par le haut.

Je sautais du cheval en faisant réapparaître ma lance en main, me lançant à corps perdu dans la bataille. Cheryl venait de faire réapparaître le soleil. Elle était efficace. Elle rageait et devenait hors de contrôle. Elle n'était peut-être pas une mage de guerre... Je la rejoins et taillant de tout côté.

"Finissons-en. Retires tout tes animaux et regarde moi faire. Protèges magiquement tout ce qui sera derrière toi, et fort"

Elle fronça les sourcils, mais fut soulagée de ne plus se battre pour rien. Me faisant confiance elle retira les animaux du champ de mon action et dressa un bouclier magique autour d'elle, derrière moi. Je me tenais devant une armée d'orque désordonnée qui se rejoignait pour marcher vers moi. Je fis disparaître mes armes et formais de l'énergie en moi. J'adorais pouvoir lancer ce sort même si cela me vidais complètement magiquement. Je lançais ce qu'on appelle un "Armageddon partiel", c'est-à-dire une puissante onde de choc conjuguée à de la magie de feu. Je concentrais cette puissante magie et rayonnais physiquement. Les orques étaient proches et allaient tous littéralement griller. Je lançais mon onde de choc et tendant les bras au ciel et criais ma rage sadique à m'en époumoner. Une onde partait de moi et se développait en cône large, envahissant la plaine et brûlant tout sur son passage.

Une fois vidé je me retrouvais le souffle court devant un spectacle d'horreur. Les flammes brûlaient et  fondaient les corps et les armes ensemble dans le sol et nettoyaient la nature de cette vermine. Je me retournais et dirigeais mes pas vers Cheryl. Elle était surprise et satisfaite à la fois, peut-être un peu ébahie.

"Ouais, un peu crâneur, je dois l'avouer. Mais ça y est on peut dire qu'on en a finit avec eux, et les "surveillants", des espèces d'éclaireurs trouillards à l'arrière s'en souviendront assez longtemps pour ne pas revenir de ci-tôt. Ils sont partis et c'est tant mieux ! ... Bon, là je suis vide magiquement, donc si je peux aider, c'est en simple nain. Et pis on ira s'enfiler, non pas une pinte, mais une douzaine ! et c'est vous qui paierez ! "



PS: Hors rp, je pouvais pas m'empêcher mais y'a cette chanson (musique et paroles) qui va trop avec l'action ^^



Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2207

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Jan - 15:33


Tout reconstruire


Feat Rulf



Tout en combattant ses satanés orques, je regardais Rulf qui transperçait la tête de ce satané sorcier noir. Je continuais de tout massacrer lorsqu’il me rejoint et qu’il me demanda de déclencher un puissant bouclier magique pour nous protéger et protéger ceux qui étaient derrière nous.
Je demandais aux animaux de s’éloigner et de rejoindre le village et je me concentrais sur notre protection. Rulf déclencha un Armageddon partiel et je regardais périr ses monstres sans plier un sourcil. Rulf était vidé et je n’étais guère mieux mais il régnait un silence impressionnant. J’étais soulagée et déçue, si seulement ses monstres avaient coopérer, pourquoi a t-il fallu qu’il mettent ma parole en doute. Ils n’avaient eu que ce qu’ils méritaient.
Rulf me proposa d’aller boire une douzaine de pinte. Pourquoi pas, j’adorais la bière et je comptais dormir sur place. Ben fut ravi de nous voir arriver mais surtout soulager que l’on soit entier.

Nous nous dirigions directement vers la taverne et soulagement pour ma bourse, les villageois nous proposèrent de régler tous nos frais de boissons. Je regardais Rulf et lui dit :

- J’aurais du vous écouter dès le début et massacrer tous ses monstres. Au final nous avons perdus du temps. Regardez... Nous allons devoir tout reconstruire ! Mais cette fois nous allons le remettre à demain car nous ne sommes pas assez solides et il se fait tard.

En effet la nuit était en train de tomber et les habitants étaient fatigués de leurs combats. Ils étaient heureux de se retrouver et de pouvoir serrer leurs familles dans leurs bras. L’heure était au repos.

- J’aimerais vous demander une chose. Je sais communiquer avec les oiseaux et les animaux, je sais bloquer l’entrée de mon petit cerveau à des gens comme vous mais voilà ........ j’aimerai que vous m’appreniez à lire dans les pensées des gens et ainsi pouvoir anticiper les erreurs. Pouvez-vous le faire ?

Ben qui écoutait se mit à rire.

- Et ainsi tu devineras tes cadeaux avant que je te les offre ou tu sauras si je suis de bonne ou de mauvaise humeur. Rulf, je plaisante. Je pense que ce pouvoir pourrait lui être très utile lors des combats qu’elle entreprend car je sais que je ne vais pas vivre avec un ange.

Ils me regardèrent tous les deux et se mirent à rire de bon cœur. J’avais du sang de la tête au pied, ma robe n’était plus blanche mais rouge, mes cheveux étaient en bataille et je liquidais ma première pinte. Rulf était mon ami envers et contre tout.




Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 648
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Jan - 12:32

Tout reconstruire
Feat  Cheryl

Cheryl accepta ma proposition avec joie. Ben fut heureux de nous voir sortir de ce brouillard magique sains et saufs. Mon appel à la taverne fut largement suivi par une bonne partie des villageois. C'est en cortège que nous prenions place dans la taverne au plus grand plaisir du tavernier qui nous accueillit à bras ouvert le sourire aux lèvres. Ceux qui avaient les moyens tenaient à nous payer nos consommations, ce qui nous permit de nous désaltérer gratuitement. Je commandais alors ma bière préférée en pinte et fus suivi par Cheryl et son mari.

Elle me dit regretter de ne pas m'avoir écouté plus tôt. Je lui répondrais plus tard, mais elle me demandait déjà autre chose. Elle qui commandait si bien la nature voulait apprendre à lire dans les pensées comme je le faisais. Je fronçais un sourcil, je me surprenait à avoir une tête de professeur, moi qui n'est que peu de tact. Je souris et riais à leur remarque. Moi non plus je n'avais pas vraiment la tête à voir le monde tout beau. A y réfléchir, quel équipe de bras cassés autour de cette table, et quelle alliance ! Je ne me sentais pas capable de lui apprendre ce qu'elle me demandait, je ne savais pas comment expliquer ce que je faisais. Mais je pouvais lui conseiller quelqu'un qui saurait peut-être lui apprendre.  Je pris une petite pause avant de lui répondre:

"Vous êtes des personnes bien, vous rendez justice, et la justice n'est pas simple à définir. Ce n'est pas de moi, mais d'un ami proche ! Je pense que ce que vous me demandez est trop pour moi. Ce n'est pas que je ne suis pas capable de te le faire faire, mais pour le développer, mieux vaut le faire bien et l'apprendre comme il faut... Je ne saurais t'expliquer comment faire, je ne... Je lance les sorts comme ils me viennent, comme j'ai appris, mais le faire apprendre n'est pas la même chose... Je ne suis pas assez patient pour cela..."

Je souris ensuite pour cuper à ce sentiment de déception éphémère:

"Par contre je peux te conseiller de trouver Patrick Might ! C'est un mage guerrier plus puissant que moi. Lui saura te dire comment développer tes pouvoirs car il a le pouvoir de sentir les pouvoirs et l'ampleur de ceux-ci chez quelqu'un. Il a récemment trouvé de la magie et la faîte découvrir à une petite tête de mule de fée qui apprend aujourd'hui à vivre avec... Oui, je pense que Patrick t'aidera à apprendre ce pouvoir et développer ceux que tu as déjà... Aller SANTE !! "

Je faisais confiance à Patrick qui voyait dans les autres le meilleur et savait peser ses mots. Il était honnête, droit, et surtout bien plus patient que moi. Je le connaissais et savais que si elle venait de ma part il saurait trouver quoi lui répondre et développer ses sorts. Je me levais et criais à l'assemblée le verre levé. Tout le monde me répondit.

Nous passâmes une belle soirée à discuter de tout et de rien. Nous parlions de contes et légendes. Je contais au coin du feu une histoire de bataille, puis racontais notre journée avec un élan plus littéraire et de belles paroles que j'ajoutais. Je fus applaudi plusieurs fois et riais d'autant plus.  Nous finîmes tard, mais contents que tout cela soit enfin fini.

Nous ne vîmes guère la matinée du lendemain. Après un long et lent réveil, nous retournions sur les lieux brûlés et dévastés pour tout reconstruire. Je dis à Cheryl que nous n'allions pas refaire tout les canaux, mais un seulement pour alimenter la fontaine centrale, et reconstruire les maisons sans les jardins. Elle accepta. Nous fûmes la même opération. Nous reconstruisions les maisons, le canal et la fontaine, ce qui n'était pas une mince affaire. Je restais tout l'après-midi et flânais un peu dans le village et aidais un peu à la réorganisation.

Nous nous séparions enfin le soir venu où j'avais envie de revenir à ma maison. Elle comprenait mon envie de passer un pue de temps chez moi, surtout que j'avais un bout de jardin à finir. Elle sourit et je les serrais l'un après l'autre dans mes bras leur souhaitant bon voyage et leur dis que je les recroiserais avec plaisir.

Je pris mon repas du soir seul. Je mis mon regard sur l'horizon en fin de repas en repensant à ces jours incroyables et ces gens que j'avais rencontré, encore de belles histoires à conter !  




Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2381
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:38

ARCHIVAGE DES RPS


Votre RP est terminé, il est donc ARCHIVÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Tout reconstruire - Cheryl et Rulf
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» La politique du « tout va mal »...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-