AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Guerre chez les fées - Adelia et Patrick
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES


J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1815
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Jan - 23:23

Guerre chez les fées
Feat Adelia

Adelia prit la décision de retourner voir sa famille dès le lendemain matin. Je respectais son choix. Cette nuit, nous la passions à dormir l'un à côté de l'autre sous la même tente. La nuit fut sans problème, calme et nous fûmes tout les deux reposés le matin venu.

Nous déjeunions en parlant un peu de sa famille, habitant le royaume des hommes. Elle avait plusieurs jours de voyage. Nous nous renseignions alors pour le trajet retour que le capitaine homme accepta de faire dès ce jour. Le capitaine gobelin et son équipage avait décidé d'aider les habitants à s'installer. Il tint parole et laissa là quatre de ses gobelins sans regret. Le chef donna des ordres après que je lui demandais pour le voyage retour de mon amie fée. Les villageois l'aidèrent pour faire des provisions, en donnant plus qu'il ne fallait. Elle fut prête à partir en fin de matinée, une ou deux heures avant midi. Au moment de partir je la serrais contre moi avant de la laisser monter à bord. Je lui dis qu'elle pouvait me contacter magiquement, mais avec personne autour d'elle et en sécurité. Alors qu'elle était à bord je lui criais d'être prudente et revenir. Un dernier adieu et je restais seul dans ma quête.



Je restais trois jours à aider les habitants à explorer cette île et construire leur village. Je fus même convier lors d'une ambassade (de cette nouvelle colonie) vers celle de l'île en face. Des traités furent signés, des biens et promesses échangés. Il y avait une bonne entente et des hommes furent délégués à aider les nouveaux arrivant. Lorsque je pris ma décision de partir, ce que l'ensemble des personnes sur cette île avait réalisé ressemblait bel et bien à une nouvelle colonie avec ce village en son centre. Un projet de quai fut mis en place alors que le capitaine gobelin m'embarquait pour cette courte route vers Esteria.

En une journée et demi nous arrivions à proximité des côtes sud de l'île-continent des fées. Le capitaine eut vent que l'ensemble de la côte est était ravagée et ne voulait pas s'en approcher, ce qui expliqua cette demi journée de navigation supplémentaire. Les vents nous furent favorables. Avant de sauter dans l'eau je lui serrais franchement les poignets et le remerciais pour son aide. Je le gratifiais pour ce voyage et passais par-dessus bord. Je rejoins le rivage en marchant dans l'eau. Je fis au revoir d'une signe de la main au capitaine qui maniait son navire pour repartir. Je m'engageais sur la plage en direction de la capitale que je n'atteindrais pas ce jour.



La végétation était ici luxuriante, il faisait plus chaud... ce qui n'empêchait pas des pluies torrentielles. J'avançais difficilement, lentement, et peinais à me repérais, même avec des cartes précises.  Je me trompais plusieurs fois, me redirigeais. Je lançais ma magie pour me déplacer rapidement pourtant... J'étais mouillé jusqu'aux os et me méfiais de tout ses petits bruits autour de moi. C'était un univers différent: des bruits que je ne connaissais pas des animaux, petits et grands, étranges... des arbres immenses et du vert plus présent que chez les elfes !

Je mis une semaine complète pour rejoindre la capitale des fées. Je ne croisais personne tout le temps de mon voyage, seuls les animaux me tenaient parfois compagnie. Je me sentais seul et peu sûr. Je lisais pendant les moments de calme, établissais des stratégies hypothétiques, et écrivais à ma famille et mes amis. Je me séchais magiquement et profitais de deux jours de beau temps pour avancer, même si j'avais très chaud, et finis par lancer un bouclier me maintenant à une température moins élevée.



La capitale des fées n'était pas comme je l'aurais imaginée. Elle était bâtie dans les arbres, sur et sous le sol. Il y avait en ce même endroit toutes les fées. A peine eussè-je franchis la ligne de culture libre de végétation dense que je fus accueillis par une dizaine d'hommes fée armés. Je me présentais et demandais ensuite une audience au roi. Tout s'accéléra ensuite après ces jours de paix à marcher...

Les hommes m'emmenèrent au palais. C'était un monument superbe, grand et central. Il n'était pas bien défendu à première vue, mais très fleurit, décoré... Je fus reçu par un général et non le roi. Il m'annonça que la quête avait été annulée par le roi, qui ne voulait plus de mercenaires. J'étais vexé d'être venu ici pour rien et fus raccompagné à l'extérieur du palais. Je me rendais dans un endroit public qui ressemblait à une auberge, mais très protocolaire et propre. Il offrait ici des boissons, mais aucun service nocturne, aucun lit, etc.  Les fées parlaient de la guerre à l'est, mais les autorités ne réagissaient pas. Je croisais d'autres mercenaires dans mon cas en ville et leur parlais.

Certains allaient repartir avec une indemnité qu'offrait le roi des fées, d'autres se rendaient à l'est pour voir ce qui se passait. Je décidais de me joindre à eux sans leur dire que j'étais mage. Un d'entre eux était alchimiste et avait une potion pouvant nous permettre de rendre dix personnes sur les côtes. Nous étions vingt. Il fut décidé que ceux qui le désiraient partaient à pieds... il ne furent que deux. Le "chef" désigné décida de nous battre en duel, sans mise à mort. Celui qui mettait l'autre à terre gagnait le duel, et partait grâce à la potion. Je ne peinais pas à battre le pauvre homme en face de moi. Une fois dix, nous nous rassemblions et partions par magie pour la côte est.

A peine arrivés sur place, nous eûmes à nous battre.  Les orques nous attaquaient de toutes parts. La plage était ravagée et en flamme. Le combat fut de courte durée, à notre avantage si l'on puits dire. Cinq hommes étaient tombés à la fin de ce combat, deux autres blessés. Nous mesurions les dégâts en regardant tout autour de nous les terres brûlées et les morts encore présents sur la plage. Il y avait des centaines de personnes et d'animaux, des débris de bateaux et d'armes entremêlés dans le sang et les flammes. Je dévoilais ma nature en soignant les hommes blessés et tentais en vain de ranimer les autres. L'alchimiste était toujours en vie.

Nous avancions sur la plage en découvrant, à couvert, un premier campement. C'était les hommes des armées des terres du nord. La situation était grave, c'était un plan d'invasion ! Je rageais contre les fées et me demandais bien quelles raisons pouvaient les pousser à refuser de l'aide. Nous découvrions d'autres camps de même taille et vîmes des navires amener de nouvelles recrues. Nous devions agir et tenter de faire réagir Nyota. Je fis part de ce projet à mes nouveaux camarades. Ils m'écoutèrent, mais pensaient qu'agir sans rémunération serait pesant. Je leur promis alors de l'or et ils acceptèrent de me suivre.

Je demandais à l'alchimiste une potion de retour à la capitale fée pour parler au roi. J'appris alors à connaître ces quatre hommes. En plus de l'alchimiste il y avait un boucher ayant tout perdu lors d'une attaque orque, depuis il avait prit les armes. Il y avait un elfe viré de l'armée royale par les contraintes qu'ils lui imposaient. Il avait décidé de mettre au service du plus grand nombre ses savoirs particuliers. Le dernier, le chef, était un mercenaire, autrefois seigneur en terre des hommes. Un sorcier noir avait annexé ses terres après des combats violents face aux armées du Nord, en vain. Il avait perdu ses terres, puis son cousin prit son titre. Il avait prit les routes pour défendre les plus pauvres et les plus faibles. Tous avaient répondus à l'appel pour un roi des fées qui ne voulait pas de nous.

Après le sort de la potion nous tentions en vain d'obtenir une audience à la cour. Je fus accepté, et refoulé, par un frère du roi qui m'expliqua, malgré mes cris, que le roi ne voulait pas l'aide d'hommes de guerre "désorientés". Je rageais et fus reconduis à l'extérieur par la garde du roi. Je n'usais pas de ma magie pour me faire entendre. Je baissais les bras ici, mais pas pour la population. Je retournais voir mes "amis" et décidais de rassembler tout les mercenaires de la capitale, dans un lieu extérieur. Nous établissions un camp à une dizaine de kilomètre, qui grossit de jours en jours. En quatre jours, nous fûmes cinquante.

Je décidais de nous mettre en route pour les côtes est et mener une mission illégale. Nous arrivions à proximité des côtes une semaine plus tard. Je reçu entre temps l'appel de Rulf et Adelia à peine parti. J'en fus surpris mais leur dis que je n'avais entendu parlé d'aucun événement dans ce genre. Je demandais à tout mon groupe. Le "chef" me confirmait que personne ne se trouvait dans les grottes ici, pour les avoir fait personnellement. Cela rassura mes amis. Une fois sur place, à une demi-heure des plages ravagées, nous battissions notre camp. Nous nous battions chaque jours pour défendre notre camp, puis faire des raids, insuffisants pour les battre mais qu'ils ne progressent plus dans les terres. Freiner leur progression fut très dur, mais nous y parvenions avec de gros efforts, de la magie tout les jours, des centaines de morts de leur côté... en une semaine.    

Un soir, de retour au camp mes habits ensanglantés et tous éreintés des combats de la journée, je réalisais que je venais de passer trois semaines et quatre jours sur cette île à me battre quasiment sans cesse. Je n'avais que peu de répits les soirs où je n'étais pas de garde ou quand il n'y avait pas d'attaque, pas souvent. Sur le chemin de notre camp, je reconnu une jeune femme blonde. Je ne savais pas comment elle avait fait en si peu de temps, mais c'était bien elle, c'était Adelia ! Mon visage s'illumina d'un sourire et je lui tendais les bras. Elle refusa que je l'embrasse en voyant mon état. Je riais.

"Que je suis heureux de te voir ! Tu ne peux pas savoir tout ce qui s'est passé ici... Viens, suis moi dans ma petit maison..."

Nous entrions dans ma petit cabane de bois qui était mon refuge chaque soir. Le chef m'autorisa à disposer, mais me tenir prêt pour la veille cette nuit.  Je me fis à mangé et demandais à Adelia si elle avait mangé. Elle se joint à moi. Je lui racontais alors la situation:


"Le roi des fées refuse tout mercenaire à son service et les renvoi avec un dédommagement. Je n'ai pas réussi à le voir et ne sais pas quelle intrigue se trame au palais. J'ai été reconduis par la force ! ... J'ai décidé de stopper l'avancée des orques qui s'établissent sur les plages, puis les terres... C'est un véritable programme d'invasion dont souffre la population, bien que la plupart des fées soient concentrées dans la capitale. J'ai donc rassemblé tout les mercenaires volontaires pour m'aider en leur promettant de l'or. Nous sommes cinquante à mener cette action illégale, mais qui porte ses fruits. Nous venons juste de réussir à contenir leur progression ! Je suis content de te voir ! Qu'as-tu fais pendant ce temps ? et comment es-tu parvenue si vite à revenir ?"




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 14 Jan - 22:12

Guerre chez les fées

Adelia avait prévenue Patrick qu'elle partirait voir sa famille en début de soirée. La fête de la veille avait fatigué tout le monde et elle ne voulait pas perdre son temps à attendre ; s'ils faisaient encore une fête, Adelia ne tiendrait pas. Elle croqua dans une pomme en regardant Patrick qui se levait, ce dernier voulait demander au capitaine de navire homme, de l'aider. Adelia aurait aimé avoir son mot à dire, elle détestait qu'on choisisse pour elle. Elle aurait préféré y aller à pieds, prendre son temps, mais à vrai dire, elle avait hâte de revoir ses frères. Elle suivait chaque villageois qui lui donnaient plus que de raison, des vivres pour son voyage. Adelia fut alors prête en début de soirée, elle mit sa dague à sa cheville et se rendit près du port. Au moment du départ, elle ne s'attendait pas que le mage la prendrait dans ses bras. Elle sourit et monta sur le navire prête à partir, elle entendit Patrick lui lancer de le contacter par magie. Elle le salua et resta sur le pont jusqu'à ce que la terre soit hors de vue avant de se retirer en cabine.

Le voyage fut assez long mais il n'avait pas croisé de créature des mers comme à l'aller. Quelques tempêtes des mers et des parties de cartes qu'Adelia avait accepté de faire, avait passé le temps. Une fois de nouveau à terre, Adelia remercia l'équipage et s'éloigna à grand pas, s'arrêtant dans une auberge pour une nuit. Dans la chambre, Adelia pensa à ses dons en regardant la lune descendre, elle était immense cette nuit. Ele avait le don de disparaître, ce n'était pas littéraire mais réelle, dès qu'elle était en colère, elle disparaissait soudainement et atterrissais dans une forêt. Elle aurait aimé l'utiliser si elle avait appris à le maîtriser un temps soit peu, elle serait déjà auprès de sa famille. Elle soupira et se tourna vers son lit puis vers le bureau où elle avait étalé toutes sortes de cartes pour faire son itinéraire. Elle s'avança vers le bureau et plia toutes les cartes et les remit dans son sac magique avant d'aller se coucher. Demain serait une longue journée, elle devait au moins marcher jusqu'à Fortillia, grâce à sa première visite Adelia passait inaperçue dans le pays des elfes. Certains de la ville de Suef la reconnaissait, d'autre lui demandait de l'aide, répondant qu'elle reviendrait plus tard car elle était en visite pour de la famille.

Après plusieurs jours de marches et après avoir emprunté un cheval, Adelia arrivait en terre des hommes, les champs s’étalaient à pertes de vu devant elle. Elle les traversa au triple galop atteignant ainsi Ad'Lucem au couchait du soleil. Tout avait changé, il y avait moins de villageois sur les marchés, mais Adelia n'était pas là pour les compter ou s'arrêter, il lui restait encore quelques jours avant d'atteindre son village d'enfance. Elle traversa la ville au petit trop en regardant les étalages et s'arrêta alors dans une auberge. De là, elle entendit parler des sorciers noirs qui terrorisaient les villes, les villages et les autres pays, qu'il y avait eu beaucoup de mort. Pas le temps de faire une halte, Adelia était soudain inquiète et elle repartit d'Ad'Lucem sans se retourner. Les jours s'écoulèrent et elle avait rencontré pas mal de Troll et orcs dans les forêts, ils étaient munis de médaillon. Heureusement, qu'ils n'étaient pas intelligent, Adelia a pu les chasser et en tuer quelques uns avant de regagner les routes et d'atteindre son village. Encore les fumées montaient droit vers le ciel, noir. Son village avait été attaqué, elle arrivait devant la maison de ses parents et vit sa mère étendre le linge. Adelia descendit de son cheval et repoussa un tissus de sa main droite. Sa mère adoptive était heureuse de la revoir. Sa famille était sain et sauf malgré ce qui venait d'arriver il y a peu, dans le village. Ils lui racontèrent les nouvelles des terres qu'elle avait déjà entendu parlé dans l'auberge, elle leur dit qu'elle avait quitté les terres pour aidé un groupe de villageois. Ils en avaient déjà entendu parlé. Lysandre voulait la suivre, il en était hors de question, qu'il devait rester avec ses parents, rassurant ensuite ses parents qu'elle savait utiliser ses dons, mais ne leur confia pas qu'elle était en danger. Elle resta auprès d'eux quelques jours avant de reprendre le chemin vers Ad'Lucem. Elle savait qu'ils ne risquaient rien, son père était forgeron et s'ils étaient en danger elle le serait.

Tout en regagnant Ad'Lucem, elle avait repéré un campement et rencontré quelqu'un qui avait été attaqué par un mage noir dans son village. Elle n'avait pas voulu se mettre en danger tout de suite et seule et préféra reprendre son chemin. De retour à Ad'Lucem, elle entendit parlé d'une femme qui avait perdu un membre de sa famille. Adelia était d'accord pour lui venir en aide et la quête commença. Elle faisait équipe avec Rulf et la femme qui avait perdue un membre de sa famille, de là, ils rentrèrent en communication avec Patrick, encore en terre des fées. Ce dernier les informations, qu'il n'y avait rien dans les souterrains et ils rompirent la communication astrale. À chaque fois, Adelia était fatiguée d'utiliser sa magie, trop d'énergie et de concentration à entreprendre. Ils avaient mainte fois cherché de nuit comme de jour, la jeune femme disparut, pendant plusieurs. Mais aucune trace d'elle nulle part, avant de rencontrer des orcs, Adelia sentit qu'elle allait disparaître, d'habitude elle disparaissait et ne ressentait rien. C'était certainement dû au fait qu'elle utilisait trop sa magie ces derniers temps. Elle se retrouva en pleine forêt, en pleine nuit avant de retourner à la bataille. Adelia fronça les sourcils et se baissa à temps pour éviter une hache qui volait vers elle, elle reprit le combat en s'énervant et disparut de nouveau. Elle en profita pour baisser son épée et de se calmer avant de voir un feu de camp. Adelia si dirigea pour savoir où elle se trouvait exactement. La forêt ne lui était pas inconnue, elle y entrait à chaque fois qu'elle disparaissait. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas mis les pieds par ici. Elle sentit qu'elle était suivi et se hâta de se retourner, à la lumière de quelques torches, elle reconnut Patrick. Ce dernier était content de le voir mais elle ne savait pas comment elle avait fait pour atterrir ici où il se trouvait. Au moment de lui demandait, il l'invita déjà à se joindre à lui dans une cabane pour manger. Elle écouta son récit des derniers jours depuis la fois où elle l'avait contacté avec Rulf et fronça les sourcils, ils étaient en terre des fées. La forêt dans laquelle elle atterrissait depuis toujours, était la terre des fées. Comme un aimant qui la ramenait chez elle. Il lui parlait d'un roi qui ne voulait pas défendre son village, et d'illégalité pour protéger ses terres malgré tout.

« - Je suis surprise de me retrouver en terre des fées... J'étais en train de me battre contre une horde d'orcs en terre des nains à la recherche d'une jeune femme disparut et j'ai encore atterri dans la forêt grâce à ma téléportation ! Je pense mettre téléportée ici par magie ! J'aimerais mettre au courant Rulf de ma disparition soudaine ! »

Elle soupira et mangea ce qu'on lui donnait. Tout en réfléchissant à ce pourquoi son don de téléportation la ramenait à chaque fois dans cette forêt. Ses parents adoptifs, lui avaient dit qu'ils l'avaient trouvé dans un bois mais ils ne savaient plus vraiment où exactement. C'était certainement ici. Mais pas le temps de penser à celà maintenant, il y avait plus grave, des gens se faisaient attaquer ici aussi.

« - Mon village a été attaqué aussi par des sorciers noirs, mais ma famille va bien, j'ai vu un camp étrange non loin d'Ad'Lucem avec une sorte de sphère au centre de celui-ci... Je ne sais pas ce qu'ils faisaient mais les orcs semblaient hypnotisés face à cette chose et leur médaillon brillait ! »

Elle fouilla dans son sac à la recherche d'une carte et la mise à plat face à elle. Elle vit alors la distance parcourus avec sa téléportation, Rulf était maintenant à plusieurs jours de marche. Elle indiqua ensuite où elle avait vu le camp de sorciers noirs et d'orcs près d'Ad'Lucem et demanda à Patrick où ils se situaient exactement.
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1815
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Jan - 12:34

Guerre chez les fées
Feat Adelia

Je partageais mon repas avec elle, mais elle ne semblait pas être là après un voyage. Ses habits étaient tâchés et son visage exprimait sa surprise. Je ne comprenais pas son attitude sur le coup, et fus très surpris de ce qu'elle me dit ensuite. Il devait toujours faire jour en terre des nains. Je ne maîtrisais pas la téléportation moi-même, mais je connaissais toute la théorie. Elle me disait se battre aux côtés de Rulf. Puis elle ajoutait qu'elle avait trouvé son village attaqué par des sorciers noirs, mais sa famille allait bien. Elle me parlait enfin d'un étrange rite dans un camp prêt de les environs d'Ad'Lucem. Je fronçais les sourcils, cela faisait pas mal d'informations en peu de temps.

"Ecoutes, le plus simple, c'est que tu retourne te battre. Je peux t'aider à te retéléporter non loin de l'endroit où tu étais. Je ne peux pas venir avec toi, sinon Nyota se fera annexer par les territoires du Nord... Je suis heureux que ta famille aille bien, et que tu es rencontré Rulf, c'est une personne de bien, râleur, mais de confiance... Pour ce qui est du rite, il peux s'agir d'un rituel d'invocation d'un démon, ou d'une créature surnaturelles, ou bien d'un rituel pour augmenter une caractéristique comme la force, la vitesse, l'invisibilité magique ... Je ne sais pas trop, mais ici aussi il se peux que je vois cela, je te remercie... Ne perdons pas plus de temps, concentres-toi pour visualiser l'endroit où tu étais, fermes les yeux et détends toi un peu..."

Nous cessions de manger et j'approchais ma chaise devant elle. Je m'essuyais les mains. Elle finit sa bouchée en haussant la tête. Elle soupira, ferma les yeux et se concentrait. Je posais mes mains de chaque côté de ses tempes et fermais aussi mes yeux. Je lisais dans ses pensées pour voir ce lieu, elle l'avait très bien à l'esprit. Je ne parvenais cependant pas à faire appel à son pouvoir, il en était donc de son ressort. Je lui glissais un petit objet, une potion d'explosion, dans la main.

"Pars", lui dis-je en chuchotant.

Je sentais mes doigts dans le vide et rouvrais les yeux, elle avait disparu. Je soupirais de soulagement et priais pour qu'elle soit arrivée au bien endroit, que Dieu la garde. Je souris en sachant qu'elle y était parvenue. Je sentais sa présence en terres des nains grâce à ma magie.


Plusieurs jours passèrent, je continuais à me battre et repousser les orques pour qu'ils ne progressent pas dans les terres, mais tout ce que nous parvenions à faire était de contenir ses assauts répétés et tout le jour durant. Je n'avait vu que rarement tant de rage dans les combats. Je comprenais l'intérêt des sorciers noirs pour Nyota et la facilité relative qu'ils auraient eu sans notre petite troupe pour faire la conquête. Une semaine après le passage éclair d'Adelia nous vîmes débarquer un sorcier noir et des cavaliers noirs en pleine journée alors que les orques semblaient s'être clamés. D'autres troupes de gobelins et de mercenaires arrivèrent sur cinq navires. Nos hommes commençaient à en avoir assez de se battre pour rien et décidèrent pour certains à rentrer chez eux. Je ne les payais que les jours qu'ils s'étaient battu, mais cela leur suffit et mes intervention ne suffirent pas à les retenir. Les troupes grossissant d'un côté et s'amaigrissant de l'autre, je voyais nos chances de réussir s'amenuirent, mais je ne baissais pas les bras.

Deux jours après un délégué du roi des fées nous offrit une balise de téléportation dans la capitale. Ce petit portail nous permettrait de nous rendre directement dans un quartier de Nyota pour nous approvisionner en nourriture. Il nous précisait cependant que le roi ne nous paierais pas et qu'il préférait que ne soyons pas là. Je sortais de mes gonds et injuriais cet homme, son roi et son peuple de poltron. Il repartit par ce portail. Je fus soutenu et calmais par mes camarades de combat. Je fus désigné pour devenir le commandant et diriger les opérations. J'envoyais des hommes chercher l'aide des gobelins sur la petite île en face, c'étaient eux qui nous avait aidé Adelia et moi pour la traversée. Le surlendemain nos troupes furent renforcé par deux détachement de gobelins, soit une trentaine de tête supplémentaires dans les rangs. Nous adoptions des stratégies plus défensives, tendions des pièges, mais pour moi les combats étaient moins aisés à cause de la magie protectrice des sorciers noirs, voire leur participation directe aux combats.


Nous tenions depuis deux mois à présent sans aucun succès, le moral baissait de jour en jour malgré mon optimisme. Aucune reconnaissance ne se faisait et le roi des fées ne donna aucune nouvelle. Pourtant la situation allait basculer.

Nous étions en pause, en pleine journée, le soleil tapait fort et la plage brûlait. Ni nous, ni les orques ne lancions d'offensive ce jour là. Nous vîmes arriver deux femmes à l'orée de la forêt. Je fus tout de suite prévenu et pris mon épée avant d'aller à leur rencontre. Seul, je me rendais à l'endroit où se tenaient ses deux femmes. Mon visage s'illumina d'un sourire immense lorsque je reconnu Adelia. Je fis disparaître mon épée et ordonnais à mes hommes de baisser leurs armes. Ils obéirent et me laissèrent avec ses deux femmes. Je ne connaissais pas l'elfe à côté d'elle. Elle était brune, un peu plus grande qu'Adelia, vêtue d'une robe blanche. Elle était également armée, et je sentis en elle une magie puissante. Je fis une bise à Adelia en la prenant une seconde dans mes bras, puis fis un baisemain à l'elfe à côté avec un peu de méfiance. Je n'étais pas comme Rulf, mais je me méfiais tout de même des elfes.

Je me reculais d'un pas en observant la nouvelle venue et demandais. J'étais sale, peu présentable et j'avais terriblement chaud. Je les conduis à l'abris de ma petite cabane, un peu plus au frais. Nous nous assîmes. Je demandais alors:

"A qui ai-je l'honneur ?..."




Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2160

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Jan - 15:35

Guerre chez les fées


Feat Patrick et Adélia


Adélia m’avait beaucoup aidée dans la recherche de Sélicia, je me suis sentie son obligée et puis Rulf m’avait conseillé de rencontrer leur ami Patrick. Après des jours de combat contre les sorciers noirs nous avons fini par libérer Sélicia, ils ne lui avaient fait aucun mal à notre grande surprise, du moins ils l’avaient un peu affamée, ligotée mais pas brutalisée. A l’auberge lors de notre fête de la victoire, Adélia expliqua qu’elle ne pouvait rester car une guerre avait lieu dans son pays. Machinalement, je lui proposais mon aide, je le lui devais. J’embrassais une fois de plus ma famille, remerciais mes amis et me blottie tendrement dans les bras de mon bien aimé en lui promettant de revenir entière. Nous sommes parties de bonne heure le lendemain, nous devions récupérer un minimum.

Lorsque nous sommes arrivées, il faisait très chaud et malgré nos tenues légères, nous n’échappions pas à l’effet de la chaleur. Adélia connaissait bien les bois et je la suivais. Arrivées à l’orée du bois je vis des troupes mais aucune bataille. Cependant un grand jeune homme en arme s’avança vers nous avec à sa suite une troupe d’hommes armés.

A la vue d’Adélia, le regard sombre du jeune homme s’éclaircit et lorsqu’il la prit dans ses bras après une furtive bise sur la joue, j’en conclue que ce jeune homme était Patrick. Il me fit un baisemain mais je sentais de la méfiance en lui. Il nous invita alors à nous mettre au frais dans une petite cabane.

- Je me nomme Cheryl, Rulf m’a beaucoup parlé de vous et m’a conseillé de venir vous voir afin que vous combliez certaines de mes lacunes. Adélia tout comme lui pense que vous êtes l’homme de la situation. Je suis un grand maître en magie de la nature et je compte me mettre à votre disposition dans cette guerre.  En échange, accepteriez-vous de m’apprendre à lire dans les pensées des « humains », je sais le faire pour les animaux et je communique avec eux. D’ailleurs je peux les mettre à votre service. Je peux même faire pleuvoir si vous le désirez.... Je vous demande simplement de ne pas me juger trop vite, je ne vous veux aucun mal.

Qu’allait-il répondre ? Serait-il aussi compréhensif que me l’avait affirmé Rulf ? Je regardais Adélia et je lui fis comprendre que je ne savais plus quoi dire.





Dernière édition par Cheryl Daynight le Dim 1 Fév - 18:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 30 Jan - 17:30

Guerre chez les fées

Adelia continua de regarder les cartes en calculant la distance avec Rulf, plusieurs mois, elle ouvrit de gros yeux. Comment avait-elle pu atterrir aussi loin de la terre des nains ? Elle se rappelait qu'elle se battait avec des orcs. Il y avait un long silence auquel se mélangeait des voix non loin d'eux. Elle souffla doucement en fronçant les sourcils, elle avait tout expliqué à Patrick, sa visite à ses parents, l'attaque et la recherche de Sélicia. Il ne l'avait pas encore retrouvé, mais elle espérait qu'ils la retrouvent bientôt, pouvait-elle rester ici ou bien demandé à repartir ? Y arriverait-elle au moins ? En tout cas, Adelia voulait prévenir Rulf qu'elle se trouvait avec Patrick et qu'il n'avait pas à s'inquiéter. Elle redressa la tête pour faire face à Patrick, ce dernier n'avait pas répondu à ça question, mais rien que Nyota, elle savait à présent qu'elle était en terre des fées, son pays natal. Pays qu'elle n'avait jamais vu, mais c'était là que ses vrais parents avaient vécu. La forêt dans laquelle elle apparaissait était donc Nyota. Son cœur fit un triple saut périlleux et elle se sentit étrange pendant un temps. Elle sourit pour masquer cette fragilité d'esprit et écouta ce que Patrick pensait du rituel étrange qu'elle avait vu. Elle hocha tout simplement la tête et finit sa bouche. Puis elle se vida enfin la tête pour se concentrer. Adelia voyait parfaitement la scène des orcs, Rulf et Cheryl, ferma les yeux et se sentit glisser. Cette sensation de vertige lui revint tout comme elle le ressentait quand elle allait se téléporter, elle ressentit un léger vent et rouvrit les yeux. Elle était de nouveau dans la bataille et se baissa pour éviter une hache.

La bataille avait duré plusieurs jours et la fatigue se faisait bien sentir, pourtant une fête avait été donnée au nom de Sélicia. Adelia devait pourtant rejoindre Patrick en terre des fées et en avait fait part avant que Cheryl ne se propose de venir. Adelia avait été surprise, pensant que Cheryl resterait auprès de sa famille à présent réuni. Au lendemain, les voilà parties pour une nouvelle quête. Elles avaient évité les ennuis, les sorciers noirs, fait quelques demi-tours, prit un bateau et elles arrivèrent finalement en terre des fées. En pleine forêt, Adelia ne savait pas du tout où se dirigeait, les forêts étaient différentes de celle de la terre des hommes. Elles virent finalement un groupe d'hommes en homme et Adelia sortit son épée prête à y faire face, mais déjà un se détacha du groupe. Patrick la serra contre lui et la relâcha. Il se tourna un peu méfiant vers Cheryl et lui demanda qui elle était. Cette dernière l'informa de son rang et Rulf lui avait déjà parlé de lui. Adelia la détailla, il n'était pas de bon ton de parler de vouloir apprendre quelque chose en pleine guerre, enfin au moins c'était dit. Et elle avait même rajouté qu'elle pouvait aider et Adelia sourit en hochant la tête. Elle croisa les bras en fronçant les sourcils, il y avait plus important en ce moment.

« - Où en êtes vous avec cette guerre ? Le roi des fées ne veut toujours pas entendre parler d'aide ? Comment peut-on vous venir en aide ? »
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1815
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Jan - 19:39

Guerre chez les fées
Feat Adelia

L'elfe se présenta comme étant Cheryl, la femme que certaines de mes connaissances avaient aidé. Elle me parla de Rulf et sa recommandation auprès de moi. Je souriais légèrement an pensant à mon ami nain. Il était toujours à inventer des stratagèmes ... Elle me dit que j'étais l'homme de la situation, c'était bien la première fois qu'on mettais aussi vite tant de foi en mon travail. Elle continuait par sa requête dont je ne voyais comme obstacle que la fin de ce conflit. Elle m'apportait justement son aide. J'allais répondre, mais en se tournant vers Adelia, celle-ci me demandait où nous en étions avec cette guerre. Je répondais alors :

"Je vous remercie toute les deux de m'apporter votre aide. Cheryl, j'accepte de vous enseigner ce que vous me demandez. Adelia, maintenant que tu es là, et après ce conflit, nous reprendrons les leçons... Mais depuis que nous nous sommes croisés... Je ne sais pas, tu as mûri... Aller suivez moi, je vais vous montrer directement."

Je sortais de ma cabane fraîche pour cette humidité ambiante de la forêt. Les hommes de garde regardaient les étrangères avec moi et savaient qu'elles devenaient à présent de nouvelles recrues. Je leur fis un petit geste de la main pour les remercier d'être là. Je marchais dans notre camp de fortune en direction de la position ennemie pour l'avoir en vue. Je restais à l'ombre des grands arbres, au milieu de cette végétation luxuriante. Je regardais le camp des sorciers noirs, orcs et mercenaires qui s'étendait aujourd'hui sur toute la plage.

"Regardez. Nous avons pas eu beaucoup de perte, cependant leur nombre grossit de jour en jour. Avec cette chaleur les attaques ont cessé. Nous profitons de ce relatif avantage en ces termes pour tenir, mais nos troupes diminues pour diverses raisons... Rentrons."

Je reprenais le chemin vers ma cabane, un homme nous arrêta et me tendis une missive sans rien dire. J'ouvrais la lettre. Je lis et souris:

"Le chef de la petite île en face nous assurera le ravitaillement gratuitement pour l'aide qu'on lui a donné pour s'installer avec Adelia !"

Je poursuivais ma route à ma cabane et nous rasseyons. Je servais de l'eau à mes invitées et la refroidie magiquement.

"Le roi des fées ne m'a jamais reçu. J'ai été refoulé par un intermédiaire. Mais, ce que je crains, c'est qu'il ne se joue une intrigue de palais, dans le pire des moments. J'ai trouvé étrange qu'au cours de ses semaines nous ne puissions contacter aucun membre de la famille royale, et que le couple souverain soit aussi invisible... Mais je n'ai pas le temps de résoudre ce problème et dois contenir ici les vagues successives et incessantes des orcs..."

Je m'arrêtais de parler, interrompu par la sentinelle qui entrait en silence dans la cabane. J'avais instituer cette règle de ne pas crier en cas d'attaque pour que l'ennemi ne sache pas si nous étions parés. Nous l'étions chaque fois par un réseau de proximité entre mes hommes. Je hochais la tête et traduisais pour mes équipières:

"Nous sommes attaqués, préparez vous à vous battre. Et ne criez qu'en cas d'urgence..."

Je sortais expressément de la cabane épée en main et une boule d'énergie dans l'autre. J'avais oublié de dire à Cheryl que les animaux n'étaient pas nombreux, petits, et avaient fuient les zones de combats. Je lançais ma boule d'énergie sur un groupe d'orcs en approche. Ils s'orientaient très souvent sur moi, comme cible à abattre en priorité. C'étaient des éclaireurs, des premières lignes non protégés.

Arrivèrent une seconde vague, protégée magiquement des sorts de zone (boule de feu, boule d'énergie, armaggedon...). Par contre ma lame, et ma magie qui guidait mes mouvements, ne pouvait être contré par ces protections. Après plusieurs signes entendus avec mes hommes, et mes deux amies à mes côtés, nous avancions dans la forêt pour protéger notre camp et les affronter. Je fus très surpris de voir cette végétation dense noircie par les troupes ennemies. Nous étions bien inférieur en nombre, mais nous étions trois mages. J'arrêtais tout le monde dans la progression. Je pesais le pour et le contre et établis une stratégie de mage de guerre dans ma tête. Adelia n'avait pas mon niveau en arme, mais elle savait se battre. Je ne connaissais pas Cheryl, mais elle avait de la magie et semblait savoir aussi se battre. Je fis signe à mon camarde mercenaire de me rejoindre avec les deux filles.

"Nous ne reculerons pas cette fois. Les mages noirs protègent leurs troupes de sorts de zone, mais pas de nos lames. Nous allons donc attaquer, mais que nous trois dans un premier temps. Nous allons charger les sorciers noirs et les abattre. Vous allez vous poster tout autour et tirerez des flèches, attention aucun feu. Restez à couvert. Une fois les sorciers morts, chargez comme un seul homme."

Mon camarade partit avec un signe approbatif de la tête. Je demandais aux filles:

"Cheryl, Adelia, êtes vous capables de lancer un puissant bouclier autour de vous ?"


Mon plan: nous allions attaquer tout les trois ces troupes, au moins dix fois plus nombreuses. Protégés par nos boucliers, ou si elles ne le pouvaient pas en lancer, les miens, nous chargerons au centre. Il nous fallait traverser les troupes d'orcs et de mercenaires pour atteindre les sorciers noirs. les troupes seraient dans la confusion, et se serait pour moi la première occasion de me faire un de ses saletés tenaces de sorciers noirs. Pendant ce temps mes hommes tirerons leurs flèches. Si les boucliers des sorciers noirs protégeaient de certains sorts, les armes pourraient passer. Je ne pensais pas que toutes les flèches passeraient bien sûr. Et si les flèches ne les atteignaient pas, nous serons là pour faire le travail et au moins semer une belle pagaille.

Avant d'avoir la réponse à ma question je fermais les yeux et lançais un sort pour rafraîchir nos corps. Cela serait éphémère, mais nous permettrait de courir comme si nous étions en plaine au printemps. J'étais à présent prêt à charger.



Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2160

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Fév - 19:04

Guerre chez les fées


Feat Patrick et Adélia


Adélia était prête à entrer dans la bataille. Je n’avais pas tout compris quant au pourquoi de la situation mais l’idée de pulvériser des orques et des sorciers noirs me réjouissait. Patrick m’apprendrait plus tard à lire dans la tête des gens.

J’écoutais son plan et je compris rapidement qu’avec cette chaleur hors de question de compter sur mes amis les animaux. Mais c’était évident que ces gens avaient tous envie de se faire des sorciers noirs ! Patrick était gêné par les orques et les mercenaires pour les atteindre et il nous conseillait de lancer nos boucliers protecteurs. Il demanda aussi à ses troupes de se tenir à l’écart et d’intervenir en tirant des flèches après une avancée dans leurs protections. Il lança un sort pour nous rafraîchir et cela me fit un tel bien que je me ressaisis et que j’allais offrir un cadeau de bienvenue à Patrick et ses troupes mais aussi à nos chers ennemis face à nous.

Tête de mule comme je suis et sans demander l’avis de qui que ce soit je lançais un sort puissant afin de figer toutes ses saletés d’orques en face de nous mais aussi les mercenaires, je déclenchais mon bouclier de protection avant de courir et d’égorger ses sales porcs qui se trouvaient face à nous. Fort heureusement pour moi Patrick avait réagi à la vitesse de l’éclair et lancer ses troupes à l’attaque, l’approche des sorciers noirs se fit plus simplement mais là ce fut une autre histoire car ces derniers étaient de féroces combattants, sans cœur, sans peur et surtout sans état d’âme. J'étais un combattant aguerri et je n'avais pas peur mais je savais que seule je n'y arriverais pas.

Je me retournais vers Patrick et Adélia :

- Je suis désolée d’être aussi réactive mais que faisons-nous maintenant ? Voulez-vous que je déclenche une tornade ? un orage ? ou avez vous une autre idée, j’ai peur de les avoir mis en colère mais toutes nos troupes sont en pleine forme, figer les gens présente de beaux avantages et je méprise les orques. Je vais élargir mon bouclier afin de protéger plus de vos combattants.

J’étais désolée mais je ne regrettais en rien mon élan guidé par mon instinct de mépris envers les orques. Il y avait un beau champ de bataille recouvert de cadavres d’orques et de mercenaires à la solde des sorciers noirs. Par la suite chacun choisira mieux son camp.

- Adélia, peux-tu voir où sont les sorciers noirs ? Je pense que nous en sommes assez proches mais ce sont de farouches guerriers et ils doivent savoir que nous sommes là. Je peux encore figer les orques et les mercenaires qui s'approcheront mais pas eux. Peux-tu voler suffisamment pour donner leur position ? Surtout soit très prudente, nous avons besoin de toi.

Rulf m’avait conseillé d’aller doucement dans mes décisions mais c’était l’un de mes problèmes, j’étais plutôt « rentre dans le lard » dès que je voyais des orques. Ces derniers avaient contribués à l’assassinat de mon époux ainsi que les sorciers noirs et face à eux je peinais à contenir mon désir de destruction de leurs espèces. De plus ils venaient d'enlever ma belle-fille pour nous atteindre, c'était une erreur de trop. Rulf avait su me stopper, j’espère que Patrick et Adélia arriveront à me modérer et c’est pour cela que je leur demandais quoi faire, je venais de réagir que j’avais suivi mon instinct.

Patrick avait l'air très en colère mais j'attendais la réponse d'Adélia, nous avions déjà combattu ensemble et elle savait que je ne flanchais pas. C'était une fée, elle devait savoir voler et avoir plein de pouvoirs vu que dans la bataille pour rechercher Sélicia je la voyais disparaître.






Dernière édition par Cheryl Daynight le Mar 10 Fév - 14:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 5 Fév - 19:38

Guerre chez les fées

Depuis qu'Adelia était venue en aide aux villageois et avoir retrouvé la belle-fille de Cheryl, Adelia avait une vie bien remplie. Avant elle ne faisait que voyager seule et à présent elle venait en aide. Elle aurait pu passer outre de venir en aie à son pays d'origine. Elle n'y avait jamais mis les pieds et pourtant elle était là, qui plus est, elle avait cette sensation d'être déjà venue en téléportation. Elle jeta un coup d'œil autour d'elle et croisa les bras en se pinçant les lèvres. Qui aurait cru qu'un jour elle viendrait dans cette partie du monde et qu'elle serait une fée. Elle avait longtemps songé être un mage, naître avec des dons, était mal vu dans son village. Elle secoua un peu la tête et écouta enfin Patrick les remercier d'être là pour lui venir en aide, mais il ne répondait pas encore à sa question, elle voulait surtout savoir où ils en étaient avec cette guerre et si un jour elle prendra fin. Patrick lui promettait ensuite qu'il l'aiderait avec ses dons ou du moins, reprendre les leçons. Elle hocha la tête avant de le suivre avec Cheryl jusqu'à la plage, de là, elles voyaient le regroupement de sorciers noirs, orcs et mercenaires qui s'étendait à perte de vue. Patrick expliqua par la suite que plus ça allait plus il y en avait, et c'était vrai, il faisait bizarrement chaud, les sorciers noirs pouvaient créer un orage, de la pluie ou des nuages gris pour pouvoir attaquer plus longtemps. Adelia leva la tête vers le ciel bleu en fronçant les sourcils, puis ils retournèrent au camp. Sur le chemin de la cabane de Patrick, ils se firent arrêter et Patrick reçut une missive qu'il lut des yeux. Adelia le détailla avant qu'il ne leur dise de quoi il en retournait puis ils continuèrent jusqu'à la cabane sous cette chaleur étouffante étrange. Patrick les informa que le roi des fées ne voulaient rien entendre et ne l'avait apparemment jamais reçu, quel était ce roi qui ne voulait pas aider les siens ? Adelia fixait le sol en fronçant les sourcils, un roi invisible, des orcs, des sorciers obstinaient à vouloir les terres des fées, qu'est-ce qu'il y avait à récupérer en ces terres ? Adelia plissa les yeux et releva la tête, les bras croiser. En tout cas, elle n'était pas venu pour attendre que ce la se passe, elle était là pour les faire quitter ce lieu au plus vite. Quelqu'un venait de rentrer dans la cabane, Patrick annonçait alors qu'ils étaient attaqués. Il ne fallait pas répéter deux fois cela à Adelia, elle sortit son épée et se vida l'esprit prête à attaquer avec ses pouvoirs. Elle en avait pris l'habitude de s'en servir et en avait prit goût. Elle serra les dents et quitta la cabane à la suite de Patrick. Un groupe d'orcs se trouvait déjà là, Adelia allait leur lancé un effet de tempête, qu'elle avait découvert depuis peu, mais déjà Patrick avait réagi avant elle. Elle se démena alors avec son épée comme jamais, et c'était vrai, des quêtes comme celle-ci, la faisait grandir. Ils avançaient s'en craindre de perdre la vie, à travers la forêt noircie par les orcs manipulés. Adelia remarqua alors encore cette étrange amulette autour de leur cou, à quoi pouvait bien leur servir cette amulette ? Diriger plus facilement les orcs et cette dernière leur murmurait des choses que eux seul entendaient ? Que pouvait bien dire ces murmures pour avoir autant d'impact sur ce qui se passe ? Adelia n'en savait rien et ne comptait pas se poser la question pour le moment, il était l'heure de se battre et de repousser l'ennemi assez loin. Patrick arrêta Cheryl qui s'était lancé trop rapidement, Adelia était pareil, toujours à foncé la première sans prendre en compte le danger. Il fit alors le point un instant sur la situation et Adelia ne quittait pas des yeux la progression de l'armée adverse. Ce que Patrick proposait était plus facile à dire qu'à faire, Adelia ne maîtrisait pas encore parfaitement le bouclier de protection et grimaça. Adelia n'avait pas tellement l'habitude d'établir des plans, à la base elle fonçait s'en réfléchir dans le tas. Patrick avait plus d'expérience dans ce domaine et elle le laissait mener la danse. Elle se tourna vers Cheryl qui proposait plusieurs choses à la fois et Adelia fronça les sourcils.

« - Je suis désolé, je ne maîtrise pas tous mes pouvoirs, je ne te l'ai pas dit mais j'ai découvert que j'étais une fée que depuis quelques mois.. je ne sais pas voler et j'ai le vertige... Je sais me téléporter mais quand je suis en colère et je ne sais jamais où j'atterris vraiment ! Je ne maîtrise pas non plus le bouclier de protection ! J'ai bien peur que, pour ce coup là, je ne sois pas d'une grande utilité ! Je suis plus apte avec une épée et le lancé de dague, je n'ai pas eu la chance d'être élevé dans ce pays ! »

Adelia serra son épée et plissa les yeux prête encore à foncer dans la mêlée dans les minutes à venir.  Elle voyait l'avancé de Cheryl à faire un parfait bouclier et pouvoir en finir avec tout cela.
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1815
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Fév - 16:39

Guerre chez les fées
Feat Adelia et Cheryl

A quoi peut-il bien servir d'établir des plans quand on travaille avec des ânes ? Je sentais que Cheryl ne m'écoutait que d'une oreille, mais je la pensais plus réservé pour une elfe...

Dès que nous avions eu les orcs en vue elle n'a pas tenu compte de mon plan et lançait un sort pour les figer. Elle alla en taillé certain en pièce. Je soupirais de mécontentement. Adelia n'avait fait que répondre à la question de Cheryl et la mienne sans s'engager dans le combat à la suite de l'elfe enragée. Je lançais mes hommes à sa suite, autant profiter de cette situation pour tuer les premières lignes. Une fois ces orcs morts je sentais la force magique des sorciers noirs. Il me semblait qu'ils étaient quatre, mais j'avais d'autres choses à faire: contenir une mage ! Si c'était une enfant je lui aurait bien mis une fessée. Les troupes sur la plage s'agitaient et se préparaient au combat.

Je fis signe à mes hommes de se retirer au camp. Je voyais les armées se mettre en route sur les plages, ce qui n'était pas bon du tout. L'erreur de Cheryl les avaient engagé dans le combat. L'atmosphère était sur le point de changer. Je me rapprochais de mon bras droit et lui dit de plier le camp et fuir.. Je lui demandais de s'installer sur notre camp de repli plus dans les terres. Il fonça en hochant de la tête Je criais à Cheryl de revenir prêt de moi, Adelia n'était pas loin. Une fois tout les trois, je passais un savon à Cheryl:

"Je vous préviens: j'en ai rien à foutre de votre aversion envers ces créatures ! Mais que vous vouliez vous faire tuer ne regardes que vous ! Les hommes qui se battent ici sont là pour défendre des valeurs qui nous tiennent à cœur, pas pour bouffer de l'orcs !  Ne remettez pas en danger d'autres personnes que vous, et d'autant moins sans m'en parler, sinon à l'avenir vous aurez à faire à moi ! Est-ce clair ?"

J'étais énervé et l'incendiais. Je pense que le message est passé. Nous n'avions pas plus le temps pour nous appesantir là-dessus. Je dus réfléchir à toute vitesse pour un nouveau plan. Je réfléchis tout haut:

"Il faut que mes hommes puissent se retirer, l'armée noire est maintenant en marche avec vos bêtises et nous sommes largement en sous-effectif... Mes hommes pourront se battre en forêt et trouver des ruses ppour se défendre... Il nous faut faire diversion ! "


Je regardais en direction de la plage, les mages noirs nous avaient tournés le dos pour organiser leur troupes. Nous avions quelques précieuses minutes de répit. Je gardais mon épée en main et établis un plan.

"Alors cette fois écoutez moi attentivement et tenez vous à ce que je dis. Nous allons attaquer des points stratégiques pour ralentir leur avancée... Hum... Mieux, nous allons ouvrir un faux front. Regardez, les navires sont peu surveillés, leur tentes d'armes non plus. Alors voilà ce que je vous propose: vous, Cheryl, convoquez une tempête sur la mer et quelques éclairs pour me mettre ses navires par le fond. Toi, Adelia, tu vas me mettre le feu à ses tentes d'armement. Je vous ouvres le chemin en tuant les orcs sur notre chemin. Ensuite, je vous couvrirais sous le feu des sorciers. Aller !"

Je partais en courant sur notre droite et empruntais un petit sentier. Je contournais un peu la position ennemie pour nous rendre sur le côté.J'avançais en me baissant et lançais un sort pour qu'un effet lumineux nous accompagne, ainsi nos ennemis voyaient des rayons de soleil et nous étions floue. Je sortais le premier de cette végétation tropicale et mettais un pied dans le sable de la plage. Nous vîmes alors le nombre impressionnant d'orcs s'engager dans la forêt. Sans perdre de temps nous courions en direction des tentes et des navires. Nous fûmes repérés à une centaine de mètres. Je ne pensais pas que nous puissions nous rendre si près.  

Un sorcier noir se dirigeait vers nous et mis fin à mon sort d'effet lumineux. Je lançais aux deux femmes qui m'accompagnaient:

"Faîtes ce que vous avez à faire !"

L'arrogance du mage noir le fit s'avancer seul. Il sortit deux sabres par magie et s'avançait avec un sourire sadique sur les lèvres. Je me concentrais pour le combat. Il lança un bouclier, je lançais le mien. C'est lui qui attaquait le premier. Les coups fusaient, mais n'étaient pas incisifs. Je parais chacun d'eux facilement. J'écoutais les premières boules de feu d'Adelia et sentais le temps de la mer changer. Le mage en fut surprit. C'est là qu'il fit l'erreur de vouloir appeler à l'aide. Je lus cette idée dans ses pensées. Il avait baissé sa garde en magie, et au corps à corps. Avant qu'il ne puisse prévenir qui que se soit je lui tapais derrière le genou avec mon talon, tournais dans son dos et lançais l'élan de ma lame pour le décapiter. Sa magie s'éteignit, mais l'éclat du dernier sort qu'il laça avant de mourir attira un détachement d'orcs vers Adelia.  

Cheryl faisait un carton en coulant les navires de la flotte, Adelia brûlait les tentes d'armement avec précision. Elle allait être dérangé par ses orcs, mais comme peu de choses m'échappais je courais dans leur direction et lançais une boule d'énergie qui les pulvérisais sur place. Nous attirions de plus en plus de monde, il était temps de partir. Je prévenais Cheryl d'une voix forte et demandais à Adelia de se concentrer pour nous téléporter. Elle me dit ne pas pouvoir le faire...

Je me calmais et fis disparaître mon épée. Je lui demandais de me faire confiance. Je posais une main sur sa tête et m'exerçais à quelque chose qu'il me fallait mieux maîtriser: la magie de l'esprit. Je fis venir à elle la magie de téléportation qu'elle avait en elle. Je la sentais venir très vite. Cheryl arriva et je lui pris la main sans qu'elle ne comprenne pourquoi. J'envoyais l'image mentale de notre second camp à Adelia. Elle nous y téléporta. Je soupirais de soulagement en voyant arriver mes premiers hommes.

"Organisons nos défenses et tendons vite des pièges !"




Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2160

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Fév - 15:23

Guerre chez les fées


Feat Patrick et Adélia


Adélia ne savait pas voler ?  Elle se téléportait comme mon père ! Quelle chance elle avait d’avoir ce pouvoir ! C’est grâce à ce dernier que mon père m’avait retrouvé et m’avait ramenée à la maison après mon aventure sanguinaire. Cependant elle ne le maîtrisait pas, quel dommage ! Pourtant la puissance de sa magie nous avait beaucoup aidé pour sauver Sélicia, cette jeune fille était remarquable et elle avait encore tant à apprendre. Du coup, elle ne m’avait pas suivi dans mon élan destructeur et heureusement j’aurais pu la faire tuer.

Patrick, lui, était venu mais avait vite repoussé ses troupes lorsqu’il vit les sorciers noirs. Il me passa un savon en plein champ de bataille et m’ouvrit les yeux sur ce que j’avais déclenché lorsque je vis les troupes qu’il y avait derrière les sorciers noirs, jamais je n’aurai pu imaginer qu’ils soient aussi nombreux en ces lieux. Heureusement Patrick était un homme raisonnable. Qui sait peut-être pourra t-il m’aider à me dominer. Il y avait quelque chose de pas normal, le roi des fées n’aurait jamais toléré cela.

J’écoutais les ordres de Patrick et partit en direction de la mer, un peu contrariée mais il fallait se rendre à l’évidence, ses monstres pouvaient gagner du terrain. Patrick combattait un sorcier noir, Adélia lançait ses boules de feu sur les tentes ennemies, cela elle le maîtrisait parfaitement bien, tous ses coups faisaient mouche !  A moi de prouver ce dont j’étais capable.

Je levais les bras vers le ciel et de violents éclairs apparurent suivis de coups de tonnerre, je fis tourner mes mains et de grosses vagues se formèrent, elles devinrent énormes et engloutir les navires.

Soudain j’écoutais Patrick m’appeler et je courus dans leur direction. Il avait une main sur la tête d’Adélia, celle-ci semblait en transe. Il me prit la main et je ne sais comment je me retrouvais dans un camp que je ne connaissais pas. Je leur devais des explications.

- Je suis désolée d’avoir agi sans réfléchir mais ces monstres ont tué mon époux, il y a 5 ans. Je pensais avoir maîtrisé la haine que j’éprouve envers eux mais je dois me rendre à l’évidence, ce n’est pas le cas. Cependant une chose m’intrigue. Je connais le roi des fées personnellement et il n’agirait jamais ainsi à moins d’y être forcé. Avez-vous réussi à lui parler ? Si vous voulez je peux aller le voir. A moins que depuis ces dix dernières années, le roi ne soit plus le même. Celui que je côtoyais était un roi qui se serait sacrifié pour son pays et il n’aurait jamais toléré que des sorciers noirs s’emparent de son territoire. De plus l’armée lui était fidèle et loyale, que se passe t-il ici ?

Je regardais Patrick et j’attendais d’en savoir plus. Je me retournais vers Adélia :

- Je pense qu’une chose dramatique s’était produite, les fées étaient mes amis et nous faisions souvent affaire. C’étaient des êtres pacifiques mais de redoutables guerriers, ils n’auraient pu se laisser envahir de la sorte. Tu découvres ton pays dans de drôles de conditions. Mike est à moitié fée, tu le connais, ce n’est pas un lâche. Et Ben aussi a du sang fée qui coule dans ses veines. Ce n’est pas dans leur caractère. Toi non plus tu n’es pas comme cela. Je ne comprends plus mais je peux vous dire que je mettrais toute ma force et toute ma magie à ce que tout rentre dans l’ordre. Nous devons nous emparer de ce pays afin de savoir ce qui se passe vraiment.Une information qui peut vous être utile : je peux me rendre invisible durant 24 heures.






Dernière édition par Cheryl Daynight le Sam 21 Fév - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 12 Fév - 12:09

Guerre chez les fées

Adelia ne savait pas voler, elle avait dévoilé le fait qu'elle avait le vertige. Elle roula des yeux, ce petit problème personne n'était censé le savoir. Elle était déjà monté dans un arbre mais n'avait pas dit à son père qu'elle avait le vertige quand elle avait fini par redescendre. Gardant cette peur pour elle. Il y avait bien plus pire dans le monde que ce genre de peur. Elle savait se battre à l'épée et avait fait en sorte de ne pas utiliser ses pouvoirs pendant des années, à présent, elle en maîtrisait certains et elle avait appris qu'elle en aurait d'autre. Voler ne serait pas une mince affaire, quel genre de pouvoir lui était réservé ? Elle ne voulait pas y penser maintenant, préférant se concentrer sur ce qui était en train de se tramer devant eux. Elle serra encore un peu plus son épée en essayant de ne pas se précipiter dans la bataille sans avoir un plan de bataille. Mais Adelia préférait, pour une fois de sa vie, écouter ses aînés. Ces derniers avaient plus d'expérience qu'elle vis-à-vis de sauver des villageois, sauver une jeune femme en détresse, elle qui chasser le dragon ou autre créature semblable. Elle retint un soupir en laissant planer un silence, regardant Patrick lancer un ordre à ses hommes pour profiter de l'occasion qu'avait créé Cheryl. Les orcs fut tué assez rapidement et Adelia ressentit une sensation étrange dans son corps. Elle fronçant les sourcils et entendit Patrick ordonner à ses troupes de retourner au camp. Adelia observait les troupes ennemis se préparer à rentrer en guerre, Cheryl les avait vraiment énervé et à agir plus rapidement. Adelia fit tourner son épée en souriant, mais ils n'étaient pas beaucoup pour en arriver à leur fin. Cela pouvait encore prendre plusieurs jours pour les repousser, si le roi des fées ne faisaient rien, il verrait son peuple mourir et il allait perdre. De quoi avait-il peur ? Et la question qu'Adelia se poser : Que désirait les sorciers noirs sur ces terres ? Elle se tourna vers Patrick qui lança de nouveau un autre ordre à un soldat, ce dernier hocha la tête. Il devait se replier et rejoindre un autre camp. Ainsi, Patrick rappela Cheryl et commença à lui passer un savon à cette dernière, une chance que cela ne soit pas arrivé à Adelia, elle l'aurait mal pris. Elle avait mis en danger tous les hommes qui voulaient repousser l'ennemi et les voilà qu'ils étaient tous obligé de reculer ; pas de prendre la fuite, mais de se retirer assez loin des troupes ennemis. Cheryl était comme Adelia, une fonceuse, pas envie d'attendre ou de suivre un autre trop long à arriver, il fallait agir. Mais voilà, à être trop têtu, on attire la foudre d'un mage et la colère des troupes ennemis. Adelia serra les dents, elle en voulait pas à Cheryl qui voulait certainement bien faire. Adelia voyait que Patrick chercher au plus vite une solution pour les sortir de là sans plus de perte d'hommes. Il engagea un stratagème pour que les hommes aient au moins le temps de plier le campement et de fuir plus loin. Adelia hocha la tête sur plusieurs critères, mettre le  feu à un campement ennemi était de son niveau, il lui faudrait beaucoup de concentration mais elle sait qu'elle y arriverait. Il fallait faire vite, elle suivait Patrick en se vidant l'esprit, le mage sortit en premier de la végétation, et virent les orcs accourir dans la forêt. Adelia suivait toujours le mouvement en direction des navires et un sorcier noir les avait alors repéré et lancé un sort. Patrick leur cria par la suite de faire ce qu'il avait dit. Adelia s'arrêta net et observa assez rapidement l'endroit où elle se trouvait. Elle regardait ses mains devenir rouge puis prendre feu, la première fois qu'elle avait vu cela, elle avait failli tuer son jeune frère, mais depuis, elle savait tout maîtriser. Elle lança la première boule de feu et en tira une seconde sur les tentes ennemis. Elle sentit alors le changement de temps, la mer s'agiter, le vent se lever et savait par avance que cela venait de Cheryl. Elle souffla, se vida un peu plus l'esprit pour ne penser qu'à ce qu'elle devait faire : Lancer des boule d'énergie. Adelia sentait que quelque chose n'allait pas non loin d'elle mais n'eut pas le temps de réagir ; les orcs étaient déjà pulvérisé. Patrick lui demanda alors si elle pouvait les téléporter, elle s'y refusa catégorique, avec son don, elle allait surtout les faire apparaître dans le camp ennemi ou plus précisément, dans une des tentes des sorciers noirs. Elle grimaça à l'idée de faire ce genre de chose. Mais déjà Patrick posait une main sur sa tête. Elle se vide l'esprit, vit l'emplacement exact de l'autre campement. Tout comme la dernière fois, Adelia sentit une pression, le flou total et enfin le vide avant l'atterrissage. Elle ouvrit les paupières et fut soulager de voir des hommes et pas des orcs. Il était temps de mettre en place plusieurs stratège pour venir à bout de ces ennemis. Adelia avait bien remarqué que Cheryl avait été surprise d'entendre qu'elle ne savait pas voler, ce n'était certainement pas un don donné à tout le monde ou alors il fallait un certain âge pour l'avoir. Adelia n'avait que 25 ans. Une fois dans le camp et au calme, Cheryl s'excusa sur plusieurs points rencontré dans la bataille qui avait failli coûter la vie à plusieurs hommes si Patrick n'était pas intervenu. Cheryl avait posé différentes questions à Patrick avant de se tourner vers Adelia. C'était vrai, elle découvrait son pays dans d'étrange situation et pour ce qui est de la lâcheté, Adelia n'en savait rien. Elle-même n'était pas une lâche. Cheryl expliqua qu'il fallait reprendre le pays et faire réagir le peuple des fées.

« - Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi les sorciers noirs s'attaquent à ces terres et que personnes ne réagis ! Une pierre de vie se trouve-t-elle sur ces terres pour que tout un attroupement de force ennemi se trouve ici ? Ou alors autre chose, je n'explique pas le comportement de ce roi que je connais pas, comme le dit Cheryl, il est peut-être retenu prisonnier et quelqu'un le manipule ! »

Le camp était en mouvement, personne ne restait à rien faire, il fallait faire vite pour construire des pièges autour du camp et repousser encore l'ennemi qui ne faisait qu'avancer.
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1815
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Fév - 15:51

Guerre chez les fées
Feat Adelia et Cheryl

Mes hommes étaient déjà sur place à opérer comme nous l'avions convenu avant que les combats soient si longs. Le coup que l'on venait de porter aux troupes ennemis allait tourner le rapport de force à notre avantage à présent.

Alors que Cheryl s'excusait et s'expliquait je dirigeais mes pas en dehors du camp même et regardais le terrain pour y établir des pièges. J'écoutais d'une oreille les remarques de Cheryl à propos du courage des fées et leurs attachement à leur terres que je ne connaissais pas. Je ne connaissais pas non plus ce roi et n'avais pas pu le voir. Moi aussi j'avais beaucoup de questions en tête, mais je m'efforçais de sauver ce peuple qui ne m'avait encore rien donné en retour, à part un peu de vivres...

Je me mis à creuser des pièges magiquement à des endroits stratégiques. Je demandais à Cheryl de faire pousser quelques pantes pour brouiller le chemin et densifier le passage. Adelia et moi installions ensuite des ficelles qui déclenchaient des flèches si on les coupait. Une fois nos pièges installaient nous nous retirions en écoutant des ennemis approcher doucement. Nous nous tenions prêt au cas où l'un d'entre eux passerait, il n'en fut rien. Nos pièges furent actionnés, ou ils tombèrent dedans. Bref, tout ce que nous venions vite de faire poussa les sorciers noirs, stratèges, à retirer leurs troupes de ce guêpier.

Je soupirais et souriais. Je rangeais mon arme et allais dire à mon bras droit de tenir ses pièges en fonction et tenir la position, ce qui en soit était un jeu d'enfant à côté de ce que nous venions de vivre. Je lui promis de trouver un soutien fort et retournais vers mes amies. J'avais beaucoup réfléchi dans le même temps à ce qu'elles m'avaient dit et la nécessité de retourner à la capitale des fées. Je les prenais à part et leur exposais mes pensées:

"La situation tourne enfin en notre faveur. Nous avons porté un coup à leur avancée. Profitons de ce temps pour comprendre la situation à Nyota et voir ce roi. Adelia..."

Elle comprit que je voulais qu'elle nous y téléporte. Elle soupira, mais acceptait. Je lui prit la main cette fois et opérais différemment. J'entrais dans son esprit pour lui montrer les lieux et nous fûmes sur la grande place une seconde après. Adelia avait lancé son sort toute seule.

Les rues étaient étrangement calme, peu de monde circulait et les boutiques étaient fermée pour la plupart. Cheryl pensait que quelque chose clochait, Adelia n'affichait pas mieux sur son visage. Alors que je regardais le paysage urbain désolé je vis une flèche arriver sur nous. Je leur dis de se baisser. Je vis un mage à l'autre bout de la place former une boule de feu.

"Il est pour moi !"

Je n'aimais pas du tout ce genre d'entrée en matière. Je détestais qu'on puisse s'en prendre à moi aussi lâchement et sournoisement. Je détestais davantage encore lorsqu'on s'en prenait à des personnes avec moi. J'étais remonté et formais dans ma tête un sort d'esprit anesthésiant, autant commencer un jour à développer ce genre de magie... L'homme tomba d'un coup, comme s'il avait été frappé derrière la tête, ma magie avait fonctionné ! Nous nous dirigions vers cet homme et constations qu'il dormait. Je me relevais et dis:

"Nous allons devoir être discret... Essayons de savoir ce qui se passe ici..."

Je chargeais l'homme sur l'épaule et nous cherchions un endroit tranquille. Comme Cheryl connaissait la ville, elle nous trouva une petite maison en piteux état pour nous cacher. Nous nous restions cependant pas longtemps ici, des hommes en armes arrivaient. Cheryl nous précisa qu'ils n'étaient pas de la garde royale, ce n'était pas leur uniforme ni arme... Nous quittions les lieux mais je voulais les garder en vue. Nous les suivions ensuite de loin. Je n'aimais pas du tout ça. Ils rigolaient entre eux et se moquaient de celui qui nous avait entendu en pensant qu'il radotait. Ils nous conduisirent à une sorte de temple devant lequel se tenait d'autres hommes avec les mêmes apparats. Nous écoutions un homme râler, Cheryl frissonna. Je lui demandais alors en chuchotant:

"Qu'avez-vous ? Vous connaissez cette voix n'est-ce pas ? "

Je prenais peu à peu conscience de ce qui se passait... Un groupe armé avait prit le pouvoir et taisait le pouvoir du roi des fées... Peut-être était-ce un putsch... Je ne savais pas comment nous y prendre. Je voulais réfléchir, mais l'homme que j'avais endormait ronflait, alors je l'éloignais de notre poste d'observation. Je tentais de me rappeler comment effacer des souvenirs... Je revenais quelques minutes après mon succès. L'homme se souviendrait seulement s'être endormi. Je me souvenais alors que Cheryl pouvait se rendre invisible.

"Pourriez-vous entrer et en apprendre plus, pendant qu'Adelia et moi allons scruter les alentours ? On se retrouve ici dans 2 h ?"






Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2160

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Fév - 16:16

Guerre chez les fées


Feat Patrick et Adélia


Après plusieurs heures de combat, d’installation de pièges et diverses stratégies appliquées par Patrick, nous avons réussi à contenir nos ennemis. J’espérais profiter de ce répit afin de m’allonger un moment mais Patrick, lui, comprit qu’il fallait en profiter pour essayer d’en savoir plus et de faire une excursion dans le village. Adélia se chargea du « transport ». A peine arrivés, nous étions déjà attaqués mais Patrick fut très rapide pour répliquer et cette fois il ne m’accuserait pas d’avoir été trop vive.

Il chargea son colis sur l’épaule et je les emmenais dans une vieille maison abandonnée. L’accalmie fut de courte durée, des hommes en armes s’approchaient de nous et l’un d’eux dit avoir écouté du bruit. Nous décidâmes de vite quitter les lieux et nous nous cachions. Le groupe s’éloigna et Patrick décida de les suivre. Ils nous conduisirent jusqu’à un temple. A l’intérieur un homme râlait, on aurait dit qu’il avait été frappé. Je tendis l’oreille et je blêmis. Cette voix était celle de mon ami le roi. Il fallait que j’en sache plus. Patrick me donna le feu vert et Adélia et lui me virent disparaître sous leurs yeux.

Je m’approchais délicatement des gardes et me frôler un chemin vers l’intérieur lorsqu’un sorcier noir fit son apparition et ordonne de refermer la cellule. Il ordonna à un petit groupe de rester en faction à l’extérieur et dit qu’il reviendrait plus tard. J’en profitais pour me faufiler auprès de mon ami. La question d’Adélia me turlupinait « que désiraient les sorciers noirs » ?

Je prenais le corps affaibli de mon ami dans mes bras, sur le coup, ne voyant personne, il eut très peur. Je me montrais en chair et en os et lui dit de ne pas faire de bruit.

- Mon ami, mais que se passe t-il ici ? Pourquoi êtes-vous dans cet état ? Vous allez tout m’expliquer et surtout nous allons parler doucement afin que ces monstres ne nous écoutent pas. Restez dans mes bras, je vais soulager votre douleur mais je suis désolée, je vais devoir laisser vos plaies et vos bleus. Mais vous n’aurez plus mal !
-
Le pauvre était massacré, il avait des bleus et des plaies sur le visage, les bras, le torse et les jambes. Il lui avait même coupé un bout d’une oreille. Il m’expliqua tout ce qui se passait et me donna le feu vert pour intervenir avec une armée même si elle n’était faite que de mercenaires. Je lui promis de revenir le voir mais déjà nous écoutions son bourreau revenir. Il me remercia de l’avoir soulagé intérieurement et moralement et pour le préserver encore un peu plus je le plongeais dans un profond sommeil. Je me sauvais vite afin de rejoindre mes amis.

- J’ai beaucoup d’informations pour vous. Comme je le pensais, mon ami n’a pas abandonné les siens. Il est prisonnier, ils l’ont torturé, frappé, mutilé mais il ne leur a rien révélé. Les sorciers noirs envisagent d’envahir notre planète et pour cela ils ont besoin de beaucoup d’or. Ils ont obtenu celui des orques, en leur promettant monts et merveilles mais le roi a refusé de révéler où se trouve le trésor des fées. Ils ont emmené sa famille et il ignore où. C’est pour cela qu’ils ont pris le pouvoir et que personne n’ose sortir de chez eux. Ceux qui se sont opposés aux sorciers noirs sont morts ou prisonniers. Je lui ai expliqué que nous avions une armée de mercenaires et de braves gens prêts à reconquérir le pays et mon brave ami nous donne le feu vert pour attaquer. Il m’a promis que si son peuple s’en sort nous serions bien récompensé. Maintenant Patrick, je pense que la magie doit se manifester et que nous devons rallier les troupes des fées aux nôtres. Ils sont cachés dans la forêt et je sais exactement où car ils s’étaient confiés à leur souverain. Je suis soulagée de ne pas m’être trompée sur le caractère de mes amis les fées, ils ne pouvaient pas avoir changé à ce point.

De tout mon cœur, j’espérais que Patrick accepterait l’aide des fées et commencerait par sauver la famille du roi. Si ce dernier les savait en sécurité, sa puissante magie nous serait utile, mais il n’osait rien faire de peur de blesser les siens. Il faut dire que le roi pouvait déclencher une armée d’arbres, ce qui n’était pas négligeable dans cet environnement.





Dernière édition par Cheryl Daynight le Mar 3 Mar - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 25 Fév - 17:14

Guerre chez les fées

Adelia était consciente du danger qu'elle encourait dès le départ. Déjà, dans cette auberge où un sorcier noir la voulait pour ses pouvoirs. Allait-elle choisir le bien ou le mal ? Et la voilà dans le camp du bien, elle qui partait à l'aventure pour se chercher, savoir qui elle était pour comprendre pourquoi elle avait des dons et pas sa famille, la voilà entrain d'aider son prochain. Elle n'allait pas croisé les bras à ne rien faire, pendant que des personnes voulaient la conquête du monde prendre le pouvoir de toutes les terres. Elle souffla en fronçant les sourcils, elle savait qu'ils allaient bientôt voir la fin de tout cela. Adelia ne connaissait rien aux fées, ni leur loi, ni c'est qu'elle pouvait faire en temps de guerre, elle l’apprenait tout simplement de la bouche de Cheryl. Elle ne savait rien de son pays d'origine, qui aurait cru qu'elle serait une fée, elle qui était doté de pouvoirs depuis sa naissance.et vivait avec des forgerons. Elle eut un instant une pensée pour sa famille comme toujours quand elle était loin et aida Patrick à établir quelques pièges autour du camp. Des bruits au loin, comme des pas lourds d'une approche de horde, arrivait vers eux. Adelia sortit son épée et attendit les ordres ou du moins, un ennemi qui n'arrivait pas. Elle fit comme Patrick, rangea son épée en suivant ce dernier du regard. Il finit par revenir vers Cheryl et elle, et adelia comprit à la fin de sa phrase qu'il voulait qu'elle les téléportes. Il en était hors de question, elle commençait à être fatigué, épuisé à force d'utiliser ses pouvoirs. Elle soupira et se vida l'esprit avant d'accepté à contre cœur et en grimaçant. Ils atterrirent alors dans la capitale des fées et furent accueilli par une flèche au bout de quelque temps. Adelia essaya de former une boule d'énergie et eut la tête qui tourne pendant quelques secondes avant de sortir son épée. Elle resta un instant en retrait pendant que Patrick réglait ses comptes avec un sorcier noir. 

Ils suivirent par la suite un groupe qui les conduisait vers un temple où se tenait d'autre homme et où des plaintes se faisaient entendre. Adelia fronça les sourcils, quelqu'un était retenu dans ce temple mais pour quelle raison ? Elle avait envie d'y aller, juste de jeter un coup d’œil, de se jeter dans la gueule du loup, mais ce fut Cheryl qui fut désigné pour cette tâche. Adelia avait déjà oublié qu'elle pouvait se rendre invisible et dans le même temps jouer les espionnes. Adelia écarquilla les yeux en voyant Cheryl disparaître et trouva se pouvoir bien pratique. Comme convenue, elle suivait Patrick dans la ville de Nyota, longeant les murs avant d'entendre des bruissements d'ailes. Adelia leva la tête et vit l'ombre d'un énorme oiseau avant de s'apercevoir que c'était un dragon. Les sorciers noirs n'étaient pas venu seuls. Elle frissonna, elle s'était déjà battu contre un dragon une fois et un hippogriffe. Elle reprit son attention sur leur avancement, le dragon ne semblait pas vouloir attaquer le village pour le moment, restant en haute altitude. Adelia le guettait pour ne pas avoir de mauvaise surprise, mais ils essayaient de ne pas se faire voir. Ce dragon faisait surement des ronde pour le compte des sorciers. Elle souffla et suivait toujours Patrick à travers la ville de Nyota et rencontrèrent quelques sorciers noirs, ils firent demi-tour sans se faire voir par ces derniers, pour remonter plus vers le nord. De là, il n'y avait personne, Adelia voyait le dragon descendre en flèche vers la sortie de la ville et en fit part à Patrick avant de retourner vers le centre de la ville où ils virent Cheryl. Cette dernière avait pu avoir beaucoup d'information sur ce qui se passait dans les terres des fées. Ainsi ils n'étaient pas là en vint, les sorciers noirs désiraient prendre l'or des fées, Adelia avait aussi entendu parlé de poudre de fée qui donné plus de force, mais cela pouvait-être qu'une légende après tout. Elle fronça les sourcils en écoutant le récit de Cheryl, il y avait donc des prisonniers et des personnes y avaient trouvés la mort. Adelia aurait préféré découvrir son pays dans d'autre circonstance, pour voir la joie que pouvait montrer ce lieu. Cheryl précisa que les fées se terraient dans la forêt avoisinante, alors pourquoi ne se sont-ils pas montré quand la guerre à éclatée ? Quelque chose vola juste au dessus d'eux et atterri un peu plus loin, en se retournant, ils virent des sorciers noirs lancer de nouveau des boules de feu sur eux.

@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1815
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Mar - 13:57

Guerre chez les fées
Feat Adelia et Cheryl

Adelia et moi étions partis inspecter les environs après que Cheryl ait disparu sous nos yeux et partait pour son enquête. Je commençais par me réengager vers le centre où nous ne vîmes personne dehors. Les fées étaient toutes enfermées et laissaient leur capitale désolée. Nous nous dirigions ensuite vers le nord. En longeant les murs j'analysais notre environnement épée en main et Adelia sur mes talons. Je sentais la présence de familles derrière les murs, des gens qui avaient peur. Dans les rues plus loin, que j'évitais consciemment je sentais la présence de sorciers et de mercenaires assez nombreux qui sillonnaient la ville sans relâche. Je m'arrêtais en sentant un puissance surnaturelle qui ne m'était malheureusement pas étrangère: un dragon patrouillait dans les airs. Ce dernier ne semblait pas nous avoir aperçu. Je me demandais tout de même pourquoi les sorciers noirs ne nous avaient pas senti et me demandais si je pouvais m'enorgueillir de mon bouclier ...

Nous retournions à la place centrale après avoir inspecté les lieux au Nord, tout aussi désert que le reste de la capitale. Nous retrouvions Cheryl qui avait avancé et bien mené son enquête. Elle nous racontais que les sorciers noirs voulaient l'or, et surement le pouvoir des fées, afin de lever des armées plus grandes et conquérir le monde. Il fallait libérer cet homme pour nous adjoindre ses pouvoirs impressionnants, et rallier les siens dans le même temps. Comme Cheryl savait exactement où les trouver j'allais l'envoyer les chercher et lui donner l'ordre de finir nos ennemis dans la forêt, plus nombreux qu'ici. Mais voilà, comme rien n'est simple, nous étions déjà attaqué de nouveau par les sorciers noirs. Je me retournais et résorbais la boule de feu qui venait sur nous. Ils étaient quatre, et semblerait-il nous attendaient de pieds fermes. Le dragon se posa derrière eux en soutien. Pour moi il était temps de leur porter un coup de grâce. Je dévoilais mes plans à mes coéquipières:

"Il est temps de leur porter le coup de grâce: je me charge d'eux ici. en évitant le joug des sorciers je vais éliminer des mercenaires et les tuer par épuisement. Pendant ce temps, rejoignais les soldats fées et joignaient leur force..."

J'évitais une boule de feu et nous envoyions chacun un sort contre eux. Je continuais:

"... Vous allez leur porter un premier coup de grâce en forêt, repoussez-les jusqu'à ce qu'ils reprennent tous la mer la queue entre les jambes. Ensuite revenez ici en attaquant le palais et ce temple. Que Dieu vous garde"

Sur ces mots je me relevais d'un coup en faisant apparaître une puissante boule d'énergie. Ils la contrèrent sans trop de difficulté. Je fis apparaître mon épée et passais à mon plan: la guérilla. J'étais seul mais connaissais l'art de la guerre.

Je me faufilais entre les branches et profitais de la végétation pour me cacher. Je sortais de là pour tuer, des coups précis, violents ou subtils, qui tuaient les gardes autour d'eux. Les sorciers noirs étaient regroupés et tiraient à tout hasard. Les soldats qui s'aventuraient plus loin que la lisière pour m'attraper ne revenaient pas vers leurs maîtres. Je rappelais aux sorciers que j'étais là en leur envoyant quelques sorts puissants. Ils ne lâchèrent ainsi pas si facilement leur proie.

En voyant qu'ils ne disposaient plus de barbares sanguinaires à m'envoyer, ils eurent l'idée magnifique de m'envoyer le dragon. Ce dragon noir et rouge était magnifique, une bête puissante. J'avais déjà tué un dragon aussi puissant, au péril de ma vie d'ailleurs. J'étais avec Jack, et cette créature gardait une grotte magique ancienne. Contrairement à ce trou, ici j'avais tout le loisir d'occuper la place. J'eus alors l'idée de sortir de ma cachette, une incroyable gerbe de feu jaillit alors de la gueule du montre. Je m'écartais et attaquais, non pas le dragon, mais les sorciers qui ricanaient. Je n'étais pas si facile à abattre. Je me servais du dragon pour masquer mes attaques dans un premier temps. Je tuais un sorcier grâce à ma magie. Mon épée ne me servant plus, je la fis disparaître. Une autre idée me traversa alors l'esprit et je souris. C'était un peu suicidaire, mais en même temps tout à fait réalisable. Je me lançais directement sur les sorciers noirs en courant. Je les bombardais de petits sorts offensifs. Cela n'avait pas pour but de les frapper mortellement, mais les occuper jusqu'à ce que je les atteigne. Je sentais le feu du dragon rugir dans sa gorge. Il allait frapper. Je cessais mes tirs et formais le plus puissant bouclier que je pouvais contre le feu. J'y employais toute mon énergie sachant la puissance du feu d'un dragon. Je me recroquevillais et protégeais instinctivement ma tête avec mes bras. Le souffle du dragon fut violent, puissant... et destructeur. Le feu s'enroula tout autour de moi et détruit absolument tout sur son passage. Les sorciers noirs furent immolés par le feu. Le feu laissa place à un incroyable silence. Je ne savais pas trop quoi faire et restais protégé de mon bouclier à ne pas bouger. Je sentais la présence imposante du dragon au dessus de moi. De longues secondes s'écoulèrent, puis j'écoutais une voix caverneuse me dire:

"Merci... Tu as mon respect héros"

J'enlevais doucement mes bras et me relevais très doucement. J'étais hésitant et avais un peu peur que ce soit une ruse. Je conservais mon énergie à mon bouclier et me retournais. Le dragon était à peine à un mètre et me regardait les yeux dans les yeux. Il ferma ses yeux comme pour me remercier et s'envola d'un battement d'aile. Il se dirigeait vers l'océan... Je vidais l'air de mes poumons avec grand soulagement.

Je me retournais et vis des mercenaires à l'entrée du temple. Ils laissèrent tous choir leurs armes et levaient les mains en guise de soumission. Je changeais la nature de mon bouclier en un moins puissant pour conserver de mon énergie. J'entendais des cris en provenance de la forêt... des combats faisaient rages. J'ordonnais aux mercenaires d'aller libérer le roi des fées, ou subir mon courroux. Ce qu'ils ne savaient pas c'est que mes forces s'étaient amenuies et que je tenais difficilement debout. Ils obtempérèrent au même moment ou mes deux amies apparurent sur la place. Cheryl arrivait avec le sourire. Je lui lançais:

"Il faut que je m'assois..."

Les choses allaient progressivement rentrer dans l'ordre, j'étais sur les rotules. Je m'assis et fermais un peu les yeux. Les gens ressortaient dans les rues. Le roi arriva porté par deux mercenaires.






Revenir en haut Aller en bas
Je suis un excellent archer
Messages : 2160

Feuille de personnage
Profession : paladin-soigneur
Amis & Connaissances:
Âge : 36
avatar
Je suis un excellent archer
Cheryl Daynight

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Mar - 15:40

Guerre chez les fées


Feat Patrick et Adélia


Après les explications de Cheryl, chacun se mit en action. Adélia repoussait les sorciers noirs avec des boules de feu et Patrick donnait ses ordres au milieu de la bataille.  Il nous envoya Adélia et moi chercher les soldats fées dans la forêt pendant qu’il retenait les sorciers noirs. Nous devions à tout prix passer et Patrick envoya une énorme boule d’énergie ce qui permit à Adélia de pulvériser à coups de boule de feu le sorcier noir face à nous et leurs aides orques. J’en profitais pour me rendre invisible et courir jusqu’à la forêt. Patrick lui combattait quatre redoutables sorciers noirs dans la cité et nous avions peur pour lui. De loin nous voyions des boules de feu impressionnantes.

Je trouvais l’armée de mon ami et je leur expliquais les problèmes que nous rencontrions pour reprendre le contrôle de leur pays.

- Aidez-nous ! Il faut que vous les preniez à revers et pendant ce temps mes amis et moi allons délivrer votre roi. Vous saurez rapidement que c’est fait.

Je disparus rapidement pour rejoindre Adélia et lancer des tornades pour retarder nos ennemis. Pourvu que Patrick s’en sorte, nous avions vu arriver un dragon immense. Mais nous ne perdions pas espoir et la joie se lit sur notre visage lorsque les fées se joignirent à nous, lançant leurs puissants sorts et nous aidant à repousser leurs ennemis. Ainsi nous réussissions à rejoindre Patrick. Adélia combattit à ses côtés pendant que j’allais libérer mon ami mais Patrick avait déjà envoyé des mercenaires en les menaçant de mort s’ils n’obtempéraient pas.

Rapidement une armée d’arbres vint à la rescousse des fées qui se sentirent encore plus puissants, ils avaient compris que leur roi était libéré. D’un autre côté, nos amis mercenaires avaient libéré la famille du roi et les ramener dans le village.

Je me retournais vers Patrick pour demander pourquoi le dragon ne l’avait pas tué et qu’elle ne fut pas ma surprise lorsqu’il demanda à s’asseoir.

- Le combat a été rude et je pense que vous avez souffert mais pourquoi ce dragon ne vous a t-il rien fait ?


Je me retournais vers Adélia qui elle aussi était épuisée.

- Décidément je préfère t’avoir dans mon camp que contre moi, je te remercie d’avoir tenu la position afin que je m’engouffre dans la forêt, tu es une magicienne hors pair. Tu ne maîtrises pas tout et quand ce sera le cas, je pense que les sorciers noirs et autres bêtes maléfiques n’auront plus qu’à s’aplatir.

Nous étions fatigués et le roi proposa de nous héberger, nous et toute notre armée. Il fallait reconquérir le pays mais dès demain nous serions récompensés comme il se doit. Il me prit dans ses bras puis son épouse, j’étais heureuse de retrouver mes amis.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 8 Mar - 12:39

Guerre chez les fées

Adelia leva machinalement la tête pour apercevoir le dragon, mais ce dernier avait comme disparu du ciel. Un tel animal ne pouvait pas se manquait, il était immense et noir ou peut-être d'une autre couleur. Avec le soleil, Adelia avait du mal à y voir vraiment la véritablement la couleur de ce dragon. Elle soupira et reprit son attention sur ce qui venait d'apparaître devant eux, réfléchissant à quelle attaque elle pourrait les combattre. Adelia finit par repérer le dragon, il se posait non loin des sorciers noirs, un magnifique spécimen qui donna des frisson à Adelia. Adelia allait foncer dans le tas et lançait des tonnes de boules de feu, mais voilà que Patrick avait un plan. Comment pouvait-on avoir le temps d'avoir un plan dans ce genre de situation ? Au moment même d'une attaque ? Elle fronça les sourcils tout en l'écoutant, tout en pensant qu'il aurait pu dire tout cela pendant qu'ils se défendait voire repoussaient les sorciers. Adelia aurait voulu rester et en faire de la bouilli des sorciers noirs mais elle suivait déjà Cheryl alors que Patrick les aidait à penser. Adelia se concentra assez pour former dans ses mains, une boule de feu assez puissante pour la lancer sur les sorciers noirs. L'entraînement avait porté ses fruits, elle avait réussi à en atteindre pas mal avant de tourner sur elle-même et de remarquer que Cheryl avait disparu. Elle hésita de sortir son épée ou de se fatiguer à lancer des boules de feu sur les ennemis. Adelia savait que Patrick pouvait s'en sortir et courut jusqu'à la forêt en espérant y retrouver Cheryl. Après plusieurs lieux, Adelia repéra Cheryl qui était bien là et parlait d'une voix assez forte pour convaincre les fées de se joindre à eux. Sans attendre leur réponse, elles retournèrent dans la ville pour repousser encore des sorciers noirs qui revenaient en nombre. Adelia était épuisée, elle n'avait pas vraiment l'habitude d'utiliser autant ses pouvoirs et sortir son épée avant d'apercevoir que les fées arrivaient enfin. Elle ne comprenait toujours pas pourquoi ils se terraient dans la forêt alors qu'ils avaient des pouvoirs puissants... Au bout de quelques temps qui paru une éternité pour Adelia, le roi fut libéré et les sorciers noirs reculaient. Adelia s'écroula de fatigue et n'en pouvant plus. Elle rangea son épée et regarda en biais Cheryl qui lui parlait. Le roi les remercia comme il se doit et les invita dans son château à moitié en ruine, ils leur restaient plus qu'à tout reconstruire de leur main.

@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1815
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Mar - 12:17

Guerre chez les fées
Feat Adelia et Cheryl

Tout allait enfin prendre fin. Le roi était affaiblit, et pourtant il avait cette allure, cette tenue qui faisait de lui un monarque remarquable. Je soufflais et me relevais pour le saluer. J'étais épuisé, mais c'était un honneur pour moi de faire sa rencontre malgré toutes les difficultés que son absence m'ait coûté.


  • Remerciements et paix retrouvée


Le roi nous remercia pour notre courage et bravoure. Il salua notre persévérance et promis de récompenser tout ceux qui avaient participer à garder l'intégrité du peuple des fées. Il nous expliqua que la guerre ne fut pas déclarée et tout se passa très vite. Le palais fut prit par une dizaine de mages noirs. Les gardes et lui-même ne purent lutter longtemps. Les généraux et officiers furent exécutés et l'armée se retrouva sans cadre. Il eut juste le temps de donner l'ordre de se cacher dans la forêt pour se réorganiser. L'accès à l'armurerie avait été ensorcelé par un puissant sort, ce qui bloquait l'accès et la téléportation des armes. Nous connaissions la suite...

Les derniers mages noirs disparurent avant de se faire tuer. Les mercenaires à leur solde rendirent les armes et furent renvoyer chez eux avec un bateau qu'ils durent acheter avec ce qui leur restaient. C'était le seul prix de leur liberté et leur vie sauve. Le roi fut clément car il avait remarqué comme moi que les mages noirs étaient tous jeunes et devaient faire leurs premières armes ici. La dizaine plus expérimentée avait combattu jusqu'à la mort. Il n'avait pas envie de remplir inutilement ses prisons. Ils furent embarqués le soir même et exilés. S'il revenaient une marque magique les identifieraient comme ennemis et ils seraient condamnés à mort sans concession.


  • Réponses


Le roi nous convia à un grand banquet le soir, mais nous laissa nous reposer. Nous nous installions tout les trois dans une petite salle du palais qui se reconstruisait magiquement autour de nous. Je profitais de ce moment de rafraîchissement pour répondre aux questions en suspend. Je commençais par répondre à Chéryl:

"Pour répondre à votre question, le dragon était enchanté et ensorcelé. Les dragons sont des êtres intelligents, et pour les plus puissants comme lui, ils sont doués de paroles. J'ai remarqué son imposante envergure et sa puissance de feu. J'ai pris un énorme risque en exposant mon plus puissant bouclier à sa magie... Mais quelque chose en moi me disait que le dragon n'était pas là de son plein gré. Il était enchanté de nature, et ensorcelé par trois mages noirs. En les détruisant il fut libéré de leur joug. Par reconnaissance il nous a laissé en paix. S'il avat eu intérêt à rester sur cette île pour lui, je ne serais pas là pour vous parler ..."


Comme j'avais lu les pensées d'Adelia et que je voulais la pousser à découvrir ses talents de magicienne, je répondais à son étonnement:

"Quand au fait que je trouve des solutions et stratégies dans des moments ... critiques. Sache Adelia que c'est grâce à des années d'entraînements, d'efforts et d'apprentissage. Tu devras toi aussi choisir la voie. Je ne peux que constater tes progrès pour l'instant et saluer tes efforts..."


  • Le banquet


Nous fûmes interrompus là et devions nous rendre auprès du roi pour le grand banquet. La table était magnifique, le décor soigné et les vivres disposé à profusion. Nous nous assîmes au côté de la famille royale de nouveau réunie. Le roi fut un beau discours. Il récompense mes hommes en or, armes et leur offrait la possibilité de s'établir chez les fées, ce qui était un grand privilège. Il ouvrit les festivités et nous mangions ben plus qu'à notre fin jusque dans la nuit. Nous chantions, rions, buvions et Cheryl dansa même.

FIN



  • Le choix des armes


Le lendemain matin fut passé à dormir dans une chambre du palais. Le roi nous invita de nouveau à déjeuner avec lui. Je lui exprimais le souhait de trouver un endroit dégagé et paisible pour quelques leçons de magie avec mes deux compagnons. Il nous indiqua un lieu près d'un cours d'eau. Mais auparavant il nous mena à son armurerie et nous dit de choisir une arme magique. J'étais stupéfait par le nombre de ces armes et leur qualité.

Suite: http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/t210-lecons-de-magie-adelia-cheryl-et-patrick#6617




Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2340
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:55

ARCHIVAGE DES RPS


Votre RP est terminé, il est donc ARCHIVÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Guerre chez les fées - Adelia et Patrick
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» L'art de la guerre chez les rohirrim: chansons et rage
» Les rois et autres nobles après la guerre de l'anneau
» boites guerre de 30 ans chez warlords games
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-