AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Nulle cause n’est perdue... s’il y a encore un pauvre fou prêt à se battre pour elle.
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: FICHES ABANDONNÉES


Invité
Invité

Dim 25 Aoû - 15:13


Ylor & Léosinne


Femme /25 ans / Humains / Chasseuse de monstres


Identité




Nom : Ylor
Prénom : Leosinne
Âge : 25 ans
Métier : Chasseuse de monstres
Groupe : Humain

© Greased.L




Leosinne est quelqu’un de solitaire, qui n’apprécie en aucun la compagnie des gens, surtout lorsqu’on lui dicte d’une conduite à tenir. Elle le fait savoir de son ton sec, froid, cynique et est d’un humour noir lorsqu’elle s’adresse à quelqu’un qu’elle aurait voulu éviter. Elle aura des difficultés à accepter que quelqu’un d’autre ai raison, même si elle est du même avis que cette dite personne. Ces seuls compagnons de voyage son ses armes, au moins elles lui sont fidèles. Mais ce n’es pas parce qu’elle n’apprécie guère la compagnie qu’elle rechigne de temps à autre à passer une nuit avec un homme bien battit ou une femme appréciable. Elle se refuse à tomber amoureuse, considérant que le fait d’aimer est une faiblesse. Elle ne se sépare jamais de ses armes, ou qu’elle aille. Elle voyage beaucoup pour trouver des monstres plus imposants les uns des autres à tuer. Cette liberté lui est aussi très chère, et quiconque s’y oppose goutera à un combat avec elle. Son air farouche et arrogant ne quitte jamais son visage fermé. Bien caché –même très bien caché- sous cette carapace de dure à cuire, une femme sensible en est prisonnière. Le chagrin est aussi dans son cœur, et frère de celui-ci, la vengeance. Elle peut faire preuve de pitié, mais sait aussi très bien le dissimuler. Car elle considère ces sentiments comme une faiblesse, parce que dans un combat ou une mauvaise situation, la moindre pitié, la moindre tendresse pour qui que se soit peut causer sa perte. Elle est convaincue que rien, absolument rien, ne peut la changer. D’ailleurs, c’est peut être le cas. Après tout, elle vit sous cette carapace depuis bien longtemps déjà. La douleur ne lui est pas inconnue, souvent elle sort pleine de blessures d’un combat, et elle l’ignore, elle l’endure très bien.







« Si j'avais le pouvoir d'oublier, j'oublierais. Toute mémoire humaine est chargée de chagrins et de troubles. »
Charles Dickens

Toute vie mérite d’être racontée, car toute vie se vaut d’être vécue. Alors, aujourd’hui, je vais te raconter mon histoire. Une histoire longue et compliquée, malgré mon jeune âge. Alors, commençons par le début, pour finir par la fin, en passant par le milieu…

L’accouchement se passa sans trop de difficultés. Bien que la jeune mère ait perdu beaucoup de sang, elle s’en sortirait. Le bébé, une jeune fille, était dans les bras de sa mère, toute rose. Le père regardait ses deux femmes, plus qu’heureux. Une vie de famille allait commencer, dans l’amour et la protection.

Les onze premières années de la jeune Leosinne se passa dans une famille unie et heureuse. Fille unique, elle s’était fait plusieurs amies, et jouait souvent avec près de sa maison. Celle-ci était à quelques lieues du village, dans les champs et près. Leosinne aidait souvent son père à la bergerie, et sa mère à passer la laine en fil, et tricoter pour ensuite revendre ce qu’elle avait fait. Le tout marchait bien, la famille n’était pas aisée, mais pas pauvre non plus. Il gardait un minimum de confort par rapport aux autres paysans. Tout aurait pu continuer ainsi longtemps. Mais un jour, tout bascula. Une bête énorme, de la taille d’une dizaine de chevaux survola le ciel. Elle se posa dans les champs à côté de la maison. Le père et la fille était dehors, et coururent vers la maison. Ils s’arrêtèrent, en état de choc lorsque le dragon souffla ses flammes sur la chaumière qui prit feu. La mère de la fille était à l’intérieur. Leosinne hurla et voulue aller la secourir, mais son père lui ordonna de ne pas bouger. Il alla dans la maison en feu. Le dragon reprit son envole, se dirigeant vers le petit village. Aucun doute, il brulerait tout là bas, comme il l’avait fait ici. En pleure, Leosinne attendit que son père revienne. Il n’est jamais revenu.

La jeune fille récupéra ce qu’elle pouvait dans l’amas de débris et de cendre. Elle trouva dans ce qui fut une malle les quelques rares armes que son père avait. Elle prit une arme entre l’épée et la dague qu’elle enfila à sa ceinture. Elle ressortit de la maison avec ce seul objet qu’elle avait pu récupérer. Heureusement qu’avec son père elle jouait parfois avec des épées de bois. Il lui avait aussi montré comment manier un arc et en faire un, bien qu’elle ne soit pas doué pour cela. Il lui avait montré quelques pièges pour attraper du gibier, et plein d’autres choses pour survivre dans la nature, à croire qu’il savait que ce jour aller arriver. La petite fille se réfugia dans les bois non loin de là, n’osant s’aventurer au village, de peur d’y voir les maisons calcinées et le monstre y rodant encore. Elle vécu deux années dans ces bois, tuant du gibier avec des pièges ou l’arc qu’elle s’était fait, vivant comme un ermite. C’est à partir de ce moment là que sa carapace se forma. Car à quoi bon pleurer ou aimer ? Ce n’est pas ce qui ramènerait ses parents. Elle décida un jour d’arrêter de vivre dans les bois. Elle se dirigea vers une ville dont elle avait déjà entendu parler.

Sa vie là bas fut faite de vol pour survivre. Discrète, la fille savait s’y faire pour ne pas se faire repéré. Un soir, en rentrant à son chez elle, un taudis fait de branchages à une heure de marche de la ville, elle croisa la route d’un chat à trois queue. Celui-ci était plus qu’hostile, s’attaquant à la jeune fille. Heureusement qu’elle ne quittait pas sa dague –celle même qu’elle avait trouvé chez elle-, et réussit au prix d’une griffure sur le bras à tuer l’animal. Ce combat l’avait passionné. Elle avait envie de recommencer, de tuer une autre bête, plus grande, plus puissante, et assouvir ainsi sa vengeance. Elle vendrait la peau de l’animal, gardant la viande, et pourrait certainement en tirer bon prix. Elle avait 16 ans, et venait de trouver sa voie : chasseuse de monstres.

Depuis ce jour, elle parcourt le monde magique, à la recherche du dragon ayant tué ses parents. Elle n’a jusqu’à maintenant pas réussit à mettre la main dessus, mais elle espère y arriver un jour. Elle aime parfois se faire passé pour un homme, se faisant appelé ‘Léo’, pour voir la tête des marchands lorsqu’elle rabat sa capuche, dévoilant ses longs cheveux, avec à sa mains une créature qu’elle a tué. Elle se perfectionne de jour en jour, utilisant principalement deux dagues, bien que son arc reste toujours sur elle.






Prénom : Valentine
Âge : 15
Code du règlement : CODE VALIDE
Comment trouves-tu le design ? Sympathique ^^
Le mot de la fin et suggestions : Hâte de rp avec vous ^^ EDIT : Voilà, codes arrangés, désolé du bug :3




Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2381
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Dim 25 Aoû - 15:23
Bienvenue sur le forum ! Ta fiche est très intéressante ainsi que ton personnage, je remets ta fiche en ordre et je te valide juste après ! Moi aussi j'ai hâte de rp avec toi !

Kim Lewis,
Créatrice et Administratrice.


"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2381
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Dim 25 Aoû - 15:28
Voilà tout est en ordre.



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 25 Aoû - 15:34
Merci ! Smile 

Val'.
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2381
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Sam 16 Aoû - 19:29
Nouvelle version mise à jour


"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Nulle cause n’est perdue... s’il y a encore un pauvre fou prêt à se battre pour elle.
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: FICHES ABANDONNÉES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» "La Route Perdue"
» Perdue en Forêt (PV: Kairi)
» Cybèle, l'elfe perdue
» A la recherche de la bouteille perdue!
» NALA CANICHE ABRICOT F 13 ANS PERDUE DANS LE 34

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-