AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

"Cœur inquiet ne prospère pas" - Eléa et Patrick
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant


J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Mar - 14:40

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Après avoir revu un ami qui m'est cher à Ad'Lucem, et auparavant ayant résolu une guerre et un conflit entre peuples, je m'octroyais un peu de repos.  Cela faisait plusieurs mois que je n'étais pas revenu sur mes terres. J'étais baron ! ...  même si cela me faisait sourire. J'aimais bien ce petit coin là de la terre des hommes. Je voulais savoir comment se géraient mes affaires et quelles étaient les nouvelles. J'avais confié la gestion des terres et mon petit château à un homme honnête qui me donnait régulièrement des nouvelles. Il avait lié des traités commerciaux avec les terres alentours et avait embauché pour la mise en culture de certaines terres.

Arrivé sur mes terres, cet homme m'accueillit à bras ouvert et était à la fois honoré et heureux que je sois là. Le plaisir était partagé puisque je voulais me reposer quelques jours. Il m'expliqua ce qu'il pouvait faire avec mon argent et ce qu'il pouvait être possible. Les terres autour du château allaient être utilisées pour cultiver des légumes et des fruits, des élevages de vache et moutons seront fait à quelques endroits et une ferme était en construction. Il restait cependant la nécessité d'avoir une garde, davantage de serviteurs pour les alentours du château et le château lui-même. Nous manquions de ressources, mais surtout de renom.

Je réfléchis alors à un moyen de faire connaître un peu mes terres et eut l'idée d'organiser des festivités, dans le château et autour. Nous allions faire payer à bas coût le droit de s'y présenter pour qu'il y ait du monde et faire un peu d'argent. Mes quêtes me rapportaient de l'or, et j'allais en dépenser pour faire prospérer ces terres, tout en en gardant de côté. Nous organisions cela pour dans trois jours. Je participais aux décors et à l'installation des tables avec mon fidèle compagnon, Jean, et mes quatre serviteurs. Nous étions peu pour un si grande maison.

J'installais une guirlande de fleurs lorsque Jean vint me dire qu'une femme elfe m'attendait à la porte. Je fronçais les sourcils et me demandais qui cela pouvait être. Je regardais par la fenêtre et vis Leaf. Un grand bonheur m'envahit et un sourire gagna mes lèvres. Tout mes souvenirs avec Eléa revinrent d'un coup, ainsi que ce que je pouvais ressentir. Je me rappelais des terres de Gurl qu'elle avait non loin, de notre rencontre dans un village en proie aux flammes, ses blessures que j'avais soigné, l'objet que je lui avais offert pour la protéger, et mon départ pour chez les fées qui nous avait séparé, puis la lettre que je lui avais envoyé ...

J'allais à l'entrée à grands pas et me chargeais d'ouvrir la porte moi-même. Elle attendait patiemment sur le pas de la porte. Le soleil éclairait le paysage d'une douce lumière ce matin, mais il ne faisait pas très chaud. Elle releva la tête en souriant. Leaf était tranquillement en train de se régaler de l'herbe fraîche du printemps. Je l'accueillais avec le sourire et lui faisais signe d'entrer:

"Bonjour Eléa ! Entres !"

Elle entra et regarda autour d'elle mon petit château rénové que je décorais. Elle me salua, je pris sa cape et la pendais à l'entrée.

"Cela me fait plaisir que tu me rendes visite. Comment vas-tu ? Je ... Je prépares une fête pour faire connaitre mes terres ... Tu es invitée bien sûr"

Je me surpris à la tutoyer alors que je la vouvoyais dans la missive que je lui avais envoyé. Elle ne semblait pas y faire attention. Je n'avais pas réfléchis et étais heureux qu'elle soit là. Je me forçais à me taire, parce que je recommençais à vouloir lui dire ce que je pensais avant qu'elle n'ait pu dire un seul mot. Je la laissais donc prendre un peu d'air et se sentir à l'aise ici.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 14 Mar - 20:16
Cœur inquiet ne prospère pas


À présent que son initiation à la magie était terminé, Elea se dirigeait droit sur Ad'Lucem reprendre le cours de quelques aventures. Elle avait fait une belle et bonne rencontre avec Mike, un métamorphe qui voulait rester en contact avec elle. Elea n'avait jamais croisé ce genre de créature de sa vie et c'était une chance pour elle. Elle avait toujours été fasciné par toutes ces créatures qui peuplaient le monde. Elle était amie avec des nains, des gobelins et maintenant, un métamorphe. Elea ne l’oublierait jamais. Le matin de son départ du camp, elle les avait encore remercier de leur soutien et de l'apprentissage de toute cette semaine. Elle savait à présent guérir par le touché et la pensée, parler à des arbres et préparer quelques potions. Elle avait déjà dans sa liste, celle que sa mère lui avait apprise des années plus tôt, une potion de guérison et d'énergie. Elea s'était éloigné, alors sereine vers Ad'Lucem, là où elle avait découvert une missive de Cheryl alors qu'elle s'apprêtait à parcourir les sentiers à la recherche de village à aider. Elle s'était mise en tête de faire comme sa mère avant elle, ramasser des plantes et de faire des mixtures. Elea songea un instant à son père qu'elle n'avait pas prévenu de son départ en terre des Hommes, songeant ainsi à ce qu'il désirait pour elle, un mariage tout simplement, avec un elfe. Les coutumes elfes, Elea les comprenait toutes, mais se demandait encore pourquoi on incitait à chacun de les suivre. Elle était libre de faire ce qu'elle voulait, aimer qui elle désirait même si, pour le moment elle n'avait croisé personne qui partagerait son cœur. Certains hommes l'aimaient pour sa bonté et sa beauté. Mais quand elle les revoyait au bout de plusieurs lunes, ils se décidaient à se dévoiler et elle leur faisait comprendre qu'elle n'était pas intéressée. Ils n'aimaient que son esprit, son ombre et sa beauté. Elle s'arrêta aux abord d'une forêt le temps d'une pause pour la nuit.

Au lever du jour, elle était prête pour reprendre le chemin vers la plus grande ville des Hommes. Elle avait parcouru plusieurs lieux en plusieurs jours avant d'arriver enfin près de la ville, elle regarda au loin Ad'Lucem avant de descendre de Leaf. Elle n'avait rencontré personne, pas de sorciers noirs, pas de dragon, ni d'orcs ensorcelés, et la ville ne semblait pas menacé depuis la dernière fois qu'elle l'avait quittée. Elea allait se diriger vers l'entrée de la ville quand un oiseau vola au dessus d'elle. Elle leva les yeux surprise de reconnaître sa chouette que les souverain lui avait confié. Elle tendit le bras et l'oiseau vint se poser, Elea récupéra la missive et le déroula. Elle avait oublié qu'elle avait un bout de terre à gérer et qu'elle devait s'y rendre. Entre, sa dispute avec son père et son initiation à la magie, elle n'y avait plus vraiment pensée. Elle bougea le bras pour faire s'envoler l'oiseau et grimpa sur Leaf. Elle jeta un dernier coup d’œil à Ad'Lucem et fit demi-tour.

Plusieurs semaines s'écoula avant qu'elle ne finisse par atteindre Gurl. Elle ne s'était pas rendu ici depuis bien longtemps et s'étonnait qu'il n'y ait pas eu d'attaque. Elle descendit de Leaf et regarda autour d'elle avant que la grande porte ne s'ouvre. Elle s'engouffra et fut accueillit par un homme à qui elle avait confié ses affaires. Elea ne voulait pas gérer un royaume et n'avait pas le temps à ça, la preuve, elle en avait oublié l'existence. L'homme lui parla de remplir un peu les caisses pour garder cet endroit, faire des quêtes ou tout autre chose. Elea ne voyait pas quoi faire, elle n'avait jamais gérer un tel lieu. Elle finit par le laisser trouver une solution avec des hommes qu'ils avaient avec lui. Elle défit sa cape de voyage avant de toucher son collier se rappelant qu'elle avait reçu une missive de Patrick des lunes plus tôt. Il l'avait convié à se revoir un jour et elle se souvint alors qu'il avait lui aussi hérité de terre non loin de là. Elle remit sa cape et sauta sur Leaf, dès qu'on lui confirma que le propriétaire du domaine voisin était de retour. Elle descendit de Leaf qui galopait encore et baissa son capuchon en avançant à grand pas vers l'entrée. Elle se pencha pour saluer, avant de demander à voir Patrick Might. L'homme la fit rentrer et s'éloigna à grand pas, Elea regarda autour d'elle avant de reprendre son attention sur la grande porte et de voir apparaître Patrick. Il lui fit signe de rentrer et elle jeta un dernier coup d’œil en arrière avant de le suivre. Il lui annonça qu'il allait faire un banquet pour faire connaître ses terres. Elea pencha sa tête de côté en souriant.

« - Je vais pour le mieux merci de vous en inquiéter, je serais honorée de rester pour le banquet ! Je devais me rendre à Ad'Lucem quand on m'a envoyé une missive qui mon permise de revenir sur mes terres ! Je n'ai plus d'obligation en vers mes souverains ! »


Désolé des fautes !
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Mar - 23:51

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Le tutoiement n'avait pas l'air de lui faire de désagrément. Cependant, elle continuait de me vouvoyer. Elle acceptait mon invitation en souriant. Je ne pouvais m'empêcher de détourner mes yeux de son beau visage. Elle me disait vouloir se rendre à Ad'Lucem avant de revenir sur ses terres à cause d'une missive qu'elle avait reçu. J'ai failli être dans le même cas qu'elle, mais j'étais revenu de mon propre chef avant que mon fidèle serviteur n'ait à m'écrire. Je haussais les sourcils quand elle me dit qu'elle n'avait plus affaire avec ses souverains. Une femme vint avec un plateau trop chargé en décorations et allait tomber. Je vis arriver l'incident et me penchais de justesse pour redresser le plateau qui s'inclinait. Elle me remerciait honteuse. Je lui dis que ce n'était rien. Elle repartait chercher autre chose quand je me retournais vers Eléa pour lui dire:

"Je ... Nous pouvons nous tutoyer si tu veux bien... Tu peux me tutoyer. Moi aussi j'ai bien failli recevoir cette missive. Je comprends qu'il ne soit pas évident de gérer des terres, mais vois-tu, j'y ai pris goût ! Il me vient d'ailleurs une idée... Enfin, plusieurs: la première: m'aider à installer ces décorations et traiter avec les marchands qui vont venir plus tard, pour choisir les choses que nous allons manger."

Elle prit une guirlande comme signe qu'elle acceptait. Je montais sur l'échelle et fixais la première extrémité à la suite de l'autre. Je pensais alors à ce dont je voulais lui parler depuis un petit moment déjà. Pas mon amour pour elle, mais mes pensées géographiques, économiques et politiques de nos terres. J'avais voulu m'en entretenir avec elle par lettre, mais puisqu'elle était là:

"J'ai aussi pensé, comme nous sommes très altruistes... (je souris). J'aime particulièrement mettre à profit mes dons pour mon prochain... Cette deuxième chose, plus politique, économique... Et bien, le fait que, comme nous n'avons pas vraiment le temps de gérer ces terres, je te proposes un accord pour que nous unissions nos terres. Il faudra que nous discutions des modalités de gestion... Mais je pense que mettre en commun nos ressources serait bénéfique à ces lieux."

Je fixais la guirlande sans trop enfoncer le clou. Tout en parlant, je baissais le nez pour voir le sien en l'air. Je redescendais pour déplacer l'échelle et fixer l'autre bout plus loin pour que cela fasse un arc de cercle sur le mur.

La grande salle dans laquelle nous étions était juste à gauche du hall d'entrée. J'allais mettre trois grandes tables en U à partir du fond de la grande salle. J'allais laisser suffisamment de place pour que les serveurs puissent circuler, ou les invités sortir de table. Je pensais créer une ouverture pour faciliter l'accès aux cuisines, mais plus tard peut-être. Au fait, cette grande salle de réception avait la grande porte à un bout pour y entrer, et une sorte de grande fenêtre pour passer à l'extérieur sur la gauche. De part et d'autre de cette grande fenêtre étaient percées d'autres fenêtres plus allongées et petites, la taille de ma largueur d'épaule, par environ la taille de Rulf. C'était assez lumineux d'un coté. Là le soleil envahissait la pièce par les orifices principaux, mais le soir les torches et le lustre éclairaient bien les lieux. Je me plaisais vraiment ici. Je remontais à l'échelle et écoutais Eléa répondra à ce que je venais de dire. La conversation me semblait bien lancé, et tout le monde avait le sourire !




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 30 Mar - 12:14
Cœur inquiet ne prospère pas


Cela faisait deux fois qu'elle essayait de se rendre à Ad'Lucem. La première, elle avait reçu une missive qui l'avait conduit vers Cheryl puis dans la forêt de Dendrelia. De là, elle avait fait l rencontre d'un métamorphe, un homme capable de devenir ce qu'il désirait. Elle se demandait où il pouvait être en ce moment et est-ce qu'elle le reverrait un jour ? Ils avaient lié d'amitié et savait que le jeune homme l'appréciait beaucoup. Elle sourit à leur discutions passés et le fait qu'il n'avait pas d'ami. Elle retint un soupir pour ne pas y songer pour le moment et reprit son attention sur l'endroit. Et la seconde fois, était cette missive reçue quelques jours plus tôt et qui l'avait attirée jusqu'ici. Elle ne pensait rester très longtemps, car elle ne savait pas gérer un château. C'était pour cette raison qu'elle laissait faire ceux qu'elle avait choisis. S'il y avait quelque chose à faire, elle serait dans l'obligation de lui demander. À présent, elle était là, en face de Patrick, qu'elle n'avait pas vu depuis très longtemps. Un silence planait dans le château qui fut vite rompu par Patrick qui la tira de ses pensées lointaines. Il venait d'aider une jeune femme en difficulté et Elea eut un sourire en regardant la femme s'éloigner assez rapidement Patrick se tourna vers elle, et pour une raison ou une autre, insista pour qu'ils se tutoient. Elea se pencha légèrement en avant. Elle avait pris cette habitude dès son enfance, le vouvoiement était devenu naturel depuis tout ce temps. Dès qu'elle voyait quelqu'un de haut gradé, elle vouvoyait. Mais en y réfléchissant, elle vouvoyait aussi les villageois... Elle se redressa sur sa hauteur, Elea n'avait pas l'habitude de tutoyer et on lui demandait tout simplement de le faire. Elle se sentit bizarre tout à coup et détourna le regard pendant quelques instants un peu gênée. Elle sourit à leur discutions passés et le fait qu'il n'avait pas d'ami. Elea n'avait jamais pensé un jour faire ce genre de chose, la décoration était pour les domestiques, mais pourquoi ne pas se prêter au jeu ? Elle accepta d'un simple hochement de tête sans rien dire et en souriant presque. Elle s'approcha machinalement d'une jeune domestique et prit une guirlande en fronçant les sourcils regardant Patrick monter à l'échelle puis reprendre la parole. Elle haussa les sourcils de surprise de lié leur domaine ensemble. Elea n'y comprenait rien à la politique et en domaine, elle ne pensait qu'un jour, elle reviendrait par ici et préférait laisser le soin à son agent d'administrer tous cela lui-même. Elle aida tant bien que mal à la décoration des lieux. Elea imagina des saltimbanques, elle en avait jamais vu, dans son village, c'était des grandes fêtes que les domestiques faisaient en l'honneur du grand arbre. Avec tout ce qui arrivait dans d'autres contrés, Elea était étonnée de voir les gens sourirent ici. Elle avait hâte de repartir pour revenir en aide aux peuples démunis.

« - Je n'y connais rien à la gestion de domaines, n'y à la politique ! Je serais honorée pourtant, de lié nos domaines... J'en parlerais à Ivin, mon valet... Où peu importe comment on appel quelqu'un qui me vient en aide, pour venir avec les documents ! »



Désolé des fautes !
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Avr - 17:56

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Plein de choses fusaient dans la tête d'Eléa. C'est donc par confusion d'esprit que j'arrêtais de lire dans ses pensées. Ce don était parfois trop difficile à utiliser face à quelqu'un dont on aimerait connaître tant en peu de temps. Je me restreignais donc à une méthode qui avait fait ses preuves depuis des siècles, et sans magie: faire connaissance avec le temps, les mots et les actes.

Eléa ne semblait pas vraiment dans son élément. J'avais oublié qu'elle n'avait eu à traiter qu'avec de nobles elfes et les avaient servi assidument. Elle ne devait pas être habituée par ma façon de traiter les gens ici. Je voulais réagir à ses mots, qu'elle n'avait pas prononcé d'un ton hautain ou teinté de jugement, mais pourtant je devais discuter avec elle. Nous finissions d'installer la guirlande, puis je décidais de l'emmener dans mon grand salon. Une grande cheminée éteinte trônait sur le côté du mur, en face se tenait une bibliothèque peu garnie. Au centre il y avait quatre fauteuils et un canapé, pas de première jeunesse mais en assez bon état. Nous prîmes place dans deux fauteuils l'un en face de l'autre. Je lui offris de s'asseoir et pris de quoi se rafraîchir. Je posais les verres et la bouteille sur la petite table carré à ma droite. Je commençais donc mon histoire, et lui donnais ma façon de penser les choses:

"Je ne suis né noble que du côté de ma mère, j'ai été élevé dans leur respect, mais non dans leur giron. Aujourd'hui, je porte un titre, mais je ne renierais pas mes origines et ma façon de penser... Très jeune mon père ne me fit pas suivre les préceptes des nobles gens. J'ai appris à lire et bien me tenir, à être poli, bien sûr... Mon père m'apprit à me défendre. Puis j'ai découvert mes dons en incendiant une grange à 8 ans. J'ai vu un druide, un clerc... J'ai eu une période difficile. On m'envoya d'abord dans la seule école de magie du royaume, nous n'étions que cinq, mais nous sommes toujours de bons amis. J'ai été coupé de mes origines, on a voulu me faire penser autrement. On m'a envoyé suivre ensuite les enseignements des grands mages de l'école de Fortilia. Mon père fut déshonoré et ma mère choisit de le suivre. Mon frère s'est engagé dans l'armée... Je pensais être seul. Tout mes professeurs n'étaient pas des anges, mais ceux qui m'inspirèrent le plus me poussèrent à me battre. L'un d'entre eux me prit sous son aile pour que je ne lâche pas. J'ai choisi un certain type de magie, et de combat... Mais ce n'était pas vraiment moi, ce n'était pas ce que je voulais faire. Je désirais plus que tout au monde sortir de ses théories, de ses discussions closes et parfois stériles, pour me mettre au plus prêt des gens et servir de grandes causes. J'ai fini ma formation de mage guerrier et j'ai obtenu mon diplôme. J'ai eu vite ma première quête. Depuis je parcours les routes et j'aide les gens, plus ou moins grâce à mes dons. Tout ça pour te dire qu'à présent je n'ai aucune prétention. Tu dis ne pas être intéressé par la politique... Tel que faire des courbettes et pirouettes littérales et figurées, je te suis. Je ne pense pas gérer mon château, mes gens et mes terres comme cette politique, mais comme gérer, essayer, communiquer, construire de belles choses, voire des choses meilleures..."

Je pris le temps de lui sourire une seconde en silence, lui tendre mon verre et trinquer. Je bus une gorgée avant de reprendre:

"J'en dis surement trop, je suis peut-être utopiste, mais partir à l'aventure n'est pas contraire à avoir un chez moi. C'est comme ça que je vois ça: un chez moi. Je traite les gens avec respect, et fais ce que je fais pour les autres, et ce qui me rend heureux: rendre la vie meilleure. Je donne du travail, à manger et un toit à certaine personne, et j'aimerais en faire davantage encore. Alors, voilà, si j'ai tant parler c'est pour enfin te dire que si je veux allier nos terres, c'est pour que nous aussi construisions quelque chose de nouveau. Eléa, tu as tout le temps pour réfléchir, mais dis toi que c'est une belle opportunité de fonder un refuge, un chez toi, pour toi et les autres que tu pourrais choisir. Faire de la politique, pour moi, ce n'est pas faire la plus belle révérence devant le roi, mais c'est rendre la vie meilleure, progresser ensemble vers quelque chose de nouveau, trouver des équilibres... "

Je m'arrêtais et lui demandais pour finir:

"Maintenant que je t'ai parlé de moi, j'aimerais que tu me parles de toi, et ta façon de penser."

J'avais peut-être longtemps parlé, mais cela m'avait fait du bien. Je devais à la fois lui dire d'où je venais, pour qu'elle comprenne que je n'étais pas un de ses magiciens de renom dont les chevilles étaient plus grosses que la tête, et j'avais du respect pour tout le monde ici. Je voulais aussi lui faire comprendre la façon dont j'avais reçu ses terres et ce château en cadeau. Je voulais la faire réfléchir, comme je l'avais fait, au fait qu'il était possible de construire des choses ici, se créer un chez soi avec plus ou moins de monde autour de nous, et qu'en alliant nos ressources il nous serait possible de construire davantage et voir un peu plus grand. Je voulais qu'elle me raconte son histoire à présent pour que je sache à mon tour d'où elle venait, ce qu'elle avait traversé, et si elle voulait garder ses terres et sa grande maison. Je ne savais pas grand chose de cette femme que j'admirais en face de moi. Elle se calait, verre en main dans le fauteuil, j'en fis de même Je buvais en ne détachant pas mon attention d'elle et les mots qui allaient mûrir de sa réflexion.. J'admirais sa beauté, son sourire et plus timidement, ses belles formes.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 3 Mai - 14:56
Cœur inquiet ne prospère pas


C'était la première fois qu'Elea se sentait inutile et complètement perdue. D'habitude, elle s'en sort dans tous les domaines, mais cette fois-ci, elle ne comprenait pas l'avantage d'avoir un château. Elle qui avait vécu dans le simple. Elle s'occupait de tout une fois en terre des elfes, mais dans son nouveau domaine, question politique et direction, elle laissait Ivan s'en occuper à sa place. Elea l'avait rencontré en terre elfe et ils avaient tout de suite sympathisé, et elle lui faisait confiance aveuglément. Pour le moment, rien ne semblait mal tourner avec ce jeune elfe, et Elea savait sur qui compter pour la prévenir. Tout lui échappait en ce moment, mais avec le temps, elle comprendrait. Elea ne s'était jamais imaginé un jour, avoir des terres à elle avec un château, mais plutôt une maison simple pour fonder une famille. Elle ne se doutait pas que ses pas la ramènerait par ici. Elle avait passé une partie de son existence à servir les souverains de Fortilia, avant de tout laisser pour aller au devant de ce qui était le plus important : venir en aide. Ils finissaient alors à tout installer. Elea jetait des coup d’œil un peu partout autour d'elle, émerveillé par tout ce qu'elle voyait. Patrick l'emmena alors, pour l'éloigner un peu et lui ouvrit les porte d'un petit salon auquel se tenait deux fauteuil. Elle hésita, les seuls fois où elle se retrouvait seule avec un homme, c'était avec son père ou avec les souverains de Fortilia. Elle avança pourtant d'un pas et s'installa sur l'un des fauteuils après y avoir été conviée. Elle se pencha un peu en avant en souriant alors qu'un silence pointait déjà à l'horizon. Patrick s'installa à son tour et commença à compter sa vie ou alors il lui faisait la moral, elle ne savait pas trop. Elea fronça les sourcils tout en l'écoutant, ne sachant pas quoi répondre. Elle haussa un sourcil et avait cette impression d'être en compagnie de son père et cela lui donna des frissons. Des semaines qu'elle ne l'avait pas vu, devait-elle lui faire un signe ou attendre qu'il lui en fasse un d'abord ? Elea n'était pas têtu ni rancunière, mais son père ne changerait jamais d'avis sur ces décisions. Il voulait la marier à un elfe noble et quand elle était partie, il lui avait lancé de ne plus jamais remettre les pieds à Albérya. Si elle avait fuit sa ville natale, ce n'était pas pour avoir une vie de noblesse un peu plus loin. À la fin de son « discours », Elea ne voyait pas ce qu'il attendait d'elle. Elle lui avait pourtant dit que tout cela ne l'intéressait pas du tout, que la politique elle l'avait fuit ce n'était pas pour la mener à son tour. Ce n'était pas elle, Elea n'était pas du genre à donner des ordres à qui que ce soit, ni revenir aux courbettes. Elle retint un soupir sans rien dire, elle ne savait pas par quoi commencer. Elea n'avait jamais eu le temps de parler de sa vie à qui que ce soit et n'était pas du genre à se dévoiler à quelqu'un de la sorte. Dans son pays, on parlait de soi que si les personnes faisaient partie de la même famille ou si leur amour était réciproque... Elle retint son souffle et se rappela vaguement de la fois où elle avait ressenti quelque chose d'étrange entre elle et Patrick. Enfin, sur le moment elle avait bien cru qu'il allait se déclarer avant de sauter dans l'eau et lui rapporter un médaillon magique. Par la suite, il lui avait donné et avant changé de sujet assez rapidement. Elle avait eu un sourire et s'était trouvé flatté qu'il ait des sentiments cachés pour elle, même si, sur le moment il ne lui avait pas dit du tout. Elea le savait mais n'y avait plus vraiment pensé, avec tous les événements récents qu'elle venait de traverser. Qui plus est, elle avait cru ne plus le revoir un jour et qu'il passerait à quelque chose d'autre. Ce que font tous les hommes qu'elle croise, sa beauté les éblouissait et à leur rencontre prochaine, il l'avait déjà oublié. Mais pas Patrick... Elea rougit de tant d'attention pour elle et regarda ailleurs pendant un instant. Elle se demanda si elle était toujours une elfe, enfin elle avait l'allure mais avait tout laissés tombés. Elle n'était pas une traître pour autant. Elea releva la tête, ce n'était vraiment pas dans ses habitudes de se confier à quelqu'un ni dans les coutumes elfes.

« - Ce n'est pas dans nos coutumes de dévoiler notre vie à un étranger... Il faut qu'il soit de la famille ou alors... que les personnes aient des sentiments... réciproques... J'ai quitté les elfes, donc leur politique qui ne me convenait pas du tout, et je pense que cela ne me concerne plus ! Ma mère est herboriste et mon père archer à la cour de Fortilia, il est soldat ! J'ai eu une vie simple à Albérya jusqu'à ce que ma mère décède d'une longue et douloureuse maladie ! Mon père m'a donc appris le tir à l'arc et j'ai commencé à me rendre à Fortilia pour me perfectionner ! Les souverains m'ont envoyé pour ma première mission en tant que messagère, mais j'en ai fait qu'à ma tête ! J'ai dû aider pendant un certain temps les villageois attaqués par les sorciers noirs avant de monter un grade et de le refuser ! Par la suite, mon père voulait me marier avec un elfe noble de Fortilia, comme dans nos coutumes... Toutes ces politiques ne me convenaient pas du tout, alors j'en suis partie ! Je veux vivre simplement dans un endroit simple sans serviteur, je ne suis pas du genre à donner des ordres et à faire des discours ou même des courbettes aux souverains. Même s'il m'arrive encore d'en faire... Mauvaise habitude ! »



Désolé des fautes !
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 8 Mai - 15:32

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Je la vis rougir, ce qui me mit un peu mal à l'aise. Elle me plaisait, c'était indéniable, mais je ne savais pas comment le lui dire. Je savais qu'elle le comprenait, mais là je ne voulais qu'une discussion entre amis. Je bus un peu et l'écoutais. Ces premiers mots me firent penser qu'elle allait se braquer, mais ce ne fut pas le cas. D'ailleurs, ces mots à propos des sentiments voilaient à moitié ce qu'elle avait compris. Je compris alors qu'elle attendait que je fasse le premier pas, mais pas ici...

Elle me parla de sa liberté, puis du métier de ses parents, la mort de sa mère et la sévérité de son père à propos de son envie de la marier. Elle me parla aussi d'elle et ses erreurs. Elle me répondait enfin vouloir vivre sa vie, simplement, sans tout ce qu'elle venait de refuser. Je me trouvais bête, mais elle me fit sourire. Je la regardais une seconde avant de vouloir répondre:

"Je ... Hum... Permets-moi de te faire visiter mon humble demeure"

Je la taquinais bien sûr. Je posais mon verre sur la petite table, puis lui tendis ma main pour l'aider à se lever du fauteuil. Je revenais sur ce que j'avais dis, par rapport à ce qu'elle m'avait dit, elle m'avait fait réagir un peu.

"Je n'ai jamais pensé à tout cela. Donner des ordres est ... naturel, pour moi... Pourtant, je traite toujours les gens avec respect, et jamais, oh grand jamais, je ne me mets au-dessus d'eux, je ne suis qu'un homme, aussi mortel que les autres."

Je dirigeais nos pas vers l'entrée où Jean et mes quatre serviteurs s'organisaient dans la grande salle.

"Nous sommes ici dans mon petit hall d'entrée, face à la porte principale, à droite nous venons de mon salon-bibliothèque, sur la gauche la grande salle de bal, ou salle de réception. En face, derrière cette porte il y a la cour."

J'ouvrais cette porte et sortais pour lui montrer la cour intérieure. Au milieu s'élevait le donjon. En regardant la tour, je commentais:

"Je ne sais pas encore quoi en faire, tout comme pas mal de salle... Continuons."

Nous traversions la cour et allions de l'autre côté, à l'opposé de la porte d'entrée.

"Tout le bas de ce bâtiment sera réservé à l'accueil des chevaux. A droite, dans ces deux salles, je ferais installer un maréchal ferrant, et à gauche un forgeron qui prendra l'angle. Au premier étage, je pense laisser des logements pour ces gens et leur famille. Au deuxième étage seront stockés divers objets, ou réserves, comme le foin..."

Je fis un tour d'horizon pour lui montrer les quatre tours.

"Seule cette tour là est en bonne état, et un peu aménageable, les autres sont à réparer... Viens"

Je l'emmenais dans le coin à droite, et montais à l'étage par la tour en bonne état. Nous étions à l'étage de mon salon bibliothèque. Cet étage était composé de multiples chambres. Nous étions dans le couloir, toutes les portes étaient ouvertes à l'intérieur des pièces.

"Toutes ses chambres ne sont pas très utiles, je pensais donc en garder la moitié et voir à faire du reste autre chose... Mais je n'ai pas encore d'idée, cela viendra."

Nous marchions dans le couloir en silence. Au milieu, j'entrais dans une chambre et montrais la vue à Eléa. De toutes ces chambres nous pouvions voir le parc arboré. Je lisais dans son regard qu'elle voulait y faire un tour. Mais avant je voulais lui montrer la galerie. Nous finissions le chemin au bout du couloir pour prendre à droite. Nous étions au-dessus de la porte d'entrée principale, de retour à notre point de départ, un étage au-dessus. Là s'étendait une large galerie, du côté gauche le couloir, et à droite des petites pièces dont j'ignorais l'utilité, des sortes de très longs placards.

"Il y a un tas de bazar là-dedans que je me suis promis de trier, qui sait, peut-être y a-t-il des trésors inavoués ici..."

Je dis cela en plongeant dans ses yeux magnifiques. Elle me dit que j'avais de la chance et que la vue était très belle. Elle me parlait d'autres châteaux alors que nous traversions cette galerie. Nous arrivions dans l'autre tour, en piteux état. Le plancher était tombé au centre. Nous voyions les cuisines en-dessous. D'ailleurs, comme cela n'était pas évident, je lui montrais en souriant:

"Les cuisines, ma chère"

Elle sourit en retour. J'enjambais le trou et lui tendais la main pour l'aider à passer. Je la gardais quelques secondes alors que nous nous engagions dans une très grande salle vide. Seul un âtre trônait en son centre. Il faisait plus frais ici. Je lui la^chais la main et me dirigeais vers un symbole gravé sur le mur.

"Je ne sais pas à quoi servait cette salle, mais je pense à un lieu de réunion ou de culte à cause de ce symbole. J'essaie de lire les chroniques qui parle de ce château, mais il y en a peu..."

Elle regarda les lieux et ce symbole avant de passer une main sur le mur. Peut-être reviendrons nous ici pour tenter d'en savoir plus. Je poursuivais mes pas et me décidais à sortir.

"Sous nos pieds se trouvent le garde manger et une pièce en travaux que l'on déblaye, la visite se termine donc là pour l'intérieur. A présent, je vais te montrer le tour du château."

Nous descendions l'escalier de pièce en faisant attention aux pierres limées. Une fois en bas, nous traversions la pièce que je voulais forge et sortions de l'enceinte. Devant nous s'étendaient des espaces verts d'herbes fraîches où nous apercevions Leaf manger.  Nous marchions en silence, qui n'était pas gênant, vers cette belle jument. Elle avait relevé la tête et venait nous voir. Nous parlions alors de cet zone de verdure qui nous rappelait les plaines typiques de la région. Leaf décida de s'éloigner et courir. Nous la regardions en souriant. Je proposais alors d'aller dans les jardins faire une pause...

Nous marchions en silence, je me sentais rougir comme un enfant. Je regardais tantôt mes pieds, tantôt sa beauté et évitais son regard quand c'est elle qui me regardait. Les arbres allaient nous offrir de l'ombre. J'avais d'ailleurs installé un banc: un tronc d'arbre mort dont j'avais taillé le milieu pour s'assoir. Nous prîmes place ici, sous l'ombre d'un bel arbre vert. La haie nous cachait aussi sur le côté, des fleurs dégagèrent leur doux parfum. C'était un endroit très agréable pour réfléchir et être en paix. Elle s'assit et me regardait. Je lui souris et m'avançais. Pour moi, c'était le moment de lui dire ce que je ressentais et ce que je désirais. Je lui pris les mains qu'elle avait chaude.

"Eléa, tu es une femme magnifique. Ta beauté n'a nulle égale dans mon cœur. J'ai croisé de nombreuses femmes sur mes routes, pourtant aucune n'a marqué mon cœur comme tu l'as fait. Tu est belle, physiquement, mais aussi à l'intérieur. Jamais je ne croiserais de femme si belle en tout point... Tu es généreuse et sincère, prudente et humble... Tu as des qualités qui font de toi une personne exceptionnelle. Alors... Je ne suis pas doué pour faire la cour, mais j'essaie au moins de dire les choses comme je les ressens: Eléa, je suis amoureux de toi, et j'aimerais..."

Je ne savais pas quoi dire, je venais de perdre le cours de ma pensée. Ses yeux étaient brillants, ses joues aussi enflammées que les miennes. Ses mains se serrèrent entre les miennes. Un frisson de bonheur, mêlé à de l'appréhension envahi tout mon corps.      




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 10 Mai - 14:55
Cœur inquiet ne prospère pas


Elea n'avait pas pour habitude de se dévoiler de la sorte, elle brisait le serment des elfes en faisant cela. Elle s'en voulait et se mordit la langue en songeant aux siens encore en terre des elfes. Les elfes n'avaient pas le droit de dévoiler leur secret par exemple et elle avait cette sensation de les trahir. Même si elle rejetait toutes les croyances et les coutumes, Elea ne pouvait pas à ce point, en dire autant. Enfin, elle avait juste ouvert un passage sur sa vie, ce n'était pas comme si elle avait parlé des plans de guerres ou comment rentrer à Fortilia sans être vu. Elle se sentit pourtant gênée de tant de paroles, à un étranger qui n'était pas un elfe, mais un ami, mage. Elea songea un instant à son père. Ce dernier suivait les coutumes à la lettre, tout comme celle de détester les nains sans raison, elle n'avait jamais posé la question, trop polie pour faire cela. Cependant, Elea se doutait que même les elfes, tout comme les nains, ne se souvenaient pas pour quelle raison ils se battent et pourquoi ils se détestent autant. L'histoire remontait pourtant à loin, Elea s'était dit que la paix entre les deux peuples devraient se faire, mais les elfes étaient des êtres tenaces et têtus. Elle retint un soupir en espérant que Patrick ne lui en demande pas plus sur son peuple. Un silence avait suivi ses mots avant que Patrick ne réagisse et ne lui propose de visiter le château. Elle accepta en souriant, Elea avait déjà visité pleins de château, la plupart étaient très originaux. Elle tendit sa main alors que le jeune mage lui tendait la sienne et se leva pour le suivre. Tout en parlant ils quittaient le lieu où ils se trouvaient pour se rendre dans le hall d'entrée où Elea était arrivé peu de temps avant. Patrick reprit la parole et Elea l'écoutait sans parler tout en le suivant dans chaque pièce de la demeure. Elle était trop bien élevée, en tant qu'elfe, pour lui indiquer qu'elle n'y connaissait rien en architecture, ni ce qu'elle pouvait apporté de plus dans cette visites, mais songea un instant qu'il voulait certainement se retrouver seul avec elle. Elle se sentit rougir et flatté. Ils montèrent des escaliers, arrivaient à des étages, il lui expliquait à quoi allait servir certaines pièces et vit le grand parc devant elle. Ils repartirent de la chambre en s'enfonçant dans le labyrinthe de couloir que proposait le château. Elle glissa une phrase sur les autres châteaux qu'elle avait eu le droit de voir et de visiter en cachette tout en traversant une galerie. Ils arrivèrent dans une autre tour où un trou béant se trouvait. Elea se pinça les lèvres en reculant d'un pas pour sauter par dessus. Patrick lui indiqua que les cuisines étaient en dessous et elle eut un fin sourire aux lèvres. Elle allait prendre de l'élan avant de remarquer que Patrick lui tendait les mains pour l'aider. Elle hésita un instant et accepta son aide. Une fois de l'autre côté, ils se retrouvèrent dans une pièce. Patrick se dirigea vers un symbole et reprit la parole. Elea s'approcha machinalement en fronçant les sourcils et caressa doucement la pierre. Elle n'avait jamais vu ce symbole, en même temps, elle était Elfe et ne connaissait que les blasons de ses terres. Ils finirent par redescendre et se retrouvèrent dans un pré où se trouvait Leaf. Elea s'en approcha et leva la main pour lui caresser le nez avant que cette dernière ne s'éloigne. Le jeune mage proposa enfin de se diriger vers les jardins et le visage d'Elea s'illumina.

Le jardin était joli et ils firent quelques pas au milieu des plantes, des fleurs et des grands arbres qui offraient leur ombre, tout en se dirigeant vers un banc. Elea huma l'air en sentant la fraîcheur des fleurs alentour et s'installa sur le banc blanc. elle regarda autour d'eux, tous ceux qui se passaient dans le lointain; les orcs, les sorciers, les paysans décimaient de leur village, n'atteignaient pas cette endroit et tout était calme. Les oiseaux chantaient et le parfum des fleurs enivraient tout l'espace. Elle finit par remarquer que Patrick s'était rapproché d'elle et elle pressentait quelque chose de nouveau, un changement qu'elle avait déjà aperçu chez le mage il y a longtemps. Elle eut un sourire pourtant,devinant ce qu'il allait faire alors qu'il lui prenait les mains. Elea le sentait hésiter un instant avant qu'il ne se lance dans une farandole de mots qui l'a mis mal à l'aise mais elle était tout de même flatter. Tant par son côté elfe que son caractère. Pourtant, elle savait que s'était de sa beauté qu'il s'agissait. Les elfes avaient leur tradition pour ça, une coutume, cependant ces coutumes Elea les trouvait ennuyeuses. Celui des Hommes étaient plus instructif, plus vif et ne proposait pas de fête au final. Elea était troublée et se sentit même rougir. Les mots l'avaient coupés court à toutes pensées. Ce n'était pas un elfe et allait décevoir son père pour cela, briser leur parenté. Cependant, elle voulait écouter son cœur et non celui de son père et celle de  son orgueil. Il avait fait la remarque sur l'amour, qu'elle n'y connaissait rien et risquerait d'être blessé, que c'était pour cela qu'il voulait la marier avec un elfe qui plus est, soldat. Elle balaya ses pensés en soufflant doucement et gardant son sourire aux lèvres.

« - Je ne trouve pas les mots, vous m'intimidez. Je ne sais plus ce que je ressens, ce que je dois dire, ce que je dois faire. Je sais juste que je vais écouter mon cœur et non les reproche de mon père ! »



HRP: La prochaine fois, fait visiter le jardin que le château ^^ parce que là...
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Mai - 14:18

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Eléa semblait troublée par ce que je venais de dire, mais n'avait pas envie de partir, ce qui me rassurait. Elle était dans ses pensées, que je me permis d'observer magiquement un court instant. Je voyais son père, puis un homme floue en arme, le passage de sa mère derrière son père. Je sentais de l'angoisse, de la peur, mais aussi son cœur battant pour une autre vie. C'est là qu'elle me répondait ne pas trouver les mots. Je souris quand elle me vouvoyait et me dit être intimidée... Elle me formulait ses incertitudes pour l'avenir et l'opposition à son père.

Je n'aurais su trouver les mots, et n'en avais pas le désir. Je le regardais un instant et brûlais de plaisir. Je posais doucement ma main droite sur joue et la caressais avec mon pouce. Mon autre main serra la sienne, puis je m'approchais doucement pour l'embrasser une première fois avec passion. Notre premier baiser fut un peu maladroit, mais très bien. Je me reculais un peu et regardais son sourire rayonnant. Le mien ne quittais plus mes lèvres. Je retirais ma main de son visage et elle la reprit dans sa main en se penchant vers moi, réclamant un autre baiser. Nous nous embrassions une seconde fois, langoureusement, toujours avec passion. Suivirent plusieurs autres baisers et bisous, sans que nous ayons besoin d'échanger un seul mot. Elle posa un instant sa tête sur mon épaule et nous écoutions le beau chant des oiseux, et sentions le parfum des fleurs. Après deux minutes de calme, je soupirais de bonheur et lui adressais quelques mots :

"Eléa... Je serais toujours là pour toi."

Le son de ma voix la fit se redresser. Nous étions heureux ici, mais j'avais envie de bouger un peu. Je lui proposais alors de visiter mes jardins:

"Est-ce que ça te dirait un tour dans mes petits jardins ?"

Son sourire et son oui franc n'avaient aucune contestation possible: l'idée l'enjouait. Je pris alors sa main et l'emmenais faire un tour dans mes petits jardins. Nous admirions la symétrie des plantes et suivions les petites allées au milieu des fleurs. Je reprenais mon idée de tout à l'heure:

" Tu sais, je me battrais pour que ton père cesse de te tourmenter autant. Peut-être pas littéralement... J'aimerais lui... "imposer", au moins lui faire admettre, l'idée que sa fille est une belle personne, et qu'elle mérite bien un avenir qu'elle a choisit et qui puisse faire son bonheur. Je pense que tu es bien assez intelligente pour savoir ce qui est bon pour toi, pour ton avenir. Et quand bien même ! Qui peut se vanter, tout elfe qu'il soit, qu'il n'a jamais fait d'erreur dans sa vie !? Aussi longue soit elle... Je ne connais pas ton père, et ne me permettrais pas de le juger trop vite, mais je connais l'arrogance des elfes, sans te mettre parmi eux bien sûr... Tu es à part. Ce que je veux dire, c'est que nous pouvons changer les choses. Tu n'es pas perdue..."

Je m'arrêtais et la pris dans les bras. Face à face, et collés l'un à l'autre, je lui montrais que j'étais là et que je le serais toujours en plantant mon regard dans le sien. Je finis ma phrase:

"... tant que tu sauras où tu vas"




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 14 Mai - 22:57
Cœur inquiet ne prospère pas



Elea souriait en observant Patrick, ne sachant pas quoi faire. Elle avait simplement avoué être intimidée rien de plus et s'était remis à le vouvoyer. Ce qui allait arriver été à ses risques et périls. En effet, on lui avait enseigné, que les elfes devaient rester pures, mais elle n'avait pas compris le sens. Mais à cet instant, elle finit par comprendre ce pourquoi on lui enseignait cela. Les elfes sont immortels et doivent rester ensemble, et ne pas être avec un humain ou tout autre espèce, si tous les elfes faisaient comme elle, ils seront tous mortels. Elle songea à Mike, qui lui avait dit de suivre son cœur et de ne pas écouter son père. Elle était mal à l'aise sur le moment, mais elle ressentait quelque chose d'intense, jamais elle n'avait vécu ce genre de situation. Elle resta surprise, gardant les yeux grands ouverts, en le sentant la toucher et se pencher pour l'embrasser. Un vent la traversa et son cœur s’accéléra avant de s'arrêter net, puis de reprendre ses battements réguliers. Si un amour était sincère entre un elfe et un humain ou autre, l'elfe redevenait mortel. Elea comprit alors qu'elle était devenue mortelle et qu'elle avait trahi son peuple, cependant, ce que ressentait Patrick était sincère, sinon elle serait toujours un elfe. Son père lui avait fait la morale sur l'amour, c'était pour la préserver et qu'elle reste pure, qu'elle reste un elfe... Elle eut un sourire aux lèvres, c'était sincère. Patrick se recula et elle se pencha à son tour, machinalement, comme un fait naturel. Elea se redressa après un instant, il lui disait être là pour elle mais qu'il voulait lui montrer les jardins du domaine. Elle aurait voulu rester là encore longtemps, mais les jardins lui tendaient les bras. Ils parcouraient les allées ensemble dans le silence tout en écoutant les oiseaux. Elea oublia même qu'elle était en terre des hommes et qu'elle risquait beaucoup à sa perte d’immortalité. Après être éloigné du banc blanc, Patrick reprit la parole, lui invoquant son père, et les idées de ce dernier. Elea fronça les sourcils, son père était un être sévère et était têtu, comme tous les elfes. Il était surtout arrogant et orgueilleux. Elea soupira en regardant Patrick.

« - Les elfes... ont leurs croyances, c'est vrai qu'ils sont arrogant et peuvent être très attachés à leur justice... Comme en vouloir aux nains et ne plus savoir pour quelle raison... Je ne suis pas comme cela, c'est vrai, je ne comprends pas cette raison d'en vouloir aux êtres différents... Ils aident les humains mais prend les autres pour des êtres inférieurs... Mais, on m'a appris que les elfes devaient rester pures, c'est pour cela que mon père voulait me marier avec quelqu'un de notre race ! Je voulais juste suivre mon cœur... Quelqu'un m'a dit un jour de faire mes propres choix ! Mais les elfes peuvent devenir mortel par un amour sincère avec un être non elfique... Je suis devenue mortelle par amour... Et cela va devenir compliqué, mais ça ne compte pas, j'ai suivie mon instinct... »

Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Mai - 14:10

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Ce que me disait Eléa était étrange et je ne comprenais pas tout. Elle avait soupiré et relevé les yeux vers les miens alors que je la tenais dans mes bras comme la personne le plus précieuse du monde. J'écoutais ce qu'elle me disait en effet sans vraiment comprendre, ou plutôt à moitié.

"Que veux-tu dire par "rester pure" ? Est-ce que ça veut dire qu'avec moi tu perds quelque chose de précieux ? Quelque chose qui pourrait te rendre morose à mes côtés ? Qui t'as dit de faire tes propres choix ? Ton père ? Est-ce que tu te sacrifie pour moi ? ..."

Elle posait son doigt sur ma bouche pour que j'arrête de lui poser des questions. Mes yeux passait de l'un à l'autre des siens réclamant des réponses...
Si je comprenais ce qu'elle me disait, son amour pourrait lui faire perdre quelque chose de précieux, comme l'immortalité. Si je continuais de pousser ma réflexion, cela voulait dire qu'Eléa n'allait plus avoir la vie aussi longue que ces congénères, et cela pouvait peser sur sa conscience. Je savais qu'elle était différente, mais je ne pouvais pas lui demander de tout rejeter pour moi, je ne pouvais pas lui imposer ça. Elle ne pouvait pas se mettre tout les elfes à dos. Ils en avaient surement qui pouvaient l'aider, qui ne pensaient pas pareil. Elle ne pouvait pas se couper de sa famille et sa "race" si facilement. Je pensais alors qu'elle serait malheureuse avec moi à cause de cet amour qui lui aurait fait perdre tant. Je voulais bien l'aider, qu'elle puisse changer comme elle veule, mais pas détruire sa vie. Ces quelques questions que j'avais eu le temps de poser résumait tout ceci et mes craintes de la perdre ce jour où elle m'accordait son amour. Il devaient y avoir des solutions, j'en était sûr...

Elle m'attirait plus loin et nous nous rassîmes pour que, le cœur lourd, elle m'explique ce qui se passait dans "notre cas".




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 18 Mai - 0:03
Cœur inquiet ne prospère pas



Elea avait dit les secrets des elfes, celui de l'immortalité. Ils restaient des elfes sauf s'ils partageaient un amour véritable avec une autre espèce, là, ils devenaient mortels. Comment expliquer cela à une personne qui n'était pas un elfe ? Elea était gêné, mais elle se devait de le lui dire, elle pouvait toujours se rendre en terre des elfes, mais elle pourra vieillir et mourir par rapport aux autres elfes. Elea ne pensait pas répondre à autant de questions à la fois et cela l'amusait un peu de voir Patrick s’inquiétait autant. Malgré qu'il l'intimidait un peu, elle voulait tout de même lui en dire plus. Après tout, ils allaient partager bien plus que de l'amitié à présent. Elle souriait sans rien dire, elle ne regrettait pas du tout de l'avoir embrassé et elle savait les risques. Elea prit la main de Patrick et l'attira un peu plus loin pour s'installer sur un banc. Elle souffla et ne savait pas du tout par quoi commencer la conversation sur ce sujet. Elle n'avait pas pensé en parler ou de faire des hypothèses la-dessus mais, elle s'était un peu douté que Patrick veuille en savoir plus. Elle regarda autour d'eux puis le sol et enfin le mage.

« - Être pure pour un elfe, c'est de rester entre nous, de ne pas mélanger les espèces, tu vois, nous sommes immortel, et pour le rester, on se marie entre elfe ! En somme, on m'a inculqué le savoir de chose pure, comme le sang doit resté pure pour l'éternité ! Cependant, quand un elfe aime une autre espèce, il reste un elfe, mais perd son immortalité ! Je peux toujours me rendre en terre elfe, mais s'ils apprennent pour nous, je serai mal vue, jugé par les miens et bannis ! Si ce n'est pas réciproque, je serai encore immortelle, mais j'aurais trahi les miens tout de même ! Pour moi, je ne regrette pas mon choix, et je ne veux pas dire du mal des miens, mais parfois, ils devraient regarder d'autres horizons ! »

Elea s'arrêta de parler un instant et regarda Patrick, elle souffla doucement en gardant un petit sourire.

« - Mon père ne me laisse pas faire mais propre choix ! C'est un ami que j'ai rencontré pendant mon entraînement de magie, c'est un métamorphe ! Je ne me sacrifie pas pour toi, pas du tout, je sais que tu ne m'as pas menti sur tes sentiments, donc je n'ai pas de regret ! »

Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Mai - 16:45

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


La réalité était à la fois douce et cruelle. Je doutais, ne savais pas vraiment quoi faire. J'écoutais tout ce qu'elle me disait. Elle me précisait les choses et confirmait mes craintes, pourtant elle ne semblait pas le redouter, ni même regretter. Je me sentais pourtant coupable de cette perte, et en même temps emplis d'une grande joie, heureux de pourvoir vivre à ses côtés pour l'avenir. Elle avait fait son choix, un choix important et difficile, mais elle partageait mon amour. Je me promettais alors de veiller sur elle tant que je le pouvais, et ne jamais lui faire regrette son choix. Je m'approchais et déposais un baiser sur sa joue.

"Je me sens ... impuissant face à ça. Je ne te laisserais jamais, même si nous ne marchons pas sur les mêmes chemins. Je reste persuadé, peut-être en tant qu'homme, que nous pouvons faire bouger les choses. Ne dit-on pas que l'amour est plus fort que tout ?"

Je lui souris et nous nous embrassions. Je voyais Jean venir nous chercher en souriant, les marchands devaient être là ou bien les artistes... J'ajoutais à Eléa:

"Je sais qui est ton ami à présent."

Elle fronçait les sourcils. Elle n'y avait pas pensé, c'est vrai, mais je restais un homme doué de déduction tout de même.

"C'est Mike, le métamorphe. Je peux même t'apprendre qu'il a trouvé l'amour. Tu lui reparleras surement... Allons faire les plus belles festivités de ce royaume !"

Jean arrivait et me dit que les marchands étaient arrivés et m'attendaient pour me proposer leurs produits. Je pris la main d'Eléa et nous suivions Jean jusqu'au château. J'appris à Eléa que Jean et sa famille venait des îles boréales, et qu'il m'avait aidé lors d'une quête que j'avais fini il y a à peine trois semaines avec Mike. Nous allions dans le hall où six marchands nous attendaient. Je leur souhaitais la bienvenue avec le sourire et serrais leurs mains. Je leur présentais ma jeune amie elfe qu'ils saluèrent humblement de la tête. l'un d'entre eux se montrait méfiant avec elle, pour sa nature d'elfe. Je glissais à l'oreille de ma douce:

"Si tu as perdu l'immortalité, tes oreilles ne sont pas devenues rondes ! Tu vois que t'es toujours bel et bien une elfe !"

Jean retenait Eléa et me dit qu'il serait mieux que je négocie avec eux avant qu'elle ne puisse entrer. Je comprenais ce qu'il voulait dire, mais je n'allais pas m'arrêter dès le premier jour.

"Elle m'accompagne, si ces gens ne sont pas capables d'avoir l'esprit souple, pourquoi devrais-je leur faire confiance et négocier avec eux ?"

Jean sourit en haussant les épaules. Il retourna au travail dans la salle de bal. Je dis alors à Eléa en lui tendant la main:

"Viens"

Elle hésita, mais prit ma main et me suivit. Je dis alors aux marchands de me montrer ce qu'ils me proposaient, où me dire ce qu'il voulait me vendre. L'homme sceptique envers les elfes resta malgré ses regards méfiants. Deux d'entre eux me proposaient des étoffes... Je n'en avais guère besoin, mais y prêtais attention pour le jour où... Je leur dis de demander en cuisine pour les hommes et les femmes qui y travaillaient. Ils reviendraient vers moi s'il y avait des achats. Trois me proposèrent une panoplie de choses pour manger. Comme ils n'étaient pas des mêmes spécialités, je leur proposé tout les trois de me faire goûter de leur denrée. Ils acceptèrent tous les trois pour ce soir. L'un d'entre eux proposa même dans quelques heures. J'acceptais. Le dernier proposait à la fois des décors et nous recommandait des artistes: des jongleurs, des cracheurs de feu, un magicien-illusionniste, un dresseur de petits animaux, des danseuses... Je voulais aussi les voir, pour juger qui prendre. Il acceptait et nous dit revenir aussi le soir.

Ces hommes nous dire revenir le soir, je leur souhaitais bonne route et de revenir vite. Je pensais que certains nous ferait faux bon, mais nous allions assister à de belles festivités, c'est ce que je voulais. Eléa et moi nous retrouvions tout les deux à l'entrée du château à regarder ses gens repartir à cheval.

"Nous allons avoir du pain sur la planche pour ses deux jours qui restent. Mais j'aurais besoin de toi. Déjà, nous allons choisir les mets à consommer, les gens pour la distraction ensuite, mais surtout, les invités... disponibles en deux jours..Que dirais-tu si j'invitais ton père ?"


Je reposais mes yeux sur elle en souriant. J'assumais mon amour pour elle et m'en foutais si le monde entier l'apprenait. Je n'avais pas de doute à avoir.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 21 Mai - 16:41
Cœur inquiet ne prospère pas



Elea avait vidé son sac à une personne qu'elle appréciait et avec qui elle allait rester. Jamais elle ne se serait aventuré à dire cela à quelqu'un qui ne l'aimait pas ou faisait semblant. Son père penserait qu'il l'avait manipulé pour avoir ses informations, mais Elea savait au fond elle, que ce n'était pas le cas. Elle reporta son attention sur Patrick qui la regardait. Dire cela d'un ton détaché, était tout ce qu'Elea pouvait faire. Elle n'avait pas parlé à voix base ou parlé avec un ton dur, mais normalement, essayant de lui faire comprendre ce qui lui arrivera par la suite. Mais elle ne craignait pas tout cela, elle était mortelle et après ? Elle serait bannie de la communauté des elfes, et ces derniers avaient des tonnes de préjugé. Son père ne s'en remettrait pas que sa fille unique ait choisi l'amour d'une autre espèce plutôt que la leur. Patrick l'embrassa sur la joue et un sourire se dessina sur ses lèvres, puis elle hocha la tête pour approuver ses dires. Ils s'embrassèrent un moment avant qu'elle ne fronce les sourcils. Il lui indiqua qu'il savait pour son ami métamorphe. Elle eut les yeux brillants en apprenant que lui aussi avait trouvé l'amour, lui qui se trouvait solitaire et qui n'avait personne à qui parler. Elle serait bannie de la communauté des elfes, et ces derniers avaient des tonnes de préjugé. Ils finirent par se lever du banc et de suivre Jean jusqu'au hall du château où 6 individus s'y tenaient.

Elea les salua en se penchant légèrement en avant et gardant le sourire. L'un d'eux, la dévisageait un instant. Patrick se pencha pour lui glisser qu'elle était toujours une elfe. Elle se pencha de nouveau vers celui qui la dévisageait, lui faisait comprendre qu'il pouvait avoir confiance en elle. Elle allait suivre le groupe, quand Jean la retint en retrait. Elle avait bien compris le sens des mots de Jean et reconnu qu'il avait raison, elle était une elfe, qui pouvait avant confiance en elle ? Le mage lui prit sa défense et ils prirent place dans la pièce. Ils parlementèrent pendant un certain temps sur différent sujet qu'Elea ne comprenait pas vraiment puis quittèrent ainsi le domaine, promettant de revenir en soirée. Elea regardait les 6 marchants partir, le cœur léger et elle se tourna vers Patrick en fronçant les sourcils.

« - Mon père refusera catégoriquement de venir en terre des hommes lui même, s'il n'y a pas de guerre ! C'est un elfe autoritaire bardé de préjugé et très orgueilleux ! J'aime mon père, loin de moi l'idée de dire du mal de lui, mais je préfère te tenir au courant ! Je sais que je me sens déjà banni de mon royaume, et ses paroles seront sévères ! À moins que tu veuilles déclarer une guerre avec Albéria ? »

Elea eut un sourire radieux. Elle s'en moquait que tout le monde le sache, mais voulait vivre en harmonie et non dans une guerre sans fin pour trahissons. Il n'y en avait pas, mais les elfes sont s'y têtu. Là où il y a de l'amour avec une autre espèce, pour eux, il y avait trahissons...

Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Mai - 20:04

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Alberya était très loin, mais pour un être magique cela n'était pas impossible. Eléa ne pensait pas que je puisse inviter son père avec succès à cause de ces vilités. J'haussais les épaules.

"Qu'est-ce que je ne tenterais pas pour toi ? Une guerre avec Alberya ? Soit, si c'est pour te garder à mes côtés !"

Je la pris dans mes bras et déposais un baiser sur son front. Je pris sa main et l'entrainais à l'intérieur. Nous dirigions nos pas vers la salle de bal qui s'était considérablement embellie. Les guirlandes étaient toutes installées, il y avait des fleurs qui colorées la pièce, la table était reluisante (car cirée à la perfection)... Je voulus aller en cuisine et dis à Eléa d'un ton un peu plus sérieux:

"J'enverrais une missive à ton père et affronterais son courroux s'il le faut. Mais je n'ai aucune raison de te couper des tiens..."

Nous arrivions aux cuisines où Marie, la femme de Jean, voulait que je goûte une sauce qu'elle voulait améliorée pour ce soir. Elle demanda à Eléa de goûter aussi et ne fit aucune distinction pour elle. C'est elle la première qui avait compris le monde dans lequel j'aimais vivre ! Eléa goûta et appréciait. Marie lui demanda alors si elle mangeait de la viande. Je souris, je m'étais même pas posé la question. J'avais tant à apprendre d'elle. Marie me demanda aussi si je pouvais donner un coup de main pour le repas ce soir. J'acceptais avec joie. Pendant ce temps Jean voulait parler des invités. Pendant que j'épluchais des légumes nous en venions à penser inviter tout les seigneurs voisins et leur suite, les grands d'Ad'Lucem et les soldats en camp non loin qui se rendaient à la frontière. Pour eux seraient installer des tentes à l'extérieur et aux abord du château. De toutes façons nous allions envoyer plus d'invitation que de personnes n'allaient venir. Nous jugerions le soir quels artistes allaient animés la soirée.

Une fois les légumes épluchés et la liste des invités à peu près établi, nous avions un peu de temps devant nous. J'accompagnais alors Eléa qui allait en face du lac.

"Du coup, je ne sais même pas si tu aimes la viande ? Et l'alcool ? ... Dis, tu veux en faire le tour ?"

Je désignais le lac. Nous aurions alors le temps de parler un peu en privé tout en nous promenant tranquillement. J'avais maintes questions à lui poser.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 25 Mai - 15:20
Cœur inquiet ne prospère pas



Elea regardait au lointain tout en sentant le vent frais lui caresser le visage. Cela avait bien était rapide, mais elle ne regretterait pas son choix, elle le sentait et le savait, tant pis pour son père. Elle savait que son père n'autoriserait jamais leur mariage et elle fut un peu triste. Après tout, elle n'avait certainement pas besoin de son consentement pour faire un mariage elfique. Son peuple pouvait en dire ce qu'il voulait, elle songea à Cheryl qui avait trouvé l'amour en terre des hommes et avait des enfants... Elle rougit de penser déjà à l'avenir et revient dans le présent en écoutant Patrick. Après ces quelques mots, elle eut un sourire et ferma les yeux alors qu'il l'embrassait sur le front. Il lui prit la main en l'attirant à l'intérieur vers la grande salle où se tiendrait les festivités. Tout était recouvert de fleurs printanières et embaumait l'espace de leur odeur. Elea avait les yeux brillants tout en regardant les décorations puis ils sortirent avant de se diriger vers les cuisines. Patrick se tourna vers elle, lui annonçant d'un ton sérieux, qu'il allait envoyer une missive en terre d'Alberia et son cœur manqua un battement en battant rapidement. Cela lui faisait étrange que quelqu'un voulait tenir tête à son père, lui enlever ses principes et certainement, l'énerver. Si c'est leur choix, elle pense qu'il finira par changer d'avis, mais cela était sûrement une peine perdue. Elle sourit ravie et le suivait d'un bon pas. Après tout, même avec sa mortalité, elle était toujours une elfe et ne pouvait pas s'éloigner des siens ; même si, cela ne la dérangerait pas. Ils arrivèrent en cuisine, et la cuisinière fit goûter des plats au jeune couple présent. La cuisinière demanda finalement à Elea, si elle mangeait de la viande mais déjà ils se prirent au jeu de l'épluchage des légumes tout en discutant de qui pouvait bien venir et à qui envoyer des missives. Après cela, ils se rendirent au bord du lac et Patrick lui posa mainte questions. Elle eut un sourire sur ses lèvres et regarda le grand lac s'étendre devant eux en hochant la tête. Ils commencèrent alors à marcher, tout doucement.

« -  Pour ce qui est de l'alcool, je n'en bois pas, ou peut-être de l'hydromel fruité et question viande, je chasse de la perdrix ! Donc on peut en conclure que je mange de la viande, certains elfes n'en mangent pas, c'est leur choix le plus sûr, mais je ne suis pas comme tous les elfes ! »

Elle avait dit sa dernière phrase, d'un ton amusé et à voix base en souriant presque. Elle souffla en regardant des grands cygnes, prendre le large en les apercevant.  

Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Mai - 18:26

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Il ne faisait pas froid, ni trop chaud et il n'y avait pas de vent, le temps idéal pour faire une balade. Par contre je n'avais pas aménagé de point de pause autour du lac, il nous faudra alors nous assoir sur un tronc ou une pierre. J'écoutais Eléa sans plus entrer dans ses pensées parce que je la savais sincère envers moi. Nous n'avions rien à nous cacher. Je souris à sa réponse et sentais une pointe de nostalgie quand elle eut finie de me répondre.

"En effet. Dis ? J'aimerais te dire... Je te promets de ne rien te cacher, jamais, et toujours te dire la vérité, même si elle est dure à entendre. Puis-je en attendre autant de toi ?"

Elle me répondait que c'était évident et me le confirmait d'un air taquin. Je souriais, jamais je ne m'étais senti aussi bien avec quelqu'un. De plus elle m'aimait. J'étais comblé. Nous marchions un peu plus vite que le piétinement, mais en nous baladant tranquillement quand même. J'avais une idée:

"Que dirais-tu que nous posions tour à tour une question à l'autre ?"

Elle hocha positivement la tête en regardant le lac, puis moi. Les reflets à la surface de l'eau étaient magnifiques avec le soleil de l'après-midi. Il devait être 15h30...

"Je commence: entretiens-tu une correspondance épistolaire avec ton père ? Est-ce que vous êtes proches ?"




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 26 Mai - 16:07
Cœur inquiet ne prospère pas



Elea regarda un instant les cygnes s'éloigner et pensa au lac de Fortilia et en gardant son sourire. Elle y retournerait, c'est certain, mais son cœur était ici, dans le présent. Elle baissa les yeux sans rien dire d'autre, et ils reprirent leur balade autour du lac. Elea se demanda si elle était réellement mortelle, ou si c'était juste une histoire pour protéger la pureté des elfes ? Son père l'avait élevée dans cette croyance, et les elfes de Fortilia ainsi que des environs, y croyaient dur comme fer. Elle songea de nouveau à Cheryl, était-elle devenue mortelle ou pas ? En tout cas, elle ne lui avait rien dit... Sa mère était morte suite à une longue maladie et le grand arbre n'avait rien pu y faire. Tout lui échappait, ce vent frais qu'elle avait ressenti tout à l'heure, n'était pas ce que lui avait parlé certains elfes quand on trahissait les siens ? Ou alors, c'était juste le fait du sentiment réciproque... Elle chassa cela de sa tête et revint au moment présent, elle questionnerait Cheryl à ce sujet quand leur chemin se croiseront de nouveau. Patrick coupa court à ses pensées en lui avouant qu'il ne lui mentirait jamais quoi qu'il arrive. Il avait des pensés d'elfe et cela la fit sourire.

« - Je suis toujours sincère, je suis une elfe il est bien sûr évident que je ne mente pas, même si cela m'était possible, je ne pourrais pas ! »

Elle avait toujours son sourire et regardait Patrick. Elle avait rencontré des hommes sur son chemin, qui lui promettaient des choses et l'oubliaient par la suite, mais cela semblait différent en sa présence. Elle regardait le lac dans un silence de paix. Où était passé les guerres de sorciers noirs, les troupes d'orcs et de gobelins ? Le temps ici semblait comme arrêté. Patrick lui proposa ensuite de poser des questions mutuellement. Elle observa le lac un instant puis Patrick, avant de hocher la tête avec un sourire timide. Elle fronça les sourcils en étudiant la question posée.

« - Je ne tiens pas ce genre de relation avec moi père, on était proche mais quand mère est décédée, cela est devenu compliqué par la suite ! »

Après un court silence, Elea regarda un instant le sol tout en continuant de marcher. Elle ne sentait pas un changement de temps dans les jours à venir. En repensant à sa réponse, elle pensait lui avoir déjà dit pour son père, qu'il n'était pas proche. Elle voulait lui poser une question, mais ne savait pas quoi, elle n'avait jamais participer à ce genre de chose et puis il lui avait déjà tout dit tout à l'heure dans le château.  

Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Mai - 19:35

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Eléa semblait gêné que je revienne là-dessus, mais j'écoutais sa réponse sans revenir sur ce que je venais de dire. Elle regardais le paysage et me répondait franchement. A un moment, elle avait semblée pensive, mais je ne l'interrompais pas, ni lisais dans ses pensées. Elle me dirait ce qu'elle pensait en temps et en heure comme on dit.

Je savais à présent qu'elle était fille unique et que sa mère était décédée. Je me demandais qu'est-ce que je pouvais lui demander à présent. Je regardais les cygnes s'éloigner sur le lac et me dis que c'était un moyen pour passer à un autre sujet.

"Ces cygnes ont toujours été là, du moins depuis que je suis là. Je pense que je ferais quelque chose de ce bel endroit. Et je compte bien t'inclure dans tout mes projets ! Mais on verra ça au retour. En attendant, dis-moi quelles armes tu maîtrises ?"

Une idée comme une autre. J'avais davantage envie de lui poser des questions simples, sur tout et rien, que de parler de projets pour nos terres. Notre alliance, politique et passionnelle, allait faire, je l'espère, de ces terres des terres d'accueil, comme je lui avais déjà dis. Je fronçais les sourcils et pris l'envie de partager mes pensées avec elle. J'ajoutais donc:

"Penses-tu que notre vie, d'aventuriers, d'aider les autres, soit incompatible avec posséder un chez soi et aussi avoir une vie de couple ?"

Je posais cette question supplémentaire pour voir si l'avenir était envisagé de la même façon par elle et moi; même si elle rêvait d'une petite maison pour fonder sa famille. Je n'allais pas lui demander cela par contre, pas tout de suite. Nous continuions à marcher en amoureux. Je lui avais pris sa main après qu'elle m'ait répondu et ne la lâchais plus.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 29 Mai - 15:15
Cœur inquiet ne prospère pas



Elea resta un instant silencieuse en songeant à son peuple. Si elle s'en éloignait autant, ce n'était pas pour les renier, cependant, elle ne se sentait pas proche des siens. Bizarrement, Elea n'avait aucun remord d'être partie loin de son père pour choisir son chemin. Elle ne voulait pas d'une vie où quelqu'un décide pour elle, avec qui elle devrait être et le choix de ce qu'elle doit faire comme métier. Elle voulait un peu de liberté et découvrir d'autres cultures. Elle reprit son attention sur les cygnes en écoutant Patrick en parlait et apprit alors qu'ils étaient là depuis longtemps. Elle admira pendant un instant un beau cygne blanc battre des ailes et secouer la tête doucement, la relever et la mettre sous l'eau. Elle eut un sourire, en terre des elfes, il y en avait sur le lac de Fortilia, des plus grands. Elle ne pensait qu'au présent maintenant et se tourna vers Patrick, elle laissa planer un silence en souriant tout simplement.

« - Je maîtrise l'épée et l'arc ! Mon épée a été forgé en terre des elfes et l'arc m'a été confié par les souverains de Fortilia pour mener mes missions ! Je l'ai gardé avec moi ! Je sais tirer deux à trois flèches en même temps, grâce à Mike et Cheryl pendant un entraînement près de Dendrilia ! Cheryl est un grand professeur, je ne sais pas si votre chemin a été croisé un jour, mais c'est une elfe aussi ! »

Elea s'arrêta un instant de parler et tendit l'oreille croyant avoir entendu un bruit au loin. Mais ce n'était qu'un oiseau qui partait des arbres. Elle fronça les sourcils et pensa que Patrick avait soudain des doutes.

« - Bien entendu que tout peut être obtenu, on peut mener à bien des quêtes pour aider les autres et mener une vie normale dans un chez soi, avoir un endroit où se rendre ! »

Elle regarda sa main et eut un sourire ravi tout en marchant à ses côtés.

Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Mai - 16:10

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Eléa tait une femme magnifique et j'intégrais progressivement l'idée qu'elle pourrait être ma femme. Sans que je précipite les choses, je pensais sérieusement à aménager un coin du château rien que pour nous, pour être en paix ici quand nous rentrions de mission, quand nous le voudrons. Je ne connus de jour plus heureux que celui-ci que le jour où je quittais enfin l'école de magie et toute cette concurrence pour vivre ma vie et aider les autres. En un sens je pouvais comprendre ce que ressentait Eléa à se détacher un peu des siens et vivre libre, comme elle le voulait, et aujourd'hui avec moi. Elle me répondait après un court silence et un magnifique sourire s'affichait sur ses lèvres. Elle me disait maîtriser l'arc et l'épée et me parla de ce jour où elle avait rencontré Mike et Cheryl. Je voulais en savoir davantage sur ces jours qu'elle avait passé en leur compagnie. Elle ajouta quelques mots qui me confortaient et je savais à présent qu'on partageait la même conception de l'avenir.

"J'ai rencontré Cheryl en effet. Je lui ai même appris à lire dans l'esprit des gens et se prémunir d'attaques de magie de l'esprit. Cette leçon est intervenue alors que nous avions vaincu l'armée noire qui tentait d'envahir et annexer l'île des fées. L'aide de Cheryl et Adelia fut précieuse. Je sais qu'elle est elfe, mais un peu comme toi, elle a choisit d'autres voies. Tiens, c'est donc ça à quoi tu pensais tout à l'heure !"

Elle hocha la tête et nous rions. J'étais fier d'avoir découvert ça sans le moindre sort ! Mais pour ne pas l'embarrassé, je continuais sur l'histoire de ma rencontre avec Mike:

"J'ai fais la rencontre de Mike pour résoudre une ancienne prophétie. Alors que je voulais te revoir un homme est venu dans l'auberge où je dormais. Tu étais en prise avec un début de guerre civile. Je me suis dis qu'en une semaine j'avais le temps de résoudre cette quête, l'homme avait un ton grave et ça m'intriguait. Je cherchais un métamorphe comme le disait la prophétie. Une ancienne prophétie prédisait la venue d'un magicien pour trouver la "fille du sorcier", et celle d'un métamorphe pour tuer le "lion blanc". Etrange n'est-ce pas ? Cheryl connaissait Mike et me l'a envoyé. Je te passe les détails. Nous avons découverts des paysages enneigés magnifiques, des us et coutumes tant fascinantes qu'étranges. Après maints obstacles, sorcières, élémentaires de glace, minotaures, guerriers robustes... nous avons retrouvé la fille du sorcier et assisté à des cérémonies uniques ! Le nouveau chef des chefs fut élu et la fille du sorcier bien épaulé et assistée pour le seconder. Les peuples polaires sont à nouveau unis et puissants !"

Je pris une pause et nous étions en train de tourner. Nous allions bientôt être en face du château. Je continuais et finis ce que je voulais dire:

"Je suis ensuite rentré sur le continent et tu connais la suite. Et pour ta gouverne, je maîtrise parfaitement l'épée, de toutes tailles. Je tire aussi à l'arc, bon à une flèche mais pas plus. Sinon je décuple les flèches avec ma magie... Je sais, c'est tricher. Je sais aussi me battre avec une hache, un bouclier, même si je n'en ai pas vraiment besoin, une lance et très peu avec masses et massues. Ce n'est pas que je ne saurais me battre avec, mais ce ne sont pas mes armes de prédilections. Bon, maintenant que j'ai bien parlé: racontes moi comment tu as rencontré Mike et qu'est-ce que tu as appris avec Cheryl et Mike ?"


Je détachais peu mon regard d'elle, tout en regardant un peu où je mettais les pieds et relevais un peu le nez pour voir le paysage. J'étais curieux d'en apprendre plus sur ses jours là.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 1 Juin - 13:56
Cœur inquiet ne prospère pas



Patrick écoutait Elea tout en marchant à ses côtés, il y eut un silence très court avant qu'il ne reprenne. Il lui confirma avoir croisé le chemin de Cheryl et qu'il savait qu'elle était une elfe, différente, comme Elea. Elle eut un sourire ravi de ça, elle savait un petit peu l'histoire de Cheryl. Puis il lui parla de sa rencontre avec cette dernière et d'Adelia, pendant une quête. Elle l'écoutait parler de Mike et de sa rencontre avec lui et de leur étrange quête dans les îles boréals. Elle fronça les sourcils, n'ayant jamais entendu parler de cette prophétie. Finalement, leur mission s'était bien terminée et tout était rentré dans l'ordre. Ils continuèrent ainsi de se promener le long du lac et Elea pouvait l'écouter parler pendant des heures. Il exprima le fait de maîtriser beaucoup d'armes, elle eut un sourire quand il évoqua tricher en multipliant les flèches une fois tirée.

« - C'est en allant à Ad'Lucem qu'une missive m'a été transmise, elle venait de Cheryl qui me proposait de devenir son élève en terre des hommes ! Je l'ai rejointe et nous nous sommes rendues dans la forêt de Dendrelia. Elle était certaine que j'étais dotée de magie et m'a appris comment soigner et d'autre chose encore ! Puis elle m'a proposé de tirer une flèche de dos sans regarder, ce que j'ai fait et j'ai malencontreusement tiré sur un animal, un loup, qui, juste après et devenu homme ! Je m'en suis voulu et ne comprenais pas tout et j'en ai voulu un peu à Cheryl pour ça, je l'ai soigné à l'aide de ce que Cheryl m'a appris ! »

Elea s'arrêta de parler un instant en songeant à tout cela et eut un sourire, car elle avait gagné l'amitié d'un métamorphe qui se sentait seul. Elle espérait le revoir un jour dans une quête ou pour tout autre chose. Elle avait beaucoup à lui raconter.

« - Par la suite, ils m'ont entraînés au tir à l'arc à trois flèches sur une cible, je m'entraîne encore quand j'ai un peu de temps ! »

Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Juin - 16:17

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Le soleil offrait un temps doux, il y avait un petit vent chaud qui passait dans nos cheveux. Je posais ma cape et la fis disparaître au château en écoutant ce que me disait Eléa. Elle avait mieux prévu le coup que moi et se promenait en habit légers. Je posais aussi mon veston de cuir et lui fis le même sort. Je gardais ma chemise en haut c'est tout. Eléa souriait en me voyant faire. Je continuais la conversation:

"Tu pourras t'entraîner ici, et même te frotter aux grands nobles de la région, et moi même, lors des festivités ! Oui, j'y reviens. (je lui souris) Tiens ! Que dirais-tu d'organiser un tournoi dans l'après midi ?! Nous pourrions penser à différentes épreuves ou jeux pour faire connaître nos terres ! Hum..."

Je réfléchis à quelques épreuves à mettre en place. Je me demandais alors:

"Chez les elfes s'amuse-t-on aussi lors de fêtes ? Comme le tir à l'arc, les joutes, les duels, le saut d'obstacle, les jeux avec des boules de bois... ? Bref, as-tu des idées de jeux ?"

Je ne pouvais m'empêcher de repenser à ces festivités qui pourraient potentiellement attirer du monde et nous ouvrir de nouvelles perspectives de commerces. Mes terres, nos terres, n'étaient pas sur l'axe direct, la grande route pour Ad'Lucem, mais elles pouvaient constituer une plateforme pour commercer tranquillement. C'est pour ces différentes raisons que je voulais faire connaître ce coin, tout en les préservant. Je n'avais aucune prétention sur les terres à côté, mais je ne voulais pas que ces terres restent enclavées et ignorées comme elles l'étaient. J'avais dans l'idée d'être un petit baron qui pouvait commercer en paix avec ses pairs alentours et constituer ici un refuge. Une sorte de modèle pour une politique en paix. Il y avait bien assez de la guerre à l'extérieur pour se déchirer à l'intérieur pour des futilités.

J'attendais les réponses d'Eléa qui ne tardait pas à venir. Je pense qu'elle comprenait malgré elle le sens politique et l'importance de ces festivités.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 3 Juin - 16:33
Cœur inquiet ne prospère pas



Son ami lui manquait un peu, mais il avait certainement beaucoup à faire ailleurs. Et puis, avec tout ce qui se passe dans les terres, il devait être appelé en aide. Il devait certainement faire comme elle, aider. Elle garda son sourire sous cette journée ensoleillée en très bonne compagnie. Elea garda le passé derrière elle, et pensa plus au présent en compagnie de Patrick. Cependant, elle était un peu nostalgique de son pays, mais après tout, elle pourra toujours s'y rendre. Elle n'avait pas le mal du pays temps qu'elle serait avec le mage. Elle observa Patrick les yeux brillant, alors que ce dernier faisait disparaître ses vêtements chaud. Il lui proposa de s'entraîner au domaine et de même faire des duels, Elea avait déjà participer à des duels étant plus jeune. Cependant, cela remontait à bien loin et elle serait ravie de refaire ce genre d'expérience. Ainsi vint le temps de reparler des festivités et de mettre en place un tournois. Patrick cessa de parler un court instant et posa une question à Elea sur les festivités elfiques. Elea regarda l'horizon, le lac qui s'étendait devant eux, le moment présent elle le gardera pour toujours.

« - Nous faisons des festivités pour le Grand Arbre dans mon village natal, chaque saison il change de couleur et fait éclore des bourgeons ! Et nous nous réunissions autour pour le célébrer ! Tant qu'il reste des couleurs le monde se porte bien ! S'il devient sombre, c'est qu'il va arriver quelque chose ! Nous ne faisons pas de tournois ! »

Elea observait partie tout en marchant à ses côtés. Le Grand Arbre, cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas revu, elle espérait qu'il se porte bien. Elle avait appris qu'il pouvait guérir ses semblable mais n'avait pas soigné sa mère. Elea n'aimait pas se plonger dans le passé, en tout cas, pas de la sorte. Elle pensa alors aux festivités du domaine et cela la réjouit.

« - Je trouve que se serait une bonne idée, de faire des tournois ! »

Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1837
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Juin - 19:17

"Cœur inquiet ne prospère pas"(proverbe guadeloupéen)
Feat Eléa


Je trouvais intéressant ce qu'Eléa me disait à propos des festivités autour de l'arbre magique de son village natal. Elle ne m'aidait cependant pas pour trouver des idées de jeux, m'affirmant seulement que c'était une bonne idée que d'organiser un tournoi les deux jours de festivité. Je souris pour toutes réponses, j'aurais bien assez de temps pour en parler de retour au château. Je décidais donc d'en revenir à elle:

"Intéressant ce que tu m'as dit. On reviendra sur les festivités plus tard, de retour au château. Je vais en revenir à toi: dis moi quel fut ton parcours... disons professionnel, de formation: es-tu allé à l'école ? Qui as-tu servi en premier ? Quelle fut ta première quête ? !"


Mon ton monta enjoué au fur et à mesure des questions. J'avais le temps de repenser aux jeux. Là, je goûtais au plaisir de ce premier moment personnel avec Eléa. J'aimais ce moment et voulais le savourer. Je faisais enfin ce qui m'avait occupé l'esprit depuis si longtemps: j'apprenais à connaître cette femme que je savais m'aimer autant que je l'aimais.





Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
"Cœur inquiet ne prospère pas" - Eléa et Patrick
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» "Cœur inquiet ne prospère pas" - Eléa et Patrick
» Non, je ne suis pas une fouine, je suis juste inquiet ! [PV Jeremy]
» Curtis & Ty's Happy Birthay Party feat Cutis, Joy & Alex
» Est-ce qu'on peut se sentir inquiet et serein en même temps ? [Nabouh :3]
» Deux jeunes femmes, deux tasses, un thé... [Feat. Hyûga Hinata]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-