AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

L'avocat du Diable | Rulf & Cara
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS ABANDONNÉS


Je suis maléfique
Messages : 115
Emploi IRL Etudiante

Feuille de personnage
Profession : Chasseuse de Prime/ Espionne
Amis & Connaissances:
Âge : 19 ans
avatar
Je suis maléfique
Cara W.Frost

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Juin - 9:43
« L'avocat du Diable »
Rulf & Cara
Ne demandez pas comme Cara est arrivée, elle-même n'en a aucune idée. Elle ne faisait que voyageait, vaguement. Sans destination précise.
Et la voilà en territoire étranger, le territoire des nains. Elle n'était jamais venue sillonner ces Terres par le passé, on ne peut pas dire que les nains soit très enclin à l'idée d'inviter des sorciers noirs en leur territoire. Et personne ne pourrait leur reprocher d'ailleurs.
Vous avez déjà vu un Frost se tenir convenablement, sans irriter le premier importun qui aurait eu l'audace de se croire égal d'un Frost ?

Qu'importe, aujourd'hui elle était là. Et ses pas la guidaient sans même qu'elle n'ait à réfléchir. Tout du moins, les pas de son étalon la guidaient. Cara n'était pas trop du genre aventureuse. Ses voyages étaient organisés et bien souvent, elle partait accompagnée. Son étalon était une présence suffisante à ses yeux. A défaut d'avoir Wolfram, elle avait un cheval.
Elle arrivait d'ailleurs à hauteur d'une auberge dans laquelle elle pourrait très certainement passer la nuit.
Prenant soin de nouer les rênes de son cheval à la barrière sur la devanture, elle n'attendit pas plus longtemps pour pousser la porte de l'établissement alors que dehors, les rayons du soleil teintaient le ciel d'une douce lumière orangée, annonçant clairement la déclination de l'astre.

A l'intérieur, Cara eut la grande satisfaction de tomber sur quelques groupes de mercenaire, ainsi qu'une bonne poignée de nain. Pas de femme à l'horizon. Formidable.
Pas qu'elle en ait besoin, mais cette absence notable n'était sûrement pas anodine. Le seul soucis dans ce genre d'établissement c'est que lorsque certains regards tombent sur la silhouette d'une femme, ils ne peuvent pas s'empêcher de louer les vertus de la demoiselle.
Les hommes sont parfois répugnants que voulez-vous, on ne refait pas le monde.

Ne leur prêtant pas plus d'attention, la brune grimpa vivement les marches de la battisse dans le but de rejoindre sa chambre. Elle allait enfin pouvoir se détendre et se soulager un peu.
Elle poussa délicatement la porte et entra dans la sombre pièce. Le soleil avait fini par se coucher lui aussi.
Refermant la porte derrière elle, ses yeux s'écarquillèrent de surprise face au spectacle qu'on lui offrait. Deux hommes étaient en train de... D'en assassiner un autre !
La surprise figea les jeunes gens, autant du côté de la sorcière que celui des meurtriers, mais l'effet se dissipa plus rapidement de leur côté, c'est ainsi que Cara reçu un maléfice en pleine tête.
Elle avait reconnu le sort, elle savait que ce n'était plus qu'une question de seconde avant qu'elle ne sombre dans un profond sommeil... Dans quelle histoire s'était-elle encore fourrée ? Sérieusement ça sentait les embrouilles à plein nez.

...

Ses paupières peinèrent lourdement à s'ouvrir. Quelqu'un était en train de la secouer brutalement pour la sortir de son sommeil maléfique, elle ne comprenait rien à ce qu'on cherchait à lui dire. C'était trop d'un coup, son cerveau ne s'était pas encore remis en marche et voilà qu'on l’affluait de question. Voulant repousser l'homme qui ne cessait de l'importuner, Cara se rendit compte du poids qui pesait sur ses poignets. Qu'est ce que c'est que ce délire encore ?! Les nains étaient aussi stupides ?!

« Ma dame, vous êtes en état d'arrestation pour le crime de Conrad Martin, veuillez nous suivre je vous prie. »

Les yeux de Cara s'écarquillèrent si grand que jamais personne n'avait autant perçu la vive couleur de ses iris. Cara, une criminelle ? Ce n'était pas faux quelque part... Mais Cara ne se faisait pas prendre ! Elle ne pouvait pas finir derrière les barreaux elle s'y refusait catégoriquement.

« Trouvez moi quelqu'un, je vais vous prouver mon innocence. »

Ce n'était pas une question et ce n'était pas parce qu'on lui avait passé les menottes que Cara était totalement inoffensive. Elle n'avait jamais essayé d'étrangler quelqu'un avec une chaîne... Ce serait peut-être le moment d'essayer.




ω Quand tu seras grande, si tu éprouves encore de la haine pour moi, tu me trouveras.
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 643
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Juin - 19:25




L'avocat du diable - Cara et Rulf
Feat Cheryl

Convoqué au conseil des aubergistes après le repas du midi, je prenais mon temps le matin pour regarder l'évolution du matériel présent dans les auberges d'Hemgard. Il y avait de plus en plus de nouveauté et d'innovation qu'on lançait pour le confort des voyageurs : eau chaude, bain, lavabo, tuyauterie en tout genre… Ce confort devait cependant faire l'objet de contrôles. C'est pour cette raison que le conseil m'avait appelé. Un tour des auberges autour de Tialtec, comment pouvais-je refuser ?!

Si seulement je pouvais penser une once de ce à quoi j'allais réellement être confronté… Je commençais par inspecter les plus gros établissements du centre de la capitale tout l'après midi. Le soir venu je décidais de dormir dans un plus petit établissement mais de bonne réputation. Je me dis que ça me ferait pas de mal de ne pas dormir dans ma chambre cette nuit et tester un nouvelle fois le bon goût d'une auberge naine !

Je pris donc mes disposition pour la nuit sans trop profiter du comptoir. Cette journée m'avait été bien remplie et demain j'avais encore un peu de travail. Je m'endormis vite mais fus réveiller dans la nuit par d'étranges bruits. Je soupirais et finis par décider de me lever. C'était bon à la fin, j'étais là pour dormir moi ! Et je savais très bien qu'il ne s'agissait pas d'un couple. Je sortais donc dans le couloir avec mes habits pour la nuit et grognon. Je vis sortir deux hommes d'une des chambres. Il ne refermèrent qu'à peine la porte et passèrent devant moi en s'excusant. L'un était de taille moyenne pour un homme, l'autre plus petit et plus maigre. Je vis une partie de visage de celui-ci un peu balafré. Ils s'excusèrent donc rapidement et prétextèrent qu'une femme était en train de dormir là dedans et voulait qu'on lui foute la paix.

Je me dis que je ne devais pas chercher plus loin et retournais me rendormir. Le lendemain matin je fus surpris par le monde qu'il y avait dans le couloir et les discussions animées dès le premier repas de la journée. Comme tout bon nain qui se respecte je demandais vite de quoi il en retournait. Lorsque j'appris la nouvelle j'écarquillais de grand yeux : non d'une choppe j'avais croisé les tueurs cette nuit ! J'étais persuadé de cette idée. De fait quand j'en demandais un peu plus et que je sus que l'on suspectait une femme je pris à cœur de faire triompher la vérité.

Je me préparais plus rapidement qu'à mon habitude et me renseignais auprès des gardes qui enquêtaient sur ce sujet atypique. Comme je n'ai pas du tout le bras long et très peu d'amis (ironie), j'obtins toutes autorisations nécessaires pour mener également l'enquête. Les gardes acceptèrent avec plaisir que je fasse mon enquête. Je commençais donc par rencontrer la suspecte. Je me dirigeais vers les prisons et, après de nombreux détours et visites de couloirs, deux gardes m'emmenèrent à la geôle de la suspecte. J'entrais et l'attendis.

Une jeune femme toute maigre entrait alors et on la fit assoir en face de moi. Je crus d'abord à une erreur et ne lui adressait pas la parole. Je me retournais vers le premier garde qui ne la quittait pas des yeux comme le lait sur le feu. L'autre me confirmait de la tête que c'était bien elle. Je fronçais des sourcils et me rassis droit en la considérant. Bon… Je haussais les épaules et me présentais :

"Bonjour, pour faire court: je m'appelle Rulf Golbak. J'ai été informé de votre cas et votre suspicion. Comme j'étais dans l'auberge cette nuit et que je ne crois pas que vous soyez la meurtrière, je mène mon enquête… Accepteriez-vous de répondre à mes questions ?"




Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 115
Emploi IRL Etudiante

Feuille de personnage
Profession : Chasseuse de Prime/ Espionne
Amis & Connaissances:
Âge : 19 ans
avatar
Je suis maléfique
Cara W.Frost

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Juin - 16:31
« L'avocat du Diable »
Rulf & Cara
Jamais. Jamais on avait autant manqué de respect à Cara !
Ca la rendait presque folle de se retrouver là, au milieu de ces gens répugnants ! Tous plus fous et plus idiots les uns que les autres. Pas un pour rattraper l'autre j'vous jure, c'en est irritant !
Enfermée... Et ces gardes qui la reluquent là. D'autant plus méprisant... Sans ces menottes Cara aurait très certainement foutu le feu à toute la prison. Sa colère était semblable à un brasier et elle chauffait de l'intérieur. Sa magie mourrait d'envie d'exploser, il fallait que ça sorte, par n'importe quel moyen.
Un foutu cachot, humide, froid et des barreaux. Souvenir d'enfance. Cara avait l'impression de retomber quelques années en arrière, sauf que son père ne viendra pas pour son plus grand malheur. Jugée pour un crime qu'elle n'avait même pas commis, quelle immondicité vraiment.
Très sincèrement, Cara comprenait tout à fait le peuple sur ce point là. Vue l'efficacité de la justice, il était tout à fait naturel que les hommes préfèrent se rendre justice seul qu'à travers la grande Justice elle-même.
Des conneries. Un amas de connerie ! Vraiment.

La grille s'ouvrit dans un grincement amer, le fer rouillé n'en était pas encore au stade de l'érosion total. Rouillé mais pas assez pour être mangé par les années.
Elle avait l'air bien minable assise là. Ses boucles déjà naturellement indisciplinées étaient en dans désordre fou. Même sa robe était souillée. L'image de Cara était tâchée et son égo était outré. Ses airs de révolte lui collait si mal aux traits, elle faisait peur. Livide, des traits tirant vers la folie et plus maigre encore qu'à l'habitude. Deux putains de journée sans avoir grignoté quoi que ce soit ! Elle pourrait limite resserrer son corset.
Le garde l'invite à sortir et son regard assassin tombe lourdement sur sa personne. Elle pense à tout ce qu'elle pourrait lui faire subir, là, maintenant, tout de suite.
S'ils cherchent à la rende folle, ils sont clairement sur la bonne voie. Elle s'entend à peine penser tant son désir de revanche sur l'injustice l'obsède.
Ses sentiments se mêlent tous les uns aux autres, tout ce qu'elle parvient à retenir c'est qu'elle refuse cette position et qu'elle est prête à tout pour en sortir. Le désir de vengeance enfle dans sa poitrine lorsqu'elle croise les regards des autres gardes et enfin la voilà arrivée.

Nouvelle injure à sa personne. Ce regard qui la survola avec une touche d'étonnement. Ca vous étonne ? Eh bien elle aussi.
Le regards des gardes pèsent lourdement sur son dos, de quoi ont-ils peur exactement ? Cara n'a plus de pouvoir et elle n'a pas de raison de tuer cet homme. D'autant plus qu'elle est innocente et n'a rien à se reprocher, alors elle voyait mal d'où venait le problème.
Son regard brûlant de sa profonde colère, Cara jaugea l'homme en face d'elle qui finit par s'asseoir. Et à la surprise générale, il y avait bien quelqu'un qui la pensait innocente.
L'opportunisme de Cara revint au galop, tellement vite qu'elle en oublia de mépriser le monde.

« Bien sûr que j'accepte, si cela peut prouver à tout les imbéciles du monde que je suis innocente alors oui, je répondrais à vos questions. Toutes vos questions. »

Ce nain était sa seule issue de secours et même si elle ne le connaissait pas, elle l'aimait déjà. A sa manière évidemment, mais elle l'aimait bien et c'était un grand plus pour elle.
Une avancée dans cette enquête qui empoisonnait sa vie et la tuait à petit feu... Quoi qu'à force de sentiment aussi négatif, sa puissance magique aurait tellement été alimentée que ces menottes n'auraient pas fait long feu... Mais l'idée de rester cloîtrer ici ne serait que pour quelques heures la rendait complètement exécrable.
Elle n'aurait pas eu la patiente d'avoir la puissance suffisante pour faire exploser ces lieux et les gens avec.
Même à cette idée, Cara n'arrive pas à ressentir une once de culpabilité tant elle s'est coupée de ses émotions. Et si son corps lui fait défaut et la fait paraître faible, Cara sait qu'elle reste une femme forte et bien déterminée. Elle ira au bout. Coûte que coûte.

« Tout d'abord, je suppose que vous voulez savoir qui je suis ? Cara Frost suffira... A présent Rulf, allez y, je vous écoute. »




ω Quand tu seras grande, si tu éprouves encore de la haine pour moi, tu me trouveras.
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 643
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Juin - 19:38




L'avocat du diable - Cara et Rulf
Feat Cheryl

La réponse de la petite brune en face de moi ne tarda pas et sa coopération si facile me réjouissait quelque part. Je n'avais nulle envie de parlementer trop longtemps. Ce faisant elle se présentait et acceptait de répondre à mes questions. Sa posture coopérative allait peut être me faciliter la tâche. Je n'avais rien contre elle, au contraire, je n'avais dans l'idée que de rétablir la vérité. Je réinstallais un peu mieux mon postérieur sur le siège et lui demandais:

"Très bien Cara Frost. Alors ne perdons pas une minute. Première série de question : pourquoi vous trouvez vous en Hemgard ? Dans quelles auberges, au pluriel ou non, vous êtes vous arrêtée ? Connaissez vous la personne qui s'est faite tuée ? Enfin, racontez moi votre version…"

Je répétais mes questions un peu moins rapidement tout en réclamant du papier et de quoi écrire. Je n'aimais pas cet endroit et ne me sentais pas très à l'aise, mais je devais garder en tête qu'elle était suspecte. Je gardais confiance en notre justice et ce que nous appelions la "présomption d'innocence", soit le fait que tant que l'on avait pas prouvé sa culpabilité avec preuves à l'appui, elle restait tout autant innocente que coupable. Une fois le papier devant moi qui était arrivé vite, je lui fis un signe de la main pour lui signifier que je l'écoutais avec attention.
[/color]




Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2355
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Mer 24 Aoû - 21:33

ARCHIVAGE DES RPS


Ce sujet n'a pas reçu de réponse depuis 1 MOIS.

Vous êtes prié de contacter le membre concerné afin de le relancer.

Si aucune réponse n'est apporté à ce sujet dans 15 JOURS, il sera archivé




"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
L'avocat du Diable | Rulf & Cara
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS ABANDONNÉS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» L'avocat du Diable | Rulf & Cara
» Corne du Diable = Psycopathe
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?
» Haïti - Politique : L’avocat d’Aristide doute de la volonté des gouvernements

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-