AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[TERMINE] La vie n'est pas un long fleuve tranquille | PV Jazz Llowtree
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES


Invité
Invité

Jeu 7 Nov - 18:20

La vie n'est pas un long fleuve tranquille


La journée avait été épuisante et ennuyeuse. Encore une journée de perdu. Le temps paressait de plus en plus long pour Adelia. Elle avait fait halte dans ce village depuis déjà deux jours, et pourtant, ça lui paressait une éternité. Elle avait entendu parler de ce village où une créature sévissait. Pourtant, pas la moindre bestiole en vue depuis ces deux jours. Ce temps, elle aurait aimé le passer ailleurs qu'ici. Il ne s'y passait quasiment rien. Un peu de bagarre lui ferait pas de mal. L'histoire de la créature, elle l'avait entendu un jour dans une auberge. À croire que l'homme qui l'avait raconté, voulait que tout le monde se ramène par ici. Mais pour quelle raison ? Pourtant Adelia n'avait croisé personne d'étrange dans les parages. Des commerçants, des paysans, des forgerons avec des épées dans les bras, mais pas de personnes étranges dans le genre, grande capuche ou oreilles pointues. Avoir suivi cette piste, avait été une perte de temps. Elle avait parcouru des centaines de lieux pour en arriver là où elle se trouvait. Soit 3 jours de marche. C'était histoire de se mettre dans l'aventure, pour une fois que quelqu'un racontait des trucs sur un village attaqué. Mais d'ici demain, elle repartirait dans un autre village. Pourquoi s'attarder ici, s'il n'y avait rien à combattre, ni à voir. Adelia aimait l'aventure, se battre, mais rester au même endroit n'était pas son genre. Qui c'est, peut-être rencontrera-t-elle une véritable créature, plus haute qu'elle. Un dragon peut-être, ou alors une goule géante. N'importe laquelle, elle voulait de l'action. Elle en avait jamais rencontré une, mais l'idée même d'en croiser lui donna le sourire. Elle parcourait à présent la grande place, les rues étaient désertes, mais la grande place était pleine de monde. Elle s'arrêtait à chaque étale des commerçants, sentant les fruits et en glissant une ou deux pommes dans sa besace, discrètement. Sa bourse n'avait pas tellement de pièce, sauf cet anneau en or et la chaîne ainsi que quelques pièces. Pas assez pour une pomme. Elle n'avait pas encore vendu l'anneau. D'ailleurs elle se demandait encore d'où l'aubergiste l'avait eu. Il était étrange comme anneau, mais Adelia n'avait pas essayé de le mettre, ni la chaîne avec le triskel d'ailleurs. Pourquoi on offrait des cadeaux ? Elle n'avait rien demandé. Adelia secoua la tête. Non. Elle ne devait pas trop penser. Trop à y réfléchir, et elle ne verrait pas si quelqu'un ou quelque chose allait surgir d'elle ne sait où. Elle avait regrettait par deux fois de ne pas avoir tué les gens qu'elle rencontrait. Elle n'était pas du genre à prendre la défense de qui que ce soit. Ça lui était tombé dessus par hasard. Elle rebroussa discrètement chemin, sa besace pleine de fruit et sa bourse, à la ceinture, encore pleine malgré tout. Elle avait entendu un bruit juste derrière elle. Une sorte de fer et des cris. Si c'était là créature, il fallait qu'elle soit plus maligne qu'elle. Elle porta sa main à son épée et la sortie du fourreau avant de se retourner.
_________________________________________


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Mar 19 Nov - 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 9 Nov - 1:22
Oh, ma chère tante !
Jazz sifflotait, marchant sur un toit avec l’agilité suprême d’un oiseau, et tenait en ses mains une belle bourse. Il ne craignait pas les renards avides qui lui feraient la cour sur ses prouesses, et de toute façon ne pensais même pas qu’une fable puisse exister à ce sujet. Dans tous les cas, il tenait sa bourse, qui en vérité n’était pas la sienne et souriait, se demandant combien de repas les pièces allaient lui payer. Il se disait qu’il pouvait aller les compter, et soudain se rappela que cela faisait quelques jours qu’il était ici, et qu’il devrait partir dans peu de temps, histoire de ne pas se faire repérer ni attraper. Jazz se souvint alors de la première fois qu’il était arrivé ici et eut un sourire, quand il se rappela avoir effrayé une vieille mamie avec ses ailes. Et dire qu’il avait réussi à se cacher avant qu’elle l’identifie. Cela aurait été bête, sinon. Depuis, il avait été très prudent. Ne pas se faire remarquer, non les dragons ne sont plus, ne pas se faire attraper et dépecer, c’est un peu ce que répétait le cerveau du jeune voleur depuis le début de son arrivée ici voire depuis encore plus longtemps.

Il regarda sa bourse, et l’ouvrit et se mit à compter. C’était ses parents qui lui avaient appris. Ils avaient au moins eut le temps de lui apprendre ça, mais ils ne savaient pas lire, donc le pauvre petit Jazz était analphabète. Après, ça ne le dérangeait pas, il savait au moins lire les chiffres. Soudain, un bruit survint.
Le brun se tourna en direction de celui-ci et vit une femme qui se faisait attraper par des gardes, elle criait, sa victime aussi, et Jazz fit la moue. Parce qu’il connaissait cette demoiselle, piètre chapardeuse, mais au bon cœur, et surtout qui n’avait pas d’autres moyens pour survivre. Le garçon sauta de façon à descendre du toit, et se fit légèrement mal parce qu’il n’était pas parfait, et que parfois cela lui arrivait, puis il arriva à terre.

- Ooooh ! Elda ! Tu es là ! Allons voyons, il ne faut pas déranger ces jeunes gens !
- Elle ne dérange pas, elle pille !
- Ah bon, et où est son objet de délit ?


Il vit alors une femme blonde avec une épée en main, souriant, il trouva cela intéressant, puis la pointa du doigt, doué en mensonge, et espérant qu’elle l’aide même si elle n’avait rien à voir avec l’histoire

- Regardez, je suis sûr que cette jeune femme à bien vu que ma tante Elda n’a rien fait du tout ! Ma tante est un peu folle sur les bords, vous savez, ce n’est pas de sa faute, et j’ai oublié de l’arrêter à temps, je suis désolé messieurs les gardes ! Pourriez-vous la relâcher ?

Elda semble ne pas comprendre, pourtant il le faut sinon elle jouera mal son rôle de folle.  Si seulement mon « témoin » pouvait affirmer mes faux propos….

Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 9 Nov - 16:27

La vie n'est pas un long fleuve tranquille


Elle avait été repéré. Pourtant elle jurait avoir été prudente. Voler était un défaut, mais elle était assez rapide. Comment donc avait-elle été repérée ? L'épée encore à la main, elle vit la garde autour d'une personne. En fronçant les sourcils, elle les vit détenir quelqu'un. Oui, une vieille femme. Ce n'était pas à elle qu'ils en voulaient, mais à cette pauvre femme. Elle rangea son épée dans son fourreau. Rassurée ou pas, elle recula d'un pas, prête à partir avant que la garde ne la voit. Après tout, elle avait volé des pommes et ne comptait pas se faire attraper. Ce n'était pourtant pas la première fois qu'elle volait. Il fallait bien manger. Et puis, partir à l'aventure et voler, ça allait dans le même sens. Quelqu'un se mit à parler assez fort. Cette personne avait surgi de nulle part. De loin, Adelia le voyait petit et à croire à ce qu'il disait, il était futé. Il lança alors qu'elle avait été témoin de la scène. Adelia haussa un sourcil et porta sa main à son épée. Avant de ce souvenir que la garde était encore là et l'observait. Ce gredin venait de dire à la garde qu'elle était témoin ? Elle serrait les dents et sentit une source de chaleur dans la main. Qu'elle cacha derrière son dos. Ce n'était pas le moment pour que sa boule d'énergie ne s'active. Si elle disait qu'elle avait tous vu, verraient-ils que sa besace était pleine à craquer ? Et si elle partait sans rien dire, après tout, cette femme s'est fait attraper, elle n'avait rien à voir dans cette histoire. Aider son prochain. Elle n'était pas là pour aider, mais pour chasser une créature. Un ogre allait bien finir par arriver. Pourquoi cela tombait toujours sur elle ? Elle recula encore et finit par partir avant de s'arrêter. Ce gamin lui rappelait un peu Lysandre. Et même s'il avait trouvé un stratagème pour l’amener dans leur histoire, elle devait au moins l'aider. Ce n'était pas le premier qu'elle aidait, et à chaque fois elle s'en voulait de ne pas les avoir tués plutôt. Elle resta sur place, levant ses yeux au ciel avant de faire demi-tour. Les gardes étaient en train de secouer cette pauvre femme. Quitte à avoir des ennuis après, autant en avoir maintenant. Une bonne course dans ce village, ça ne fait pas de mal.

« - Hey ! Vous n'avez pas honte de vous en prendre à cette pauvre femme ? Qui plus est, son neveu vous a dit qu'il y avait un témoin et qu'elle était dérangée, et je ne l'ai pas vue voler ni faire quoi que ce soit! »

Les gardes la dévisagèrent un instant mais ne lâchèrent pas leur prisonnière. Même si, pour Adelia, il ne semblait pas du tout convaincu de son mensonge. Bien sûr, elle n'avait jamais vu ce gamin et sa tante de sa vie. Mais qui pouvait le démentir ? Si ça se passait mal, il était bon de devoir partir assez rapidement. Mais la besace était lourde et risquait de craquer à tout moment.

« - Écoutez, on ne va pas s'éterniser là-dessus, il me semble que vous avez d'autre chose à faire ! Et à mon noble sens, si son neveu vous dit qu'elle est dérangée, c'est qu'elle l'ait. Donc, à moins que vous vouliez que je m'en prenne à vous, relâchait-là. »

Elle porta sa main, qui était redevenu froide, à son épée. Une bonne bagarre dans la rue, c'était mieux que dans une auberge de voyageur. Ils étaient au moins 5, et à elle seule, elle pouvait les battre.
_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 9 Nov - 17:47
Oh, ma chère tante !
Jazz attendait l’aide de cette blone, il ne la connaissait pas, ni son nom, ni ce qu’elle faisait dans sa vie, ni pourquoi elle portait une arme, ni rien, mais aussi risqué que c’était, il espérait qu’elle l’aiderait, et en effet c’est cela qui se produisit, elle l’aida.
Elle les défendit tous les deux, paraissant s’offusquer, servant de réel témoin bien qu’elle n’avait rien vu et qu’Elda avait vraiment volé quelqu’un, ou tout du moins, elle avait essayé. Les gardes paraissaient méfiants même avec ce qu’elle disait, ils semblaient prêts à tirer leurs armes et à se battre, mais même si Jazz savait qu’il pourrait aider, cela allait le mettre en avant. Il se mit à réfléchir. Il se souvint que depuis qu’il était arrivé ici une rumeur de monstre c’était manifesté, de fait, Jazz pointa du doigt une ruelle étroite vide :

- Là ! Il y a le monstre ! La créature ! Je viens de la voir partir par là !
- Et alors ?
- Alors, vous avez mieux à faire que d’arrêter ma tante folle que d’arrêter une créature maléfique, non ?


Les gardes parurent hésiter, mais, Jazz les pressa du regard et ils partirent en courant afin de rattraper un monstre imaginaire qui n’existait pas. Le jeune homme eut un petit sourire amusé et satisfait et se tourna vers Elda, la délivrant par la même occasion :

- Sois prudente, la prochaine fois, Elda.
- Merci mon garçon, je suis désolée je ne suis pas…


Jazz lui fit un signe du regard pour lui rappeler que la témoin ne devait pas savoir qu’en vérité elle était vraiment une voleuse. La femme se tût donc, et eut un sourire, puis s’en alla. Le garçon se tourna vers la blonde et souriant qu’il était, fit :

- Merci bien de votre aide mademoiselle. J’ignorais que certaines femmes savaient manier l’épée.

Il la raillait, mais cela l’amusait. De voire une femme forte.

- J’espère que vous ne m’en voulez pas trop de vous avoir utilisé contre votre gré, mais cette femme ne mérite pas la prison.

Jazz était rassuré de savoir qu’elle était partie, d’ailleurs, mais espérait qu’elle ne se fasse pas attraper après.

Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 9 Nov - 21:02

La vie n'est pas un long fleuve tranquille


Et voilà. Elle venait encore, d'aider quelqu'un. Les gardes restaient figé, attendant. Observant Adelia comme ci elle arrivait de nulle part. Elle les regarda sans rien dire. Aucune réaction de leur part. Qu'est-ce qu'ils attendaient ? Sûrement qu'elle leur avait dit ce qu'ils n'aimaient pas entendre. Elle allait sortir son arme s'ils ne voulaient pas faire un effort de bonté. Elle n'avait rien vue, pour sûr, mais elle aurait fait la même chose pour Lysandre. Ce gamin était plus maigre que son jeune frère, plus jeune aussi et pas du tout petit vu de près. Ce dernier lança une réplique au garde, qu'il avait vue la créature. Peu importe ce que cette femme avait fait, Adelia l'avait aidé et ces gardes ne voulaient pas la lâcher. Pourtant en insistant un peu plus, ils finirent par les laisser là, dans la ruelle. Adelia allait faire la même chose, les suivre pour rattraper cette créature qu'elle cherchait depuis quelques jours. Mais elle restait là écoutant leur conversation. Pour quelle raison les gardes s'en prenaient-ils à cette femme ? Elle ne semblait pas du tout dérangée. Adelia la regarda enfin s'éloigner en plissant les yeux. Elle ne semblait pas du tout sa tante. Il s'adressa de nouveau à elle pour la remercier.

« - Es-tu entrain de me dire, que ce n'est pas ta tante ? D'un côté je m'en fiche pas mal ! »

Adelia sortie son épée. Elle qui pensait ne pas devoir s'en servir. Elle la fit tourner sans effort avec le poignet et mis la pointe de sa lame sous le menton. C'était devenu une habitude. Pourquoi le laisser sans sortir aussi facilement.

« - Dis-moi, où as-tu entendu parler de la créature ? »

Elle le défia. Il lui sembla, qu'il lui avait menti. Pourquoi avait-il menti sur le fait qu'elle ne soit pas sa tante ? Pour aider une pauvre femme. Tout compte fait, il ne lui rappelait pas Lysandre. Et s'il mentait encore ? En même temps, on ne pouvait avoir confiance en personne. Même pendant les aventures. Il devait avoir une prime pour la capture de cette créature et il pouvait garder l'information pour lui.
_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 9 Nov - 21:45
Olà, doucement !
Jazz se pensais tiré d’affaire, après tout il avait sauvé Elda en s’impliquant lui meme dans l’histoire, mais il ne souhaitait pas que cette pauvre femme qui ne faisait que survivre dans ce monde injuste se fasse tuer par des gens qui ne comprenaient pas cette vision de la vie. Mais Jazz n’était pas sorti de l’auberge, vu que la jeune blonde, semble mécontente d’apprendre que ce n’est pas sa tante. Bien évidemment,  il pensait qu’elle se douterait que ce n’était pas le cas, vu le coup qu’il avait fait, mais apparemment non, Jazz se met à froncer les sourcils et se dit que peut-être faire confiance si vite n’était certainement pas une bonne idée, il regrette ses paroles et l’odeur de la cendre remonte à son nez. Une odeur invisible, imaginaire, mais qui lui rappelle tant de souvenirs. Il avait oublié que faire confiance n’était pas une bonne idée.

Il vit la lame atteindre le dessous de son menton, manqua de lever les mains avec innocence, mais perdit son sourire, bien qu’il se sentait presque tranquille. Jazz se savait assez agile pour éviter de se faire tuer là maintenant, et cette femme ne l’aurais pas même si elle le voulait….Bon peut-être que si, mais seulement si elle maitrisait son épée mieux que personne. Il resta silencieux, et l’observa, avec calme. Elle lui demande où il a entendu parler de la créature, et il se demande pourquoi donc elle pose ce genre de question, mais qu’importe, il va lui répondre si c’est juste ce qu’elle désire. Bien sûr, il va omettre le détail plus important, mais le garçon est fin menteur, et surtout habitué à raconter des bobards.

- Je vis dans les bas quartiers de cette ville, les gens en parlent dans leur barbes, les rumeurs se forment, c’est ainsi que j’ai appris l’existence de celle-ci, mais je ne sais rien d’elle. J’ai juste utilisé ce prétexte pour faire partir ces messieurs.

Jazz est malin et il ne fais plus référence à sa tante, vite détourner le sujet, paraître innocent.

- Je ne fais aucun mal, vous savez ? Ce n’est pas la peine de menacer quelqu’un avec une lame juste parce qu’il écoute les ragots du moment.

Bien sûr qu’il savait bien d’autres choses sur la créature, étant celle-ci en vérité. Mais il n’allait pas le dire, Jazz tenais à la vie, ou tout du moins, ne savait pas ce que cette jeune femme en ferait si elle l’apprenait, dans tous les cas, il savait que les dragons étaient prisés, donc….

- Alors, pourriez-vous la ranger, s’il vous plait ? Je pense que certaines personnes autour de nous doivent se poser des questions. De plus, j’ai dit aux gardes qu’il y avait la créature, mais ce n’est pas vrai. J’ai juste dit cela pour que cela n’aille pas trop loin. Elda ne voulais aucun mal. D’ailleurs, je vous propose que l’on s’éloigne de ce lieu. Ils pourraient revenir, et penser que nous sommes complices, ou je ne sais quoi d’autre. Alors que vous nous sommes innocents.

Il repoussa doucement la lame, tentant de retrouver un brin de sourire.

- Non ?

Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 10 Nov - 11:01

La vie n'est pas un long fleuve tranquille


Il lui avait répondu d'un ton solennel. Non sans mentir, ou peut-être juste un peu. Adelia l'entendait dans sa voix. Son ton était un peu trop jovial. Il lui avait dit qu'il avait entendu parler de la créature en question dans les bas quartier. Ce n'était pas pour autant qu'Adelia baissa son épée. Elle resta à l'écouter, parlant maintenant de cette femme qu'elle avait aidé. Il continua en repoussant son épée, lui proposant de bouger d'ici. Mais Adelia remit l'épée sous le menton du jeune homme et plissa les yeux. Finalement, elle la rangea dans le fourreau. Elle n'était pas du genre à tuer un vaurien. Qui plus est, il pouvait être d'une utilité, pour lui montrer l'endroit où il en avait entendu parlé de la créature. Mais d'un côté, si là créature n'existait pas, elle n'avait plus qu'à quitter le village pour allez au suivant. Elle ouvrit sa besace et pris une pomme avant de croquer dedans. Puis, repensant à ce qu'il venait de dire sur les gardes, elle le détailla.

« - Tu serais surpris de ce que je peux faire avec cette épée ! Cela fait des jours que je parcours ce village, à la recherche de cette créature ! Je ne sais même pas à quoi elle ressemble. Tu es le premier que je rencontre, qui en parle. Les gens ici, n'ont pas l'air d'être trop au courant ou n'ose pas en parler ! Dû moins, on en a parler dans un autre village, dans une auberge. Une créature immense, et une prime y serait versé ! Je compte m'en débarrasser, je m'en fiche de la prime ! »

Adelia ressentit quelque chose d'étrange en elle. Cette sensation elle l'avait déjà ressentit avec le mage. Une sorte de poussé de pouvoir. Quelqu'un dans cette ruelle, mis à part elle bien sûr, avait des facultés magique. Et qui plus est, elle était en danger. Donc, ci cela venait pour elle, autant partir tout de suite.

« - Ne restons pas là. »

Elle refis le chemin vers le marché sans se préoccupé, s'il la suivait ou pas. Elle jeta le trognon de pomme sous un étale de fruits et longea un peu les murs. La sensation de magie disparut et le cœur de la jeune femme s'atténua un peu. Mais vers où devait-elle se rendre pour voir de ses yeux la créature.
_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 10 Nov - 21:48
Au fait, pour la créature.
Jazz attendais calmement, qu’elle ose enfin ranger son épée, prudent aussi, prêt à agir si elle ne le faisais pas. Il savait que le temps pressait et que ce qu’il avait dit pour les gardes était véridique. Il apprit qu’elle cherchait la créature, et elle ignorait même qu’en vérité, le jeune garçon était ce monstre que tout le monde recherchait de partout, juste parce qu’il avait fait une petite erreur. Il eut presque un sourire quand elle parla d’une créature immense, et songea que décidemment les ragots pouvaient partir loin, vu la taille de Jazz.

Mais enfin la jeune femme sembla être raisonnable et se mit à partir, il la suivit, sans trop savoir pourquoi vu qu’ils en avaient fini de parler tous les deux, mais c’était ainsi, Jazz la suivait donc, et baissa ses yeux, pour voir s’il voyait une quelconque bourse. Le garçon avait été légèrement vexé d’être menacé d’une épée, voler la bourse de cette demoiselle pouvait être intéressant, mais il ne connaissait pas ses capacités, et ne savais pas si elle le remarquerait, aussi resta-t-il innocent et n’en fit il rien.

- Cette créature tout ce que je sais c’est qu’elle n’est pas immense que ça. Je crois qu’elle vole, non ? Y en a qui disent qu’elle a trois yeux, d’autres qu’elle possède six têtes. En fait les avis diffèrent, mais il est vrai qu’on n’en parle que dans les quartiers les plus sombres, là où les rumeurs se mêlent avec les ombres.

Pas qu’il était entrain de se vendre, vu qu’il proposait des trucs hallucinants, juste que cette rumeur l’amusait depuis le premier jour où il en avait entendu parler. Bien évidemment, il ne s’était plus jamais manifester sous sa forme originale, pour éviter les ennuis

- Je ne cherche pas les créatures moi. Je ne suis qu’un pauvre garçon sans histoire.

Jazz souriait de toutes ses dents en disant cela. Parce qu’il mentait, parce que son histoire était longue et que tout ce qu’il connaissait sur la créature était plus que tout ce que l’on pouvait imaginer. Mais il mentait bien, habitude de ses longues années, et Priwean, son mentor avait été excellent pour bien lui enseigner cet art de persuader et de mentir afin de ne jamais au grand jamais dévoiler son identité.

- Vous menacez souvent les gens avec votre épée, au fait ? Surtout ceux qui sont parfaitement innocents.

Jazz devait reconnaître que cette femme semblait du genre impulsive, mais cela pouvait être très bien. Comme très mal.
Fiche par Yuuki.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 11 Nov - 11:15

La vie n'est pas un long fleuve tranquille


Adelia s'étant encombré de ce garçon, elle allait bien pouvoir trouvé un moyen de sans débarrasser. En même tant, il s'était servi d'elle pour sauver une vieille femme, qui plus est, n'était pas du tout folle. Autant qu'elle le garde dans les parages. Elle se doutait qu'il n'était pas si innocent d'après ce qu'il venait de dire. Il reprit la parole. Encore un bavard. Il fallait pourtant faire un peu de silence. Il lui parla de la créature. Qu'elle avait six tête. Adelia se tourna vers lui en le détaillant. Avant de reprendre son attention sur la place du village. Un homme habillait de noir était sur la place du marché. Adelia ne le lâcha pas, suivant ses faits et gestes. En même temps, il n'était peut-être pas la pour elle. Mais la sensation dans la ruelle, ce n'était pas dans sa tête. Un autre homme le rejoint, se penchant sur l'autre. Le jeune homme avec qui elle était parla de nouveau. Lui disant qu'il n'était pas de ce ceux qui chasse les créatures. Il y eu un silence pesant. Adelia ne l'écoutait pas vraiment, elle était surtout entrain de guetter les deux hommes qui se dirigeait vers la sortie de la ville. Sûrement, qu'un des deux avait eu vent de la créature et se dirigeaient vers cette dernière. Même s'ils étaient là pour elle, Adelia devait les suivre. Elle se tourna vers le jeune homme.

« - Eh bien, pour m'avoir mêlé à ton histoire de femme folle, qui n'est pas tellement folle et puisque tu m'as parlé de la créature tu seras l’appât, donc, tu seras utile pour m'aider ! Et tu ne me paraît pas si innocent que ça ! Les gardes semblaient bien te connaître dans cette ruelle ! Je m'en fiche un peu, de ce que tu leur à fait. À la base je tue avant de poser des questions inutiles et de m'encombrer de personne trop bavarde ! »

Elle l'attrapa pour le faire passer devant elle puis lui montrer la rue où elle avait vue les deux hommes disparaître. Ils se retrouvaient dans une ruelle qui menait à la sortie de la ville. Les deux hommes avaient disparut. Elle repéra une auberge et passa devant pour ouvrir la porte. Les deux hommes étaient là, attablé à une table. Ils ne firent pas attention à ceux qui rentraient et sortaient. Adelia alla s'installer au fond, non loin d'eux, histoire d'avoir une vue d'ensemble et pouvoir écouter les deux hommes en noir. Ils avaient une capuche sur la tête.
_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 12 Nov - 21:50
Un appât, moi, et depuis quand ?!
[J’ai fait une recherche sur les boissons durant le Moyen Age. C’est indiqué que l’eau étant souvent contaminé, ils buvaient principalement du vin. Donc cela explique un passage du rp]

Jazz remarqua qu’elle ne l’écoutait pas, cela le surprenait guère, après tout elle devait s’en moquer totalement de lui, mais le garcon voulait s’amuser à la voir chercher une creature qui n’existait pas, qui n’était rien d’autre que lui. Pourtant elle se tourna vers lui, et elle sembla décidée à l’utiliser comme appât. Hum. Pourquoi pas. Non attends. Quoi ? Jazz l’observa, haussant un peu les sourcils, et manqua d’exploser de rire, mais se contint et se força à rester sérieux et presque désemparé, bon acteur. Mais elle semblait savoir qu’il n’était pas si innocent, mais tant pis, elle ne savait pas qui il était, d’ailleurs lui non plus comme ça ils étaient quittes. Jazz eut un regard amusé de voir que la jeune blonde avait un sacré tempérament comme ça. Il n’avait peur, il en fallait plus pour l’effrayer. Il la suivit alors.

Ils arrivèrent face à une auberge qu’il connaissait bien, et Jazz observa vers où le regard de la blonde se dirigeait, et constata qu’elle fixait deux hommes, et la suivit même à l’intérieur, quitte à faire. N’était-il pas cet appât qu’elle souhaitait ? Quel drôle d’appât quand on sait que ce qu’il doit attirer n’est autre que lui-même. Jazz se demandait si quitte à faire il ne pouvait pas commander, ayant une bourse pleine sur lui, dérobé à une charmante bonne femme. Souriant malicieusement il attira alors l’attention d’une aubergiste et demanda de l’hydromel pour se rafraichir légèrement la gorge. Il se tourna vers la blonde, se demandant si elle l’écouterait :

- C’est offert. Au fait, qu’est ce que voulais dire par appât ? Et qu’est ce que t’on fait ces deux messieurs ?

Sa seconde question avait été prononcée avec douceur, suffisamment pour que les dites personnes n’entendent pas grand-chose. Jazz était peut-être assez énergique, mais il savait se faire discret, et n’était pas stupide.

- Au fait, avant de servir d’appât à une dame dont j’ignore le nom, puis-je au moins savoir comment l’on te nomme ?
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 13 Nov - 13:09

La vie n'est pas un long fleuve tranquille


Adelia plissa les yeux, restant un peu sur ses gardes. Écoutant, si, oui ou non, l'un de ses voisins, près de sa table, allaient finir par dire quoi que ce soit sur cette créature mystérieuse qui rôdait dans ce village. Quand finalement l'un d'eux, dit d'une voix basse qu'ils ne savaient pas par où commencer pour la retrouver. Adelia soupira et reprit son attention sur le jeune garçon. Elle fronça les sourcils. Après tout, pourquoi elle l'avait épargné ? Parce qu'il lui rappelait Lysandre. Mais encore ? Non ce n'était pas son jeune frère qu'elle n'avait pas vue depuis longtemps. C'était un manipulateur. Adelia n'était pas si stupide. Pourtant, elle l'avait cru, quand il avait dit que c'était sa tante. Mais personne ne méritait d'aller en prison. L'aubergiste apporta les hydromels, qu'il posa face à eux au milieu de table. Et elle finit par répondre à ses questions. D'un côté, elle ne devait pas rester plus longtemps ici, et de l'autre, elle était un peu hors d'elle. Aucune piste sur cette créature, qui était-elle ? À quoi ressemblait-elle au juste ? Elle devait être horrible pour que tout le monde en parle. Adelia ne devait pas partir maintenant. Quand elle avait quelque chose en tête, c'était plus fort qu'elle, elle devait le mettre à bien. Pas de créature ? Très bien, elle allait trouvé autre chose.

« - Je perds mon temps dans ce village ! Je pars demain dès l'aube dans le prochain ! Je ne vais pas m'éterniser part ici ! Je pensais que ces hommes me dirigeraient sur une piste et ce n'est pas le cas ! Question appât, si tu tiens à le rester, je peux te régler ton compte maintenant ? Donc pas besoin de te donner mon nom... Mais si tu y tiens avant de mourir. Adelia Eckhardt ! Même si je m'en moque un peu... Tu te prénomme ? »

Elle se leva et vida sa chope d'hydromel d'un trait. Après tout, elle ne savait plus pour quelle raison elle se le trimbalait. À part pour qu'il soit un appât. Le tuer lui trottait un peu dans la tête, mais d'un côté, même s'il répétait qu'il était innocent, il cachait quelque chose. Comme Adelia en cachait beaucoup trop de chose. Les deux hommes se levèrent et quittèrent les lieux. Adelia ne fit rien pour les suivre.
_________________________________________


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Dim 17 Nov - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 16 Nov - 22:49
Une creature, de l’hydromel, et une blonde impulsive.
Jazz buvait tranquillement son hydromel, laissant et savourant le gout de miel couler dans sa gorge tout en observant cette femme, qui se mit alors à parler, râlant, paraissant énervé. Cela le décevait presque, vu qu’elle semblait abandonner cette quête de la créature. Il aurait voulu s’amuser un peu plus, mais bon. Si c’est ce qu’elle désirait. Jazz sentait la colère et peut-être même la frustration filtrer dans sa voix, mais garda son sourire amusé, voyant alors les hommes partir alors qu’elle de présentait. Adelia Eckhart. Jazz se souviendrait de ce nom, au cas où on ne sais jamais, elle semblait tellement sur le vif que si jamais il entendait qu’une certaine Adelia traquait une créature qui semblait lui ressembler trait pour trait il saurait à quoi s’attendre. Le jeune garçon termina également sa chope, mais plus lentement que la blonde, et décida de se présenter, néanmoins, en mentant sur son nom de famille, parce qu’il n’était pas idiot. La famille Llowtree pouvait très bien être connu par quiconque, et n’ayant été composé que de métamorphes dragons, cela pourrait s’avérer gênant.

- Je me nomme Jazz Priewan. L’on dirait que tu sembles sur les nerfs, m’est avis que cet hydromel doit te faire du bien. Malheureusement, je n’ai guère envie d’être occis par ta lame, donc si tu ne t’intéresses plus à la créature, je vais te laisser, je pense.

D’accord, cela révélait presque que Jazz ne s’intéressait qu’à cette demoiselle juste parce qu’elle cherchait la « créature » mais tant pis, il n’en avait cure, et de toute façon cela pouvait tout aussi rien dire du tout.

- L’hydromel, c’est moi qui la paie.

Tout en disant cela il sortit la bourse qu’il avait volé un peu plus tôt et en tira quelques sous pour le donner à l’aubergiste. Il commença à se lever, en regardant la jeune dame.

- Puis-je partir à mon aise, où dois-je m’enfuir en courant pour éviter ta lame aiguisé ?

Cela était juste pour s’amuser un peu, parce que Jazz aimait être légèrement provocateur.

Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 17 Nov - 19:19

La vie n'est pas un long fleuve tranquille


Elle jeta un coup d’œil autour d'eux. Les deux hommes, elle avait cru au départ que c'était pour elle qu'ils étaient là. Puisqu'on lui avait dit que des sorciers noirs la chercher pour ses pouvoirs. Ce n'était pas vraiment le but d'Adelia de vouloir conquérir toutes les contrées, mais il fallait qu'elle se cache. Puis après tout, ils étaient là pour la créature, peut-être. Mais parlaient-ils vraiment de la créature. Ils n'étaient pourtant pas rester longtemps dans cette auberge. Devait-elle les suivre ? Laisser ce gamin dans cette auberge et passer à autre chose. Il se présenta enfin en tant que Jazz  Priewan. Adelia plissa les yeux, ce nom ne lui disait rien. Après tout il lui mentait peut-être sur son nom, de peur qu'elle veuille le retrouver. Et qu'il voulait partir. Libre à lui de faire ce qu'il veut. Elle repensa à cette créature, plus étrange encore, pourquoi un garçon comme lui, ne voulait pas chasser la créature. Qui plus est, avec une sacrée somme à la fin de la capture. Adélia s'en moquait un peu de l'argent, ce qui l'importait, c'était se battre avec et c'est tout. Adelia fronça les sourcils quand il lui parla de payer l'hydromel. Il sortit une jolie bourse de sa poche. Comment un gamin pouvait-il avoir une si jolie bourse en main ? Il lui annonça qu'il allait partir.

« - D'où tu sors cette bourse ? Tu n'es même pas vraiment intéressais par cette créature ? Tout le monde semble vouloir la traquer... Vouloir l'argent. Je te dis que je laisse tomber et toi tu passe déjà à autre chose ! La bourse est à tante ? »

Elle eut un sourire en coin et tapota son épée un petit instant. C'est sûr qu'avec cette bourse qu'il détenait il n'avait pas besoin de plus. La bourse qu'il avait, était plus pour les bourges que pour un garçon comme lui.

« - Je sais bien que ce n'est pas ta bourse et la dame que j'ai sauvé, me semblait bien connu elle aussi des gardes ! Je ne vais pas te retenir plus longtemps, si tu veux partir, part ! »
_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 19 Nov - 19:00
Une bourse pas si légère que ça.
Jazz comptait partir, après tout, meme si sa bourse avait été légèrement vide, il avait fait une étonnante rencontre assez amusante à ses yeux pour pouvoir disparaître le cœur plein de joie, et des anecdotes à raconter. Enfin, il n’avait personne à qui raconter tout ceci, mais bon. Mais la blonde, du nom d’Adélia vint à lui poser plusieurs questions, ainsi, elle lui demanda donc, la provenance de cette bourse, auquel il avait l’habitude de répondre « faut pas croire mais je suis riche ! » alors qu’en fait ce n’était qu’un sale voleur, elle lui demanda pour la créature, auquel il haussa les épaules sur le champ, sourire malicieux en prime.

La créature c’était lui, donc il n’avait à s’intéresser à celle-ci seulement quand c’était les autres qui voulaient en savoir plus. Il n’avait pas besoin d’argent, et surtout pas pour se vendre lui-même. Adélia lui demanda quand même d’où provenait la bourse, faisant référence à sa tante et il eut un fin sourire. Sa tante ? Ah oui. Elda. Non la vieille Elda n’était pas sa tante, et n’avait même pas assez d’argent pour se permettre d’avoir ce genre de bourse. Même en faisant de son mieux au vol elle n’y parviendrait pas. La blonde sembla donc découvrir rapidement le pot aux roses, et Jazz fut surpris qu’elle n’ait pas déjà sortie son épée, mais dans tous les cas il lui fit, en reculant au fur et à mesure vers la sortie :

- Tu sais, la créature ne m’intéressait que parce que tu la désirais. Vous êtes tous amusants à tourner autour de cette chimère qui n’existe même pas complètement.

Il ne précisait rien, restait énigmatique, Jazz voulait juste s’amuser, de toute façon dans cinq minutes, il serait parti.

- Et cette bourse appartient à son propriétaire, voilà tout. Pourquoi donc cela serait tant surprenant que je ne possède pas cet argent ? Je peux tout à fait être riche.

Grand sourire. Encore une fois, sa phrase restait trouble et imprécise, elle pouvait tout dire comme ne rien dire. Il atteignit la porte. Jazz savait qu’elle l’entendrait encore.

- Un dernier conseil, mademoiselle Adélia : Il faut se méfier des apparences, tu sais.

Et à ces mots, il s’en alla aussi vite que le vent, au cas où qu’elle comprendrait tout et qu’elle voudrait le pourchasser. Il n’était pas fou, non plus.
Jazz se demandait où donc il allait pouvoir se poser pour se cacher quelques temps. Un nouvel endroit l’attendait, fallait-il encore savoir où. Il savait aussi qu’une fois loin de cette ville, ses ailes se déploieront une nouvelle fois pour le mener à bien dans un endroit sûr.

Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 19 Nov - 22:10

La vie n'est pas un long fleuve tranquille


Adelia plissa les yeux pour mieux l'observer. Essayant de comprendre qui il est. Mais en même temps, elle perdait sûrement son temps à l'interroger. Ce genre de personnage passer son temps à mentir au gens qui les entourait. Elle le savait, elle en faisait partie. Passer son temps à raconter n'importe quoi. Tout en lui répondant, il reculait vers la sortie de l'auberge. Il ne se préoccupait nullement de la créature. Comment savait-il qu'elle n'existait pas ? Il lui parla de la bourse. Qu’il était riche ? Bizarrement, elle avait du mal à le croire. Une bourse de la sorte, allait droit à la cour, et non pas dans les mains d'un gamin. Elle haussa un sourcil le regardant encore reculer jusqu'à la porte. Elle mit sa main sur son pommeau d'épée, prête à la sortir. En plus de cela il lui donnait des conseils. Qu'est-ce qu'il pouvait bien vouloir dire par, se méfier des apparences ? Elle remit le tous dans l'ordre. La garde, la fausse tante, la bourse... Pourquoi cette bourse lui disait quelque chose. Elle fronça les sourcils. Elle l'avait vue sur la ceinture en cuir d'une jeune femme sur la place du marché. Elle comprit alors. Il était un voleur. Mais pourquoi il ne s'intéressait pas à la créature ? Un voleur s'intéresse à pleins de choses. Dont l'aventure. Pourquoi pas lui ? Étrange. Quand elle allait lui parler, il était déjà partie. Elle regarda autour d'elle, personne. Elle sortie dehors et le vit courir sans se retourner dans la rue. Autant le laisser partir, tôt ou tard, elle retomberait sur lui et lui réglerait son compte sans aucune retenue. Elle regarda si par hasard, il ne lui aurait pas volé sa propre bourse. Même s'il n'y avait rien dedans, elle y tenait tout de même. Non. Elle était toujours à sa place, à sa ceinture près de son fourreau. Elle jeta un nouveau coup d’œil dans la ruelle, le jeune homme avait disparut cette fois. Elle soupira. Au moins, elle avait fait une rencontre surprenante, en tombant sur ce gredin. Malgré que, cette créature qu'il avait parlé, d'après lui, elle n'existait pas. Pourquoi il avait affirmé ça. Il ne fallait pas qu'elle ne s'attarde ici, soit elle restait, soit elle partait. Mais si la créature n'était pas vraiment réelle, autant laisser les autres la chercher à sa place. Elle qui aurait voulu voir une créature quelconque pour la combattre. Elle remonta la rue dans l'autre sens, se dirigeant cette fois vers la sortie du village.
_________________________________________


Terminé
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2399
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:13

ARCHIVAGE DES RPS


Votre RP est terminé, il est donc ARCHIVÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
[TERMINE] La vie n'est pas un long fleuve tranquille | PV Jazz Llowtree
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» La vie est un long fleuve tranquille.
» La vie, un long fleuve tranquille ?
» Louise - "La vie n'est pas un long fleuve tranquille…"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-