AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Juste un petit pillage [PV Tyler]
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS ABANDONNÉS


Invité
Invité

Jeu 21 Nov - 17:41
Juste un petit pillage.
Il replia ses ailes, se posant alors derrière une maison, dans une vague ruelle un peu étroite. Il rangea ses griffes qu’il avait sorti au cas où et souffla un bon coup. Ce n’est pas que c’était fatiguant de voler, mais presque quand même. Nous parlons ici bien de voler avec des ailes, pas de vol de bourse, quoiqu’en vérité les deux étaient plutôt exténuant. Jazz fouilla ses poches et constata que la dernière conquête qu’il avait chipé se trouvait toujours en sa possession et il eut un sourire, qui partit bien vite quand il constata qu’en vérité il ne lui restait pas grand-chose. Il allait devoir bientôt  faire les poches de personnes aux alentours s’il voulait se nourrir encore. Le jeune homme sortit de la ruelle, abordant un air amical et franchement innocent. Il regardait chaque personne, et chercha laquelle était la meilleure à voler, regardant bien lequel pouvait être la plus riche, ou bien encore la plus naïve et tête en l’air. Le mieux, c’était quand Jazz trouvait le mélange de ce genre de personne, il obtenait un certain gain plutôt considérable, que ce soit en temps, en risque de survie ou en argent. Mais une personne riche se méfiait souvent, aussi était-ce très difficile à trouver.

Le garçon s’avança donc dans la ville avec tranquillité, son regard brillant tout de même d’une certaine malice qui ne parvenait jamais à disparaître totalement. Il avança dans les rues, et décida finalement de suivre un homme. Jazz l’avait choisi presque au hasard, mais on ne savait jamais, il pouvait avoir un bon pactole et être un peu stupide, surtout quand il se mit à partir dans une ruelle étroite. Le garçon avançait à pas prudent, en gardant toujours cet air gentillet voir même niais, histoire qu’on ne pense pas qu’il voulait des choses mauvaises comme piller votre bourse ou vos biens les plus précieux.
Il avança donc légèrement plus rapidement, pour faire comme s’il doublait l’homme, et sortit sa main, prête à attraper la moindre chose importante qu’il trouverait. Jazz se souvint du jour où il avait juste attrapé un poisson, ce n’était pas grand-chose, c’était stupide, mais au moins il avait pu se nourrir, bien qu’il s’était demandé ce que faisais une personne avec un poisson accroché à sa ceinture.

Jazz tendit sa main, prêt à attraper. Il était aussi prêt à s’enfuir en courant s’il fallait, expert en fuite. Et son autre main était posée sur un de ses couteaux au cas où cela parte trop loin. Il se devait d’être toujours très prudent.
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis imprévisible
Messages : 1230
Âge : 21
Emploi IRL Etudiant

Feuille de personnage
Profession : Mercenaire
Amis & Connaissances: Rulf Golbak, Elea Edgerton, Adelia Eckhardt, Kim Lewis, Patrick Might, Leroy Jack, Cheryl Daynight, Mike Richard
Âge : 27 ans
avatar
Je suis imprévisible
Tyler Stanley

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/
Dim 24 Nov - 23:13
Juste un petit pillage


J'errais dans les rues depuis plusieurs semaines maintenant. Perdu entre la recherche de moi-même et des questions par milliers qui me donner de terribles migraines. J'étaisun sorcier noir et j'aurais pu difficilement renier cette origine. Chaque personne que je croise me tourne un regard mystérieux pourtant ils ne peuvent rien savoir sur moi, sur mon passé ou encore de ce que j'ai fait à mon père. Peut êtreque c'est moi qui les iimaginent plein de mauvaises intentions ... Je ne sais même plus faire la différence entre des personnes ordinaires et des personnes qui me veulent du mal. Je voulais çà et là pour pouvoir vivre dans une si grande ville. J'avais vite fait de repérer les quartier où l'on pouvait me confier quelques missions qui me permettaient de m'offrir des vêtements chauds pour la nuit où la température chute vite et pour passer l'hiver qui approche. J'étais du genre à ne pas me faire remarquer cacher derrière un sourire trompeur et les traits d'une personne amicale. Je n'étais rien de tout cela, je n'étais pas quelqu'un de bon et je ne savais faire que le mal autour de moi. Aujourd'hui, je m'étais levé assez tard bien que ça ne soit pas à mon habitude. Il fallait que je trouve de quoi me nourri pour midi. Je me levais de la grange où j'avais squatté la nuit, prenais mon poignard, ça peut servir et partait dans les dédales de la capitale. Je bousculais les passants pour leur dérober au passage leurs bourses mal ficelées à leur ceinture ou quelques bijoux excentriques mais dont les préteurs sur gages se font la joie moyennant quoi je gagnais un paquet d'argent. Durant cette matinée, je fus amené à passer dans une ruelle, j'adore ce genre d'endroit, peu de gens y passe et je m'y sens à ma place. J'étais arrivé ici pour pouvoir manger en paix la viande et le pain que j'avais volé. Je n'avais pas remarquer que j'étais suivi.

Un jeune homme se tenait face à moi. Il n'était pas comme les simples passants que j'avais pu croisé aujourd'hui, ils étaient différents. C'était un métamorphe, c'était la première fois que j'en voyais un en vrai, j'avais appris à les reconnaitre à l'école de magie. Sa présence ici n'avait rien d'abodin et je sentis mes pouvoirs montes en moi comme quand on a un frisson. Je voyais d'après ses vêtements qu'il n'était pas un citadin mais plutôt un brigand ou un mercenaire. Mon regard se fixa sur lui avec une expression de haine. Je faisais vivoter une boule d'énergie au couleur écarlate dans ma main. Je le fixais et essayait de contrôler mes pulsions meurtrières. J'aurais très bien pu le tuer dans les secondes qui suivent mais je ne pouvais pas et je ne saurais l'expliquer. Peut être pouvait-il m'aider à gagner toujours plus d'argent et à faire la justice dans ce bas monde lorsque les gardes royaux se goinfrent dans le palais doré. 

- Qu'est-ce que tu me veux ?


< /div>
© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia



"Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même" Frederich Nietzsche

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 26 Nov - 20:24
Juste un petit pillage.
Jazz y était presque, dans quelques instants il aurait la bourse, pourrait vite partir et ainsi pouvoir faire autre chose, comme se payer à manger. Il sentit alors une haine le traverser et tourna ses yeux en direction de l’homme qu’il tentait de piller. Un regard comme il n’en voyait que rarement. Il se recula, surtout en aperçevant la boule d’énergie que l’autre tenait en la main.
Hum, oups, il avait choisi une mauvaise cible, tant pis, il n’avait plus qu’à s’arranger pour partir discrètement et ne plus jamais faire en sorte de recroiser son chemin, histoire qu’il ne lui arrive rien.

L’inconnu qu’il voulait détrousser lui pose une question, autant lui répondre, presque honnêtement :

- Presque rien. Ta bourse est délié, tu devrais faire attention qu’un voleur ne vienne pas te la prendre.

Un léger sourire, une façon naturelle d’être. Pourtant l’on sentait presque le sarcasme et l’ironie fuser dans ses phrases. Pas qu’il se moquait de l’autre, juste qu’il faisais clairement semblant d’être innocent.

- Oh, j’y pense mais, je crois bien qu’il est temps pour moi de m’en aller.

Une légère courbette, petit sourire en coin, s’éloigner du danger, tant qu’il en est encore temps. Jazz n’avait pas pour habitude de se défiler, mais devant de la magie un peu plus, parce qu’il n’y connaissait pas grand-chose en la matière, et que face à ça, ses couteaux seraient aussi inutiles que son feu.

- Après tout, je n’aimerais pas voir l’effet que cela donne lorsque l’on se prend cette fantastique hum…Boule de quelque chose.
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis imprévisible
Messages : 1230
Âge : 21
Emploi IRL Etudiant

Feuille de personnage
Profession : Mercenaire
Amis & Connaissances: Rulf Golbak, Elea Edgerton, Adelia Eckhardt, Kim Lewis, Patrick Might, Leroy Jack, Cheryl Daynight, Mike Richard
Âge : 27 ans
avatar
Je suis imprévisible
Tyler Stanley

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/
Mer 27 Nov - 23:12
Code:
« Juste un petit pillage. »
 
Feat Jazz< /span>

Un simple voleur, un brigand d'etales de marché voici-donc le genre de personne que j'allais être amener à côtoyer, je devais vraiment être tombé bas. Mais cet homme qui devait avoir dans mon âge compris sue je n'étais pas comme les autres, qu'il ne fallait pas le chercher et le pauvre avait fait tout le contraire. Ses répliques ironiques et son sourire gêné me faisait enrager, je voulais être respecter, que l'on l'admire pas que l'on ait peur de moi comme de vulgaires vermines. Il osait même nommé la boule d'énergie une boule de quelque chose. A que le monde des humains est ignorant. Pauvre petit peuple, quoique ce n'était pas un humain mais il les côtoyaient depuis bien trop longtemps. Ses sentiments l'avaient changés en humain. De mon côté, j'avais appris que les sentiment s'étaient une faiblesse. Il contait s'en aller comme ça en filant en douce. Il était partagé entre l'envie de courir vite mais aussi un certain côté de lui qui voulait repoussé cette peur pour connaitre un peu mieux mon espèce. Je lisais zn lui comme dans un livre ouvert. Ce n'était pas un comble qu'un brigand sorte l'excuse de la bourse qui se détaché,... "Oh ça serait dommage que vous la perdues, je serais obligé de vous la prendre..." ça ne me faisait même pas rire et il pouvait le lire sur mon visage de marbre.

« Un métamorphe, on vous a bien étudié, des êtres bien différents dont il faut se méfier, tout n'est qu'apparence, si j'en crois mais cours on pourrait presque croire que l'on se ressemble, mais regarde toi, tu portes des haillons et tu arpentes à la recherche de quelques pièces. Comment en es-tu arrivé là ? »

Je regardais ce corps, ressemblant au mien et qui pourtant renfermé une créature puissante, peut être que l'on inverserait les rôles, que je seras l'âme apeurée et lui le dominant de la situation. Je n'arrivais pas à déterminer de quels types de métamorphes il s'agissait. Il était sans doute puissant ça je le percevais bien mais je n'allais pas le pousser à se transformer ici, quoique, ça mettrait un peu d'ambiance et les courtisanes aurianrt quelques choses d'intéressant à raconter. J'avais foutu le bordel à plusieurs endroits rien qu'en disant quatre vérités à certaines personnes, c'est fou comme des jours la vérité fait plus de dégâts que la magie noire et en un temps record.

« Pour ton information personnelle, c'est une boule de plasma dont la couleur violacée l'indique que la température régnant dans ma main est très élevée et il serait dommage que tes écailles sentent le roussis »

Je lui rendais le même sourire débile que lui, je m'eclatais avec lui ! .

Codage by TAC



"Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même" Frederich Nietzsche

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 28 Nov - 22:08
Tu en sais des choses !
Il était sur ses gardes tout en restant aussi malicieux qu’une fée sauvage. Il écoutait ce que l’autre avait à répondre, et celui ci ne semblait presque pas désintéressant. Mais pourtant, Jazz se referma d’un coup, son sourire en quelques instants vint à disparaître et sa respiration se fit plus forte. L’autre savait ce qu’il était. Ah bien sûr, il ne savais pas précisement de quel genre, mais il savait quand même et cela le dérangeait. De plus l’inconnu faisait référence à des choses du passé qu’il ne fallait absolument pas ressasser en sa présence. Et déjà, des souvenirs remontaient dans son nez et l’envahissait de façon extrême. Il secoua la tête, comme pour enlever cette odeur, et repris son petit air de malice, comme si rien de tout cela ne s’était passé. Jazz regretta tout de même d’avoir montré des traits de faiblesses, ou de ce qu’il détestait montrer aux gens, mais tant pis, le mal était fait, et il n’était pas dit qu’il le recroiserait souvent.

L’autre sembla avoir été vexé du fait que Jazz n’avait point su nommer sa boule de machin, aussi le garçon vit son sourire s’agrandir.

- Mes écailles ? Allons, je ne vois pas de quoi tu parles. Je suppose que je suis censé me méfier de cette température……Mais comment dire…Je n’ai pas envie.

Un sacré provocateur. Mais il n’appréciait pas que l’on découvre son identité aussi rapidement, lui aussi, à sa façon, avait été vexé, c’était ainsi, il ne pouvait s’en découdre.

- Et puis, ce que je suis advenu ne te regarde pas, pas plus de ce que je suis. Toi, tu es un mage, au moins ça. Après, que tu sois du côté du mal ou du bien m’importe autant que la température de ta boule de quelque chose à plasma.

Ah, bien sûr il n’était guère sympathique pour le coup, mais pourtant tout était dit avec un certain amusement.

- Je pourrais te montrer des boules de quelque chose à mon tour, mais je n’en ai pas envie, à vrai dire, je suis plus intéressé par ce lien de ta bourse qui s’est malencontreusement défait.  

Si un duel commençait, ils ne seraient peut-être pas quittes, mais chacun aurait quelque chose à lancer, au moins.

- De plus, il est injuste que tu saches qui je suis sans que je sache qui tu es.

Cette phrase plana dans l’air, et l’autre s’en saisirait, s’il le souhaitait. Tout dépendait de son caractère.  
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis imprévisible
Messages : 1230
Âge : 21
Emploi IRL Etudiant

Feuille de personnage
Profession : Mercenaire
Amis & Connaissances: Rulf Golbak, Elea Edgerton, Adelia Eckhardt, Kim Lewis, Patrick Might, Leroy Jack, Cheryl Daynight, Mike Richard
Âge : 27 ans
avatar
Je suis imprévisible
Tyler Stanley

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/
Sam 30 Nov - 22:54
« Juste un petit pillage. »
 
Feat Jazz< /span>
Je crois qu'il n'avait pas réellement compris ce que je pouvais faire mais en même temps, il éveillait en moi ce côté maléfique que j'essayais pourtant de fuir. Ce n'était pas vraiment le bon moment pour me prendre au dépourvu comme il venait de la faire. Ce pauvre métamorphe si faible comparer à la puissance que j'avais développée ces dernieres années. J'aurais aussi facilement fait de faire eclater ses artères principales avant que son coeur n'ait le temps de battre une fois de plus. Mais cette arrogance, cette bravoure et aussi sa témérité dont il faisait preuve à l'instant sans aucune peur de la mort me rappeler celles dont j'avais fait preuve moi aussi. Je me laissais gagner par mes sentiments, mais je ne voulais pas être faible. Une migraine commençait de me prendre la tête, je n'en pouvais plus, je devais faire quelque chose, mais quoi ? Le tuer ne l'aiderait en rien à me calmer, fuir ? Je ne suis pas un lâche. Parler s'avérait être la meilleure solution même si je n'ai jamais su être un grand orateur.

" Il est clair que nous recherchons la même chose toi et moi de l'argent, et si tu étais un peu plus censé que cela tu te serais dans doute aperçu que le contenu de cette bourse ne sont pas des pièces. Me voler te mènera à rien et je n'ai pas l'âme à me battre, pas pour le moment, je dois trouver de quoi manger alors sur ce, je te laisse, en espérant ne jamais te revoir sur mon chemin, je trace mon chemin seul. "


Une grande haine se réveillait en moi, un sentiment d'impuissance et de pitié qui était contraire aux règles ses sorciers noirs. Je ne sais même pas si j'en étais encore réellement un mais j'étais sur que ce que je venais de dire, je le pensais vraiment. Je secouais ma bourse pour lui prouver qu'aucun son de métal en provenait et je lui tournais le dos, sans ajouté un mot. D'un pas pressé, je parcourait les rues volant à droite et à gauche quelques pièces ou quelques morceaux de nourriture. Une fois ma collecte terminée, je me dissimulait derrière une charette remplie de foin garée au fond d'une rue, la roue en était cassée, j'étais sûre qu'elle ne bougerait pas, et puis c'était une rue peu fréquenté. Derrière cette charette, j'avais trouvé un passage menant à une cave abandonnée dont j'avais fait mon refuge. J'analysais les environs, personne, je rentrais et mangeais mon maigre repas. Demain, j'irais loin d'ici, je me ferais un nom et pourrais commencer une nouvelle vie. J'écoutais un bruit à l'extérieur. Je sortais discrètement et je voyais le métamorphe au coin de la rue. Je ne pense pas qu'il est vu que je sortais de quelque part, la charette l'empêchant de le voir. Je regardais ce qu'il faisait, l'observant derrière une vielle porte à l'intérieur de la maison en dessous laquelle je vivais et dont il ne restait plus que la cave, le reste ayant brûlé. Mes pouvoirs de mage noir me faisant bien sentir que cette maison avait de l'importance pour lui.

.Codage by TAC



"Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même" Frederich Nietzsche

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 3 Déc - 22:04
tu en sais des choses !
C’était à l’autre de parler, et il ne s’en priva pas de ce droit. Il n’alla pas non plus cramer la tête de Jazz avec sa boule de plasma, et encore est ce que ces choses cramaient ? Peut-être pas. Peut-être que ça désintégrait le visage. Le jeune homme n’en savait rien et se contenta d’écouter ce que l’autre avait à dire. Il lui fit une remarque sur sa bourse en fait vide, et le vexa légèrement. Après tout, le métamorphe cherchait la survie plus que l’argent, c’était en voulant survivre qu’il cherchait l’argent puis qu’il pouvait manger. L’autre cherchait donc à manger, ainsi ils étaient deux. Il se fit froid, et s’en alla prenant son chemin tout seul, oubliant la boule de plasma, les révélations qu’il avait faites et tout. Laissant alors Jazz planté là, immobile à l’observer partir. Ce type avait une bourse vide, il ne l’intéressait pas.
Normalement.
Parce que la curiosité et l’entêtement du dragon était décidément plus fort que tout, et il avait très envie de savoir une chose : Qui était cet homme. Après tout, il avait deviné qu’il était, il serait injuste que Jazz ne puisse pas savoir la même chose. Au moins son prénom ou les raisons qui le poussent à être pauvre alors que normalement un mage gagne bien sa vie….Bon peut-être pas en fait, le jeune homme n’en savait rien, il n’était pas mage, il était voleur, ce n’était pas du tout la même chose.

Il le suivit donc, cet inconnu qu’il venait de croiser dans cette ruelle, tout en passant à côté d’innocentes personnes et en leur volant un bout de leur bourse, parce qu’à la base il était sorti pour ça. En jouant au voleur – ce qu’il était de toute façon – il perdu la trace de l’autre, et se demanda s’il ne ferait finalement pas mieux d’abandonner et d’aller se chercher de quoi manger, aussi alla-t-il acheter une pomme et la dévora-t-il en peu de temps. Jazz avait encore suffisamment d’argent pour au moins un jour de nourriture, aussi avança-t-il dans la rue un peu au hasard, ne sachant plus trop quoi faire. Peut-être allait-il tomber sur quelqu’un qui faisait des boules de chaos – pour ne pas refaire du plasma - et qui saurait tout de lui. Finalement, c’était limite intéressant.
Il avança dans les rues, un peu au gré du vent, au gré de l’ennui, perdu dans ses pensées. Quand soudain il vit une maison, ou tout du moins ce qu’il en restait, qu’il n’avait plus vu depuis longtemps. Il se souvint que là où il avait vu sa famille, et son village entier se faire décimer, l’on avait prolongé la ville. Il se souvint que cette maison n’avait pas bougé, et que de fait il ne restait rien d’autre, mis à part sûrement cette cave qui l’avait sauvé.
Jazz resta planté là quelques instants, et se demanda s’il ne pouvait pas vivre ici de nouveau finalement. Ca pourrait être un bon refuge.
Cela faisait longtemps qu’il n’était pas rentré à la maison.

Il savait que ce n’était pas possible pour lui de revenir ici et de s’y planter, parce que de toute façon on le poursuivrait toujours, de fait il s’avança juste, et décida de voir la cave, pour y trouver…Quelques brindilles de souvenirs envolés, qui pourrait peut-être le rassurer, dans cette vie pleine de surprise et de danger.
Un retour au passé.

Il entra. Enfin si l’on pouvait appeler cela entré vu ce qu’il restait de sa maison. Et il tourna la tête par réflexe, se souvenant alors soudain du visage de ceux qui l’avaient élevé.
Un autre visage vint à lui, et il fronça les sourcils. Pas aussi amusé qu’avant. L’odeur de cendre remontant dans ses narines, alors qu’elle était censée avoir disparue. Odeur de cendre imaginaire, métaphore de la haine et de la mélancolie.

- Comme on se retrouve, dis donc. Je ne sais toujours rien de toi, tu sais, sauf que tu cherches à manger.

Lui, si bavard, n'ajouta rien de plus, rien de moins. Il n'avait pas envie de parler plus.

Fiche par Yuuki.

Revenir en haut Aller en bas
Je suis imprévisible
Messages : 1230
Âge : 21
Emploi IRL Etudiant

Feuille de personnage
Profession : Mercenaire
Amis & Connaissances: Rulf Golbak, Elea Edgerton, Adelia Eckhardt, Kim Lewis, Patrick Might, Leroy Jack, Cheryl Daynight, Mike Richard
Âge : 27 ans
avatar
Je suis imprévisible
Tyler Stanley

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/
Sam 21 Déc - 15:44
« Juste un petit pillage. »
Feat Jazz< /span>


Je n'en croyais pas mes yeux, il était encore là, devant moi. Il m'avait suivi ou quoi ? Je n'étais pas d'humeur à m'énerver, mettons ça sur le fait que je n'avais pas encore manger. Je le fixais alors, je voyais quelque chose l'avait déboussolé ici, j'essayais, grâce à ma magie de savoir de quoi il s'agissait en entrant dans son esprit. Des maisons qui brûlent des cris, du sang, lire en lui me donner un terrible mal de tête, pourquoi ? Je n'en savais rien, ce type avait plus de particularités que le fait qu'il soit métamorphe. Je me devais d'en savoir plus sur lui. N'Est-ce pas en ayant des informations sur son ennemi qu'on apprend à le vaincre ? Je ne savais pas si je devais le considérer comme une menace ou un ami, on était différent et quelque part identique. Je me méfiais pourtant de lui comme je me méfiais de tout le monde. J'essayais encore d'entrer dans son âme. J'approchais ma main de mon nez et celle-ci se recouvrit de sang. Je me rendis alors la cave où je m'étais installé pour m'essuyer. Je n'arrivais pas à ma soigne grâce à cette magie. Sans doute ses souvenirs étaient liés à l'histoire de ce bâtiment. Ma poitrine se gonflait, je commençais vraiment à avoir peur de lui quel était donc son secret ? Je le dévisageais encore. Il regardait les murs de la cave. J'allais bientôt emménager dans une grande ferme à l'extérieur de la ville, une vieille femme qui me devait un grand service, j'avais ramener son mari à la mort grâce à la magie noire et elle m'avait donné sa maison. Je pourrais alors me nourrir. Je voulais d'ailleurs m'y rendre aujourd'hui pour refaire la déco. Cependant, il était là et je ne pouvais pas l'ignorer. Il m'avait parlé et je devais naturellement lui répondre.  

«Pourquoi tu aurais besoin de savoir quelque chose sur moi ? Je ne suis pas quelqu'un de bon . . .»


Je m'étais jamais confié à personne et je parlais lorsque c'était vraiment nécessaire. Je parlais avec lui plus qu'à mon habitude. Je ne suis pas le genre de personne avec qui l'on devient amical et à qui on pose des questions. Personne ne s'était jamais préoccupé de moi pendant les vingt dernières années, je ne vois pas pourquoi cela devait changer à présent. J'ai toujours vécu seul et je n'ai pas envie que quelqu'un s'intéresse à moi. Cependant, depuis un moment, je ne pouvais pu tuer autant qu'avant, ni même faire souffrir juste pour le plaisir. J'avais goûté aux sensations humaines et aux sentiments. Sans doute les miens diraient que c'est de la faiblesse, mais je ne suis plus de leurs peuples ni de celui-ci d'ailleurs. Je vis comme je l'entends, je ne suis aucune règle et la seule justice et la mienne. Il avait juste dit une chose qui était juste, j'avais faim. Et à cause de notre rencontre, je n'avais pas pu trouver à manger. Sa présence m'oppressait. Je sortis alors pour trouver quelque chose à manger. J'usais de mon charme pour m'accorder la générosité d'une charmante vendeuse qui croyait que je l'aimais. C'est juste un simple rêve qu'elle avait, impossible, mais elle ne s'en rendait pas compte. Je revenais chez moi, enfin, dans ma cave. Je mangeais alors le morceau de viande que j'avais reçu et un peu de pain qu'il me restait de la veille. Il était toujours là, perdu dans ses pensées.

« Je m'appelle Tyler. »


Je ne sais pas pourquoi je lui avais dit ça. Peut être en espérant qu'il ne resterait pas dans le coin après cela. Il savait mon prénom, c'était déjà trop pour moi. Personne ne me connaît ici, je suis juste, le jeune homme charmant du marché ou le noble pauvre . Il est vrai que ce n'était pas évident d'effacer toutes les bonnes manières même si je faisais du mieux que je pouvais. J'allais bientôt partir en direction de mon nouveau chez moi. Je commençais de rassembler mes quelques affaires que j'avais mise dans cette cave. Je me retournais, il était encore là.



Codage by TAC




"Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même" Frederich Nietzsche

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 29 Déc - 14:37
Parlons plutôt d'ici.

Jazz haussa les épaules à la remarque de ce type. Qu’importe s’il n’était pas quelqu’un de bon, lui non plus, il était un voleur, ce n’était pas faire partie du bien, au contraire. Si on l’attrapait il serait plutôt jugé comme un être mauvais, une abomination, alors qu’il se contentait de manger pour survivre. Ce n’est pas que Jazz s’intéressait à lui, plutôt que cela le vexait presque que l’autre sache plein de truc sur lui, et pas l’inverse. En plus, comment avait-il attéri ici alors que c’était un endroit qu’il connaissait trop bien ? Etrange, ça ne pouvait pas être qu’un hasard.

Au moins apprit-il qu’il s’appelait Tyler. C’était déjà pas mal, il pouvait au moins le dénommer par quelque chose. Jazz ne bougeait pas, dans tous les cas. Pas parce qu’il ne se sentait pas chez lui, mais plutôt pour l’inverse. Il se sentait tellement chez lui qu’il devait faire des milles et des cent pour garder son cœur calme et ne penser à rien d’autre qu’à sa discussion avec ce Tyler, mage noir, spécialisé dans les boules de plasma.

- C’est un bon commencement. Je ne suis pas quelqu’un de bon non plus. Et moi, c’est Jazz.

Il lui offrit un sourire, alors qu’à cette époque, le Jazz n’avait pas encore été inventé, sauf peut-être par un métamorphe dragon bourré qui ne savais pas comment nommer son fils, quand il débarqua chez lui et que sa femme venait d’accoucher. Prénom stupide, mais tant pis, cela lui siéait parfaitement, et lui avait été donné il y a près de 17 ans dans cette demeure où ils se trouvaient tous les deux.

- C’est ici que tu vivais, vu que je te vois partir ?

Cela sonnait comme de l’ironie aux oreilles de Jazz. Il avait presque envie de répondre à la question pour lui-même, mais il n’en fit rien, et resta tout à fait calme, presque souriant. Il regardait l’autre faire ses bagages, là où il avait survécu.

- Cela devait être un beau lieu avant d'être une ruine.

Avant l’incendie, cela l’était. C’était la plus belle maison du village, et tous les dragons et métamorphes étaient d’accord à ce sujet.

Fiche par Yuuki.

Revenir en haut Aller en bas
Je suis imprévisible
Messages : 1230
Âge : 21
Emploi IRL Etudiant

Feuille de personnage
Profession : Mercenaire
Amis & Connaissances: Rulf Golbak, Elea Edgerton, Adelia Eckhardt, Kim Lewis, Patrick Might, Leroy Jack, Cheryl Daynight, Mike Richard
Âge : 27 ans
avatar
Je suis imprévisible
Tyler Stanley

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/
Lun 30 Déc - 19:10
« Juste un petit pillage. »
Feat Jazz< /span>

C'est vraiment à moi qu'il parlait ? Je n'en savais trop rien, est-ce que j'intéressais vraiment les gens ? Peut être voulait-il lui aussi un abri où vivre, je lui laisse volontiers, j'avais à présent ma propre maison sur le territoire humain, c'était très étrange de vivre ici, mais je m'y ferais peut être un jour, je n'appartenais à aucun peuple de toutes manières. Je voyais chez ce jeune homme que quelque chose le froissé dans cette maison. Mais qu'importe . . . Pourquoi je me préoccuperais des sentiments qu'il ressent, j'avais du pain sur la planche et pas de temps à lui accorder. Il me posa une seconde question. Je soupirais. Une question attend toujours une réponse, c'est dans l'ordre normale des choses. Je le regardais encore et encore, mais qu'est-ce qu'il me voulait à la fin ? Je me contentais de répondre à ses questions de la manière la plus courte possible. Je ne parle pas, je ne suis pas et je ne veux pas être sociable, plus tard et encore.  

«- C’est un bon commencement. Je ne suis pas quelqu’un de bon non plus. Et moi, c’est Jazz.
- . . .
- C’est ici que tu vivais, vu que je te vois partir ?
- Oui
- Cela devait être un beau lieu avant d'être une ruine.
- . . . »

C'était un bon commencement. Pourquoi dire cela ? Commencement de quoi ? De l'amitié, ça n'existe pas, de sympathie, ça n'existe pas non plus. Il avait au moins un point commun avec moi, ce n'était pas quelqu'un de bon. Je ne sais même pas si j'étais bon ou mauvais, tout est relatif dans ce bas monde et je n'ai pas à choisir un camp, j'étais moi, je vivais pour moi même et faisait ma justice comme je la voyais, est-ce que je suis bon ou mauvais ? Même moi je ne saurais le dire, tout dépend du point de vue. Qu'importe que je vivais ici ou pas . . . Je faisais alors le lien, son air apeuré et sa question alors qu'il savait la réponse.

« Tu vivais ici ? »

J'aurais pu le savoir facilement mais j'ai cru comprendre que ce n'est pas comme cela que l'on faisait ici. J'attendais sa réponse, sans chercher à l'avoir avant lui. J'avais bientôt fini de boucler mes affaires. j'avais hâte d'être dans ma nouvelle maison, j'avais déjà pas mal d'idée sur son aménagement. Je savais même ce que j'allais faire comme métier, enfin si on peut appeler ça un métier.

Codage by TAC



"Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même" Frederich Nietzsche

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 3 Jan - 0:12
Cette maison, c'est.
Ironiquement, Tyler vivait là – ou plutôt semblait avoir vécu - où Jazz avait vécu. Et cela ne lui faisait rien. Presque rien. Bien sûr que si en fait que ça faisait quelque chose de savoir cela. Parce que cela l’avait mené ici, en partie. Et d’un autre côté non. La question suivante vint en quelques instants et il manqua de pâlir. Mais Jazz était déjà trop courageux pour replonger dans ce passé rempli de joie et terminé par un feu de tristesse. Feu ses parents n’étaient plus là de toute façon pour le consoler, alors la pluie des yeux ne tomberait plus, n’éteignant même alors aucun incendie.
Jazz resta silencieux deux secondes, et fini dans un sourire, par avouer :

- En effet. T’es vraiment doué pour deviner les choses.

Il n’était même pas froid, même pas apeuré, même pas triste. Comme s’il était passé au dessus de ça finalement.

- L’on va dire que cette maison faisait partie d’un village qui a malheureusement été détruit. C’est étonnant les coïncidences. Que tu sois là où j’ai vécu.

Il manqua de rire, mais Jazz savait qu’il ne pourrait pas quand même.

- Je pourrais presque en rire. Mais je crois que malgré tout ce que j’ai vécu après, le souvenir de cette maison reste trop nostalgique.

Il était devenu un voleur, avait vu son mentor se faire exécuter, avait manqué de se faire tuer lui-même de nombreuses fois… Il n’avait fait que survivre depuis ses 8 ans. Plus que vivre. Et pourtant, il osait appeler cela « vivre ».

- Et où vas-tu, du coup ?
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis imprévisible
Messages : 1230
Âge : 21
Emploi IRL Etudiant

Feuille de personnage
Profession : Mercenaire
Amis & Connaissances: Rulf Golbak, Elea Edgerton, Adelia Eckhardt, Kim Lewis, Patrick Might, Leroy Jack, Cheryl Daynight, Mike Richard
Âge : 27 ans
avatar
Je suis imprévisible
Tyler Stanley

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/
Sam 4 Jan - 18:32
« Juste un petit pillage. »
Feat Jazz< /span>

Je crois que je vais finir par admettre qu'un lien, mince commençait de nous lier. Je m'avançais peut être. Les gens dans ce monde sont tous les mêmes, égoïstes et solitaires, pas un pour rattraper les autres mais lui était, je dois bien l'admettre différent. Je n'avais pas l'impression que je parlais à un être inférieur et impuissant face à mes pouvoirs. Il n'avait pas peur de moi contrairement aux trois quart de la population. Je le regardais de haut en bas, méritait-il vraiment que je m'intéresse à lui ? Je n'en sais rien, je voulais bien faire des efforts à son égard tout en gardant le pouvoir sur la situation. Comme tout "bonne" personne bien que cette notion soit relative, je me gardais de regarder dans son esprit, savoir ce qui s'était réellement passé dans cette habitation que j'allais quitter. Si je ne parlais pas, il le faisait pour deux.

«- Et où vas-tu, du coup ?
- Dans un maison, une vielle dame qui me devait un service et elle m'a donné sa maison, elle est parti vivre ailleurs à présent.

»

Je voyais qui réfléchissais à ce que je venais de dire.

« Je ne l'ai pas tué non, j'aurais pu, . . . »

Que les choses soient bien claires. Cette maison m'appartient de plein droit, j'ai des papiers signés qui le prouvent, pour une fois que je faisais quelques choses d'honnête. J'étais un peu embêter de quitter cette maison pleine d'histoire mais je voulais avoir un peu plus de place et une bonne impression avec une grande maison. Pas pour que l'on m'apprécie, qu'on me respecte on va dire. J'avais un drôle de sentiment à ce moment là, un sentiment humain, j'avais un peu honte de lui dire que j'allais m'installer dans une maison, une grande, que j'allais vivre comme des gens fortunés alors que lui était comme moi, il venait de la rue mais n'aurait sans doute pas des opportunités comme celle là. Je ne savais pas trop quoi faire, je n'allais pas non plus lui donner de l'argent, on achète pas les gens, s'il en veut, je lui en donnerais bien volontiers, mais pour avoir un salaire il faut travailler. De toute manière, je ne compte pas arrêter le vol pour autant. La magie permet beaucoup de choses mais c'est pas elle qui va remettre le mobilier dans une maison ou réparer le mur qui va s'écroulait dans quelques minutes. Je ne sais pas ce qui allait se passer à présent. Je continuais de ranger mes affaires. Il était encore là.  [/b]


« Quand tu dis qu'il a été détruit c'était par des sorciers noirs ? Je haïes mon peuple pour cela . . .»

Codage by TAC



"Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même" Frederich Nietzsche

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 19 Jan - 14:13
Petit chanceux.
Jazz apprit où il allait et bien que cela ne le bottait pas non plus super trop, qu’il s’en fichait un peu, il était presque rassurant de savoir que de nouveau, cette maison vide, le redeviendrait une bonne fois pour toute. Il pensa aussi que Tyler avait de la chance que l’on lui donne une maison. Lui il était obligé de vaquer ça et là pour trouver un logis comme il pouvait quitte à squatter une auberge pas cher. La phrase qu’il rajouta surpris Jazz. Non pas dans le sens où il se dit « wouah miracle », plus dans le sens « pourquoi rajoute-t-il cela » mais un sourire malicieux vint bien vite arborer ses lèvres alors qu’il le regardait continuer son ménage. Jazz n’avait eut aucune appréhension à ce niveau là. Il semblait franc en disant qu’une vieille lui avait filer sa baraque gratuitement. Si c’était le cas, c’est juste qu’il était une bonne personne, sûrement. Les vieux possédaient suffisamment de sagesse pour ne pas donner leurs propriétés à des inconnus à l’air mauvais.

Jazz pensa à Priewan, à cet instant, qui étant assez âgé – mais pas au point d’être un vieux décrépi -, lui avait donné une part de sa sagesse. Dommage qu’il avait succombé à cause de ses crimes.
Tyler posa une question sur le village, se questionnant sur l’identité de ces imbéciles sans cœurs qui avaient osé ruiner une contrée où son peuple vivait heureux.

- Ce n’en était pas. Tout du moins je ne pense pas. C’était sûrement plus des braconniers qu’autre chose.

Vu qu’ils étaient là en partie pour la peau de dragon et toutes les vertus qu’un dragon mort apporte.

- Mais c’est du passé à présent. Des cendres, qui se sont envolé il y a bien longtemps.

Jazz avait eut le temps de grandir, et de piétiner ces larmes mêlés aux cendres. Il n’avait pas oublié, ça non, mais il avait réussi à surpasser sa peine. Il était devenu grand. Et Priewan plus que tous les autres l’y avait aidé.

- Tu es plutôt chanceux, pour avoir le droit à une maison, j’en serais presque jaloux.

C’en était sûrement le cas, mais si Jazz devait jalouser tous les gens vivant bien, il n’en finirait pas. Il passait dessus, et s’en moquait, souriant.

- Il faudra que je vienne te cambrioler un jour, histoire de visiter.

Son sourire narquois arborait ses lèvres ne voulant pas s’en décrocher. Ce n’était plus une défense, avant oui, mais à présent c’était sa personnalité. Lui. Il avait surpassé ses peurs, depuis bien longtemps.
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis imprévisible
Messages : 1230
Âge : 21
Emploi IRL Etudiant

Feuille de personnage
Profession : Mercenaire
Amis & Connaissances: Rulf Golbak, Elea Edgerton, Adelia Eckhardt, Kim Lewis, Patrick Might, Leroy Jack, Cheryl Daynight, Mike Richard
Âge : 27 ans
avatar
Je suis imprévisible
Tyler Stanley

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/
Jeu 23 Jan - 23:50
« Juste un petit pillage. »
Feat Jazz< /span>


Je me demandais bien pourquoi il s'intéres sait à moi c'est vrai je n'avais rien de bon au fond et je n'étais même pas spécialement aimable avec lui.Pourtant i était toujours la patient à côté de moi. Je devais bien être la dernière personne qu'il pouvait rencontrer dans cette ville et pourtant le destin nous a fait nihsrencintrer. Est ce que je regrettais cette rencontre, je ne saurais trop le dire pour le moment. Finalement je commençais de trouver des points communs entre son histoire et la mienne MMe si bien sur je ne lui souhaite aucunement d'avoir vécu les souffrances que j'ai enduré. Le timbre de notre voix ne peut pas trahisons sentiments et je me doutais bien que j'avais abordé un sujet fragile. J'avais presque honte de moi à me vanter que j'allais avoir une maison, sortir de cette période sombre de me vue et enfin prendre un nouveau départ. Il me fit d'ailleurs remarsuer son désir de vivre lui aussi dans une maison. Une idée bien humaine me traversà l'esprit. Il est vrai que la maison dont j'avais héritée était très grande, soit il y avait bien de la place pour deux mais serais-je vraiment capable dé lui proposer cela alors que je ne pouvais lui demander quelconque logement échange ? Je pris le baluchon et le!mit sur mon épaule je quittais définitivement ces lieux qui avaient bien trop de souvenirs pour lui comme pour moi. Ça remarque amusante sur le faItalie qu'il me cambriolé m'amuser quelques peu, on pourrait d'apporter des bénéfices mutuels dans ce commerce et j'en serais ravi. Je lui souris sans rien lui dire encore en train de réfléchir. 

«Tu es vraiment doué pour voler des choses? »


Ce n'était pas encore un marché bien honnête pour commencer une nouvelle vie mais je crois que je ne pourrais jamais être comme toutes ces bonnes âmes qui accordent un peu de leurs temps à plaindre les gens qui sont dans la misère. La misère n'est pas une fatalité, il faut juste se donner la force et le courage pour en sortir, c'est comme le chagrin ou la dépression, j'ai moi même expérimenté toutes ces situations et j'ai appris que ce n'était pas des autres qu'on tirait les meilleurs choses mais c'est bien de nous. Apprendre à nous connaître,connaître nos limites, les!limites du supportables et s'en relever que plus fort. J'avais des projets plein la tête et je me disais qu'il pourrait peut être en faire parti en sachant que je garderais toujours le contrôle sur la situation présent. J'attendais sa réponse avant d'envisager de lui proposer une collaboration. 




Codage by TAC




"Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même" Frederich Nietzsche

Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2356
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:49

ARCHIVAGE DES RPS


Ce sujet n'a pas reçu de message depuis PLUS d'un mois et malgré les relances, il n'y a eu aucune réponse, il est donc ARCHIVÉ.

RP ABANDONNÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Juste un petit pillage [PV Tyler]
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS ABANDONNÉS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Le vilain petit canard feat. Tyler Hoechlin
» Juste un petit mot d'amour
» Juste un petit avatar :)
» Changement de coupe ? Nooon ! Juste un petit dégradé et... tiens ! Qu'est-ce que tu fais ici ?
» ... Ok c'est du flood. Mais juste un petit coucou - From Tanagra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-