AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

L'arroseur, arrosé. [PV Duncan / Jazz]
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS ABANDONNÉS


Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Lun 25 Nov - 22:09


L’arroseur, arrosé

J’étais sur la piste d’un convoi d’arme qui devait partir d’Ad’Lucem. J’avais ouïe dire que les humains renforçaient leurs frontières au nord-est de leur territoire. Le grand intendant de Darkflagst m’avait commandé un inventaire précis des moyens mis en œuvre. Me faisant comprendre, qu’un ou deux sabotages seraient les bienvenus. J’arpentais donc les rues d’Ad’Lucem. J’avais passé un moment à la taverne, laissant trainer mes oreilles. Que ces imbéciles d’humains pouvaient être bavards. Aucunes disciplines ! J’avais ainsi repéré un homme de forte corpulence, un marchand vraisemblablement. Bien nantis vu ses habits luxueux. Il semblait tremper dans l’affaire qui m’intéressait. Je décidais donc de le suivre quand il eut fini d’engloutir quelques pintes.

Laissant une bonne distance entre ma proie et moi-même, je m’engageais sur le trottoir bondé. L’homme s’arrêtait souvent, discutant à droite à gauche. Il connaissait beaucoup de monde. Sa suffisance n’avait d’égale que la grosseur de son ventre. C’était un vrai pachyderme. Au bout d’un moment, j’eu une sensation étrange. Je profitais d’un mouvement créé par la sortie d’un flot de personne d’une échoppe, pour plonger dans une petite ruelle perpendiculaire à la voie que je suivais. Le vide que je laissais sur le trottoir, sembla interpeller plus que nécessaire un jeune homme.

Ma mémoire se mit en route et ma main réagit dans la seconde. Attrapant je jeune par le devant de sa tunique. Je l’entrainais dans la ruelle et le plaquais contre un mur en bois de la maison d’à côté. Il y  avait tellement de monde, que personne ne vit rien. Puis, il était monnaie courante que des affaire se règle de manière musclée.

« - Tu as vingt secondes pour me donner une explication de pourquoi tu me suis depuis la taverne. A la vingt et unième tu meures. »

De toute façon, qu’il me répondre ou pas… Il est déjà mort. Cependant, j’aimerai bien savoir pourquoi il me colle les chausses.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 26 Nov - 20:44
Un compte à rebours précipité.
Deux jours. Voilà très exactement deux longues journées que Jazz n’était pas parvenu à chopper une bourse assez consistante pour le nourrir suffisamment. Il avait suivi bon nombres de personnes pourtant, mais soit il les perdait, soit il ne paraissait pas assez innocent à leur goût, soit ils étaient pauvre, tant et si bien que parfois il leur rendait même leur argent discrètement. Cela était donc difficile pour lui. Il ne pouvait même pas se payer de quoi boire, et sa gorge commençait lentement à s’assécher. Encore un peu, et il allait être trop faible pour voler les poches et allait être obligé de jouer au mendiant.

Ce pourquoi aujourd’hui Jazz était plus aiguisé que jamais, et même légèrement ronchon et de mauvaise humeur. Il sortit donc, de son vague habitat même pas solide, l’air un peu moins innocent qu’à son habitude, presque déterminé. Bon. Et ce type là bas ? S’il le suivait ? Peut-être qu’il aurait une bonne chance avec lui…Non et ce type là ? Gras comme un cochon, vu ce qu’il doit avaler c’est que sa bourse doit être aussi jolie que lui. Le garçon aux cheveux noirs se mit donc à le suivre, aussi discrètement que son pied gauche pouvait. Et pendant ce temps là, il réfléchissait à quel moment il pourrait lui sauter dessus pour le débarrasser de ses sous. Alors qu’il avançait lentement, il se rendit compte que quelqu’un prit sa cible en chasse également, et soudain, sa faim laissa place à sa curiosité.

Suivre une personne qui suis la personne que l’on suit à la base, est une étrange idée, mais Jazz voulait savoir, aussi commença-t-il à faire ce qu’il avait prévu, et marchait à un rythme suffisamment régulier pour ne pas paraître suspect, se posant en même temps tout un tas de question, et espérant également ne pas perdre sa véritable cible de vue, histoire de pouvoir manger dans quelques heures quand il sentirais la faiblesse monter un peu plus.

Mais alors qu’il suivait le porc humain, et le stalker qui le suivait lui, il vit que la seconde personne tourna dans une ruelle, et Jazz hésita. Il fini par se dire qu’il y aurait toujours quelque chose à voler et tourna dans la petite rue, en prenant bien soin de se préparer si jamais c’était une embuscade. Aussi, quand il se fit attraper et trainer, il sentit rapidement que son instinct de défense fit ressortir ses griffes aiguisées de dragon, et il se dépêcha de mettre les mains derrière le dos, entendant alors une menace plutôt peu rassurante. Bon. Il avait vingt secondes pour fuir.

Sourire aux lèvres, parce que Jazz était un sacré petit malin, il fit :

- Bonjour à vous aussi, je ne vous suivais pas, je suivais l’autre.

Cela n’avait même pas pris cinq secondes.

- Enfin là je vous suivais mais je me demandais pourquoi vous suiviez l’autre.

Et là pareillement. En somme, il lui restait dix secondes. Aussi se dépêcha-t-il de laisser ses mains venir attaquer l’homme qui l’avait attrapé, et ses ailes se dévoiler. Il fallait vite partir avant qu’il ne lui arrive quelque chose. D’autant plus que pour le coup, il montrait son apparence de métamorphe, ce qui n’était certainement pas une bonne chose.
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Mar 26 Nov - 21:58


Un curieux de trop

Celui que j’avais attrapé me répondit avec désinvolture.

- Bonjour à vous aussi, je ne vous suivais pas, je suivais l’autre. »

Ok, à part que l’autre n’est pas venu dans cette ruelle. Va falloir trouver autre chose mon gars, pensais-je.

« - Enfin là je vous suivais mais je me demandais pourquoi vous suiviez l’autre. »

Et un curieux, Ok. Bien, il va y avoir un curieux de moins sur cette terre. J’avais attrapé mon sabre court quand deux mains griffues arrivèrent à la hauteur de mon visage. Seule ma longue expérience et mon éducation draconienne, m’évitèrent la balafre. Un métamorphe de type dragonite. Je bloquais ses mains avec ma lame. Déjà ses ailes s’étaient déployées. Quel imprudent. On n’aime pas les métamorphes dans cette ville d’humains. La minute que j’avais perdue, m’avait surement fait perdre ma cible.

Je plantais mon sabre dans la membrane d’une de ses ailes le clouant au mur en bois.

« - Il te reste 10 secondes, pourquoi tu le suivais ? »





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 27 Nov - 23:07
Vraiment trop précipité.
Jazz ne savait pas sur qui il était tombé, mais il était sûr d’une chose : Ce type ne lui voulais pas du bien du tout et il valait mieux vite partir avant de mourir inutilement. D’autant plus qu’il semblait être doué pour éviter son attaque, et par la suite le planter sans mal contre un mur. Le jeune homme fronça les sourcils et retint comme il pu un cri de douleur qui vint tout de même à sortir légèrement. Les ailes étaient comme une partie de lui, aussi, ça ne lui était pas agréable du tout. C’était vraiment une mauvaise journée aujourd’hui. Peut-être la dernière.
Il se disait cela tous les jours où il finissait menacer par quelconque homme en voulant à sa vie.
Mais peut-être que pour le coup c’était vrai, Jazz n’en savait rien, et compris qu’il n’y avait pas d’autre issue que la parole, et que ce n’était même pas sûr que cela serve à quelque chose. Pas que Jazz doutait de ses capacités à embobiner les gens, le truc, c’est que tout dépendait de la personne dont on devait s’occuper, et pour le coup il n’était pas sûr que ce soit la bonne. Il sentait son aile crier de douleur, et sa tête aussi, mais il fit de son mieux pour répondre à la question.

- Peut-être parce que je suis un voleur et qu’il est gras comme un cochon et que sa bourse devait être remplie…

Pas mal de secondes d’utilisé. Jazz n’aimait pas ça, et savait que même s’il battait des ailes pour s’enfuir, il n’allait pas y arriver. Pas bon du tout ça. Se concentrer alors, être agile, et jouer du couteau envers cet homme dangereux. Viser tout, surtout lui, et tenter de parvenir à le blesser.
Jazz en profita même pour tenter de donner des coups de pied. Il n’allait pas se laisser tuer comme ça, et tant pis pour son aile, il aviserait après, il trouverait bien quelqu’un pour le soigner, même s’il en doutait.

- Maintenant qu’on est quittes et qu’en fait je pense que je m’en moque de qui vous êtes et pourquoi vous êtes, vous pouvez me lâchez ?

Il avait tout de même l’audace de demander cela à son agresseur, mais Jazz aimait survivre, c’était sa raison de vivre principale. Voir même son boulot.
Fiche par Yuuki.

Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Jeu 28 Nov - 10:31

 
Piégé.


La panique le gagne. Il essaye de se justifier. Déballe tout en fait.
 
« - Peut-être parce que je suis un voleur et qu’il est gras comme un cochon et que sa bourse devait être remplie… »
 
Je le crois. Ses yeux n’ont pas dévié quand il a parlé. Ok, il n’a rien contre moi ou ma cible qui me gênerais. Le souci est qu’il m’a repéré en plein travail. Et ça, ce n’est pas bon pour sa santé. Sa vie.
 
« - Maintenant qu’on est quittes et qu’en fait je pense que je m’en moque de qui vous êtes et pourquoi vous êtes, vous pouvez me lâchez ? »
 
Quittes ? On sera quittes quand tu seras mort mon gars. D’un mouvement du poignet, j’empoignais mon sabre dans l’autre sens, lame vers l’arrière contre mon avant-bras. Mon prochain mouvement égorgera ce fouineur. Je vis à ses yeux qu’il avait compris quel était mon prochain geste.
 
Je ne sais pas ce qui le sauva, mais une pensée éclair s’imposa à moi. Ce type avait des ailes. Il lui serait facile de retrouver ma proie dans ce dédale de rues. Je rengainais mon sabre et psalmodiais une brève incantation. J’appliquais ma main sur son torse, à l’emplacement du cœur.
 
« - Tu vas réparer le fait que tu m’as fait perdre ma cible de vue. Tu as 5 minutes pour me le retrouver. Fais lui les poches, je m’en moque. Quand tu l’auras retrouvé, je le saurais. Et inutile d’essayé de t’enfuir, si je n’annule pas ce sceau, tu meures avant le coucher du soleil."
 
J’aimais cette magie sournoise. Il n’y avait pas eu de lumière éblouissante, ni de fumée, ni de tralala dont les mages aiment s’entourer pour impressionner les foules. Rien n’indiquait que j’avais utilisé de la magie, à part le pentacle qui ornait sa tendre peau de garçon. Il devait déjà en sentir les effets. D’abord quelques picotements, cela finirait par une forte oppression et la mort. A moins que j’annule le sort… si je l’annulais.
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 3 Déc - 21:37
Une chute des plus gracieuses.
Jazz n’aimait  pas la sensation que lui apportait le sabre planté dans son aile, et la douleur qui persistait n’était pas du tout agréable, de fait, il n’espérait qu’une seule chose, que l’on vienne lui retirer au plus vite afin qu’il puisse ne serait-ce qu’un peu souffler. Sûrement pour ça qu’il avait presque tout déballé, il avait juste dit ce qu’on lui demandait. Quand il sentit la lame s’enlever, il eut un espoir, mais se demanda immédiatement après ce qui se cachait derrière cela. Il sentit soudain une chaleur sur son torse, là où l’homme avait placé sa main et compris ce que c’était quand celui-ci lui expliqua. En clair, il lui imposait un nouveau compte à rebours mais plus long que les autres. Mais ça restait un compte à rebours, et avec une aile blessée, ça allait être marrant, surtout quand on était quelqu’un comme Jazz qui de base se devait de se cacher des humains.
Mais il préférait être poursuivi par des chasseurs que mourir au coucher du soleil. Ce type en face de lui était déterminé et tout à fait cruel. Il donnait envie de vomir à ce pauvre garçon qui le trouvait dégoutant et répugnant, mais Jazz n’en fit aucune remarque, pas encore, il fallait d’abord ne pas perdre son temps. Aussi s’envola-t-il vite dans les airs, en faisant à moitié attention au fait qu’on pouvait le voir et fila dans les airs, sentant néanmoins qu’il virait légèrement de côté à cause de sa blessure.

Il vit le gros lard se trimballer de part et d’autres plus loin dans une rue bondée. Le seul moyen qu’il avait pour l’arrêter, sans se faire trop repérer, allait être assez amusant, mais pas vraiment pour lui, plus pour la diversion qu’il allait amener…. Il fonça donc droit vers le sol, et faisant disparaître ses ailes avant qu’on ne le voit, Jazz alla s’écraser violemment par terre, se protégeant au dernier moment pour ne pas être trop blessé. Pile devant le gros. Qui se mit à râler, et surtout à être tout de même surpris de cette personne tombant du ciel. Jazz sentit quelques douleurs par ci par là et sentit qu’on se rattroupait autour de lui. Le jeune garçon se força donc à rire :

- Hahaha, on dirait bien que je suis tombé.

Il avait l’air idiot, mais c’était le but, gagner du temps et ne pas en perdre. Le gros tas s’approcha l’œil réprobateur et lui demanda avec force de se pousser de son chemin, Jazz prit bien tout son temps pour se relever, tout en espérant que l’autre arrive, parce qu’il n’allait pas pouvoir retenir le bout de jambon très longtemps.

Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Mer 4 Déc - 20:45

 
Ma filature reprend

Le gamin percuta vite que je ne plaisantais pas et qu’il ne pouvait compter sur aucune compassion de ma part. Je repris le chemin de la rue centrale, me dirigeant où j’avais perdu l’autre balourd de vue. Dans la paume de ma main, j’avais le pentacle jumeau de celui que j’avais apposé sur le cœur du voleur. C’est ainsi que je saurais s’il se rapproche de ma cible. Ma menace, plus le timing serrer avait motivé l’adolescent. Peu de temps après son envol, le pentacle me picotait la paume, signe qu’il approchait de l’homme cherché. Ensuite, une légère douleur me fit comprendre qu’il était à côté de l’homme. J’ouvrai ma paume et observait le dessin. Il rougeoyait en direction du voleur, telle une boussole. Je me faufilais dans la foule et récupérais le contact visuel avec ma cible. Le gamin l’empêchait de poursuivre. Comme quoi rester en vie peut donner des ailes au sens propre comme au figuré.
 
Je me plaçais de façon à ce que le voleur me voit pour qu’il cède le passage. Je repris ma filature. Ignorant de nouveau le gamin. Au pire il me filerait, attendant que je daigne lui ôter ma rune. Je n’avais pas le temps là et il y avait trop de témoin. C’était un voleur, il devrait savoir se faire discret.
 
De nouveau concentré sur ma cible, j’en oubliais le pentacle sur ma paume et l’échéance mortelle qu’elle signifiait. Enfin pour son jumeau, j’entends bien. Le dessin disparaîtrait avec le décès de la personne marquée. Je n’ai jamais dit que j’étais un homme de parole. Après tout je suis un sorcier noir, un vrai. Je notais mentalement les contacts de ma cible. Certains visages m’étaient connus. Les pièces de puzzle s’assemblaient. Dans pas longtemps, des armes et des munitions finiraient pas dans le camp espéré.
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 14 Déc - 23:44
Une chute des plus gracieuses.
Enfin l’autre fit son apparition et commença à jouer au stalker avec le bout de lard. Jazz se rendit compte qu’il s’était presque fait roulé dans la paille vu que l’autre ne lui avait pas enlevé le pentacle. Aussi il se précipita pour le filer à son tour et comptait bien insister un bon coup pour récupérer sa vie. Qu’importe si l’autre était un type dangereux, Jazz n’avait pas froid aux yeux, surtout quand ça faisait neuf ans qu’il se battait pour survivre.

Il vit le jambon donc accompagné d’autres personnes qu’il reconnu pour un jour avoir volé un d’eux. Il se souvint d’un détail, et ne pu s’empêcher d’en faire part à l’autre parce qu’il n’était pas loin.

- Celui à gauche il a un problème au pied. Celui à droite, je crois que je l’ai déjà vu, il est assez riche.

Même si ça devait paraître logique. Jazz ne savait pas ce que voulait en faire l’homme.

- Au fait, tu pourrais m’enlever le joli tatouage que tu m’as laissé ? J’ai envie de survivre même si tu n’es pas très commode avec tous tes comptes à rebours.

Provocateur, un peu, mais légèrement pressé bien évidemment. Il n’était pas Cendrillon, il n’avait pas envie que le sort de sa vie s’arrête à minuit voire même avant. Il préférait vivre, ce qui était logique.

- Et qu’importe tes affaires.

Il insistait bien en plus.

Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Lun 16 Déc - 13:29


Imprudent bavard

Jazz me rejoignit et me lâcha des informations que je trouvais fort intéressantes.

- Celui à gauche il a un problème au pied. Celui à droite, je crois que je l’ai déjà vu, il est assez riche.

Ce qui eut une conséquence sur ma réponse à sa question suivante.

- Au fait, tu pourrais m’enlever le joli tatouage que tu m’as laissé ? J’ai envie de survivre même si tu n’es pas très commode avec tous tes comptes à rebours.
- Pas de soucis, je t’enlève ce joli dessin. Dis-je avec un sourire calculateur.

J’apposai donc ma main sur sa poitrine. Le pentacle s‘effaça. Je vis le soulagement sur son visage. J’avançais de nouveau vers ma cible, notant chaque détail. Au bout de quelques minutes, j’envoyais un message qui s’imprima directement dans la tête du jeune voleur.

- Le dessin a dû changer… avec l’échéance. Tu as l’immense honneur d’être à mon service pour une semaine. Je veux te voir ce soir avec un maximum d’information.

Ce fouineur de première allait m’être bougrement utile !




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 17 Déc - 22:18
Tu es obsédé par les pentacles et les comptes à rebours.
Jazz fut bien évidemment soulagé, de ne plus avoir de tatouage pentacle mortel impose sur son corps. Bien sûr il restait méfiant, se doutant presque que ça n’allait pas se terminer là. Après tout le sourire de l’homme dangereux était assez explicite pour bien exprimer la suite des évènements… Il commença donc à partir, mais en se posant tout de même certaines questions. Beaucoup de questions. Comme, qu’est ce que je vais manger ce soir ? Qu’est ce qui m’attend ? Je dois vraiment soigner mon aile je crois. En a-t-il vraiment fini avec ses comptes à rebours ? Hum, et si je tentais de me laver ce soir ? Quand soudain un parasite vint à arrêter ces pensées.

Un parasite réellement non désiré qui le dérangea réellement. Il aurait dû s’en douter, ce n’était pas fini. Au service d’un type pareil pendant une semaine ?! Mais ça ne va pas la tête ?! Jazz regarda vite son torse et contempla ce maudit dessin qui était revenu.
Bon il allait devoir trouver des informations alors. Mais bon sang, il n’était pas un informateur à la base ! Il était un voleur ! En plus qu’est ce que l’autre voulait comme informations ?! Ah peut-être sur les personnes qui entouraient le gros lard. Comme si c’était son boulot, Jazz préférait les manger les lardons, plutôt que de devoir les suivre et les observer. Il n’était pas un esclave allons !

Pourtant Jazz n’étais pas stupide, et se résigna. Après tout ça pouvait presque être amusant. Presque, si ce n’était pas mortel. Et si ce type n’était pas répugnant, insupportable, et réellement désagréable. Ce fut donc un dragon en rogne qui commença à jouer aux détectives, avec toute la volonté d’un paresseux qui doit se forcer pour se nourrir s’il veut survivre. Ah bien sûr, il en apprit des choses, parce que ce genre de personnes étaient débiles, mais qu’est ce qu’ils étaient stupides ! Ca lui donnait presque envie de désespérer. Les classes supérieures avaient beau prétendre être plus intelligent soit disant parce qu’ils savaient lire et écrire, ils n’en restaient pas moins des idiots.

Il passa donc le reste de la journée à faire cela, et qu’est ce que c’était lourd. Mais au moins il avait assez pour tanner ce fou dangereux d’un discours long et inutile d’informations inutiles mêlées à celles plus intéressantes. Jazz s’offrit un repas, presque plus goûteux que d’habitude et attendit de retrouver le dingue aux pentacles pour lui faire son discours, sourire narquois au lèvres, parce qu’il n’était réellement pas du genre à se laisser traiter comme une simple monture, un simple esclave.

- Oh « Maître » comme vous m’avez manqué ! Vous pouvez pas savoir à quel point j’ai pensé à vous, c’est fou ! Heureusement ce pentacle m’a aidé à faire souvenir de vous !

Jazz restait sarcastique même dans les pires situations. Ce n’était pas une très bonne idée, mais passons.

- Et si vous saviez à quel point j’en ai appris des choses ! Par exemple, vous voyez l’homme qui avait un problème au pied ? Ben d’après ce que j’ai appris, il a au moins cinq maitresses, dont une prostituée des quartiers sombres. Et il sent mauvais. Mais vraiment. Moi aussi je sens mauvais, mais lui c’est pire, et son haleine est fétide. Je l’ai bousculé, et il m’a insulté, j’ai failli mourir d’asphyxie, cela aurait été bête pour vous « maitre ». Il doit avoir des problèmes je ne sais pas moi, on aurait dit un rat crevé quoi !

Citer le plus d’informations inutiles. Une idée comme les autres pour se défouler

- Et le riche, il l’était jusqu’à un temps, apparemment maintenant il est endetté parce qu’il aurait trop joué. En même temps c’est vrai que c’est pas une bonne idée de faire autant de paris, mais il a l’air un fanatique des tavernes. Ca semble un trouillard fini, prêt à se plier aux moindres ordres, c’est sûr qu’avec lui, vous n’auriez pas besoin de lui faire un dessin pour qu’il obéisse, un de vos regards vides de toute expression et hop l’affaire est jouée. Et apparemment il s’appellerait, Timothée Cierran. Et le lardon serait son cousin éloigné une chose du genre, j’ai pas tout suivi. Et ce brave Timothée semble être à la botte du jambon.

Quelques informations utiles pour faire bonne figure, mais Jazz se mit à renchérir sur des choses futiles et stupides, sur l’homme qui sentait mauvais, sur Timothée ou sur le jambon. Juste pour s’amuser, se défouler et bien évidemment, provoquer.

Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Jeu 26 Déc - 15:33

Au rapport

Je suivis le gros type jusqu’à ce qu’il rentre dans une maison qui ne semblait pas être la sienne. Je finis par faire un tour global de la ville. Je repérais où se situaient les entrepôts, recensais les différentes voies de sorties. Je posais un doigt sur ma paume gauche où apparaissait le pentacle jumeau de l’autre andouille de dragon. Et me dirigeais vers ce porteur d’écailles. Il était en train de ripailler dans une auberge. Il n’escomptait pas que je le paye tout de même ! J’ouvris la porte de l’auberge et attendis que mes yeux s’acclimatent à la pénombre des lieux. Une fois repéré le drôle, je me dirigeais vers sa table, tout en commandant une chope d’ambroisie à une servante. Je m’assis, posais les coudes sur la table et mon menton sur les mains. Je regardais le voleur s’empiffrer, les doigts luisants de graisse. Il se mit à parler entre deux bouchées. J’écoutais sa logorrhée sans esquisser une réaction.

- Oh « Maître » comme vous m’avez manqué ! Vous ne pouvez pas savoir à quel point j’ai pensé à vous, c’est fou ! Heureusement ce pentacle m’a aidé à faire souvenir de vous !


Fout toi de ma gueule… Je n’avais déjà pas bien envie d’annuler le sort…

- Et si vous saviez à quel point j’en ai appris des choses ! Par exemple, vous voyez l’homme qui avait un problème au pied ? Ben d’après ce que j’ai appris, il a au moins cinq maitresses, dont une prostituée des quartiers sombres. Et il sent mauvais. Mais vraiment. Moi aussi je sens mauvais, mais lui c’est pire, et son haleine est fétide. Je l’ai bousculé, et il m’a insulté, j’ai failli mourir d’asphyxie, cela aurait été bête pour vous « maitre ». Il doit avoir des problèmes je ne sais pas moi, on aurait dit un rat crevé quoi !

Jouer au plus malin quand sa vie est en jeu, soit ce loustic est inconscient soit il mijote quelque chose.

- Et le riche, il l’était jusqu’à un temps, apparemment maintenant il est endetté parce qu’il aurait trop joué. En même temps c’est vrai que ce n’est pas une bonne idée de faire autant de paris, mais il a l’air un fanatique des tavernes. Ça semble un trouillard fini, prêt à se plier aux moindres ordres, c’est sûr qu’avec lui, vous n’auriez pas besoin de lui faire un dessin pour qu’il obéisse, un de vos regards vides de toute expression et hop l’affaire est jouée. Et apparemment il s’appellerait, Timothée Cierran. Et le lardon serait son cousin éloigné une chose du genre, je n’ai pas tout suivi. Et ce brave Timothée semble être à la botte du jambon.


Hum… Voilà qui est mieux déjà. Un endetté. Voilà un levier pour appuyer sur le gros type. Jazz repartit dans ses palabres inutiles. Je posais mon index sur une des branches du pentacle de ma paume gauche. Le bavard se tut. La serveuse posa ma chope devant moi, je la payais en lui lançant une pièce qui couvrait largement le prix du breuvage. Je sirotais ma chope, tout en regardant Jazz qui peinait à faire descendre sa dernière bouchée. Quand j’eus fini, nouvel appui sur ma paume, le voleur sembla respirer de nouveau.

- Demain, je veux la même chose sur le jambon. Douce nuit Jazz.

Je sortis, tentant de fermer mes oreilles à son babillage soudain revenu.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 29 Déc - 21:43
Ne t’arrêteras tu donc jamais ?
Il était presque fier de sa bêtise, presque fier d’être complètement stupide de provoquer ainsi un type pareil. Mais forcément, il aurait dû s’en douter, ce genre de personnes n’apprécient jamais qu’on leur fasse ce genre de coup.
Il sentit son souffle s’arrêter et n’aima pas du tout cela. Bon ok il avait été un peu loin mais mince ce type n’avait aucun humour ou quoi ?!
Jazz tenta tant bien que mal de se reprendre, et ce ne fut que quand la serveuse s’en alla, qu’il pu enfin souffler. Forcément, l’autre type au lieu de lui dire merci au revoir au fait je m’appelle trucmuche, se contenta de lui dire que demain il devrait donner des infos sur Mister Jambon.

- C’est ça, et sinon c’est quoi ton nom ? Et tu aimes faire quoi dans la vie à part dessiner des jolis pentacles sur des gens innocents ? Et sinon, tu ne veux pas aussi que je te raconte ma vie ? Elle est très intéressante tu sais.

Mais déjà l’autre c’était enfui.

- Même pas drôle. Crétin.

Sur ces mots Jazz s’en alla à son tour.
Bien sûr, il fit ce qu’on lui avait demandé, parce qu’il tenait à la vie, et que le gros lard pouvait presque être intéressant. Presque. L’observer par delà la fenêtre et le regarder prendre son bain c’était tout à fait dégoutant. Au moins appris-t-il qu’il était un gros voyeur qui se tapait plusieurs femmes à la ronde, et que de toute façon ça ne l’étonnait pas.
Au moins appris-t-il aussi qu’il voyait son cousin éloigné comme une espèce de crotte qu’un palefrenier se devait de nettoyer.
Et aussi que le second mec était son bouffon officiel et son trafiquant le plus officieux.
Bref, tout un tas de chose.
Mais il réfléchissait aussi à un moyen de se défaire du psychopathe et de ses comptes à rebours torrentueux qui décidément ne finiraient jamais.

Pourtant le lendemain arriva vite, et Jazz parvint à retrouver l’autre sans trop de mal. Peut-être que sa tête de dangereuse personne était facile à reconnaître de loin. C’était sûrement une chose dans le genre.
Mais il n’était pas très motivé, et ça se voyait.

- Je suppose « Maître » que je dois « vous » informer sur ce que j’ai appris. Déjà tout d’abord, sachez que lardon semble adorer prendre des bains. C’est bien pour lui, moi j’en rêve. Il aime les filles de joies aussi. Hum, et puis, sinon, peut-être que vous préférez que je vous dise des vrais informations, mais voyez vous « maître » je suis de sale humeur. Vos pentacles ne m’amusent plus je crois, et vous résistez bien trop à mon humour. Alors, juste une question, « Votre Majesté », c’est quoi votre petit nom ? Même un petit surnom passera. Non parce que j’en ai marre de vous appeler par une appellation qui ne vous sied pas pour ma dignité. Si vous me dites juste votre petit nom, j’irais pas l’hurler sur tous les toits, pis je vous donnerais les informations que vous désirez. »

En somme c’était un marché presque équivalent.
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Lun 30 Déc - 20:38


Jambon and co

Le lendemain, jazz me trouva de lui-même. Enfin faut dire que attablé à la terrasse d’une taverne, je n’étais pas spécialement invisible. J’avais vérifié les renseignements de la veille. Et commencé à mettre mon grain de sel dans tout ça. Comme la veille, il joua de sarcasme. Inconscience ou bravoure ? Bêtise plutôt ! Je commençais à approcher mon doigt du pentacle de ma paume. Nouvelle séance d’apnée pour ce joyeux trublion ?

Je notais deux choses dans cette logorrhée. Prendre un bain et connaitre mon nom. Je regardais mieux le jeune homme. Il n’était pas épais et ne devait pas manger à sa faim tous les jours. Ses vêtements étaient sales, usés. Pourtant il regorgeait de vie.

- Je m’appelle Duncan Makani. Cela t’évitera, en effet, à l’avenir de me sortir tes titres plus idiots les uns que les autres.

Je lui jetai un écu, qu’il attrapa de façon alerte. Rapide comme l’éclair pour faire disparaitre la pièce.

- Et ça, c’est pour prendre un bain. Je confirme, tu sens mauvais.

J’attendis qu’il daigne me donner la suite de ses renseignements.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 31 Déc - 15:02
Ah ben enfin un peu d’humanité en ce bas monde !
Ce fut avec un grand sourire que Jazz apprit le nom de cet homme, au moins n’aurait-il plus à user de son imagination pour lui trouver des titres. Bien que pour l’instant il se soit contenté de « Maitre » et de « Sa Majesté ». Il attrapa vite l’écu que l’autre lui envoya, et s’étonna de le savoir aussi généreux. Ce serait-il acheté un cœur entre temps ? Mais ce ne fut que pour un bain. Bon, au moins aurait-il de quoi se laver, et Jazz pensa que ça faisait bien longtemps c’est vrai, mais vu le prix il préférait toujours privilégier la nourriture et le logis.

Bon maintenant c’était au tour de Jazz de jouer, et comme il était déjà de meilleure humeur, il daigna même lui offrir un léger sourire, et vint à parler :

- En fait, d’après ce que j’ai vu, le boiteux est un type très drôle que l’autre engage comme bouffon. Mais il est aussi un très bon trafiquant et un très bon espion, il a failli me remarquer. Et Monsieur Lardon méprise grandement Messire son Cousin. Je crois même avoir entendu un des gardes parler qu’il comptait le faire exécuter. Ca a l’air vraiment joyeux dans leur groupe.

Ceci est tout à fait cynique, et il pensait que l’autre, Duncan, s’en doute.

- Lardon n’a donc comme vous, aucun cœur, et je pense qu’à ses yeux, le boiteux doit être aussi interchangeable que Messire son Cousin. Bien que ça ne soit pas à moi de penser à ça, je pense qu’il est facile de détruire leur petit groupe grâce à ces haines successives.

Non, ce n’était pas à lui de penser à tout ça, mais il le faisait, parce que c’était d’une simplicité, que même un enfant cinq ans aurait deviné que c’est ce qu’il fallait faire.
Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Sam 4 Jan - 23:02

Nouvelle mission

La piece sembla délier la langue du voleur. Ce qu’il m’apprit était assez intéressant et me donnait une marge de manœuvre pour saborder l’opération.

- En fait, d’après ce que j’ai vu, le boiteux est un type très drôle que l’autre engage comme bouffon. Mais il est aussi un très bon trafiquant et un très bon espion, il a failli me remarquer. Et Monsieur Lardon méprise grandement Messire son Cousin. Je crois même avoir entendu un des gardes parler qu’il comptait le faire exécuter. Ça a l’air vraiment joyeux dans leur groupe.

- Il faut que tu me précises le lieu d’habitation de chacun.

- Lardon n’a donc comme vous, aucun cœur, et je pense qu’à ses yeux, le boiteux doit être aussi interchangeable que Messire son Cousin. Bien que ça ne soit pas à moi de penser à ça, je pense qu’il est facile de détruire leur petit groupe grâce à ces haines successives.

- Hum, tu te portes volontaire si je comprends bien ! Je n’en attendais pas moins de toi, et comme je suis sans cœur…


Je sortis trois bouts de papier de ma poche intérieure. Passant ma paume dessus, j’y inscris un message grâce à un sort. Et tendit les papiers pliés à Jazz.

- Un peu de menaces en triangulation… Débrouille-toi pour que chacun trouve le message qui lui ait adressé sans te faire prendre.

Je ressortis deux autres pièces et lui les donna.

- ça c’est pour un repas correct.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 9 Jan - 19:23
Bon, ok si tu veux.


Jazz ne s’était pas porté réellement volontaire, mais cela semblait arranger Duncan qui de fait sembla ravi vu qu’il lui donna trois messages différents, et lui demanda de faire en sorte que les trois compères les trouvent et que cela se finisse en discorde incroyable. Il eut même l’amabilité de lui tendre des pièces pour un repas. Et bien surprenant de la part de ce type, aurait-il réellement un cœur ? Jazz s’en posa la question quelques instants, avant de dire qu’il revenait dans quelques heures.
Il s’enfuit comme un voleur, ce qui en somme était ironique, vu que c’était un voleur. Il ne prit même pas la peine de lire les messages, de un ça ne l’intéressait pas, de deux il ne savait pas lire. Il vola par delà les toits, même si en fait il se contentait de sauter, et vint à arriver à la maison du cochon.
D’ailleurs, cela sonna presque comme les trois petits cochons.

Premier Jambon était occupé avec des malheureux papiers qui semblaient lui prendre tout son temps. Jazz se faufila doucement, l’autre était tellement concentré dans ses papiers qu’il ne remarqua rien d’autre que ce morceau de papier arrivant pile devant lui avant que Jazz se cache sous son bureau. Il parvint à partir ensuite.
Deuxième Lard, était occupé à tenter de s’arranger avec ses dettes sans y parvenir et il semblait vraiment affolé. Son esprit étant tout aussi déconcentré que le premier, Jazz en profita pour plier le papier de sorte qu’il vole vers le second et s’enfuit finalement sans mot et sans bruit.
Troisième Saucisson, lui préférait se prélasser dans un coin d’une taverne à boire, et semblait déjà bien torché, aussi Jazz n’eut aucune difficulté à lui glisser le mot en se cachant tout de même par prudence.

Cela pris au moins quatre heures, le temps que Jazz les trouve, grâce à des informateurs ou grâce à ses oreilles.
Il fila de nouveau, sans s’arrêter, et il n’avait pas l’air de fatiguer, et vint à revenir vers Duncan, satisfait de lui :

- C’était un jeu d’enfant. Jambon, Lard et Saucisson n’ont rien remarqué. J’ai même pris un bon repas en plein milieu, et aussi le bain que « vous » m’avez si adorablement offert. Qu’est ce que « vous » allez encore me faire faire maintenant ?


Fiche par Yuuki.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis maléfique
Messages : 43
avatar
Je suis maléfique
Duncan Makani

Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Mar 14 Jan - 11:23


Charcuterie

Jazz m’expliqua comment il s’y était prit pour livrer les courriers. Je devais reconnaitre, que ce jeunot était plutôt doué.

- C’était un jeu d’enfant. Jambon, Lard et Saucisson n’ont rien remarqué. J’ai même pris un bon repas en plein milieu, et aussi le bain que « vous » m’avez si adorablement offert. Qu’est-ce que « vous » allez encore me faire faire maintenant ?

Dommage qu’il soit si impertinent, il aurait pu faire un bon collaborateur… S’il n’était pas aussi obliger de travailler pour moi sous la contrainte. J’étais satisfait de la célérité de l’exécution de sa mission. Passait outre ses sarcasme et commandais un repas pour deux, plus une pinte pour moi.
Je réfléchissais à la suite d l’opération. Je devais attendre le premier mort dans cette histoire de charcuterie. Me servir de l’effet boule de neige et m’emparer du chargement. La serveuse arriva avec deux assiettes fumantes, ou marinait de grosses saucisses dans du choux mariné.

- Tu continues ta surveillance et me tiens au courant si un des protagonistes venaient à mourir. Dis-je.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 9 Fév - 21:55
Bon, ok si tu veux.
Jazz passait une plutôt bonne journée, au diable le pentacle qui tronait sur son ventre, ca ne faisais pas grand chose, il était quand meme payé pour ce qu’il faisait allons, pourquoi se plaindrait-il ?
Duncan vint à lui demander de continuer de surveiller. C’était plutôt pas si mal, il était même mieux payé que le vol. Il se délecta quand même de son assiette, et avec un fin sourire, se leva et fit une révérence :

- A vos ordres Votre Altesse.

Et s’en alla dans les rues, surveiller une histoire de Cochon qui allait finir en vraie boucherie à coup sûr. Ce ne fut pas si dur de retrouver l’un des trois, et Jazz, silencieusement, plus qu’une mouche, resta coincé dans un coin à observer ce qui allait se passer.
Et il se passa pas mal de chose. Parce qu’au lieu qu’un frappe l’autre, ce fut deux qui frappèrent l’un, à trois. En effet, Jambon, Lard et Saucisson, toute la clique, s’était retrouvé pour se bastonner entre eux, et Jazz eut envie de se moquer de la cupidité et de la stupidité de l’homme, mais en étant un à part entière, il n’en fit rien et attendit le calme.
Qui arriva, quand Jambon, qui était à coup sûr le plus fort de la troupe, vainquit ses deux sous-fifres et ne fut plus qu’un. Ce qui en somme était idiot, vu qu’il venait de perdre ses sulbaternes. Mais Jazz haussa les épaules, un rire jaune de ces deux meurtres inutiles, et il fonça directement retourner vers celui qui l’avait condamné par des comptes à rebours à la noix

- Jambon est le vainqueur de cette lourde bataille. Etant le chef, cela ne m’a guère surpris.

Jazz eut le cynisme d’applaudir ce brave Jambon bien qu’en fait il trouvait cette histoire de cochons purement débile.

Fiche par Yuuki.

Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2397
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:15

ARCHIVAGE DES RPS


Ce sujet n'a pas reçu de message depuis PLUS d'un mois et malgré les relances, il n'y a eu aucune réponse, il est donc ARCHIVÉ.

RP ABANDONNÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
L'arroseur, arrosé. [PV Duncan / Jazz]
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS ABANDONNÉS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Hadopi dans ta face ou l'arroseur arrosé
» L'arroseur arrosé, version Meidjôôrs du disque
» L'arroseur arrosé
» 03. ♠ Une petite fête bien arrosé ♠ PV Taylor
» Une nuit arrosée (libre).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-