AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[TERMINE] (à suivre) "Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout" (Olivier Lockert)
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : Précédent  1, 2


J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Jan - 10:48



« Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout »(Olivier Lockert)   
 
Adelia et Patrick


Baissant l'arc après son premier tir, elle me regarda de nouveau. C'était ma première apprentie, mais en même temps je ne pouvais nié qu'elle ne soit plus une enfant et devait la traiter comme une femme selon mes principes et non ceux de tout un pan de la société...

Elle me regarda en souriant en coin. En effet je ne lui avais pas demandé quel genre de projectiles elle aimerait lancer. J'allais justifier mon choix mais cela ne me sembla pas nécessaire. Je lui souris et penchais la tête en regardant mes pieds. Je relevais mes yeux aux siens et lui demandais de recommencer :

« Aller, une autre, on verra les couteaux ultérieurement... »

Je fis apparaître un carquois plein de flèches et le posais près de ses pieds. Elle prit une flèche et se concentrait en fixant le cercle de pierre au sol en face de nous.

« Je voudrais te préciser que ce que je fais apparaître m'appartiens... c'est tout. Vas-y je te regarde... »

Je la regardais faire, elle avait tout à fait comprise comment se positionner pour tirer. Cette seconde flèche fut moins parfaite mais tapait le sol dans le périmètre des pierres. Avant qu'elle ne soit déçue je lui dis :

« Bien. Ta position était idéale pour bien réussir ton tir. On ne réussit pas à tout les coups, mais c'est très bien pour un début. Maintenant je vais t'apprendre à « tricher »... Le faire en concours n'est pas honnête, certains même demandent à des mages de détecter la magie. Hum... »

J'haussais positivement la tête pour lui confirmer que c'était vrai. Si elle voulais concourir à l'arc autant ne pas tricher,c'était d'autant plus drôle. Enfin ceci n'était que mon humble avis.

« Nous n'en sommes pas là... Ce que je vais t'apprendre est pour toi, pour la chasse ou te défendre. Comment guider ta flèche vers sa cible.... Tu vas utiliser la magie de l'air pour cela. Poses ton arc. Détends toi. Souffles. Fermes les yeux. Dégages tes mains et sens passer l'air sur tes paumes, sur tes joues, ton visage...Ressens l'air. Allies la magie en toi à cet « air » extérieur. Si ça te paraît facile ou incomplet, c'est que c'est bon... »

Je la laissais sentir cet environnement. Là encore je n'avais pas plus de talent pour l'expliquer. Je ne me sentais pas très clair. Mes maîtres nous faisait manger tout un tas de notions et de théories compliquées avant ça. Je n'avais même pas retenue tout ces noms, cela ne m’intéressais que dans la pratique... J'avais apprécié la magie utile, celle que je m'efforçais de lui apprendre. Je la regardais tenter d'appliquer ce que je disais. Elle ne connaissait rien à la méditation, la transe et était à peine patiente... Tout ce que j'avais c'était à peu près sa confiance. J'avais 'impression de ne pas m'y rendre dans le bon sens. Je me disais qu'en poursuivant mon but doucement avec un gradient de difficulté j'y arriverais bien... Elle plissait un peu du nez ce qui me fit sourire. Je reprenais doucement :

« La magie est un acte réfléchis, mais pas un travail forcé. Je pense que c'est bon... Rouvres les yeux... Tu es plus rapide que mes mots. Après cet exercice nous irons à un autre endroit... »

Je reprenais mon arc au sol et une flèche dans le carquois. Elle en fit de même sans que je ne lui demande. Elle me dit ne pas être prête. Je fis comme si je ne l'avais pas écoutais et me concentrais comme si j'allais tirer normalement puis me lançais dans des explications pour utiliser la magie de l'air :

« Là je suis en position de tir normal. Pour guider ta flèche grâce à la magie tu te concentres sur ta cible. Tu vise à minima,ce n'est pas ce qui importe ici... La cible est ton objectif... Au lieu que l'air soit pris en compte dans le réglage de ton tir tu vas t'en servir pour dévier ta flèche... Comme tu viens de le faire tu sens l'air... Avec ta volonté, appelons ça comme ça, la magie monte en toi, ton cœur bat différemment... tu respires calmement, tu n'emballes pas ce sort... tout ce que tu veux c'est atteindre ta cible en plein centre... l'air t'y guide... Tu transmets cet ordre, cette magie... je ne sais pas comment t'y nommer... La flèche prends cet ordre, tu lances ton sort... Et … La flèche atteints son objectif »

Je parlais lentement, me reconcentrant à chaque paroles. Ma flèche était plantée en plein cœur de la cible. Je fermais à présent les yeux ne dis rien. Petit entraînement personnel. Je rentrais en transe peu profonde, visualisé mon espace. Je laissais mon être sentir mes gestes. Je bandais l'arc, soufflais, « visais », et lançais ma flèche. Je rouvrais mes yeux et constatais qu'elle était dans le cible, pas au centre, mais c'était un beau tir quand même.

« Je ne te demande pas de savoir faire ça. Je voulais juste savoir si l'environnement était favorable.. et il est très favorable. »

Je pris l'arc elfe et lui donnais. Je pris une flèche dans le carquois et lui tendais en souriant. Ce sourire signifiait « je crois en toi et tu es capable de le faire ». Elle le compris et prit la flèche en roulant des yeux, accompagné d'un soupire. A présent qu'elle avait fait cela elle se concentrait. Elle s'arrêta … Elle voulait peut-être me dire quelque chose, quelque chose la gênait ? Se reconcentrait-elle ? J'haussais un sourcil.
Codage by TAC

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 4 Jan - 12:40
Lorsque vous lui ouvrez la porte,
la magie est partout

Adelia se souvenait nettement de la fois où elle avait appris à manier l'épée. Son ami lui avait alors expliqué les détails, d'abord, comment se tenir, c'est-à-dire fléchir légèrement les jambes et comment tenir une épée à deux mains. Il avait commencer par l'attaqué plusieurs fois au ralenti pendant tout le reste de la journée. Lui montrant comment éviter toutes sortent d'attaques, venant d'en haut comme vers le bas, sur la gauche et la droite, ainsi que les observations rapide. Puis enfin de plus en plus vite jusqu'à ce qu'elle sache l'arrêter correctement sans lâcher son épée à chaque attaque. Au final, elle réussissais à le désarmer. Chaque jours, elle allait s'entraîner à l'épée, ça ne s'apprend pas en une journée. Cette fois ce n'était pas une épée, mais un arc, on ne pouvait jamais vraiment savoir à l'avance qui allait être touché par une flèche. C'était tout de même une chance d'avoir réussi le premier tire, les suivant n'allaient pas être bien facile. Le mage lui demandait alors de tirer une autre flèche et qu'ils allaient voir le lancement de couteaux serait pour plus tard. Elle roula des yeux, mais déjà Patrick fit apparaître un carquois rempli de flèche. Elle se pencha et en prit une. Refaisant les mêmes geste qu'elle avait retenu. Se concentrant tant bien que mal pour atteindre le cercle au sol. Elle ferma les yeux alors qu'elle allait tirer quand elle avait commencer à parler de nouveau. Elle soupira longuement, se vidant un peu l'esprit. Elle suivait déjà la trajectoire de la flèche et baissa son arc. Il reprit la parole pour lui dire que c'était bien, Adelia haussa un sourcil, et il ajouta qu'il allait lui apprendre à tricher même si c'est mal honnête. Elle ne dit rien et attendit un instant le voyant haussait la tête. Il lui expliqua plusieurs cas possible pour chasser ou se défendre elle pourrait alors s'en servir et que pour se faire, il fallait qu'elle utilise le pouvoir de l'air. Elle soupira en écoutant ensuite la suite, sur son ordre, elle posa l'arc au sol et recula pour ne pas marcher dessus. Puis elle fit ce qu'il venait de dire. Se détendre, lâcher un peu de souffle, laissant ses mains le long du corps. Elle hésita de fermer les yeux mais le fit tout de même. Elle ne pensait pas qu'il allait faire quoi que ce soit. Et quand bien même s'était le cs, elle avait déjà combattu avec un bandeau. Elle ressentit un peu de frisson la parcourir. Au lointain, elle l'entendait parler et doucement elle ouvrit les yeux. Elle ramassa son arc le voyant faire de même.

« - T'es sûr que je suis prête ? »

Il ne répondit rien à la remarque et elle roula des yeux. Elle écoutait encore son blabla sur la magie de l'air en essayant de ne pas paraître impatiente. Lui disant que c'est son cœur qui guidera le tout pour manier la magie correctement. Elle le détailla un long moment alors qu'il lui montrait comment faire et suivait alors la trajectoire de la flèche atteindre la cible. Adelia reprit son attention sur lui alors qu'il reprenait la parole. Lui disant que l'environnement était favorable. Elle soupira pour une énième fois en levant les yeux au ciel. Il prit alors l'arc elfe et lui tendit avec une flèche en décochant un sourire. Elle haussa un sourcil en l'observant sans vraiment comprendre. Elle prit ce qu'il lui donner sans lui arracher non plus des mains, malgré que cela lui tentait. Elle refit ce qu'il lui avait apprit, se concentrer, se vider l'esprit et fermer les yeux. Même si elle savait par avance la flèche allait atterrir ailleurs. Elle rouvrit les yeux, pas tout à fait prête, puis recommença avant de tirer. En rouvrant les yeux, la flèche était à côté du cercle et non dedans. Elle baissa son arc et reprit une flèche.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Jan - 17:31


« Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout »(Olivier Lockert)   
 
Adelia et Patrick


Quand je la vis faire, le sourire me monta aux lèvres. Je n'allais pas rire alors qu'elle se concentrait. Je ne lui avait pas dis de fermer les yeux pour réaliser ce tir. Elle n'allait pas atteindre la cible si elle ne se fiait qu'à la magie. Ce petit problème de compréhension de sa part me fis penser que le problème venait du fait que je voulais lui en apprendre de trop. Je n’arrivais pas à aller à l'essentiel, m'exprimer facilement sur quelque chose que j'avais ressenti naturellement quasiment depuis le début. La flèche n'était pas si loin de la cible que ça pour un exercice si compliqué. Elle n'avait pas touché la cible mais n'était qu'à côté. Lorsque je vis sa mine déconfite se tourner vers moi quand elle baissait l'arc je ne pus m'empêcher de laisser éclater mon rire.

« Je ne t'ai pas demandé de fermer les yeux ! Je m'excuse de te parler autant et te noyer d'informations. Ce que je te demandais étais de réaliser un tir classique mais en accompagnant ta flèche par la magie. Pour cela il te suffit de penser à ton objectif. Au lieu de te tuer par les mots laisse moi t'aider à réaliser le premier tir »

Je me penchais pour prendre une flèche. J'étais enthousiaste d'essayer de l'aider en pratique plutôt que d'essayer de nouvelles explications. Elle était quelque peu découragé et je sentais l'envie la quitter un peu à ce moment là. Elle soupira et fit des mimiques mais pris ma flèche. Elle se remit en position, peut-être moins concentrée qu'avant. Cette fois au lieu de la regarder je détecter à l'aide de ma magie comment elle formait la sienne. Je me rendais compte qu'elle percevait une sorte de soupe magique. Elle ne me disait rien de ce qu'elle ressentait. Je ne parle pas de ses sentiments mais bien de magie. Mais peut-on les dissocier ? J'avais penché la tête en avant et passais ma main droite dans ma barbe. Pendant ce temps elle avait baissé son arc et me regardait. En même temps elle n'allait pas resté planté là à attendre. Ce qui était marrant c'est qu'elle me laissait réfléchir sans rien dire, c'était même étonnant.

« Hum... Je pense que … je suis confus... Je … Il faut que je remette de l'ordre dans mes idées. Comment puis-je t'apprendre à lancer un sort alors que tu n'as jamais ressentie la magie ? Tu t'évertue à me dire que tu as toujours caché tes dons et je m'obstine à vouloir t'en faire servir comme si tu étais une jeune élève dans une école... Je m'excuse Adelia, mais je dois réfléchir à comment t'inculquer ce savoir. Et je pense qu'il me faut te parler encore, pour que tu reconnaisses la magie... Oui... Je t'ai parlé des mages, mais pas des types de magie... Si, vite fait dans une phrase … Je t'ai embrouillé l'esprit avec mon image de la gourde, enfin peut-être... Et … Et ce qui aurait été le plus utile pour toi, le fait que je te fasse ressentir ta magie... Je  … il ne ...aaah »

Je lui faisais là part de ce qui se passais dans ma tête. Elle semblait hors de propos et pourtant c'est bien d'elle qu'il s'agissait. Le problème était bien là, d'une part je devais lui décrire et lui expliquer le monde de la magie et d'autre part je me tuais à vouloir l'y rattacher directement. Je me retournais au lieu de continuer et m'éloigner de quelques pas. Je voulais aller trop vite et tout lui expliquer maintenant. Il y avait une raison s'il fallait toute une année pour former les nouvelles recrues sinon ça se sauré ! J'étais en pleine réflexion didactique. Je m'éloignais de quelques pas gardant à proximité son empreinte magique. Cependant en recherchant mes souvenir de leçons je me détachais peu à peu d'elle et la laissait en plan. Je n'aimais pas les personnes qui faisait comme je le faisais, mais là je les comprenais. Je m'étais lancé dans la formation de cette fée par réaction à l’événement dans l'auberge et contre les sorciers noirs. Mais si elle était resté là c'est qu'elle avait des attentes envers moi. Il était temps pour moi de changer de méthode et m'y prendre plus calmement. Je me repensais en cours à écouter le professeur et parfois perdre le fil de ce qu'il disait, m'y rattacher et noter tout un tas de chose dont aujourd'hui l'essentiel était intériorisé. Je me dis qu'en fait le fais que je sois devenu mage de guerre n'est venu qu'après les cours « communs ». C'est enfin que me revenait les quatre questions pour expliquer un événement : Quand ? Où ? Qui ? Quoi ?

Étais -je capable d'appliquer cela à la magie ? La magie était là avant les hommes. Les mages savants ne savent même pas si elle est temporelle. C'est une entité de la nature mobilisable par certains hommes comme ressources. Elle est présente plus ou moins partout dans le monde. Il existe certain espaces où elle est différentes, plus faible, mais à ma connaissance aucun où elle est inexistante. Il n'y a que certaines personnes qui ont la capacité de la maîtriser. Soit directement par l'esprit et le cœur comme le font les mages, soit par la substance, comme le fond les herboristes et alchimistes. Ceux-ci capte la magie dans la matières, les mages dans l'essence. Pour la question quoi je n'avais as de réponse, la question des causes en magie ne se posait que dans les hauts cercles de réflexion intellectuelle.

Je m'étais peu à peu calmé. Je sentis une main sur mon épaule. Je m'étonnais d'avoir autant baissé la garde. C'était Adelia, et fort heureusement pour moi. Je me retournais et remarquais pour la première fois qu'à côté elle n'était pas grande (1,92 m/ 1,69 m). Je lui souriais. Elle avait dû sentir mon désarroi dans mon ton à l’instant et mon silence passé à réfléchir avait dû peser. J'étais un peu plus sûr de moi et avais rassemblé mes idées. Je posais mes yeux sur elle sans véritablement regarder à la première seconde.

« Je suis un piètre professeur comme ça. Mais... Enfin … J'ai rassemblé mes idées pour te parler de magie, avant que tu n'ai à t'en servir. Si tu acceptes toujours que je t'aide... »

J'écoutais un bruit d'épées qui se heurtaient au loin,très loin. Je n'avais pas envie de me battre ou lui faire courir quelque danger inutile.  

« Partons d'ici, si tu le souhaites »

J'étais doux et voulais de tout mon cœur qu'elle me suive encore un petit moment. J'espérais ne pas l'avoir froissée par ma réflexion. Je le regardais baisser le regard à son tour à réfléchir, nous avions le temps. Puis ces yeux remontèrent pour se planter dans les miens. Je retenais mon souffle pour connaître sa réponse. Je n'ai pas lu dans son esprit et ne savais rien de ce qu'elle pensait... Elle savait me désarçonnait à sa manière. Je relevais ma lèvre du côté droit sans véritablement sourire.
* Accorde moi cette chance. Accorde moi ta confiance. Acceptes de me suivre dans une quête. Je sais qu'il y en a d'autres pour t'aider, mais laisse moi le faire petite fée !*


Codage by TAC


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 5 Jan - 14:02
Lorsque vous lui ouvrez la porte,
la magie est partout

Adelia regarda en direction du mage qui riait, hésitante de lui envoyer l'arc dans le visage et alors une boule d'énergie. Elle avait fait toutes les démarches possible qu'il avait montrer, dite, mais elle avait tout de même loupé son coup. La flèche avait belle et bien atterri près et non dans la cible. Elle ne maudissait pas le fait d'avoir loupé, il y avait bien pire, mais le fait qu'il n'avait pas du tout mentionnait le fait de ne pas fermer les yeux et pourtant c'est ça qu'elle a fait. Elle avait voulu juste bien ressentir le pouvoir et la force de la magie pour bien agir. Histoire de bien viser. Mais, même ça, elle avait tout de même raté l'endroit où la flèche devait se loger. Elle écouta le mage reprendre ses explications incessantes. Elle retient un soupir et se mordit la lèvre pour ne pas dire d'injures. Il lui tendit enfin une autre flèche qu'elle prit alors. Elle plaça la flèche comme elle avait retenu, soupira, sans vraiment se concentrer vraiment et tira la corde pour pouvoir tirer. Mais elle sentait qu'elle n'était pas du tout prête à recommencer. Elle avait un peu la tête qui tourne à force d'autant de chose à la fois en une seule journée. Elle secoua un peu la tête et baissa l'arc en se tournant vers le mage. Il reprit la parole et elle serra les dents en le maudissant de parler autant au lieu d'agir. Après ses explications de comment lui expliquer à elle certains fait de comment former de la bonne magie et réussir, il s'éloigna. Elle posa l'arc et regarda la flèche près du cercle de pierre. Elle alla la récupérer et observait le mage qui était plongé dans ses pensées. Elle resta sur place, ne sachant pas si elle devait le laisser là et se débrouiller toute seule par la suite ou alors continuer à apprendre de lui. Il n'était pas un très bon professeur mais s'était ça ou rien. Elle finit par allez voir de quoi il en était. Posant sa main sur son épaule, malgré qu'elle aurait voulu lui parler froidement, elle remarqua qu'il était plus grand qu'elle, mais elle s'en moquait. Elle soupira de nouveau se mordant de nouveau la langue. Il lui lança ce qu'Adelia savait déjà, qu'il était un piètre professeur. Elle baissa un instant le regard avant de le planter dans le sien.

« - Cesse de m'appeler « petite fée » et j’accepterais ce que tu cherche à me faire comprendre depuis tout à l'heure ! Je ne suis pas contre de changer d'endroit que de rester ici ! »

Elle croisa les bras sur sa poitrine, sans le quitter des yeux. Enfin, elle recula d'un pas, allant ramasser sa besace. Elle fouilla dedans y trouva une pomme et croqua un morceau avant de passer la anse du sac autour de ses épaules. Elle attendait qu'ils partent enfin de cet endroit histoire de voir où ils iraient par la suite. Rencontrer sûrement des chevaliers noirs, des sorciers noirs ou encore des troll de 5 mètres de haut. Elle soupira en se tournant vers lui.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Jan - 10:50
« Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout »(Olivier Lockert)   
 
Adelia et Patrick
Je fronçais les sourcils quand elle me dit de ne plus l'appeler « petite fée ». Je savais qu'elle ne pouvais pas lire dans mes pensées. La coïncidence était pourtant remarquable. Elle ne devait pas l'avoir bien pris ce surnom. C'était une manie chez moi de donner des surnoms aux gens. Le pire c'est qu'une fois que c'était partie c'était dur pour que je m'arrête de le dire. Je lui avais donné ce surnom de façon sympathique, pas parce qu'elle faisait deux têtes de moins que moi. Ce qui comptait ce n'était pas vraiment le fait qu'elle ne veuille plus que je l'affectionne avec ce surnom mais qu'elle acceptait toujours mon aide. Je me promettais d'être un peu plus efficace et développer ses dons par conditionnement et réflexe. Elle croisa ses bras sur sa poitrine sans me quitter des yeux. Je fis un petit « Hum ». Elle recula et prit sa besace. Elle prit une pomme et croqua dedans. Je ne me rendais même pas compte quand je pouvais fatiguer les gens. Ce fut le cas lors d'un voyage avec une herboriste, incapable d'enfiler les lieux. La « petite fée », je pouvais bien me le garder pour moi, à condition de ne pas le dire, n'était pas pareille. Il fallait juste que je sois plus concis avec elle. Je décidais alors de partir pour l'une des quêtes que je lui avais annoncé. Nous allions nous rendre à la frontière du royaume des nains, des humains, et des elfes, non loin du lac, pour aider une garnison d'un chef nain contre les orcs et autres créatures.


Je la regardais et ne pus m'empêcher de suivre le fil de ses pensées. Je souriais. Il fallait que j'arrête ça aussi, sinon je n'aurais pas sa confiance, ça va qu'elle ne peut pas encore me détecter mais ça ne sera pas le cas longtemps. Je voulais lui apprendre à défendre ses pensées avant que nos routes puisse se séparer, elle serait ainsi hors d'atteinte immédiate d'un sorcier noir. Elle soupira en se tournant vers moi. Elle me faisait de la peine à porter son gros sac, enfin relativement gros, sachant que le mien ne pesait quasiment rien. Je prenais mon sac et fouillais dedans pour voir s'il ne me restais pas un de ces sac nain magique. J'en trouvais un. En relevant la tête je lui dis alors :

« J'ai un cadeau pour toi. Tiens. Ceci est un sac de fabrication nain, magique. Tu peux mettre quasiment autant d'objet que tu veux dedans sans que cela n'alourdisse le sac. Il restera toujours à peu près de ce poids. Pour récupérer l'objet que tu veux quand tu en auras beaucoup, il te suffira de penser à la catégorie de l'objet et fouiller pour le trouver.... Nous allons à la frontière des nains, des elfes et des humains. C'est par là »

Je lui donnais le sac qui paraissait dans ces main être un trésor. Je lui désignais la voie dans mon dos pour partir. J'allais lui laisser le temps de transférer toutes ses affaires dans le sac avant de nous mettre en route. Elle ne répondit pas tout de suite. Elle ne s'y attendait peut-être pas mais pour moi ce n'était pas un objet d'une valeur immense, bien que ces sacs ne soient pas courants.

Codage by TAC



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 7 Jan - 20:52
Lorsque vous lui ouvrez la porte,
la magie est partout

La remarque sur le surnom qui lui avait affublé remonté à la conversion, où il s’excusait. Elle l'avait gardé pour elle avant de finalement en faire la remarque à vive voix. Elle n'aimait pas ce genre de surnom sur sa taille ou même si c'était affectueux. Son nom lui avait été donné par sa mère adoptive et il fallait s'en servir. Elle resta un peu en retrait, regardant le carquois au sol et les arcs avant de fixer son attention sur les alentours. Le soleil était toujours présent, un temps agréable et sans nuage. Adelia soupira tout en continuant sa pomme. Jamais elle n'avait pu tomber sur quelqu'un qui lui apprendrait quoique ce soit sur sa magie. Quand bien même elle en aurait parlé à quelqu'un. Sa famille ne pouvait pas l'aider, son meilleur ami non plus d'ailleurs. Tomber par hasard sur un mage qui pouvait lui expliquer le fonctionnement de sa véritable nature lui allait. Même si ce n'était pas non plus un des meilleurs pour lui apprendre les bases, c'était déjà un début, elle comprenait tout de même ce qu'il essayait, tant bien que mal à lui apprendre. Comme le tir à l'arc, quoiqu'elle n'en avait jamais fait, cette première expérience lui convenait, même si, d'un côté, elle revenait sur le lancement de couteaux, qu'elle aurait préféré. Depuis combien de temps ils étaient à cet endroit ? Plusieurs heures, peut-être moins. C'était certain, il était sûrement temps de partir d'ici. Dans quelque temps il allait certainement avoir une troupe quelconque qui allait traverser cette clairière. Elle avait pratiquement fini sa pomme et jeta le reste au loin comme si de rien était. Elle reprit son attention sur Patrick qui fouillait dans son sac, à la recherche de quelque chose d'important. Il releva la tête et détenait entre ses mains un sac. Il lui annonça que c'était un cadeau de fabrication des nains, en lui précisant qu'il était magique. Elle eut une grimace à cette évocation, mais il ne semblait pas l'avoir remarqué car déjà il lui disait en lui expliquant qu'elle pourrait, dans ce sac, mettre plusieurs objets de toutes sortes. Et que, pour en récupérer un, il suffirait de le penser puis de le chercher dans une catégorie. Elle tendit la main pour s'en emparer et regarda le sac en question. Adelia soupira et roula des yeux, elle aurait préféré garder sa propre sacoche, plus pratique pour elle. Il indiqua alors une direction où ils allaient partir, ils se rendraient alors chez les territoires elfes, humains et nains. On lui avait dit que, peu importe le cadeau, on devait l'accepter, ça venait du cœur. Un sac était un cadeau comme un autre, mais elle n'allait pas pour autant lui dire merci. Elle transférait déjà toutes les choses dans ce sac, retrouvant le cadeau de remerciement de l'aubergiste. un anneau, qui par ailleurs, elle ne savait toujours pas pourquoi il lui avait donné. Pour s'en débarrasser peut-être ou alors il avait un truc unique que l'aubergiste ne lui avait pas dit. Elle le regarda avant de le mettre dans le sac. Quand elle eut fini, elle glissa sa besace dans le sac magique. Ils avaient sûrement beaucoup de route à faire et ils devraient trouver un endroit où s'arrêter pour la nuit. Même s'il ne faisait pas encore nuit.

« - Quoi ? Tu attends que je saute de joie pour le cadeau ? On devrait peut-être se mettre en chemin si tu veux arriver avant la nuit. »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Jan - 18:47


« Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout »(Olivier Lockert)   
 
Adelia et Patrick


Son expression me paru bizarre vis à vis de ce nouveau sac. Elle l'accepta tout de même et s'affairait à transférer ces affaires d'un sac à l'autre. Je n'eus le droit à aucun remerciement, mais en même temps je n'en attendais pas moins de sa part. Je voulais simplement lui faciliter un peu la vie et que l'on puisse avancer plus vite. Je la vis regarder l'anneau que lui avait offert l'aubergiste avant qu'elle le glisse lui aussi dans le sac. Nous étions dans les environs d'Ad'Lucem. Ils nous fallait environ deux ou trois jours de marche rapides pour y parvenir. En nous réservant pour le combat une fois arrivés, ce que je préférais, nous allions mettre trois jours en arrivant le soir. Si elle me demande pourquoi nous n'avançons pas plus vite je lui exposerais cette raison ainsi que d'autres qui me venaient à l'esprit. Les plaines du territoire humain seraient vite traversées, puis nous commenceront le piémont vers les plaines des elfes et les abords du lac finalement. Je lui avais dis où nous allions. J'attendis qu'elle finisse et c'est alors qu'elle releva la tête et me reprochais de ne pas nous être mis en route. Elle me lança qu'elle n'avait pas à sauter de joie pour mon cadeau. Quelle amabilité... Je ne lui en voulais pas au vu de ce que je venais de lui faire subir depuis environ une petite heure. Je lui répondais alors :

« Non... Et oui, en route. »

Je remis mon sac confortablement sur mon dos en enfilant les deux anses. Mes armes apparaissaient par magie, donc je n'avais pas à les porter. Pour ne pas me prendre une autre réflexion je lui laissais porter les siennes. J'allais laisser le chemin la calmer et lui prendre le temps de réfléchir. J'espérais qu'elle veuille un peu parler sur le chemin. Je me retournais et me mis alors sitôt en route en rejoignant le chemin que je connaissais à travers les champs d'abord. Je faisais attention aux alentours très calme ma foi et cela me convenais. Nous ne fûmes en rien ralenti et commencions le chemin. Il n'y avait personne. Je marchais au rythme de mes pas réguliers et rapide jetant des coup d’œil pour voir si elle me suivait. Pourquoi restait-elle obstinément derrière ? Je me demandais si je n'allais pas un peu vite. Non, sinon elle me l'aurait fait remarqué et mes oreilles auraient sifflées. Je continuais donc la progression. J'étais attentif au chant des oiseaux. C'était une belle journée finalement et j'étais content de ne pas être sur une quête devant régler des affaires administrative, ou de trop longues discussions sur divers sujet.

Codage by TAC


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 8 Jan - 23:22
Lorsque vous lui ouvrez la porte,
la magie est partout

Adelia observait le nouveau sac. Il était léger malgré les trois pommes qui lui restaient et le reste de babioles qu'elle avait amassé pendant ses aventures. Mais pour rien au monde elle ne se séparerait de sa besace offerte par sa mère pendant son adolescence. Un tissus de cuir tressé avec des cordes pour maintenir le tous. Elle souffla en regarda le mage qui l'avait observé mettre toutes ses choses dans l'autre sac. Il ne semblait pas du tout contrarié du fait qu'elle ne lui ait pas dit merci, ou alors il s'y était attendu qu'elle ne le dise pas. Elle leva les yeux au ciel en roulant des yeux. Adelia n'était pas du genre à faire tout un plat pour un truc quelconque. Tout en l'observant elle remarqua qu'il était plongé dans ses pensées avant qu'il lui retourna le fait qu'ils y allaient et ne rajouta plus rien par la suite. Elle haussa un sourcil et glissa la anse sur une de ses épaules et commença à avancer juste derrière lui quand il s'était détourné d'elle pour enfin quitter cet endroit. Elle posa sa main sur son épée tout en regardant ses pieds puis devant elle, avant de regarder les alentours et de remarquer qu'ils allaient sur un chemin pour couper à travers champs. Tout était plutôt calme et pourtant, malgré ça, Adelia n'était pas du tout rassurée. N'importe qui pouvait surgir dans ce genre de décor, rien n'était éternellement parfait. Elle avait parcouru beaucoup de chemin, partir à l'aventure n'était pas chose aisé, il fallait être préparer à toutes épreuves, à toutes attaque. Adelia était prête, pour certaines choses, mais pour la magie c'était à revoir. Elle y arriverait sûrement un jour, mais pour le moment, c'était une autre paire de manches. Elle suivait à bon rythme juste derrière le mage qui se retourner de temps en temps pour voir si elle était toujours là. Adelia était sur le moindre bruit. C'était bien trop silencieux, elle n'était pas trop bavarde, mais parfois un peu de bruit, comme dans les auberges, était la bienvenue.

« - Dit, ça fait longtemps que tu parcours les contrées et aide ton prochain ? »

Adelia n'était pas curieuse de nature, mais parfois faire la conversation n'était pas si mal non plus. Elle entendit un bruit non loin d'eux et posa sa main droite sur la poignée de son épée prête à la brandir.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 9 Jan - 16:31


« Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout »(Olivier Lockert)   
 
Adelia et Patrick


J'observais les arbres le long du chemin. Je ne vis pas beaucoup d'oiseaux mais remarquais les feuilles bouger. Je santais qu'il y avait beaucoup de vie autour de nous. Mes pas s'entendaient clairement sur le chemin de terre sèche. J'avançais plus vite lorsque le temps était au beau fixe comme aujourd'hui et j'aimais sentir cette nature, être en plein air. Notre marche allait être longue mais je ne me plaignais pas. Il fallait que je l'écoute elle et que je n'aille pas l'épuiser. Je continuais de marcher et captais une approche. C'était un être de la taille d'un humain.J'étais tellement dans mon silence et maintenant captivé par cet être que lorsqu'Adelia parla cela me fit sursauter. Elle avait le don de me surprendre c'est pas vrai. Je n'en avais pas après elle, c'est même plutôt bien qu'elle se soit avancée pour me parler, mais j'en avais contre moi et le fait que ça fasse déjà deux fois qu'elle arrive à me surprendre. Il me faudrait mieux dormir cette nuit et arrêter de penser à tout comme j'essayais de le faire tout le temps.

Avant de répondre à sa question je me rendais compte qu'elle aussi avait senti l'être qui approchait. Peut-être avait-elle développé le don que j'utilisais. Toujours est-il que je mis mon index sur mes lèvres pour lui dire de garder le silence. Je m'étais arrêté et avais fais apparaître mon épée. Elle commençait à dégainer. Je lui fis un hochement positif de la tête, accompagné d'un geste de la main pour lui dire de tirer son épée doucement. Enfin je lui fis signe de ne pas bouger, j'en faisais de même, guettant en direction de l'endroit d'où sortirait l'intrus. C'est un gobelin armé qui sortit des buissons. Il semblait s'être battu et avoir couru. Essoufflé il nous regarda un peu apeuré. Je ne bougeais pas pendant qu'il marquait un temps d'arrêt en face de nous. Je n'avais rien contre lui s'il ne m'attaquait pas. Nous n'avions aucune raison de nous battre. Je jetais un œil pour qu'Adelia ne bouge pas. Le gobelin me fit un signe de la tête pour me remercier de ne pas l'avoir attaqué et détalait dans le bois en face. Après avoir traversé le champ il disparu dans le bois.

Je décampais de mes positions et me redressais en faisant disparaître mon arme. Je regardais Adelia toujours paraît.

« Nous n'avions aucune raison de s'en prendre à lui. Il s'en souviendra crois moi. Tu peux te détendre nous ne craignions rien dans l'immédiat. Aller remettons nous en route ».

Je passais à côté d'elle en lui posant brièvement une main sur l'épaule comme je l'aurais fais d'un homme m'accompagnant après un combat. Elle reprit le chemin avec moi après un petit temps de pause. Je ne l'attendis pas. Quand elle me rejoint une seconde plus tard à côté de moi je décidais de répondre à sa question. Je restais calme et voulais passé ce qui venait de se passer :

« Je parcours les contrées depuis plus longtemps que j'aide mon prochain. La terre des hommes... je la connaît jusqu’aux terres des elfes où j'ai étudié. Après mes études... même pendant, ayant choisit d'être mage de guerre, nous avons participé à quelques missions. Mais... J'ai vraiment parcourus les contrées et aidé les gens depuis ma sortie de l'école de magie... J'avais quelques points divergeant par rapport à d'autres mages de guerre... »

Je la regardais marcher à côté de moi, le regard au loin. Elle s'en rendit compte et pur ne pas gêner je regardais mes pieds, puis l'horizon. Ces idées étaient nombreuses. Je ne lisais pas ses pensées mais savait qu'elle réfléchissait. J'attendais, c'est elle qui devait guider la conversation, j'avais assez parlé pour rien. Déjà répondre à ses questions serait pas mal.

Codage by TAC


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 11 Jan - 11:08
Lorsque vous lui ouvrez la porte,
la magie est partout

Elle allait le mettre en garde à voix basse, pour le prévenir qu'un individu les observait ou arrivait, mais déjà, il se tournait vers elle et posa un doigt sur ses lèvres pour la faire taire. Adelia allait lui repousser sa main pour attaquer le nouveau venu. Il fit alors apparaître son épée et recula doucement en lui faisant des gestes. Elle sortit son épée de son fourreau très doucement et la brandit devant-elle sans bouger, quand un gobelin surgit finalement devant eux. Adelia allait lui régler son compte, quand le mage l'arrêta dans son élan. Il lui rappelait vaguement une certaine scientifique qui avait commencé à parler avec un gobelin avant que ce dernier ne l'attaque. Adelia l'avait juste assommé, fouillé et laissé pour mort avant de suivre cette scientifique dans une grotte quelconque et être en danger de mort. Elle eut un sourire en coin et guetta du coin de l’œil, le gobelin qui s'éloignait en courant. Elle garda tout de même son épée pendant un temps, écoutant le mage lui dire qu'ils n'avaient aucune raison d'attaquer un gobelin, elle resta en arrière alors que ce dernier était déjà reparti en passant près d'elle et après avoir posé brièvement sa main sur son épaule, qu'Adelia avait regardé de travers. Elle soupira et rangea enfin son épée en reprenant la marche. Elle ne s'était jamais posée de questions sur les gobelins, elle les attaquait et c'est tout. Elle en avait vu qui pillaient les voyageurs de leur bien. Pourquoi celui-ci serait différent. Alors qu'elle finissait enfin par le rattraper, il répondit alors à sa question. Le pour quoi il en était arrivé là, qu'il aidait les gens, c'était comme ça avec tout le monde. Elle l'écouta dire qu'il avait été dans une école de mages et ensuite qu'il avait commencé à partir de certains points de contrées en contrées pour aider. Elle soupira, jamais cela ne lui serait venu à l'idée d'aider son prochain. Cela lui était arrivé, une ou peut-être deux fois, la scientifique et se drôle de gamin qui avait fait passer une femme pour sa tante. Elle soupira en sentant le regard du mage sur elle. Elle leva les yeux vers lui et il regardait déjà ses pieds. Ne le quittant pas des yeux, elle réfléchissait déjà à ce qu'elle pourrait dire, mais ne trouvait rien. Elle observa au loin avant de se retourner puis de reprendre son attention vers là où ils allaient.

« -Un gobelin qui nous laisse la vie sauve, ou du moins, quelqu'un qui lui a laissé la vie sauve. La dernière fois que j'ai vu un gobelin il voulait attaquer une femme dans les bois obscurs. Vous allez me dire qu'il y a les bons et les gentils gobelins ? »

Elle savait à présent que toutes personnes ou créatures pouvaient être bonnes ou mauvaises peu importe le contexte. Mais là, laisser un gobelin s'en aller avec un simple signe de tête, laissait Adelia un peu songeuse. Peut-être que les gobelins pouvaient être abordables, selon la contrée où ils résidaient. Dans cette forêt obscure, le gobelin ne semblait pas vouloir discuter avec qui que ce soit. Il avait sauté sur la scientifique sans mégarde et Adelia l'avait secouru. Elle soupira à l'idée de redevenir serviable et posa sa main gauche sur son épée. Quand bien même ils allaient croiser une autre créature dans cet endroit, sûrement le poursuivant du gobelin ou autre. Mais tout resta calme pendant le reste de la marche.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Jan - 19:32


« Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout »(Olivier Lockert)   
 
Adelia et Patrick


Je reportais mon regard sur elle alors qu'elle n'avait pas détourné le sien de moi. Elle observa au loin ensuite pour voir l'horizon vers lequel on se dirigeait. Je la regardais un instant en me disant que je ne pouvais pas la considérer comme une élève. Je devais faire comme si c'était quelqu'un qui avait besoin d'aide. Et pourtant je n'arrivais pas à avoir autant de détachement vis à vis d'elle. Au fait je pensais en faire une alliée et pourquoi pas une amie. Elle était très belle mais je ne la connaissais pas assez pour qu'elle soit plus pour moi. Je devais lui laisser du temps déjà rien que pour me faire vraiment confiance et lui donner la possibilité d'utiliser ses dons sans crainte. La suite était floue et je verrais bien comment se passera cette quête que j'entreprenais de faire avec elle. Elle m'avait posé une question dont elle avait en partie la réponse. Je laissais quelques secondes de blanc avant de lui répondre.

« Tu me tutoie depuis un moment alors tu peux continuer tu sais. Pour répondre à ta question je ne vais pas te dire que les gobelins sont comme les hommes, mais... bien qu'ils soient différents, un peu quand même... Je dois bien t'avouer que je n'étais pas sûr que ce gobelin ne nous attaque pas. J'ai vu qu'il n'allait pas le faire. Il n'était pas vraiment en posture et il était surpris. Hum... c'est quand même surprenant mais ça ne m'inquiète pas plus que ça. Nous n'avions pas plus de raison de l'attaquer qu'il n'en avait. Alors... Je ne sais pas s'il y a des bons ou des méchants gobelins. Je dirais pas plus qu'il n'y a de bons ou méchants hommes... »

Nous continuâmes de marcher sur quelques mètres sans rien dire. Je n'avais pas de réponse à cette question, pas plus qu'elle. Je posais aussi ce genre de questions mais je devais continuer pour ne pas couper court à cette conversation naissante. Je trouvais, je pense, la pire qu'il ne fallait pas poser :

« Quel âge as-tu Adelia ? »

J'avais au moins eu la prestance de ne pas dire « petite fée ». Je n'eus pas le temps de poser une autre question.


Codage by TAC



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 15 Jan - 9:03
Lorsque vous lui ouvrez la porte,
la magie est partout

Adelia ne marchait pas d'un pas bien rapide et regardait ses pieds ou alors, le lointain, en guettant le moindre bruit. Les ombres s'étendaient devant eux. Elle écouta pourtant sa réponse d'une oreille avec un sourire en coin. Elle ne releva pratiquement pas sa remarque sur le tutoiement. Et ce n'était pas vraiment une question. Enfin, si, ça en était une, mais pour rien au monde, elle aurait songé qu'il allait y répondre vraiment. Lui disant que les gobelins comme tout être pouvait être désagréable comme abordable. Elle l'avait deviné quand ils avaient laissé ce gobelin fuir. Qui pouvait-il fuir comme ça ? D'autre gobelin ? Un sorcier noir ? Ou des chevaliers qu'il avait tentés de piller ? Elle soupira en regardant le mage puis de nouveau l'horizon. Elle avait choisi les aventures tout comme elle aurait pu choisir une vie simple et ennuyante. Rien que le fait de partir, lui donnait l'occasion de revenir dans son village. C'était un défi de toujours aller de l'avant. Cette fois-ci, elle devrait se servir de sa magie, du moins espérait-elle ne pas trop s'en servir, sachant qu'elle ne sait pas réellement les dégâts pouvaient faire ses pouvoirs sur d'autre personne. Sauf sur les arbres ou une cabane en bois. Elle leva les yeux au ciel quand il reprit la parole en lui demandant son âge.

« - Tu sais que ce n'était pas une question auquel il fallait répondre, c'était juste pour faire de l'ironie et une conversation,, en faite, je m'en moque un peu qu'un gobelin soit gentil ou méchant ! Pour ce qui est de mon âge, j'ai l'âge de porter une épée. Quand bien même y a un âge pour ça ! On s'en fiche un peu quand même, mais si t'y tient tant alors j'en ai vingt-cinq ! »

Elle marcha un peu plus vite, passant devant. Sa main gauche toujours posée sur son épée, regardant à droite et à gauche, attendant une attaque. Espérant même, arriver assez rapidement dans le lieu. Même-ci, d'un côté, ils devraient faire une halte quelque part avant la tombé de la nuit.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Jan - 13:03


« Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout »(Olivier Lockert)   
 
Adelia et Patrick


Ma perspicacité laissait à désirer ses derniers temps. Je n'avais même pas su comprendre la subtilité d'une question rhétorique. Il n'était pas tard pourtant mais j'étais fatigué de chercher mes explications et mes mots. C'est quand elle avança un peu plus loin après m'avoir dit son âge que je me disais qu'en fait je n'avais pas à me prendre la tête. Elle était belle. Le soleil brillait et les oiseaux s'entendait de nouveau. Je soupirais en la rattrapant un instant plus tard.

« J'ai un printemps de plus que toi. Et … je ne remet en rien ta compétence à porter une arme en question. J'apprécie que tu es engagée le conversation. »

Je changeais de sujet pour ne pas la saouler avec ça et passais à des choses plus concrètes.

« Nous pouvons encore marcher jusqu'au piémont des montagnes des nains, juste après la plaine. Nous pourrons peut-être trouver une auberge, mais j'en doute. Nous pourrons plus probablement nous installer à l'orée d'une clairière.... »

Je sentais le chemin vibrer son mes pieds. Je sentais magiquement des cavaliers arriver à pleines vitesse. Je quittais le chemin et enjoignais Adelia d'en faire de même. Cinq cavaliers armés ne tardèrent pas à faire leur apparition à l'horizon. Le bruit des sabots des chevaux sur le chemin résonnaient aux alentours. Je fronçais les sourcils pour mieux voir d'où ils pouvaient venir et s'ils nous voulaient du bien ou du mal. Ils ralentirent à une centaine de mètre de nous. Ils étaient tous armés de lance, une cotte de maille sur le dos, casqués, un glaive sur le côté. Pour moi c'étaient des mercenaires hommes aux services des nains (à cause de leurs armes). Leur approche se fit plus lente, leurs lances étaient à la verticales. J'empêchais Adelia de dégainer de nouveau.

« Ils veulent nous parler. Nous aviserons ensuite. »

L'homme qui portait un équipement plus riche s'avança sans descendre sur son cheval noir. Il retira son casque et fit signe à ces hommes de descendre. Il en fit alors de même. Il s'avança vers Adelia et lui baisa la main. Je m'étais trompé, ce devait être un noble.

« Gente dame, mes hommages »

Tout ces hommes baissèrent la tête en signe de respect. Puis l'homme s'approcha de moi. Il jeta son casque à un de ses hommes. Puis il me fit l'accolade que nous faisions entre chevaliers d'honneur.

« Salutations mon brave ! Je suis le seigneur Hubert. Ces terres sont à moi. Nous revenons d'un bon combat en terres nains. Et nous sommes vainqueurs ! »

Ces hommes sourirent, ils étaient heureux mais ne crièrent pas...

« Que faîtes vous ici ? Demanda-t-il calmement »

« Nous allions en quête vers les terres nains justement. Venez-vous de la régions frontalière des elfes ? »

L'homme me regarda puis regarda Adelia. Il mit une main sur son menton barbu. Il était roux. Il m'examina. Il fronça les sourcils avant de me répondre :

« En effet. Nous étions plus nombreux. Certains sont morts, d'autres sont resté sur place. Nous n'avons pas réussi à éradiquer ces infâmes orcs mais ils sont repartis dans leurs misérables contrées... Me permettez-vous une question ? »

Ils venaient de finir la quête vers laquelle nous nous dirigions. Je devrais choisir autre chose. Cela m'arrivais parfois. Tant pis. Je le regardais alors et lui demandais :

« Ou bien sûr, que voulez-vous savoir ? »

Il recula d'un pas et ses hommes se rapprochèrent. Je dégageais mes mains au cas où et vis Adelia se mettre sur ses gardes. L'homme l'avait senti :

« Non, je ne veux pas vous attaquer ! Vous venez de répondre à ma question... »

Je l'interrogeais surpris :

« Comment cela ? »

Il tendit la main et l'un de ses hommes fouillait dans un sac avant de lui poser un parchemin. Il rapprocha d'un pas et nus regarda.

« Ma question allait être de vous demander si vous, vous étiez magicien. Votre réflexe là est typique des gens comme vous, plutôt que de vous armer comme votre compagnon. Il nous serait suicidaire de nous battre contre une mage... Nous pouvons tuer cents orcs chacun mais pas un mage. Mais... puisque vous étiez partie en quête j'aimerais vous en proposer une que nulle n'accepte. »

Je le regardais et trouvais tout cela un peu louche. Et cet imprévu m'avait quelque peu déstabilisé. Je n'avais pas vraiment l'habitude de prendre mes quêtes en chemin. Il m'arrivait d'aider ou de me battre en chemin mais pas c'était la première fois qu'on me proposé de prendre une quête en considération sur une route. Je regardais Adelia qui elle regardait les hommes. Je me tournais de nouveau vers cet Hubert.

« Très bien... Je vous écoute. »


Il se racla la gorge et tapotait le parchemin dans son autre main.

« Hum... Pour cette quête il faut traverser beaucoup de contrées, traverser la mer et ses dangers et rendre service à un roi qui ne connaît rien de la guerre. »

Avec ce peu d'indication je savais déjà qu'il s'agissait de se rendre sur une île. Les hommes les plus téméraires acceptaient sans doute de traverser les contrées mais la mer étaient dangereuse, entre les hommes et les légendes sur des monstres marins. Je réfléchissante à quel roi il pouvait s'agir quand il continua.

« Ce roi à demandait de lui envoyer une personne capable d'explorer des coins de son territoire qu'il ne maîtrise pas et y déloger les créatures les plus vils qui ne se soumettraient à aucune loi ou compromis. Seriez-vous intéressé ? »

Je réfléchis une seconde. Pour moi il n'y avait pas de problème. Mais je voulais aussi ne pas délaisser Adelia. Je voulais continuer de la former. Je soupirais à ce dilemme. C'est alors que je pris une décision difficile qui pourrait être lourde de conséquence. J'allais accepter cette quête et former cette petite fée à être une alliée pour moi, et qu'elle devienne mage de guerre progressivement. Si elle voulait de l'aventure elle allait en avoir de la grande. Alliant cela à un apprentissage progressif, j'allais finir par lui faire assimiler quelques combines et sorts plus facilement je l'espérais.

« Oui. J'accepte de vous rendre service. »

Nous n'avions pas parler d'or ni de récompense. Je ne le faisais quasiment jamais. Ils me faudrait aussi réfléchir à comment me rendre à cet endroit et mener à bien notre voyage.

« Je suis heureux de vous l'entendre dire ! Tenez (il me donnait le parchemin). Vous devez vous rendre sur l'île principale des fées, rencontrer le roi. Vous lui donnerez ce sceau (qu'il me donnait également dans l'autre main). Vous lui dites venir de la part du seigneur Hubert, il vous accueillera et vous précisera ce qu'il veut de vous. Si vous parvenez à réaliser son projet il vous récompensera, et si vous parvenez à revenir ici une fois votre quête achevée, je vous récompenserait à mon tour, avec une preuve quand même. Le seul impératif que vous devez tenir est d'y arriver avant la saison prochaine. Ce qui vous laisse le temps d'y aller deux fois ! Que Dieu vous garde. Mon château se trouve de l'autre côté de ce bois là-bas. On ne le voit pas d'ici. Si vous avez besoin de quoi que se soit faîtes le moi savoir. A présent je dois vous laisser et rejoindre ma femme et mes enfants. Je vous souhaite bonne route et du courage ! Au revoir »

Il reprit son casque peu après et le remit avant de grimper sur son cheval. Ses hommes firent la même chose en même temps. Après un signe de la main ils partirent au galop en direction du palais qu'ils rejoignaient tout à l'heure. En coupant à travers champ nous l'avions éviter sans le vouloir. Il fallait quand même le faire. Une fois qu'ils furent à l'horizon je me retournais vers Adelia. Nous venions de changer de quête. Elle allait, si elle acceptait, devoir passer plus de temps avec moi. En fin de compte cela changeait pas mal de chose. Si elle ne le disait pas par elle même je lui poserais la question de savoir si elle voulait toujours me suivre.

Codage by TAC



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 19 Jan - 20:42
Lorsque vous lui ouvrez la porte,
la magie est partout

Adelia marchait d'un pas ferme droit devant, elle était fatiguée, mais n'allait pas le montrer s'il fallait marcher longtemps pour rejoindre une zone en question. Plusieurs lieux de marche ne lui faisaient pas peur et elle avait hâte de trouver un endroit où se poser. Elle se fit rattraper par le mage qui lui confia avoir un an de plus qu'elle et qu'il avait apprécié le fait qu'elle fasse un peu la conversation. Elle ne prit pas en compte ce qu'il disait à propos d'une première halte non loin d'une montagne des nains, lui parlant de trouver sûrement une auberge ou de dormir à la belle étoile, ça ne serait pas la première fois. Le sol vibrait soudain sous ses pas et en détournant les yeux du mage elle vit au loin, un groupe de cavaliers se diriger droit sur eux, les sabots des chevaux soulevaient un mélange de boue et de feuilles mortes. Patrick quitta le chemin et imposa alors à Adelia d'en faire autant. Cette dernière regardait les chevaliers qui s'approchaient avant de s'écarter du chemin. Ces derniers arrivaient au pas et elle posait déjà sa main sur le pommeau de son épée, prête à la sortir au moindre problème. Les cavaliers arrivaient face à eux, portant chacun un heaume où la visière était relevée. D'où sortaient-ils ? Étaient-ils des hommes envoyés des sorciers noirs ? Adelia n'avait pas le temps de se poser autant de questions, elle examina déjà leurs armes et commença à sortir son épée de son fourreau et s'approcher avant de se faire arrêter par le mage, lui soufflant alors que ces derniers voulaient leur parler. Celui à l'armure plus riche s'avança face à eux, Adelia le détailla alors qu'il retirait son heaume et fit un geste à ses hommes de descendre de cheval et en fit autant en s'approchant d'Adelia. Il lui fit un baise main. Autant de familiarité ne plaisait pas du tout à la jeune femme, mais elle n'allait pas retirer sa main d'un geste brusque. Regardant tour à tour les hommes autours, attendant que l'un d'eux agisse. Le « noble » lança son heaume à un de ses hommes puis fit une accolade à Patrick avant de se présenter comme étant un seigneur. Il vanta les mérites d'une guerre qu'ils avaient gagné avant de leur demander ce qu'ils faisaient ici sur sa terre. Adelia allait lui répondre froidement mais déjà le mage sautait sur l’occasion en lui répondant qu'ils allaient sur la terre des nains. Elle fronça les sourcils et se tourna vers lui puis reprit son attention sur la troupe. L'homme répondit alors à la question du mage, racontant qu'il y avait eu des morts et d'autres sont restés là-bas. Ne parvenant même pas à supprimer autant d'Orcs qu'ils auraient voulu. Il voulait savoir quelque chose alors que Patrick lui demandait l'homme recula et les chevaliers commencèrent à l'entourer, Adelia s'accrocha de nouveau à son épée alors que le seigneur précisa qu'il ne voulait pas les attaquer. Adelia écouta les réponses qu'ils échangeaient, elle en avait un peu perdu le fil. Écoutant le seigneur faire un discours sur ce qu'il semblait savoir déjà sur le mage avant de proposer une quête. Déjà Adelia s'était rendue compte qu'ils avaient déjà fait la quête des nains et qu'elle était à présent terminée. Elle leva les yeux au ciel quand le seigneur en parla comme dangereuse, rien qu'à ses mots, Adelia était partante. Enfin, si le mage voulait toujours d'elle comme acolyte. Une aventure comme celle-ci, elle ne pouvait pas passer à côté. Et puis, on ne se débarrassait pas aussi facilement d'elle. Ça dépend vraiment avec qui elle se trouvait. Adelia suivait leur conversation, si le mage ne la voulait pas, elle partirait de son côté. Patrick accepta avec un peu d'hésitation pendant un instant. L'homme eu un sourire ravi et commença un long récit en tendant le nécessaire au mage, lui indiquant le lieu exact de la quête et lui parlant de son château. Après autant d'explications, il se tourna vers l'un de ses hommes qui lui tendait déjà son heaume qu'il remit en montant sur son cheval. Ses hommes en firent de même et ils s'éloignèrent, laissant Adelia et Patrick sur le chemin.

« - Une nouvelle quête finalement ! On ne va pas passer à côté, elle a l'air plutôt intéressante ! Je m'invite à l'aventure avant que tu ne changes d'avis ! »
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Jan - 22:52
« Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout »(Olivier Lockert)   
 
Adelia et Patrick
Bientôt le bruit des sabots ne s'écoutèrent plus et les cavaliers disparurent derrière la colline. Avant même que je puisse lui donner mon verdict elle voulait m'influencer dans le sens que j'avais pris. Ses paroles spontanées me firent sourire et rire. Je me tournais face à elle.


« Je ne comptais pas t'empêcher de participer à cette quête. Mais tout d'abord trouvons un endroit ou réfléchir un peu et nous reposer. »

Le milieu d'après-midi prenait fin allant laisser place à un air plus frais. Le soleil était déjà descendu dans le ciel. Ce fut un bel après-midi somme toute et j'étais content de ma journée. Il nous fallait maintenant trouver un endroit pour préparer notre voyage en théorie, rendre le temps de regarder des cartes, les parcours possible, et les moyens d'y aller... tant de chose auxquelles penser. J'aimais cela. Le hasard était partout et bien que les situations différentes et plus ou moins difficile il fallait toujours avoir un plan. Un maître disait : mieux vaut avoir un mauvais plan que pas de plan du tout (Tartakover). Nous devions retourner dans un village et trouver une auberge. Or je ne pense pas qu'il y ai une auberge dans les petits villages de la région. Elle me remerciait. Je n'écoutais pas la fin. Je ne sais pas vraiment si elle me remerciait de l'emmener ou de faire le trajet avec moi. Il faut dire qu'elle avait peut-être arrêté de parler... Je sortais un plan de la région regardant par où se diriger pour trouver un établissement pas trop loin de là où nous étions. Je repérais un groupement de maison avec une étoile sur le plan, espérons que cela désigne un village de taille assez importante. Pour ne pas la vexer je lui montrais le plan. Je n'avais pas envie de la mettre à l'écart de mes réflexions.

« Nous sommes là. Et là c'est un groupement de maisons... Je pense qu'on peut trouver de quoi passer la soirée et la nuit... Aller, plus long de marche ».

J'avais ajouté ces mots en voyant son sourcil se lever quand je lui montrais le trajet. Je rangeais ma carte et me mis en marche. Je repensais à quelque chose que nous faisaient faire nos maître quand nous marchions. Lors des sorties, étant jeunes et mouvant, nos maîtres nous faisaient décrire ce que nous voyions et entendions pour nous faire passer plus vite le trajet.

« Adelia »

J'attirais son attention.

« Aimerais-tu te prêter à un petit exercice ? Rien de magique... Ni très compliqué, rassure toi... »

Elle hocha très légèrement la tête et remua ses lèvres.

« Décris moi simplement ce que tu vois et ce que tu entends... »

J'écoutais sa voix le temps que nous vîmes les premières maisons. Elle fut contente de me l'annoncer. Je souris. Allons voir ce qu'il y a là-bas.


Codage by TAC


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 23 Jan - 18:40
Lorsque vous lui ouvrez la porte,
la magie est partout

Adelia regardait les chevaux s'éloigner d'eux, mais déjà les sabots ne s'entendaient plus. Elle n'attendit pas que les cavaliers ne disparaissent avant de reprendre son attention sur Patrick qui avait repris la parole après avoir ri un instant. Elle écouta, les yeux dans le vide, ce qu'il disait. Acceptant le fait qu'elle l'accompagne et de trouver un endroit où se reposer pour la nuit. La journée avait bien avancé malgré tout. Il s'était, pour le moment, passé beaucoup trop de chose. Adelia repensait au tir à l'arc et de sa magie, en aurait-elle besoin pour cette nouvelle quête ? Et puis, elle était entre de bonnes mains, même si, d'un côté, ce mage, elle était focalisée sur le fait que ce n'était pas un très bon professeur. Mais c'était le seul à lui avoir proposé son aide pour ses dons. Elle soupira et le vit faire apparaître une carte parcheminée entre ses mains. Il était concentré sur cette dernière et Adelia commençait à perdre patience avant qu'il ne lui montre. Il se tourna finalement vers elle et lui montra certains emplacements de village et là où ils se trouvaient avant de rajouter que ça serait là-bas qu'ils passeraient la nuit. Adelia aurait préféré être à l'orée d'un bois. La marche serait certainement longue et sûrement sans embûche. Ils commencèrent à se diriger vers le prochain village pour l'hospitalité d'une auberge. Adelia gardait son épée à sa ceinture, gardant à l'esprit qu'à n'importe quel moment, ils pouvaient se faire attaquer. Plongée dans ses pensées, Adelia sursauta quand il prononça son prénom, lui proposant de se prêter à un jeu de description. Elle le détailla un instant en soulevant un sourcil. Adelia roula des yeux en prenant ça, pour une blague. Mais elle hocha, malgré elle, la tête en soupirant.

« - Je ne sais pas décrire ce qui m'entoure. Juste dire qu'il... des arbres au lointain, qu'on est sur un chemin et que... Je vois finalement le village là-bas et qu'on peut enfin arrêter cet... exercice, si on peut appeler cela un exercice.... »

Le village se dessinait enfin devant eux, au bout de quelques lieux et d'un ton, mi-amusé et en soupirant de soulagement, Adelia lui en fit la remarque. Le village semblait agréable quand ils franchirent enfin la frontière et virent les maisons solides qui étaient espacées entre elles. Une femme balayait le devant de sa chaumière sans relever la tête vers les nouveaux arrivants. Adelia la regarda et pensa à sa propre mère. Elle entendit des enfants jouer juste devant eux et non loin, un berger partir avec ses moutons sûrement vers les collines, dans un bruit de carillons. Adelia avait côtoyé trop de lieux semblables, c'est dernier temps. L'homme qui les accueillit dans la grande salle de l'auberge était l'image parfaite des lieux : Grassouillet. Ses joues étaient rouges et il se montra assez agréable face à ses voyageurs étrangers dans son établissement. Leur annonçant qu'il n'y avait plus vraiment de place dans son auberge, qu'il lui restait tout juste une chambre. Adelia leva les yeux au ciel et accepta tout de même cette dernière chambre sans demander l'avis à Patrick. En même temps, elle aurait préféré dormir dehors. L'aubergiste leur indiqua la chambre et sans attendre quoi que ce soit, Adelia cherchait déjà des pièces d'or. La chambre était simple et finalement, elle n'allait pas regrettait de dormir sous un toit. Rien ne semblait être encore arrivé ici, il y avait bien des sorciers noirs dans certaines contrées, mais par ici les habitants, étaient heureux. Il se trouvait, qu'il n'y avait qu'une seule paillasse dans la chambre. Adelia si installa sans se retourner, autant prendre les lieux et faire dormir le mage au sol, s'il voulait réellement dormir dans une auberge. Elle se déchaussa enfin en déposant sa dague et son épée non loin d'elle. Demain était un autre jour et l'aventure commencerait alors. Elle n'attendait que ça depuis qu'elle était rentrée dans la première auberge.
© OswinWho
Revenir en haut Aller en bas
J'ai de puissants pouvoirs
Messages : 1827
Âge : 25
Emploi IRL étudiant

Feuille de personnage
Profession : Aventurier
Amis & Connaissances: Eléa, Kim, Rulf, Jack, Cheryl, Mike et Adelia
Âge : 28 ans
avatar
J'ai de puissants pouvoirs
Patrick Might

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Jan - 19:19


Revenir en haut Aller en bas
J'adore la science
Messages : 2381
Âge : 21
Emploi IRL Étudiant

Feuille de personnage
Profession : Botaniste & Herboriste
Amis & Connaissances: Adelia Eckhardt, Elea Edgerton, Leroy Jack, Patrick Might, Cheryl Daynight, Tyler Stanley.
Âge : 26 ans
avatar
J'adore la science
Kim Lewis

Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com
Ven 24 Avr - 17:12

ARCHIVAGE DES RPS


Votre RP est terminé, il est donc ARCHIVÉ



"Aimer est le verbe le plus difficile à conjuguer, son passé n'est pas simple, son présent toujours imparfait et son futur toujours conditionnel"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
[TERMINE] (à suivre) "Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout" (Olivier Lockert)
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Eldoth ϟ Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout
» Angel Kelanson~Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout.
» Ouvrez moi cette porte où je frappe en pleurant [Pv Spy]
» [Admin] Quelle est la résolution habituelle de votre PC lorsque vous allez sur le forum?
» La féline grise, vous savez? Celle qui porte la plus douce fourrure!~Plume Nuageuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-