AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Bestiaire  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[TERMINE] [Adelia et Rulf] Vers l'inconnu
 :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : 1, 2  Suivant


Invité
Invité

Mer 5 Mar - 21:36
Vers l'inconnu

Adelia descendit de cheval et se pencha sur le fou. La pleine lune éclairait leur emplacement. De plus près, il n'était pas si vieux que cela. Elle le retourna sur le dos et il ouvrit brusquement les yeux. Il grogna de douleur et elle l'aida à se relever avec peine. Elle jeta un rapide coup d’œil à l'horizon, croyant voir apparaître une ombre quelconque les rejoindre, mais il n'arriva rien. Elle passa un des bras de l'homme sur ses épaules et passa un des siens derrière son dos pour le soutenir tant bien que mal. Ils progressaient assez lentement jusqu'à l'auberge où, il semblait avoir plus de monde. Des hurlements au lointain la fit presser le pas en traînant pratiquement le fou. Ils se firent rejoindre par un homme assez imposant. Adelia allait lâcher le fou et brandir son épée, mais ce n'était que l'aubergiste qui leva les mains en signe de paix. Elle était pas si rassuré que cela en sa présence. Il lui fit part de quelques excuses et la remercia d'avoir récupéré son fils. Adelia se redressa et reprit son épée en main avant que le mage arrive enfin à sa hauteur. Elle se tourna vers lui quand il prit la parole lui expliquant certains faits sur les faux mages et serviteurs de ces derniers et qu'il avait besoin d'elle pour mener une mission. D'un signe, il lui montrait l'aubergiste et son fils qui retournaient dans l'auberge et d'un mouvement, il fit apparaître son sac et sortit les cartes. Elle l'observa planter son épée sur le sol avant de reprendre son attention sur la carte, il lui désignait des passages où elle devrait se rendre, qui seraient dangereux et auxquels, elle pourrait utiliser ses pouvoirs. Elle fronça les sourcils sans rien dire, utiliser ses dons alors qu'elle ne sait même pas encore bien les maîtriser lui faisait un peu peur, mais elle ferait avec. Il lui montrait assez rapidement un endroit où faire une pause, lui indiquant d'autres endroits dangereux mais à ne pas éviter malgré tout et de ne pas prendre les chemins. Il pointa un point sur la carte en lui disant de frapper 3 coups puis 3 coups de nouveaux et lui donna un mot de passe. Elle eut un mouvement de recul quand il l'embrassa sur le front et cria aux hommes et femmes de lui obéir. Elle n'était pas du genre à surveiller tout un village pour mener des aventures. Elle regarda les hommes et les femmes, se trouvant en face d'elle et allait lancer quelque chose au mage mais déjà ce dernier s'éloignait vers les cris de guerre. Elle se frotta le front en soupirant et leva les yeux au ciel en maudissant cette situation. Elle savait que quelque chose se tramerait, quand tout est silencieux, il se passe toujours quelque chose d'étrange. Il n'y avait pas vraiment de paysans face à elle, mais elle ne pourrait pas tous les surveiller. Elle leur fit signe de la suivre et ils commencèrent à quitter le champ sans se retourner. Marchant devant, Adelia gardait sa main sur son épée, en jetant des coups d’œil derrière elle.

Ils arrivèrent non loin de l'endroit que Patrick lui avait indiqué sur la carte. Endroit auquel elle aurait un sérieux problème. Elle leva la main pour arrêter tout le petit monde et fronça les sourcils. En se remémorant le passage de la carte, c'était bien ici. Elle brandit son épée et tourna sur elle-même en incitant les autres de la suivre sans faire trop de bruit. Comme l'avait dit le mage, elle n'avait pas prit les chemins, marchant sans vraiment savoir où elle devait emmener tout ces gens en danger. Elle soupira en jetant un coup d’œil par-dessus de son épaule. Certains traînaient en arrière et d'autre demandaient de faire une halte, mais elle reprit son attention devant elle avant d'apercevoir le fameux problème. Un pont, suspendu au dessus de 6 mètres de hauteur. Adelia s'approcha pour regarder dans le vide puis de nouveau le pont. Les planches semblaient pourries et les cordes menaçaient de lâcher à tout moment. Elle se tourna vers les paysans et proposa de passer par groupes de deux personnes. Le pont chavirait par moment et une planche céda sous le poids d'une femme. Elle ne voyait pas encore à quoi pouvait bien servir ses dons dans cette partie-là. Adelia alla aider la femme avec deux hommes. Quand ils furent tous passer, ils marchèrent encore quelques lieux, avant de faire enfin une halte de quelques heures.

Cela faisait plusieurs heures qu'ils marchaient quand ils atteignirent un croisement. Un ogre de 3 mètres leur faisait face et semblait garder les lieux. Il grogna et ne semblait pas vouloir les laisser passer ni d'un côté, ni de l'autre. Demandant de l'or à chaque paysans, or qu'ils n'avaient pas. Adelia soupira en levant les yeux au ciel, elle brandit son épée et elle la mit sous le nez de l'ogre qui la frappa. Elle fit un vol plané avant de se ressaisir et de voir des boules d'énergie dans ses mains. Elle les concentra un peu plus et en se concentrant sur sa cible elle l'atteignit. Pas le temps de sauter de joie quand elle le vit s'écrouler, il fallait faire vite avant qu'il ne reprenne conscience. Elle aida ceux qui marchaient à la traîne et sans se retourner, ils continuèrent leur procession.

Ils marchèrent encore plusieurs lieux, avant d'atteindre un endroit un peu sinistre et de voir une petite maison. D'un pas ferme, Adelia s'approcha de la porte et frappa trois coups et encore trois coups. Une voix se fit entendre et en soupirant lança le mot de passe que Patrick lui avait dit de dire.
© OswinWho


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Ven 4 Avr - 10:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Mar - 18:41

Vers l'inconnu – Adelia et Rulf
Ma belle terre naine me manquait. Je rentrais de mission et me rendis au palais pour en référer à mes commanditaires. J'eus de la chance cette fois ! On venait de m'attribuer une maison et une terre dans le nord de la terre des nains. J'avais accepté avec joie et me demandais bien à quoi elle pouvait bien ressembler. Si je me plaisais là-bas je pourrais peut-être m'y installer et louer ma demeure à Tialtec.

Je me reposais et prépara mon voyage jusqu'à cette parcelle que j'entamais le lendemain. Je réussis à la rejoindre en un après-midi. Je demandais mon chemin alors que j'étais non loin. Je me fis accompagné jusqu'à mon but par un paysan. Je le remerciais avec quelques pièces d'or. Je regardais ce lieu qui n'était pas très joyeux et accueillant. Je souris tout de même en me disant que je pouvais bien transformer cette terre, voire la faire fluctuer. J'avançais vers la demeure et constatais que les pierres étaient solides et l'ouvrage bien bâti. J'entrais et me satisfaisait de la construction. Il faudra que je me renseigne pour savoir pourquoi cette maison était abandonnée. Il fallait bien que j’assouvisse ma curiosité de nain. Le mobilier était pauvre : un lit, une table, deux chaises, mais une magnifique commande. Ce dernier meuble faisait tache au milieu du mur ouest. Il n'y avait que deux pièces, une petite pour une sorte de dépôt et le reste de la maison, mais l'ensemble était assez grand. Je commençais à mesurer à vue d’œil de combien je disposais là.  J'en conclus qu'il devait y avoir à peu près 40m² ici. C'était bien plus grand que mon chez moi c nouveau chez moi. Content de ma nouvelle acquisition je commençais par installer magiquement de nouveaux meubles entreposés dans un bâtiment de la capitale en attendant que je puisse en disposer. L'occasion était maintenant ou jamais. Je finis ma soirée à tout installer. Le nuit tombée, j'étais heureux du résultat. Si l'extérieur laissait à désirer, l'intérieur était accueillant et pratique. Je me couchais dans mon lit à neuf et m'endormis après le repas sans vraiment m'en rendre compte.

Je me réveillais en sursaut, quelqu'un frappait à la porte. Je n'aimais pas être déranger ainsi. J'analysais magiquement qui pouvait bien être là. Je haussais mes sourcils quand je remarquais la présence de nombreuses personnes dehors, dont trois êtres magiques. L'un d'entre eux se tenait derrière la porte. Par sa petite taille, et sa minceur que je « voyais », ce devait être une femme. Je râlais, que pouvait bien me vouloir tout ce monde ? Je n'avais pas écouté le nombre de fois que la personne avait frappé, ni comment. Le premier code d'urgence était rompu à cause de mon sommeil...  J'approchais de la porte en repassant mes habits d'un coup de main et me rhabillais un peu mieux. Je me raclais la gorge et demandais alors si elle avait quelque chose à me dire.

Quelle ne fut pas ma surprise quand elle énonça le mot de code d'urgence que nous avions établit avec le mage guerrier Patrick Might. C'était donc l'une de ces connaissances. J'écarquillais les yeux en ouvrant la porte que je n'avais pas pris la peine de verrouiller. Je fronçais les sourcils face au soleil de dehors. Je mis ma main au dessus de ma tête pour regarder la personne. C'était une jeune femme blonde, assez mince, d'à peu près 1,65, peut-être un peu plus. Elle ne me dépassais que d'une tête. Je jetais un œil derrière elle. Mon regard se posais vaguement sur cette assemblée de gens fatigués et , pour la plupart, pauvres.

« Entrez, nous allons parler … si c'est Patrick qui vous envoie nous avons des choses à nous dire... »

Je lui dis ces mots calmement et lui fis signe d'entrer en sortant sur le pas de ma porte. J'avais l'intention de m'adresser à toutes ses personnes avant de discuter en tête à tête avec celle que mon compagnon avait désigné pour les mener jusque là. Je me retournais vers eux et leur dis :

« Reposez-vous ici, vous pouvez vous asseoir autour, mais ne franchissez pas le limite de ce poteau. N'entrez pas dans la maison. Et … mangez »

Je désignais le poteau en question qui délimitait ma propriété. Je fis apparaître une table et toutes mes réserves de nourriture de Tialtec.
Je me tournais alors vers la maison et entrais à la suite de la jeune femme. J'allais vers la table et y disposais un verre d'eau. Je m'assis et lui offrit d'en faire de même en face de moi. Une fois assise je lui tendis le verre. Je l'interrogeais du regard pour qu'elle me dise quel bon vent l'amenait là.  


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 7 Mar - 12:25

Vers l'inconnu

Elle ne savait pas vraiment dans quoi elle s'engageait et ce que le mot de passe pouvait bien signifier dans cette histoire. Elle se tourna vers les paysans, qui s'installaient, tant bien que mal, sur des rochers alentours. Adelia posa sa main machinalement sur son épée quand le porte s'ouvrit. Elle s'était vraiment aventuré vers l'inconnu sans poser de question à Patrick. Elle lui faisait confiance, pourquoi l'aurait-il mené vers une quête qui conduirait tout un peuple à une fin certaine. Adelia savait qu'il était du genre à sauver les paysans quoi qu'il arrive. Alors lui demander à elle de faire en sorte de les mener loin de leur territoire, tandis qu'elle était du genre à ne pas aider, était une première pour Adelia. Elle songea entre, laisser ces pauvres malheureux ici et repartir ou bien rester pour voir si elle ne les avait pas emmené ici pour qu'ils soient tous tués. Elle en doutait fortement, mais elle faisait confiance à personne. La porte s'ouvrit sur un petit personnage qui lui arrivait sous le menton. Il observa l'assistance avant de faire un geste et de lui lancer de rentrer. Elle hocha la tête en souriant en coin puis regarda aux alentours. Ce n'était vraiment pas son truc d'aider les gens, elle avait vraiment cru en perdre un sur le pont. Les planches étaient vraiment pourries à cause de l'humidité des sources alentours. Elle soupira et suivit le reste à l'intérieur. Entendant ce que le nain venait de lui dire, qu'il voulait lui parler si c'était Patrick qui l'envoyait. Il reprit la parole en indiquant qu'ils pouvaient se reposer et manger, mais ne pas rentrer dans la maison. Adelia jeta un œil sur les hommes et femmes qui s'installaient tant bien que mal, en grimaçant de douleur et en s'aidant entre eux. Adelia vit apparaître une table et plusieurs plats devant elle avant de suivre le nain dans la maison, il servait déjà de l'eau dans un verre et s'installa avant de lui montrer qu'elle pouvait en faire de même en face de lui. Elle hésita pendant un temps, avant d'accepter malgré tout. Elle s'installa et regarda le verre.

« - Il y avait une sorte de guerre près d'une taverne et Patrick m'a demandé de les emmener jusqu'ici sans me dire vraiment où cela me conduirait et à qui j'aurais à faire ! Par ailleurs, on se dirigeait vers le pays des fées ! »

_________________________________________


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Sam 8 Mar - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Mar - 16:31

Vers l'inconnu – Adelia et Rulf
Qu'est-ce qu'elle avait à me regarder de travers ? C'est pas moi qui l'avait réveillé !

Avec mon regard insistant, elle finis pas s'asseoir en face de moi et me raconta son histoire. Je passais ma main gauche dans ma barbe, la droite était posée sur la table. Je réfléchis un instant à la situation. Devais-je aussi lui apprendre pourquoi je connaissais ce mage ? Non, ce n'était pas le sujet pour l'instant. Elle regardait le verre comme elle aurait regardé un rat mort. Je me penchais un peu en avant, puis je descendis de ma chaise. Je regardais dehors le nombre de personne qui s'était installé dans ma propriété. Ces gens semblaient fatigués, et leurs têtes de déterrés étaient en accord avec ses dires. J'avais aussi senti ses pouvoirs, mais elle ne semblait pas sentir les miens... Deux autres êtres magiques sont dehors, je n'arrivais pas à distinguer leurs auras au milieu de tout ce monde. Il me faudra demander à Patrick comment il fait..

Je me retournais vers elle. Je l'observais m'observer. Je rejoins de nouveau la table et me rassis en face d'elle.

« Je vais te tutoyer. Tu as eu du courage de venir jusqu'ici avec ces gens. Je ne sais pas comment ce bougre à su que j'étais là, mais... Je vais vous aider, mais faudra pas rester là longtemps, je peux pas accueillir tout le monde. Il faut que ces gens trouve un hôte favorable. »

Cette jeune femme était visiblement un puissant mage, mais n'en avait aucune conscience. Je me méfiais de ce qu'elle pouvait bien faire. Devais-je lui révéler que moi aussi j'étais magicien ? Je pensais que si je ne le faisais pas je ne saurais pas quels sont les deux lascars à mettre à part. Protéger des gens ne serait pas le problème principal, mais ces deux là devaient être séparé des autres. Elle voulut parler, je levais la main pour ne pas qu'elle interrompe ma réflexion. Il fallait trouver un seigneur qui accepte une grande partie de ces gens pour les protéger. Je ne pense pas que les nains ou les elfes acceptent autant d'humains chez eux, ils faudrait donc repartir chez les humains, quoique...

« Tu as dis, chez les fées ? »

Question rhétorique qui continuait mon cheminement. Je connaissais un endroit où ils seraient tous accueilli les bras ouverts et où ils gagneraient leurs vies. Alors que je voulais lui proposer le résultat de mes cogitations, j'entendis des cris dehors. Je me dirigeais rapidement vers la porte en jetant un coup d’œil par la fenêtre à travers laquelle je ne vis rien. J’ouvris la porte en écoutant la fée dégainer son épée. Je soupirais en constatant que Patrick ne lui avait pas encore enseigné la patience et l'analyse, le calme d'un mage... Au remarque ils devaient bien s'entendre, deux foudre de guerre comme ça...

Les hommes s'étaient divisés en deux groupes. Une grande ligne s'ouvrait dans l'alignement de mon entrée. Au but de ce couloir humain j'aperçus Gorm. Mon copain de gobelin revenait de sa chasse matinal. Je lui avais dis hier soir où je me rendais et il m'avait dis m'y retrouver. Il tenait deux faisant sous son bras droit, tenant dans sa main une hache de guerre. Sous son bras gauche, il y avait deux perdrix et un petit bouclier rond. Il tenait entre ces dents un deuxième lapin. Je vis s'élargir son sourire quand il me vit. Bon, effectivement il n'était pas très présentable ni sociable, mais la chasse avait été fructueuse. Je rassurais les gens de son pacifisme et ils le laissèrent pénétrer dans la maison. Je refermais la porte et présentais mon ami à la fée en arme :

« Je te présentes Gorm, un ami, mon compagnon de tout les jours, ou presque. »

Gorm posa tout le gibier sur la table. Il prit un torchon et s'essuya bouche et main. Il se présenta devant la fée sans rien dire. Je me rendis compte que nous nous connaissions pas respectivement nos noms.

« Je m'appelle Rulf. Je m'excuse de mon manque de civilité, et toi? »

Gorm s'approcha et tendis la main.

« Gorm, bonjour ! »




© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 8 Mar - 22:39

Vers l'inconnu

Elle lui avait confié que ce qui l'amenait par ici, était une guerre qui était en train de se préparer, mais il ne lui avait pas demandé dans quelle partie du pays. Elle fronça les sourcils, l'observa longuement. Jamais elle n'avait fait face à un nain, ni avoir mit un pied en terre des nains. Adelia n'avait jamais eu affaire à eux et ne pensait pas faire face à l'un d'eux un jour, pourtant, en ce moment même, elle parlait en toute confiance à un nain. Elle ne faisait pas aussi facilement confiance, mais si le mage lui faisait confiance, pourquoi pas elle ? Elle plissa les yeux, après tout, pourquoi tourner autour du pot plus longtemps ? Elle avait surtout hâte de partir de cet endroit en lui laissant le soin de protéger ou peu importe ce qu'il en fait, des paysans qu'elle lui avait ramenés grâce à Patrick. Le mage cherchait sûrement un moyen de se débarrasser d'elle, ils devaient se diriger vers le pays des fées, et la voilà contrainte de mener une quête complètement opposée à la leur. Elle voulait partir, après tout, pourquoi rester dans le coin. Elle l'observait qui regardait par la fenêtre alors qu'il s'était levé. Il se réinstalla en face d'elle et prit alors la parole, en commençant ainsi à la tutoyer, lui disant ensuite que ces personnes ne pouvaient pas toutes rester ici. Adelia en était consciente, mais ne voulait pas les mener plus loin. Ce n'était pas son genre de faire le guide pour des paysans. Elle soupira longuement avant de vouloir ouvrir la bouche pour pouvoir partir avant qu'il ne lui propose de mener ces personnes ailleurs, mais il leva une main pour la faire taire. Elle serra les dents en roulant des yeux. Au bout d'un certain moment il finit par lui poser une question. Au moment où Adelia allait répondre, un cri la stoppa sur son élan. Elle porta sa main vers son épée en fronçant les sourcils et jeta un coup d’œil vers le nain qui ouvrait déjà la porte. Elle recula de quelques pas, serrant son épée dans sa main, quand un gobelin fit son apparition. Il tenait plusieurs animaux morts dans les bras et un entre ses dents. Adelia brandit l'épée face à elle alors que le nain la présentait comme son « ami ». Être ami avec un gobelin, on aura tout vu. Elle fronça les sourcils. Elle était tombée dans un piège ou quelque chose s'en rapprochant. Le gobelin déposa son gibier sur la table et se présenta à Adelia en tendant sa main, suivit par le nain. Jamais elle ne serrerait la main d'un gobelin, elle grimaça à cette idée mais ne rangea pas pour autant son épée. Elle hésita de prononcer son identité.

« - Adelia... Adelia Eckhardt... »

Elle garda son épée à la main sans quitter pour autant le gobelin des yeux. Elle préférait rester sur ses gardes et puis, elle se retenait de ne pas chercher d'ennuis et se mettre à dos un nain.

_________________________________________


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Dim 9 Mar - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Mar - 13:19

Vers l'inconnu – Adelia et Rulf
Gorm n'était pas du genre sociable d'habitude. Je m'étonnais à le voir tendre la main à cette jeune fée. Elle devait avoir quelque chose de particulier pour qu'il agisse comme ceci envers elle. Les gobelins avaient je ne sais quoi qui leur permettait de ressentir les choses.
La réaction de la fée était quand à elle bien attendue. Elle garda son épée en main et sa méfiance envers Gorm. Elle nous dit s'appeler Adelia en hésitant un peu. Gorm baissa sa main. Je me raclais a gorge. Il l'observa un instant les yeux dans les yeux et alla débarrasser la table. Il alla dans le coin de la pièce inoccupé et s’assit sous la fenêtre. Il posa le gibier dans son bouclier. Sans porter plus d'attention à lui, je posais ma main sur le bras armé d'Adelia. Elle eut un mouvement de recul. Ce qu'elle ne savait pas, c'était que je lisais ses pensées par bribes. Elle n'était pas en confiance et n'avait qu'une envie : se tirer.

« Tu peux rengainer ton arme... Je … J'aimerais te préciser que si je te tutoie, ce n'est pas par impolitesse, mais c'est comme ça que l'on fait chez les nains. Et c'est surtout comme ça que je fais. Viens t’asseoir. »

Nous rejoignions la table et vîmes passer Gorm qui allait chercher une bassine. Il pris un couteau en passant. Ce qui me paru bizarre, c'est qu'il n'était pas sur ses gardes et ne se méfiait pas d'elle, alors qu'il jetait un coup d’œil dehors. Je constatais par moi-même que les gens s'étaient organiser pour que trois d'entre eux partage la nourriture de la table. Ils se reposaient dans l'herbe de ma propriété, jusqu'aux pierres qui la bornaient. Je m'assis après elle et voulais tirer les choses au clair. J'allais lui dire que j'étais magicien... Ce n'était pas une solution si Patrick voulait la former. J'étais en train de comprendre que cet événement imprévu entravé une quête importante. Je ne voulais pas lui avouer comprendre plus de choses que je ne le voulais transparaître. Je n'avais pas non plus à lui cacher. J'étais en train de réfléchir mes yeux posaient sur son visage. *Assez de la regarder, parle nain, tu sais le faire*.

« Ressens-tu quelque chose de spéciale maintenant ? »

Question anodine et test pour voir comment elle allait réagir. En même temps la suspicion n'était pas effacée par cette interrogation... Si elle était réellement une mage, elle devrait bien savoir de quelle nature j'étais. Ou bien, si elle était un tant soit peu intelligente, elle devait bien se douter de quelque chose. Et, je me demandais, depuis combien de temps connaissait-elle Patrick ?




© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 9 Mar - 17:23

Vers l'inconnu

Adelia n'était pas du genre à baisser sa garde aussi facilement, il lui faudrait beaucoup plus que ce simple mot ami, pour qu'elle le fasse. Il ne semblait pas vouloir la détrousser de quoi que ce soit, restant là, à la regarder dans les yeux. Quand il finit par se décaler vers la table pour prendre le gibier et se mettre dans un coin, elle le suivait des yeux; craignant par la même occasion, qu'il ne l'attaque par surprise. Adelia reportait toute son attention sur le nouveau venu, suivant le moindre de ses gestes. Elle savait par ailleurs, qu'ils étaient très rapide et non, pas si rusés que cela d'après ce qu'Adelia avait pu voir. Elle serra la lance de son épée, malgré l'incitation de Rulf à baisser son arme et de la ranger. Elle ne le fit pas, gardant toujours un œil sur le gobelin en serrant toujours l'épée et les dents. Adelia était elle-même rapide, alors à la moindre attaque elle pourrait le faire passer par la fenêtre. Rulf l'invita à s'asseoir de nouveau à table, mais Adelia n'était pas tranquille, sachant qu'il y avait un gobelin dans la même pièce. Si c'était un des amis de ce petit personnage, autant faire avec. Elle rangea son épée dans son fourreau et sortit sa dague pour la poser sur la table, non loin d'elle. À peine installée, le gobelin se levait alors pour prendre un couteau, Adelia portait déjà sa main à sa dague, prête à la lancer, mais n'en fit rien pour autant. Restant le plus calme possible, elle n'aimait pas les gobelins et avait du mal à les imaginer être ami avec d'autre espèce. Elle soupira quand elle le vit s'asseoir de nouveau dans son coin. Il jetait un coup d’œil par la fenêtre et elle vit que Rulf en faisant autant. Adelia ne bougeait pas d'un pouce, attendant quelque chose, croyant même qu'il allait se passer quelque chose dans un peu de temps. Quand le nain prit la parole, elle essaya de prendre toute son attention sur lui, mais dès que Gorm bougeait, elle était déjà en train de regarder dans sa direction. Elle ne comprit pas entièrement sa question. Lui et le mage faisaient bien la paire. Patrick parlait beaucoup et au final, elle en perdait le fil, lui par contre, allait directement au fait. De quoi parlait-il au juste ? De magie ? Ou bien, de savoir si elle ressentait une envie soudaine de tuer le gobelin assit pas très loin d'eux ? La réponse à la deuxième question était positive, oui, elle ressentait ce besoin d'égorger Gorm, mais se retenait vivement de le faire, par respect pour le nain assit en face d'elle. Mais elle ne pensait pas qu'il lui parlait de Gorm. Bien entendu, tout comme le mage, il avait senti qu'elle avait autre chose en elle. Patrick avait décelé le fait qu'elle était une fée. Depuis qu'elle utilisait ses dons plus qu'avant, on les détectait plus vite. Avant, elle ne s'en servait pas, pas la peine de s'attarder sur elle, elle était normale mais maintenant tout était différent, bien sûr. Elle s'était servie de son énergie pour assommer un ogre, la magie devait être encore présente encore. Elle hésita pendant un temps de répondre en jetant un coup d’œil au gobelin. Elle ne ressentait pas encore la magie chez les autres.

« - Je ne ressens pas la magie, si c'est cela que tu veux savoir ! Mais un fou se trouve dans la foule de paysans dehors, il peut déceler l'avenir ! Pour cause, il m'a prédit une belle vie et que je devrais trouvé une fleur rose ! Les barbares en avaient après lui ! »

_________________________________________


Dernière édition par Adelia Eckhardt le Dim 9 Mar - 20:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Mar - 18:51

Vers l'inconnu
La dague posée sous mon nez sur la table ne me disait rien de bon. La petite était bien énervée, en même temps cela peut facilement se comprendre. Le coin de mes lèvres se levaient à la voir toiser autant mon ami vert. Celui-ci ne faisait plus attention à nous et commençait à plumer une perdrix. Ma question la déstabilisa à mon plus grand plaisir. J'écoutais ce qu'elle me disait. Je trouvais que maintenant le moment était plus opportun pour lui en dire un eu plus sur moi. Je lisais ses pensées sans qu'elle s'en rende compte. Je pris la parole calmement :

« Calmes toi. Je ne fais que te tester vas. Ne le prends pas mal, mais t'as le sang chaud.... »

Je me redressais et plantais mon regard dans le sien, qui n'était pas facile à capter.  

« Je suis mage moi aussi. Je ressens ta magie, et oui, je voulais parler de ça, et non d'égorger Gorm »

Celui-ci releva la tête et la regarda de travers. Il secoua négativement la tête pour lui signifier que c'était une idée absurde. Il baissa de nouveau la tête et se remit au travail. Je continuais :

« Je n'ai pas compris grand chose à ton histoire. Je sais qu'il y a en toi d'incroyables pouvoirs. Et ce n'est pas dû au fait que tu ai aidé un ogre à faire dodo. Oui, je lis en toi comme dans un livre ouvert. J’essaie de t'apporter des réponses. Je suis incapable de t'apprendre à te servir de ta magie. Patrick t'aideras quand il sera de retour. S'il t'as envoyé ici c'est pour que tu aides ces gens, et que toi aussi tu sois en sécurité »

J'avais enfin son attention, même si ses sourcils étaient froncés et que dans son esprit elle était toujours perplexe. Je répondais à ses questions une à une. Je suivais le fil de ses pensées depuis un moment et m'en enorgueillit un peu. Je dois avouer que sans ce don il m'aurait été plus difficile d'établir le contact.

« Passons aux choses sérieuses à présent. Je sais que tu as envie de te tirer. Moi aussi j'aurais envie de me tirer à ta place ! Y'a rien à gagner, quoique... Hé, réfléchis bien. Voilà, ce que je te propose.  Tu me dis quels sont les deux gredins magiques, on les emmène chez une communauté de mages, ou une ligue de magie. On emmène les autres chez un seigneur en besoin de main d’œuvre. Tout le monde est content. Tout ces gens auront retrouvé un village, plus ou moins un métier, les deux zarbs auront un toit et une protection, et t'auras plus qu'à continuer ta route. Où est-ce que t'y gagne ? T'expliques, ou tu me laisses expliquer, ta situation au seigneur. Tu te fais rétribuer pour ton courage. Ouais, grand mot, mais on s'en fout ça paye. Tu peux aussi y gagner en notoriété, et l'jour où t'as un problème c'est pas mal … Aller, j'ai beaucoup causé. Qu'est-ce que t'en dis ? »    



© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 9 Mar - 21:57

Vers l'inconnu

Adelia regardait toujours le gobelin, toujours attablé non loin de là, en train de déplumer son gibier fraîchement rapporter. Elle ne pouvait pas supporter cette situation plus longtemps, soit elle passait à l'acte et l'attaquait, soit elle restait là, calme et impassible et essayait de faire comme si de rien n'était. Elle pourrait y arriver... d'ici quelques heures. Mais elle n'avait pas quelques heures devant elle, Adelia voulait partir et non rester ici à attendre quoique ce soit. Rulf lui demandait de se calmer un peu et qu'il était en train de la tester. Elle finit, enfin, par reprendre son attention sur le nain, essayant d'oublier qu'il y avait un gobelin sous le même toit qu'elle. Elle soupira pendant ce laps de silence où elle entendait les villageois parler dans la cour. Rulf finit par planter son regard dans le sien et elle fronça les sourcils en restant stable sur la chaise. Il annonça qu'il était un mage et elle haussa un sourcil, se demandant si cela était possible, puis il lui fit comprendre qu'il sentait sa magie et qu'il avait aussi senti qu'elle voulait tuer Gorm. Elle secoua la tête, elle savait qu'il lisait dans sa tête. Adelia ne supportait pas qu'on lise dans sa tête aussi facilement. Il aurait fallu qu'elle apprenne le savoir de maîtriser ses pensées pour éviter ce genre de situation. Elle serra les dents pour ne pas sauter sur le nain qui savait tout ce qu'elle pensait. Vraiment ce n'était pas bon du tout de savoir qu'il pouvait, lui aussi, faire cela. Elle écouta ce qu'il avait à dire et ce qu'elle savait déjà. Il lisait bien en elle, et ne se cachait pas car il lui en fit part. La mettre en sécurité ? Comme si elle en était incapable. Elle roula des yeux sans rien dire, jamais personne ne l'avait protégée de la sorte et déjà, elle détestait qu'on fasse cela. Elle n'était pas une princesse, ni une quelconque noble. Alors pourquoi restait-elle encore ici à écouter ce nain ? Elle n'avait pas demandé à ramener ces paysans par ici, au moment de le dire au mage, il était déjà partie. Elle le fixa les sourcils toujours froncés, hésitant entre, se lever ou rester.

« - Cesses de lire dans ma tête avant que tout ça finisse mal ! Et pour en venir aux gobelins, je les déteste, j'en ai de très mauvais souvenirs. Et puis, je m'en fiche pas mal des récompenses ! Je ne suis pas du genre à aider mon prochain ! Et j'aimerais rajouter que, peu importe où ils vont, je m'en fiche, du moment qu'ils sont loin des sorciers noirs ! Pour en venir aux deux illuminés, c'est un tavernier et son fils ! »

Elle rangea, à contre cœur, sa dague dans sa botte et croisa les bras.


_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Mar - 17:04

Vers l'inconnu
Je ne l'avais pas convaincue et cela se sentait avant même qu'elle ne prenne la parole. La petite femme semblait bien énervée. J'utilisais mes pouvoirs sans en mesurer les impacts. Patrick me le reprochait bien assez. Il est vrai que j'en avais peut-être un peu trop abusé. Je soupirais une fois qu'elle eut terminé. Je vis qu'elle était vexée. Elle rangea sa dague et croisa les bras. Elle serait renfrognée ? Je décidais de lui faire mes excuses. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait penser à elle quand-même ! C'est pas vrai, c'est pas d'éducation magique que Patrick devait faire, mais d'éducation tout court ! Je me redressais et lui lançais :

« Ouais, bon... j'arrête.... J'ai connu des sorciers noirs plus altruiste que toi … »

Je la plantais là et me dirigeais vers la sortie. Je jetais un coup d’œil à Gorm en train de finir de préparer la première bestiole. Je soupirais et ouvrit la porte. Un homme s'approcha de moi, non magique. Il me demanda qu'est-ce qu'on tramait là dedans et qu'est-ce qu'ils allaient devenir. Je lui intimais de se calmer un peu et rassembler les principaux concernés par l'avenir de cette petite communauté. Après quelques minutes furent réunis autour de moi le chef de village, le tavernier et son fils, deux femmes, et quatre autres hommes :le forgeron, le maréchal ferrant, un prêtre et un soldat...Nous fûmes rejoint par la fée. Gorm avait dû resté à son occupation, n'étant pas intéressé par les palabres. Je les éloignais un peu d'oreilles innocentes, ou de personnes voulant interférer dans cette conversation.

Nous prîmes place en demi cercle, tous étant tourné vers moi. Je ne m'occupais pas de l'avis de la fée et leur exposais alors différentes solutions. Retourner dans leur village ne me semblait pas envisageable, pour le chef du village non plus. Je leur dis que s'ils gardaient avec eux les deux personnes magiques, tout le monde ne serait pas en sécurité, ni les villageois, ni eux. Je précisais qu'en terres des nains, en tant qu'hommes, qui plus est sans fort revenus, ils ne seraient pas accueillis par les seigneurs ou prélats. Dans cette direction, leur avenir pourrait être envisageable sur les îles entre le continent et le territoire des fées où l'on s'évertuait à bâtir une colonie durable. Je leur disais qu'après une rémunération pour embarquer leur vie ne serait pas si mal une fois là-bas, et que s'ils arrivaient à faire fructifier la terre, peut-être meilleure qu'ici. Il avait aussi d'autres possibilités, comme celle de retourner en terres des hommes et trouver un seigneur clément, pou les hommes de s'engager dans l'armée, ou encore de se disperser et espérer un avenir meilleur. Je précisais tout de même que le mieux pour les deux êtres magiques serait de leur trouver un refuge dans une ligue de magie, ou en école de magie...

Ils me remercièrent pour mon honnêteté et me dirent qu'ils voulaient se mettre d'accord. Je m'écartais d'un pas en leur hochant positivement la tête. Je me tournais vers les gens et estimais à peu près le nombre de personnes. Il devait y avoir à peine cent personnes. Je me tournais davantage et vis Adelia non loin qui regardait elle aussi ce qui pouvait se passer. Pourquoi n'était-elle pas partie si c'était ce qu'elle voulait ? Je soupirais. Je ne me voyais pas vraiment gérer toutes ses personnes avec Gorm sans une révolte. J'espérais qu'elle finisse par apporter son aide, de nouveau, à ses gens.

Le chef vint vers moi. Je me retournais et le regarda dans les yeux. Ils avaient choisis de se rendre sur les îles. Ils me demandèrent si je pouvais les accompagner le temps de traverser les territoires elfes et rejoindre un port. Je leur dis n'avoir qu'une condition : qu'ils acceptent Gorm. Ils hochèrent tous de la tête pour bénéficier de l'appui d'un mage, sauf le prêtre. Je leur dis de se préparer, que nous partions dans une heure.

Ils partirent chacun de leur côté, alors que je marchais vers Adelia. Je m'arrêtais en face d'elle. Je ne levais pas les yeux, préférant les poser sur la petite assemblée dans ma propriété.

« Ils ont décidés de tenter leur avenir sur les îles entre le continent et l'île des fées, où se bâtissent de nouvelles colonies. J'ai décidais de leur offrir mon aide, avec Gorm. Nous allons traverser les terres elfes jusqu'à un port où ils pourront embarquer. Nous trouverons une ville où laisser les des êtres magiques. Sans lire dans tes pensées, si tu t'interroge sur Patrick... il te traquera et te retrouvera sur la côté elfe. Il ne t'abandonnera pas... Adelia, est-ce que tu m'accompagnes ? »

Je relevais les yeux à son visage. Elle était pensive, et en même temps toujours méfiante. Je la laissais me donner sa réponse, et m'y tiendrais. L'air était chaud, le soleil brillait aujourd'hui. Je commençais à avoir faim. C'est pour cette raison que je ne voulais partir que dans une heure, le temps de manger et préparer mes affaires.




© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 10 Mar - 20:07

Vers l'inconnu

Adelia soupira encore une fois en regardant Rulf un instant avant que ce dernier ne finise par lancer qu'il arrêtait de lire dans ses pensées. Elle ne bougea pas d'un pouce quand le nain se leva pour allait voir les villageois. Elle jeta un coup d’œil à Gorm, qui ne faisait même pas attention à elle ou a quoi que ce soit autour de lui. Elle ne voulait pas rester dans la même pièce que lui et finit par se lever à son tour. Dehors, Rulf lançait à la cantonade de se calmer qu'ils avaient trouvé une solution en quelque sorte. Elle sortit sur le pas de porte et avança de quelques pas en voyant certains villageois se placer en cercle avec le nain. Adelia écoutait sans rien dire, ce que Rulf disait au paysan. Il leur expliqua alors que s'ils gardaient le tavernier et son fils, ils seraient tous en danger à nouveau. Que plusieurs solutions s'offraient alors à eux dans d'autres terres saintes. Adelia resta à l'écart, écoutant toujours ce qui était en train de s'échanger en face d'elle, mais ne fit pas une apparition dans le chapitre pour le moment. Elle remarqua les paysans se mettre en groupe pour discuter en groupe et se mettre sûrement d'accord sur leur possibilité de vie ailleurs. La vie dans leur village était bien loin, et il fallait penser à autre chose, voir d'autre horizon. Elle jeta un regard vers la porte de la petite maison, en espérant ne pas voir débarquer le gobelin. Elle aurait voulu partir, mais si c'était que le nain et le gobelin qui menaient ces villageois vers un monde meilleur, elle préférait s'assurer qu'ils arrivent à bon port. Elle ne faisait, pour rien au monde, confiance à ce gobelin, qu'il soit gentil, mielleux ou pas, il fallait qu'elle reste. Le chef du village se leva alors pour informer Rulf qu'ils avaient décider d'un choix de vie sur des îles. Malgré elle, Adelia entendait tout. Elle ne bougea pas pour autant quand Rulf vint vers elle, lui expliquant leur choix et qu'il allait les aider avec Gorm. Adelia faillit avaler sa salive de travers et plissa les yeux, pensive, quand il lui demanda si elle était avec eux ou pas. Il fit par du fait, que Patrick la retrouverait quoi qu'il arrive. Elle roula des yeux.

« - Je préfère vous accompagner, pas que ça me tente vraiment, mais comme je l'ai dit, je n'ai nulle confiance en ce gobelin ! Je veux tout de même que ces villageois arrivent à bon port ! »

Elle décroisa les bras et recula d'un pas, attendant un signe pour se préparer tout de suite ou pas. DE toute manière, elle avait pour seul bagage, sa dague, son épée et son sac, cela lui convenait pour le moment.


_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Mar - 13:22

Vers l'inconnu – Adelia et Rulf
En regardant tout ces gens, je me demandais combien de temps il nous faudrait pour rejoindre la côte. Les haltes devront être plus nombreuses ; et bien que je sois un nain je pense que je suis plus habitué qu'eux à la route. Je soupirais encore une fois devant cette adversité d'un avenir proche. J'écoutais la réponse de la fée à ma droite. Elle me disait vouloir nous suivre à contre cœur. Je ne serait pas si sûr que cela à sa place. Elle ajoutais à demi-mots ne pas nous faire confiance, et c'est pour cela qu'elle ne laisserait pas tomber ces gens. J'écoutais mon ventre se tortiller une nouvelle fois. Pour toute réponse, je lui répondais un simple :

« Bien »

Assez de palabres, j'avais faim. Je sentais que Gorm avait commencé à préparer la perdrix. L'odeur de sa cuisine éveillait mon appétit. Sans dire un mot, simplement en levant la tête vers elle, je l'invitais à ma table. J'ajoutais ces mots :

« Gorm est un excellent cuisinier. Que tu ai confiance en lui ou pas. Si tu crains quelque chose je goûterais avant toi. Il ne mange jamais avec moi, sauf pendant les voyages au coin du feu... Installes toi »

Gorm avait fait un feu et posait une marmite par-dessus. L'eau commençait à peine à frémir. Il avait trouvé des carottes je ne sais où. Il les avait préparé le temps que nous discutions dehors. Il était à présent en train de faire une sauce. J'admirais toujours son savoir culinaire. Nous prîmes place à la table au centre de la pièce. Je m'assis et me servis une pinte de bière blonde. Une analogie mesquine s'esquissa dans mon esprit. * Voilà une autre sorte de blonde avec laquelle je peux passer mes journées * pensais-je à la fois pour la choppe et la fée. Je soupirais à cette pensée. Je la regardais de nouveau assise en face de moi. L'odeur du met préparé par Gorm s'amplifiait dans le pièce. Je me levais en direction de mon placard. J'étais mage, mais autant ne pas utiliser la magie à tord et à travers, sinon qu'est-ce qui me différencierait d'un sorcier noir ? Je pris deux assiettes, dans lesquelles je posais deux fourchettes, et deux couteaux. On se croirait presque à une cour princière. Non, c'est même mieux, il y a moins de trou du cul à table ! Je revenais à la table pour es poser. Je commençais par les mettre devant elle. La fourchette à droite à l'inverse de chez les riches. Je m'installais à mon tour. Je soupirais de soulagement, et de satisfaction. J'aimais particulièrement partager mon couvert. Les personnes pouvaient être plus agréable, ou pire, que cette fée, mais bien souvent se trouvaient différentes devant un bon repas. Elle me dit quelques mots après un moment de silence agréable. Je lui répondis d'un hochement de tête, même si ce n'était pas vraiment une réponse. Gorm approcha et je crus qu'un combat allait avoir lieu. Il n'en fut rien. Il déposa la marmite sur la table, et sortit par la fenêtre opposé à l'entrée, pour ne pas se faire remarquer. Je le regardais partir à l'instant, puis me tournais vers la marmite fumante en face de moi. Ce qu'il nous avait préparé semblait très bon, et j'avais hâte de m'en remplir la panse. Je servis d'abord Adelia, mais fut le premier à en goûter, c'était excellent, comme toujours. Je lui adressais alors la parole pour un autre sujet, après avoir fini une deuxième bouchée :

« Nous préparerons nos affaires après le repas. Nous laisserons un peu de temps au gens pour se délasser avant le voyage. L'idéal serait de rejoindre les terres elfes dans la journée, et s'arrêter pour la nuit en milieu de trajet... As-tu des questions à me poser ? Je te sens … Je ne sais pas trop. N'hésites pas... »

Je levais les yeux vers elle en piquant une autre fourchette de cette viande exquise. Après avoir mangé ce morceau, je bus de cette douce boisson. En reposant ma choppe, j'écoutais enfin sa voix à nouveau.




© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 12 Mar - 10:36

Vers l'inconnu

Adelia croisa de nouveau ses bras en regardant les paysans s’affairer et d'autre manger encore. Elle entendit le nain lui répondre mais ne fit pas vraiment attention. Elle reprit finalement son attention sur lui quand il lui proposa d'aller à l'intérieur pour manger. Elle plissa les yeux. Devait-elle s’inquiéter ? Allait-il l'empoisonner ? Qui plus est, c'était le gobelin qui cuisinait, elle n'était pas partante pour autant. Rulf vantait les mérites de la cuisine de Gorm, comme quoi c'était l'un des meilleurs. Elle leva les yeux au ciel, tant qu'il ne l'avait pas encore empoisonné, il pouvait faire ce genre de remarque. Il ajouta qu'il allait goûter avant elle pour lui montrer que la nourriture était sûre. Elle hésita un instant de rentrer dans la maison ou bien, de rester auprès des villageois qui continuaient de manger tranquillement. Adelia soupira et finit par rentrer sous le même toit qu'un gobelin. Elle devrait s'y faire, après tout, pour le moment il ne l'avait pas encore tué ou bien essayé. Adelia en avait tué pas mal de son espèce, sans vraiment se poser de questions à leur sujet. Tuer ou être tuer, c'était comme une devise face à eux. Elle s'attabla alors à table en sentant l'odeur du gibier et l'eau à la bouche. Il ne fallait pas se mentir, elle avait faim. Ne bougeant pas de son siège, elle ne quittait pas des yeux le gobelin, craignant qu'il ne verse une potion quelconque dans le plat. Elle ne fit même plus attention à Rulf qui faisait en sorte que tout soit prêt avant le service. Alors que Gorm s'approchait d'eux, Adelia faillit se lever d'un bond de sa chaise et de l'attaquer, mais s'abstint de le faire. Elle réalisait qu'elle était invitée et que ce gobelin était l'ami du nain. En soupirant, elle le regarda déposer la marmite puis sortir par la fenêtre et essaya, tant bien que mal, de se calmer un peu les nerfs. Adelia ne bougea toujours pas, préférant attendre que Rulf commence à goûter le premier comme convenu. Il la servit et porta déjà la première fourchette, mais elle attendait toujours. En même temps, tout était dans la même marmite, s'il avait voulu tuer Adelia, il aurait fait des assiettes à part. Elle reprit son attention sur l'assiette et commença finalement à manger. Elle avait besoin de force et ce n'est pas avec trois pommes qu'elle a mangé en venant ici, que ça aller la caler pour le reste du voyage. Elle devait bien se l'avouer, c'était très bon, mais ne dit rien à ce sujet. Rulf reprit alors la parole sur un autre sujet cette fois-ci, lui proposant de préparer ses affaires avant le grand départ et de se reposer pendant le trajet. Puis, il lui demanda si elle avait ou non des questions. Elle haussa les sourcils et chercha dans une question à poser, mais rien ne lui venait en tête. Après tout, il avait répondu à toutes ses questions, quand bien même elle avait déjà posé.

« - Si tu connais déjà toute la route qu'on va emprunter, sinon, si tu as une carte, on pourrait faire un itinéraire ! Je ne suis pas très carte mais ça peut toujours être utile !»

Sur ces mots, elle continua de manger encore avant de finir toute l'assiette.


_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Mar - 15:12



Vers l'inconnu

La faim finit par l'emporter sur ses appréhensions. Je fis apparaître du pain, que je n'avais pas envie d'aller chercher par fainéantise. Gorm m'avait encore surpris. Nous mangions sans faim avec lui, voire sans fin s'il nous en donnait le temps. Pas besoin de lire dans ces pensées pour savoir qu'elle était satisfaite de ce repas. Je bus de ma bière pour finir à mon tour. Elle me dit que l'on pouvait voir l'itinéraire. J'en avais effectivement une assez bonne ide pour avoir pratiqué ces routes, mais ça ne faisait pas de mal d'y regarder encore.

« Hum, oui, si tu veux. J'en ai une assez bonne idée, mais ça fait pas de mal. Tiens, je vais te monter la carte dont j'avais fais commande aux érudits de Tialtec . »

Je me levais en débarrassant les assiettes. Je lui laissais le couteau pour le fruit que je lui proposais. Je posais la panière sur la table.

« Prends celui que tu veux, voire plusieurs si tu veux. Je vais laver et faire de la place. »

Je pris un torchon et enlevais les miettes. Mais je pensais au fromage que j'avais. Je lui dis d'attendre un peu. Je posais la torchon sur la table. J'allais le chercher et le ramenais à la table. Je le posais et me hissais sur la chaise. Je coupais du pain, puis du fromage. Je lui tendis ensuite pour qu'elle en prenne si elle voulait, et combien elle en voulait.

« Attends un peu de goûter à ça. Il n'est pas fort encore... C'est du fromage de vache.... Bon, sinon, je pensais, pour le trajet, pour l'instant sans carte... Je pensais éviter le grand lac, mais pas nous enfoncer dans les terres nains, et faire le moins de trajet dans les terres elfes, en évitant les villages et les forêts. En gros, tout les lieux où peuvent être les elfes. Sinon, il faudra aviser... Je sortirais ma carte quand nous aurons fini, mais rien nous empêche de discuter. »

Je commençais de mordre dans le morceau dans mes mains. Le fromage était vraiment une belle invention. Je bus et relevais la tête pour écouter si elle avait une idée.

 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 14 Mar - 20:29

Vers l'inconnu

Adelia regarda son assiette vide pendant un temps, restant le regard un peu éteint. Non pas qu'elle n'avait pas aimé ou qu'elle en voulait à nouveau, mais qu'elle était surprise qu'un gobelin cuisine aussi bien. Elle était même étonné qu'il ne les ait pas empoisonné ou quoi que ce soit. À l'annonce de voir tout de même une carte pour l'itinéraire, Rulf se leva pour lui en montrer une. Adelia soupira sans rien dire et le suivait déjà du regard alors qu'il débarrassait. Il déposa aussi un panier de fruit devant-elle et lui proposa ensuite d'un prendre un ou plusieurs. Elle s'éloigna son choix en prenant une pomme. C'était son fruit, celui qu'elle volait sur les marchés quand elle n'avait plus vraiment les moyens de se nourrir. Adelia croquait alors dans la pomme alors que Rulf nettoyait un peu partout. Il finit par se figer un instant et de poser le torchon avant de s'éloigner. Il revint, peu de temps après, avec un plateau de fromage qu'il découpa ainsi que le pain, avant d'en proposer à Adelia. Cette dernière n'était pas vraiment fromage et déclina la proposition. Elle avait écouté ce qu'il avait à dire sur les fromages en question puis sur le trajet. Adelia n'était jamais vraiment sorti d'Ad'Lucem ou d'autre contrées. La seule fois qu'elle l'avait quitter, c'était pour une scientifique curieuse. Mais elle ne connaissait pas vraiment ces lieux, ou encore cette fois qu'elle avait conté au mage, qu'elle avait été en terre des elfes clandestinement.

« - Je n'ai jamais mit les pieds en terre des nains, je connais pas vraiment le chemin ! Si on m'y emmenait une fois, je m'en souviendrais pour la prochaine fois ! Je me suis déjà rendue clandestinement chez les elfes en longeant le lac !»

Elle croqua de nouveau dans sa pomme en regardant cette dernière puis observa le nain.


_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Mar - 17:58


Vers l'inconnu

A je reconnaissais bien là une fée, refuser du fromage. Je ne m'empêchais pas d'en manger au milieu de mon pain. Elle se contenta de finir ce repas par une pomme, qu'elle croquait avec plaisir. Pas besoin d'être devin, ou lire dans ses pensées, pour savoir qu'elle appréciait ce fruit. Je n'en revenais pas qu'une personne comme elle n'ait jamais voyagé et ne connaisse pas les terres que j'évoquais. Elle me dit aussi avoir franchi la frontière séparant les terres naines et elfes sans autorisation. Si elle savait le nombre de fois que j'avais pu le faire, à l'air libre ou par les sous-sols. Je finis ma bouchée et lui dis :

« Bah, comme s'il fallait attendre les autorisations ! Si on se fit aux protocoles elfes, on fait pas un pas sans être en tord ! J'suis sûr qu't'as bien fait. »

Je finis de manger mon morceaux de pain. Je lui signifiais par un demi-grognement que j'avais autre chose à lui dire. Je bus de ma bière et terminais ainsi ma choppe. Elle m'étonnait en disant ne pas connaître les terres. Je me levais en lui faisant signe de rester à sa place. Je m'essuyais les main sur le haut de mes cuisses et me dirigeais vers une commode, près de mon lit, que j'ouvrais déjà. Dans le tiroir principal je rangeais mes cartes. Je pris l'une des plus communes, celle de notre monde, avec les différents royaumes, coloriés de différentes couleurs. Je refermais le tiroir et retournais à table.

« Tiens, je t'offre cette carte. »

Je lui tendais et elle la prit dans ses mains. Elle commençait à observer les informations qui y figuraient. Avec mon auriculaire , je lui montrais la zone où nous étions, au nord du royaume des nains. J'allais me rasseoir à ma place. Je pris une pomme et commençais à lui dire :

« Elle est à toi maintenant. Tu peux voir les différents royaumes, le nom de quelques villes aussi. Elle te permettra de savoir à peu près où tu es et où tu veux aller. Pour des territoires plus petits il te faut une carte à échelle plus grande. L'échelle c'est ce que tu as en bas de la carte, enfin souvent en bas, quand elle y est. Elle te donne avec plus ou moins grande précision une notion des distances. C'est le système métrique, que l'ont attribut aux nains, mais d'autres disent que c'est un homme qui l'a inventé... Pardon, je parler trop. Si tu veux en savoir plus sur les cartes tu pourras aussi demander à Patrick, on est des passionnés. Bref, tu vois que pour aller chez les elfes, et surtout atteindre leurs ports, il nous faut finir de traverser le territoire nain, ce que je veux faire dans l'après-midi. Puis nous nus installerons un peu en retrait de la frontière pour nous reposer. Enfin, ce que j'aimerais bien, c'est atteindre un ports en le moins de pauses possibles. Le problème est que ces gens dehors ne sont pas habitués à la route, pas tous. De plus il faudra porter autant d'attention aux orcs qu'aux grades elfes... Pour regarder le chemin je peux toujours te montrer d'autres cartes, mais ce qui est important est de faire avec le terrain sur place. On ne sait jamais si des combats embûchent la route...Veux-tu que l'on regarde l’itinéraire plus en précision ? »

Je mangeais ma pomme. Je me servais un autre verre, d'eau cette fois-ci. Gorm repassait par la fenêtre sans bruit. Elle tourna son regard vers lui sans bouger pour autant. Il passa discrètement derrière moi et alla chercher ses affaires. Il revint avec un sac qu'il posa sur le lit. Il préparait ses affaires pour le voyage. Il pris son épée courte, s’assit sur le bord du lit et commença à l'aiguiser. Je tournais ma tête vers Adelia et lui souris. Puis je croquais dans ma pomme, attendant sa réaction.


 





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 16 Mar - 14:45

Vers l'inconnu

Adelia avait presque fini sa pomme tout en attendant que Rulf réponde ou dise quelque chose en retour. Elle n'avait pas de secret à avoir, passer les frontières elfes, tout le monde y avait songé sans vraiment le faire ou peut-être que certaines personnes le faisaient mais ne se vantaient pas. Adelia ne se vantait pas, elle faisait juste une remarque à ce sujet. Elle s'y était aventuré pour le risque d'une quête, qu'elle n'avait pas vraiment comprise, mais avait arrêté de se poser des questions sur ce sujet. Elle croqua une dernière fois dans sa pomme, avant d'écouter ce que Rulf disait à propos des autorisations elfiques et qu'elle avait bien fait de le faire en raison qu'on était toujours en tort avec ces elfes. Adelia en avait déjà croisé quelques uns, mais jamais pour faire une quelconque aventure ou discuter de quoi que ce soit avec eux. Elle les trouvait surtout très prétentieux à son goût. Elle soupira et garda le trognon de la pomme dans sa main en regardant le nain grogner, puis finir de manger. Ce dernier se leva, semblant aller chercher quelque chose d'important dans la pièce d'à côté. Il finit par revenir peu de temps après, en lui tendant une carte. Il lui lança qu'il lui donnait. Elle tendit machinalement la main et l'observa de plus près. Rulf lui montra alors où ils se situaient et elle plissa un peu les yeux pour regarder le pays des fées qui se situait en haut de la carte. Tout en regardant encore la carte, elle écouta Rulf lui faire un résumé sur la situation actuelle et savoir par où passer et les dangers qu'ils allaient rencontrer. Elle en avait déjà parlé avec Patrick, et ce dernier avait conclu d'un trajet simple mais long. Elle essaya de se le remémorer en écoutant Rulf parler en face d'elle. Elle avait conclu avec Patrick, un trajet simple et sans étape, histoire d'arriver assez rapidement, mais le mage voulait faire plus long. Elle soupira quand le nain finit alors de parler et elle se redressa pour poser la carte sur la table. Elle tenait toujours sa pomme terminée qu'elle posa plus loin. Elle releva un peu les yeux pour voir l'arriver de Gorm passer par la fenêtre, mais n'en fit rien, elle commençait à si faire, après tout, elle allait voyager avec, autant commencer à lui faire confiance. Elle reprit son attention sur la carte et se remémora ce que Rulf avait dit.

« - Je pense que tout est bon ! On fera quelques haltes pour les plus fatigués ! En venant ici, j'en ai fait qu'une seule, mais certains avaient dû mal à suivre vraiment, mais ils s'entraident. Je n'ai pas dit qu'il faut aller vite, ou les abandonnés pour aller plus vite, mais juste faire des haltes si nécessaires ! »

Elle n'avait pas l'habitude de s'occuper de gens dans le besoin, c'était une première, mais il faut un début à tout.

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Mar - 18:01


Vers l'inconnu  

Mon itinéraire semblait lui aller. Elle me répondit quelques secondes plus tard pour me dire qu'elle ne voyait aucun inconvénient à ce que je venais de dire. Elle me donnait une petite indication sur leur façon d'avancer et de réagir sur le trajet. J'étanchais ma soif en finissant de l'écouter. Je hochais ensuite la tête. J'étais satisfait qu'elle ait accepté mon idée. Je n'allais pas m'attarder bien plus longtemps. Je lui répondais alors :

« Très bien, oui nous ferons des haltes. Hé, je ne veux pas les tuer, ce serait contre productif ! »

Je bus encore un verre d'eau et finis ma pomme. Je souriais pour essayer qu'elle se détende. Elle me semblait aussi tendue que la corde d'un arc. Gorm continuais d'aiguiser la lame de son épée sur le lit juste derrière. Mon silence laissait s'entendre le bruit de la pierre que glissait sur la lame. Je soupirais et me levais pour débarrasser les couverts. Je pris tout ce qu'il y avait sur la table. Par fainéantise je lavais tout cela magiquement et rangeais le tout dans le placard. Gorm s'arrêta pour m'aider à porter la vaisselle alors que je la posais dans le placard. Je me tournais vers Adelia dans le même temps.

« Prépares tes affaires, nous allons partir dans peu de temps. Je te laisse aussi l'annoncer aux gens dehors et les rassembler. Et … Je trouve que tu t'en sors bien... j'ai pas lu dans ta tête »

Je me retournais et réfléchissais déjà à quoi emmener. Gorm prépara ses affaires alors que je me dirigeais vers différents placards afin de préparer les miennes. Je laissais la fée vaquer à ses propres affaires. Elle prit un sac et regarda dedans. Je ne portais alors plus beaucoup d'attention sur elle. Je pris de quoi faire du feu, au cas où mes pouvoirs soient annihilés. Pour la même raison je pris de quoi soigner quelques blessures superficielles. Ma principale préoccupation fut de rendre assez de nourriture pour le trajet et de l'eau en quantité suffisante jusqu'à trouver une source ou point d'eau lors d'une de nos haltes. Je pris une corde en plus, une cape, et de quoi coucher à la belle étoile. Je pliais mes affaires et me dit que s'il me manquait quelque chose je pourrais toujours le téléporter. Adelia avait disparue de la maison, j'écoutais sa voix dehors. Il semblerait qu'elle ait réussit à les rassembler. Je mis mon sac sur mon dos et ouvris la porte. Gorm me suivait . Les hommes et les femmes étaient regroupés dans le champ en face de la porte d'entrée. Les derniers étaient en train de se lever. Je me rapprochais de la fée et levais la tête vers elle. Je mis ma main sur mon front pour ne pas me prendre le soleil en pleine tête. J'ajoutais à cette action sur un ton humoristique :

« Quelle perspicacité ! … Bien, on peut se mettre en route... C'est parti ! »

Je commençais à montrer la direction la direction de la marche. Adelia fit un signe aux paysans pour la suivre. Je ne sais quel était sa légitimité, ni même pourquoi ils la suivaient. Ils la suivaient sans discuter, d'un seul homme. Je souris par cet état. Elle ne se rendait même pas compte de cette autorité quasi-naturelle qu'elle exerçait sur eux. Toujours est-il qu'ils la suivaient. Nous marchâmes en tête, Gorm, Adelia et moi. Au bout d'un moment Gorm décida, sans parole, de clore la marche. Je ne pris aucun chemin directement, préférant éviter les problèmes pour l'instant. Nous traversions des champs. Malgré ma petite taille j'avançais plus vite que ces grands dadais d'humains. La fée tenait un bon rythme. Je freinais donc mon élan lorsque nous montions les collines. La petite troupe suivait bien malgré tout et aucune difficulté majeure ne se présenta. Nous avançâmes assez vite vers la frontière. Un homme, visiblement le chef de village, remonta la file et vint vers nous. Il ne s'adressa pas à moi mais à elle.

« Excusez-moi madame. J'aimerais savoir quand est-ce que nous allons nous arrêter ? Les femmes et les enfants commencent à sentir la fatigue... »

Je vis qu'elle attendais mon aide. Je m'approchais d'elle et lui dis alors que nous n'avions plus que deux collines à passer pour atteindre une petite rivière où  nous pourrons faire halte. N'aimant pas interférer dans la légitimité de l'autre je pris un peu d'avance pour qu'elle se débrouille pour négocier avec lui et lui dire de tenir jusqu'à ce point. Je souriais à ma fourberie et regardais le paysage de colline devant moi. L'herbe était verte, et au loin j'observais des terres d'élevage de vache. J'amorçais ma descente en me réjouissant du beau temps. Elle me rejoint peu de temps après. Elle ne semblait pas très contente du fait que je l'ai laissé parlementer...
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 20 Mar - 15:40

Vers l'inconnu

Adelia avait donné son avis, tout en continuant à regarder la carte. Elle attendait une réaction quelconque du nain avant de replier la carte ou de faire un geste. Ce dernier finit par prendre la parole après elle, lui indiquant qu'ils allaient faire quelques haltes, bien entendu. Elle soupira, les haltes allaient les retarder, mais elle avait proposé d'en faire pas mal. Certains paysans étaient mal et d'autres ne marchaient pas bien vite. Elle se redressa alors en croissant les bras un petit instant, le silence pesant laissait entendre une lame qui se faisait aiguisé juste derrière elle, mais elle n'en fit rien. Adelia remarqua que Rulf débarrassait la table à l'aide de sa magie, de tout laver et de ranger. Alors que le gobelin venait l'aider, il lança à Adelia de préparer ses affaires et qu'ils allaient partir, qu'elle était en mesure de prévenir la troupe dehors. Elle leva les yeux au plafond et décroisa les bras. Elle n'avait rien à préparer, toutes ses affaires étaient déjà dans son sac, ses armes étaient dans leur fourreau. Elle vérifia si sa dague était à sa cheville et vérifia la lame de son épée. Cette dernière n'avait pas besoin d'être aiguisée. Elle retardait surtout le fait de sortir et de rassembler les villageois. Elle finit par regarder dans son sac, ce sac était sans fond, mais elle savait qu'elle ne manquait de rien, sauf de provision pour le voyage, mais peu importe. Adelia plia sa carte à la mis dans son sac avant, qu'à contre cœur, de se tourner vers la porte d'entrée et de sortir. Elle n'avait jamais fait cela auparavant, d'habitude elle voyage seule ou avec un ami, mais là, tout un village... Elle regarda les paysans continuaient à manger et d'autres se lever et regardaient dans sa direction. Elle roula des yeux et les rassembla tant bien que mal pour qu'on l'écoute parler et qu'elle n'avait pas envie de répéter. Elle finit par leur annoncer qu'ils allaient bientôt partir, leur indiquant de prendre de la nourriture qui reste sur les tables et de se préparer. Elle ne savait pas quoi rajouter d'autre, quand elle entendit la porte s'ouvrir de nouveau. Elle n'écouta pas ce qu'il avait dit et il montra finalement la direction à prendre. Adelia fit signe, machinalement aux paysans qui finirent par suivre le mouvement.

Ils finirent donc par quitter la petite maison et de prendre le chemin. Adelia, Rulf et le gobelin, marchaient en tête. Adelia se retourner de temps à temps pour vérifier si la troupe suivait toujours. Elle regardait ses pieds en essayant de ne pas pensait qu'elle partait en quête avec un gobelin. Au bout d'un long moment de marche, qui paru quelques minutes pour Adelia, un homme se planta près d'elle pour lui souffler que certains avaient du mal à progresser. Elle retient un soupir et serra les dents avant de se tourner vers les villageois puis vers Rulf, ce dernier lui lança qu'ils leur restaient deux collines avant de faire une halte puis il s'éloigna, la laissant négocier avec la paysan. Elle le regarda s'éloigner et ne put se retenir de soupirer. Elle lança au paysan devant-elle qu'il leur fallait marcher encore un bon moment, qu'ils venaient juste de partir, qu'ils pourraient bien entendre encore avant de faire une halte. Ce dernier n'était pas d'accord, il voulait faire une halte. Elle lui lança qu'ils avaient qu'à rester ici et que le reste qui pouvait suivre pouvait avancer, le paysan regarda la troupe, il ne savait pas quoi dire. Elle était prête à les laisser là, seul et sans défense, il finit par accepter le fait de marcher encore quelques lieux pour faire une première halte. Elle reprit la marche et marcha plus vite pour dépasser le nain et le gobelin. Bien entendu, elle ne voulait pas les laisser seul, mais elle ne voulait pas perdre son temps à faire des arrêts toutes les cinq lieux. Elle-même était fatigué, mais elle voulait arriver au plus vite là-bas.

Ils progressaient alors à travers champs, Adelia restait un peu en retrait, les laissant passer devant-elle, comme elle l'avait fait avant d'arriver chez Rulf. Vérifiant si tout le monde suivait toujours, elle se retrouva alors à fermer la marche et observer les environs en gardant sa main sur son épée. Leur marche les conduisait bientôt vers la dernière colline à franchir. Le chef du village aidait une femme qui n'en pouvait plus et d'autre en faisait autant en portant les enfants plus jeunes. Elle soupira et passa devant. Enfin, elle vit Rulf se tourner et faire un signe, qu'ils s'arrêtaient ici. Les villageois furent soulagé. Première chose qu'ils firent c'est de boire et de manger.

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Mar - 16:16


Vers l'inconnu

Marchant au même rythme je me rendis compte qu'elle les soutenait à présent. Je marchais seul devant cette petite troupe et donnais la cadence. Je pensais qu'ils avaient de la chance que les rôles ne soient pas inversés entre Patrick et moi. Ils devaient sûrement marcher plus vite que ça, lui qui a l'habitude des routes et des longs trajets, et il ne faisait pas 1,50 m ! Et ils râlaient... ils ne connaissaient pas leur chance oui, c'est sûr... Je ne fis pas attention à leur soupire et autres petits signes d'insatisfaction, tant que personne ne se soulevait ou organisé une résistance plus frontale tout allait bien. Je continuais donc de marcher au même rythme jusqu'à l'endroit que j'avais désigné étant mon objectif.
Je me retournais et me rendis compte que les deux étaient derrière. Je ne sais pas si elle s'était rendue compte qu'elle marchait juste devant Gorm, en retrait de cette procession. J'avais confiance en lui pour surveiller nos arrières. Ils devaient un peu s'ennuyer à marcher derrière les traînards, et surveiller une fée qui lui en voulait sans mauvais pas de sa part.
Je levais le poing une fois mon objectif atteint. Je me tournais et fis signe aux hommes qui arrivaient derrière moi que l'on pouvait s'arrêter ici. Certains d'entre eux s'affalèrent sur le sol en attrapant leur gourde. Je souris en me disant qu'un nain tenait mieux le parquet. J'attendais encore que les retardataires arrivent et profite de la pause autant que possible comme les autres. Pourquoi les hommes avaient se réflexe de manger à une halte ? Boire encore, passons, cela peut se comprendre, mais manger pour boire de nouveau... Je soupirais, ce n'était que des paysans et artisans taillés pour leur travail. Je ne me faisais aucun commentaire à propos des femmes et enfants.
Je vis Adelia me rejoindre et Gorm sur ses talons. Elle se retourna vers lui alors qu'ils étaient à deux pas de moi. Il leva les yeux vers elle. Il lui dit :

« Feuille dans cheveux, là ! »

Il lui disait qu'elle avait une feuille dans ses cheveux blonds, sur le dessus à gauche. Je souris en la voyant la main sur sa garde. Il ne resta pas en face d'elle, ne la voyant toujours pas comme un danger. Il vint à ôté de moi. Elle avança également. Il regarda ces gens assis pour la plupart et ne dit qu'un mot qui pouvait résumer aussi ma pensée :

« Limaces... »

Il s'éloigna et partit en exploration un peu plus loin. Je haussais les épaules et souris, ce gobelin était peu loquace, mais efficace. Elle avait enlevé la feuille de ces cheveux. Je levais les yeux vers elle et lui demandais :

« Bon... Je veux bien faire des haltes, mais pas un quart d'heure à chaque fois ! Une quart d'heure c'est le temps de boire, pisser et s'asseoir un tout petit peu le temps qu'il reste ! Pff... Pardon, tiendront-ils encore une heure, le temps d'atteindre la frontière et faire un camp ? »

 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 22 Mar - 22:11

Vers l'inconnu

Adelia s'approcha de Rulf en sentant qu'on la suivait. Elle se retourna en posant sa main sur la garde de son épée, prête à la dégainer. Ce n'était que le gobelin qui la suivait, elle ne l'avait pas senti auparavant et avait fait comme s'il n'était pas là. Il lui adressa la parole et elle eut une grimace, lui indiquant qu'elle avait une feuille dans les cheveux. Elle serra les dents pour éviter une réplique cinglante et le regarda s'éloigner en serrant son épée plus forte et se rapprocha du nain. Adelia porta tout de même sa main à ses cheveux pour retirer la feuille, qu'elle éloigna d'un geste d'indifférence. Quand elle reprit son attention sur Rulf, le gobelin n'était plus dans le champ de vision, il finit par lui adresser la parole. Il lui faisait part que les haltes, ce n'était pas toutes les quart heures, sur ce point, elle était d'accord. Pour ça part, sans tous ces gens, elle n'en aurait pas fait du tout. Il lui demanda s'ils étaient aptes de reprendre la route pour une heure, histoire d'arriver à la frontière et de commencer à faire un camp.
Adelia regardait les paysans, surprise de les voir déjà manger. Elle observait une mère donner un morceau de pain à sa fille. Adelia repensa alors à sa propre mère qu'elle n'avait pas vue depuis plusieurs jours. Elle soupira en croisant les bras puis les décroisant, elle devait leur dire de ne pas tout manger et ne pas tout boire d'un coup et qu'ils devaient reprendre la route à l'instant. C'est ce qu'elle fit, leur indiquant que cela était une halte pour reprendre des forces et que le camp qu'ils allaient faire serait un peu plus loin. Tout le monde la dévisageait mais ne disait rien en retour. Ils se levèrent alors après avoir rangé leur provision. Adelia roula des yeux et se tourna vers le nain.

« - Voilà ta réponse ! Ils sont apte à reprendre la route apparemment ! »

Elle passa devant et machinalement, les paysans la suivaient de près en regardant Rulf. Ils marchèrent sans vraiment se plaindre de l'état des chemins ou de là où ils passaient.
Cela faisait plusieurs kilomètres qu'ils s'étaient éloignés de la première halte depuis leur départ, et Adelia était de nouveau en train de fermer la marche. Elle regardait autour d'elle, restant sur ses gardes aux moindres bruits. Ils étaient presque arrivés, du moins elle espérait, au lieu de halte pour le camp.

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Mar - 13:48


Vers l'inconnu

Je soupirais avant de voir qu'elle avait réussi à rassembler la troupe et, oserais-je dire, les mis au pas. Je ne dis rien et continuais la route jusqu'à l'endroit où nous établirons un camp pour passer la nuit. Nous traversions les champs vierges et empruntions quelques chemins peu pratiqués. Personne ne se plaignit, ou ne fit une remarque. Je me retournais vers Adelia pour lui faire signe que nous montions cette colline et que nous nous établirons pour la nuit. Je ne revis pas Gorm du trajet. Il devait faire le tour des environs avant de nous rejoindre. Après cette marche je comprenais qu'ils peinent à monter, mais il n'y avait rien de pire que de rester en point bas en cas de danger ou d'attaque.

Je m'arrêtais en haut et les regardais monter, voire déjà me rejoindre et s'arrêter à côté de moi. Le chef finit par me rejoindre et me demanda si la journée de marche était finie. Je lui confirmait en effet que nous arrêtions sur cette colline pour la nuit et qu'il fallait monter un camp. Le soleil déclinait à l'horizon entre les nuages alors que les hommes s'organisaient pour monter un camp de fortune. Il ne faisait pas vraiment froid pour la saison, ce qui était une chance pour bien dormir, mais dans le même temps une probabilité plus forte de danger. Je savais que les hommes aimaient voyager de nuit pour leurs campagnes militaires... pourvu que cette nuit soit calme. Le camp se montait petit à petit. Un grand feu fut préparé au centre du campement. On me demanda de venir allumer le feu. Deux hommes se querellaient parce que l'un d'eux avait perdu les pierres pour faire du feu. Je leur dis qu'il n'était pas nécessaire de se battre et allumais le feu avec ma magie. Adelia n'était pas loin et aidait par-ci par-là. Nous nous affairions chacun de notre côté, parfois nous croisions, jusqu'à ce que ce camp soit correctement debout. Deux autres feux furent allumés de chaque côté pour ceux qui prendraient les tours de garde. La nuit était tombée, mais pas la température. L'horizon était assez dégagé, et je vis Gorm revenir chargé de gibier, il en avait plein le dos et les bras. Il passa à côté de moi après être monté et me dis :

« Manger pour les hommes, bon temps pour Gorm »

Je souris et le laissais passer jusqu'au feu central ou se tenaient les principales personnes du village. Ils le remercièrent de ses cadeaux et plusieurs femmes furent appelées pour les préparer. Les enfants prenaient des leçon sur comment préparer ce petit gibier. Gorm me rejoint et je fis signe à Adelia de venir ici. J'avais repéré quelque chose de louche à l'horizon. Je plissais les yeux mais Gorm et moi n'étions pas assez grand pour voir là-bas. Lorsqu'elle fut à coté de nous je pointais l'horizon et lui demandais :

« Regardes là, tout droit, j'ai l'impression qu'il y a eu du mouvement. Est-ce que tu vois quelque chose ? »

 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Jeu 27 Mar - 12:19

Vers l'inconnu

Il n'y avait plus trace du gobelin pendant le reste du trajet et Adelia en fut ravie. Elle restait tout de même en arrière et remarqua que Rulf lui montrait la colline qu'ils allaient emprunter. Elle observa cette dernière sans rien dire et remonta jusqu'à se retrouver devant le groupe de paysans. Elle se tourna vers ces derniers qui montaient du mieux qui le pouvaient, certains se poussaient entre eux pour avancer sans s'arrêter. Elle soupira et tourna sur elle-même, l'endroit était assez haut pour voir arriver l'ennemi en contrebas. Machinalement et surtout pour aller vite, elle aida une mère et son enfant à monter la colline. Cette dernière la remercia et Adelia leva la main pour la faire taire en roulant des yeux. Elle espérait maintenant que cette nuit allait être calme et reposante et que demain, ils puissent tous reprendre le chemin vers leur destination. La journée avait bien avancé malgré tout et le soleil descendait à l'horizon, les premières étoiles commençaient à faire leur apparition dans le ciel. Adelia soupira et observa les hommes du groupe s'activer pour monter un camp. Un feu fit son apparition au centre du camp, chacun m'était du sien, rapportant bois et le peu de festin qu'ils avaient rapporté. Deux hommes se disputaient et Adelia était tenté de sortir son épée et leur montrer qu'il y avait plus grave que des pierres qui disparaissaient. Elle leva les yeux au ciel, en voyant que Rulf avait réglé le souci en allumant le feu à l'aide de sa magie. Elle aida par la suite un enfant à retrouver sa mère et aida à allumer deux autres feux pour les tours de gardes. Elle croisa les bras un instant et repéra Gorm, revenant chargé de gibier. Il les déposa près du feu et les habitant du camp de fortune, le remercièrent avant de faire venir les femmes pour faire le festin. Adelia fut appelé près du nain et du gobelin, d'un pas elle se retrouva près d'eux et observa l'horizon en fronçant les sourcils. En effet, au loin, il semblait y avoir du mouvement, encore loin mais elle voyait une sorte d'attroupement.

« - Il y a du mouvement là-bas, des soldats ou alors autre chose ! On en n'est pas encore à éteindre les feux, mais je pense qu'on devrait suivre leur progression en espérant qu'ils ne voient pas la fumée de notre camp ! Je prends le premier tour de garde, mais dans la nuit noire, je ne verrais rien arrivé, ils sont encore loin pour le moment mais on ne sait jamais, ils vont sûrement faire une halte ! »

Elle plissa les yeux et vit qu'ils étaient à pieds et marchaient doucement. Ils allaient sûrement faire une halte, elle l’espérait tout de même. Elle ne les vit plus quand ils passèrent dans les fourrés.

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
J'adore la technologie
Messages : 652
Emploi IRL Touche à tout

Feuille de personnage
Profession :
Amis & Connaissances:
Âge :
avatar
J'adore la technologie
Rulf Golbak

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Mar - 15:55
<


Vers l'inconnu – Adelia et Rulf

Notre compagnon fée arriva près de nous, elle faisait quand même une tête de plus que nous et nous dit qu'elle voyait bien du mouvement. Elle n'arrivait pas à savoir s'il s'agissait d'hommes en arme, de passage, ou prêts à s'installer. Cette incertitude ne me plaisait guère. Gorm grogna en ne sachant pas à quoi s'en tenir. Il était hors de question d'éteindre nos feux en cas de danger, nous nous battrons Gorm et moi avant qu'il puisse atteindre les rescapés ! Elle disait qu'il fallait suivre leur progression, évidemment ! Elle pourrait aussi nous être d'une grande aide en cas d'attaque quelconque. Je regardais l'horizon et ne voyais rien de plus derrière cette butte. Je soupirais. Elle disait prendre le premier tour de garde. Je lui répondis alors :

« Nous n'éteindrons aucun feu, même s'ils approchent. Dans ce cas, nous irons à leur rencontre. A cette distance je ne suis pas assez puissant pour savoir s'il s'agit d'êtres magiques ou non... Toi, tu en serais capable ! »

Je la regardais en levant les yeux vers elle. Gorm la regardait aussi. Elle semblait surprise par ma proposition affirmative.

« Tu peux bien essayer, ça te coûte rien : dans le pire des cas tu te loupes et ce qu'il y a devant ne craint pas grand chose, et même j'arrêterais ta magie avant même qu'elle ne touche quoi que ce soit devant. Dans le meilleur des cas tu réussis et on sera fixé ! Aller, s'il-te-plaît ... »

Je me tournais légèrement vers elle. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'au premier abord elle ne semblait pas convaincue du tout. Rien ne bougeait là-bas pour l'instant. La nuit était maintenant plus noire et seuls les feux fournissaient de la lumière. La lueur des flammes sur sont visages faisait ressortir ses traits peu convaincus. Je posais ma main sur mon épaule en la sentant un peu mal. Je ne voulais pas non plus l'obliger à le faire si elle ne le sentait pas. Alors que je voulais lui exposer cette possibilité, de ne pas le faire si elle ne le voulait vraiment pas, je dégageais ma main et écoutais ce qu'elle voulait me répondre.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 29 Mar - 18:59

Vers l'inconnu

Adelia regarda au loin en soupirant. Ils allaient sûrement avoir de la visite. Elle aurait préféré éteindre les feux de camp, parce qu’il aurait était utile de les prendre par surprise s'ils passaient par-là. Elle croisa les bras, regardant en contrebas puis de nouveau à l'horizon. Elle ne les voyait plus avec tous ces arbres. Ils semblaient encore bien loin malgré tout. Elle écouta alors Rulf lui répondre qu'ils n'éteindront pas les feux. Elle se voyait mal défendre à eux trois, une vingtaine de paysans. Elle sentait alors les regards de Rulf et de son compagnon sur elle, alors que le nain lui proposait de canaliser s'ils étaient magique. Elle haussa un sourcil de surprise et le dévisagea pendant un temps. Il reprit la parole alors qu'elle allait lui dire qu'elle en serait incapable. Elle roula des yeux tandis qu'il se tournait vers elle et semblait la supplier pour qu'elle le fasse.

Elle grimaça et soupira en sentant la main sur son épaule. Elle regarda au loin puis les paysans juste derrière eux. Elle n'avait que deux dons pas vingt, pourquoi tout de suite on pouvait pousser cette possibilité, qu'elle en avait d'autres en réserve, deux ce n'était pas suffisant apparemment. Elle avait déjà du mal avec la téléportation alors si un autre pouvoir arrivait, elle n'osait pas y penser en tout cas pas maintenant. Elle reprit son attention sur Rulf en levant les yeux au ciel.

« - Quoi ? Détecter des êtres magiques ? Je n'ai pas encore acquis cette possibilité, je n'ai que deux pouvoirs : l'énergie et la téléportation... Que j'ai du mal à me servir... Pour cela il faudra revoir, quand bien même j'ai ce don, il va falloir toute la nuit pour que je le canalise et je ne pense pas qu'on ait le temps à ça ! »

Elle décroisa les bras et porta sa main au pommeau de son épée sans rien dire d'autre. Si elle avait cette faculté, il lui faudra y travailler durement pour le faire. Elle continua malgré elle, à regarder l'horizon et les revit un peu plus loin sur le même chemin. Il ne semblait pas faire halte alors que la nuit descendait doucement.

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
[TERMINE] [Adelia et Rulf] Vers l'inconnu
Scientia Magicam :: Archives ::  Au fond de l'armoire :: RPS TERMINES
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Vidéotron offre les appels interurbains gratuits vers Haïti
» Retour vers son coeur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-